Atelier de planification de la recherche en santé bucco-dentaire
« Vers un programme national de recherche en santé bucco-dentaire »
(juin 2002)


Sommaire

La recherche sur la santé bucco-dentaire contribue grandement à la santé des Canadiens en améliorant la prévention, la détection et le traitement des affections de la bouche et du visage, telles que les anomalies génétiques, les traumatismes, les infections et le cancer. Aujourd'hui, les chercheurs dans le domaine progressent à grand pas, déchiffrant la relation réciproque entre la santé bucco-dentaire et les affections systémiques, notamment les maladies respiratoires, le diabète, les cardiopathies et les problèmes de santé du fœtus et de la mère.

Pour repousser encore plus loin les frontières des connaissances en santé bucco-dentaire, l'IALA a organisé le premier Atelier de planification de la recherche en santé bucco-dentaire au Canada. Cet atelier, qui a eu lieu les 14 et 15 juin, réunissait un large éventail d'intervenants, allant des chercheurs aux administrateurs universitaires, aux représentants des patients et aux organisations professionnelles, et visait à préparer le terrain en vue de l'élaboration d'une stratégie nationale de recherche en santé bucco-dentaire qui engloberait les priorités en matière de recherche et les programmes de formation pour la recherche en santé bucco-dentaire.

Première journée

L'atelier de deux jours a débuté par la présentation d'un exposé par le Dr Paul Allison, qui a résumé les données disponibles sur la prévalence des principales maladies bucco-dentaires au Canada et a essayé d'établir un lien entre l'état de santé bucco-dentaire et des facteurs démographiques tels que l'âge, le revenu et la culture. Il a également souligné la forte incidence de la carie dentaire et des parodontopathies chez les Autochtones.

Puis, le Dr Christophe Bedos, de la Faculté de dentisterie de l'Université McGill, a examiné les priorités en matière de recherche des dentistes et fait état d'une enquête nationale effectuée en collaboration avec l'Association dentaire canadienne. Cette étude a révélé que la majorité des dentistes estimaient que la recherche avait un profond retentissement sur la santé, mais que les résultats des recherches devaient être convertis en lignes directrices pratiques à leur intention. Ils ont également recommandé qu'on accorde la préséance aux recherches qui ont un impact direct sur les traitements qu'ils dispensent le plus souvent.

Dans son exposé portant sur les idées suggérées par le personnel des facultés canadiennes de dentisterie, le Dr Richard Ellen, de l'Université de Toronto et président actuel de l'Association canadienne de recherches dentaires, a indiqué que les chercheurs canadiens en santé bucco-dentaire sont des chefs de file à l'échelle internationale dans un certain nombre de secteurs comme les biomatériaux, la biologie des tissus conjonctifs et minéralisés, la microbiologie et l'immunologie bucco-dentaires, les sciences neurologiques et la douleur et les implants dentaires. Il a invité les participants à examiner les façons de maintenir l'excellence dans ces domaines et d'attirer également de nouveaux chercheurs dans ces secteurs et d'autres secteurs émergents comme le développement crâniofacial, la recherche sur les services et les politiques de santé et l'épidémiologie clinique.

Le Dr Hal Leitch, conseiller principal en santé dentaire, Direction générale de la santé des Premières Nations et des Inuits, a traité des problèmes spéciaux de santé bucco-dentaire auxquels font face certaines populations au Canada. Il a discuté des besoins particuliers en santé bucco-dentaire des Autochtones et présenté une série de questions incluses récemment dans l'Enquête sur la santé dans les collectivités canadiennes qui visent à évaluer plus efficacement les besoins en matière de santé bucco-dentaire de l'ensemble des Canadiens et de certaines populations.

Mme Anna Pileggi, directrice exécutive de About Face, a terminé la séance du matin par un exposé édifiant sur les problèmes et besoins particuliers des personnes défigurées soit à cause d'une malformation crâniofacial, d'un traumatisme ou d'une résection chirurgicale pour traiter un cancer.

S'inspirant des renseignements recueillis au cours des exposés de la matinée, de petits groupes ont été formés et ont été invités à définir les sujets de recherche en santé bucco-dentaire qui pourraient s'articuler autour des priorités de l'IALA et d'autres instituts :

Groupe I Lésions, immunité, inflammation, réparation et génie tissulaire;
Groupe II Douleur, incapacité et réadaptation musculosquelettique, mobilité et condition physique;
Groupe III Biomatériaux et dispositifs;
Groupe IV Priorités dans le domaine de la recherche sur la santé des Autochtones et des populations rurales.

Le fruit des discussions en petits groupes a été mis en commun lors de séances plénières et résumé par le Dr Ellen dans l'énoncé suivant, qui relève du domaine général de la médecine régénératrice. Cet énoncé pourrait servir de point de départ pour un Appel de demandes des Instituts de recherche en santé du Canada (IRSC) :

« Stratégies transdisciplinaires de travail en équipe dans le domaine de la médecine génératrice (outils en biologie, biomatériaux, toxicologie, immunologie, génie biomédical; applications pour le diagnostic, efficacité thérapeutique, services/politiques de santé, économie, éthique, qualité de vie) qui portent sur les affections bucco-dentaires ou crâniofaciales douloureuses, défigurantes et incapacitantes sur le plan fonctionnel : les déficits d'origine traumatique, congénitale, chirurgicale; douleur chronique et troubles neurologiques, conséquences des caries, des parodontopathies et de la perte des dents. »

Les participants ont également reconnu à quel point il était urgent pour les IRSC de lancer des Appels de demandes établis en fonction des priorités afin de répondre aux besoins spéciaux en santé bucco-dentaire des communautés autochtones et rurales et d'autres populations particulières de patients. Le choix des domaines de recherche prioritaires et l'élaboration de programmes de recherche pour y répondre devraient se faire en consultation directe avec les communautés cibles.

Deuxième journée

À bien des égards, la recherche au Canada s'est développée en synergie avec celle effectuée aux États-Unis. Dans cette optique, nous avons invité le Dr Lawrence Tabak, directeur du National Institute of Dental and Craniofacial Research (NIDCR) à inaugurer la deuxième journée de l'atelier en présentant un survol des activités de planification aux É.-U.

Le Dr Tabak a signalé que le NICDR est doté d'un budget annuel d'environ 306 millions de dollars et affecte ses ressources à des domaines qui sont identifiés au terme d'un processus bien établi. L'Institut veille à ce que ses priorités correspondent aux résultats d'enquêtes nationales sur la santé, aux thèmes de recherche définis lors d'ateliers et de conférences et aux objectifs des organisations professionnelles et des groupes de défense des patients. Entre 2004 et 2009, le NICDR se penchera surtout sur les sujets de recherche suivants :

  • Génomique/protéomique des maladies bucco-dentaires et crâniofaciales;
  • Réparation et régénération des tissus buccaux, dentaires et crâniofaciaux;
  • Approches cliniques et communautaires du diagnostic, de la prévention et du traitement des troubles bucco-dentaires et crâniofaciaux;
  • Programmes de formation.

À la suite de l'exposé du Dr Tabak, les participants se sont répartis en petits groupes pour discuter de la façon de développer les ressources en recherche, d'établir des partenariats et de faciliter le transfert des connaissances. À la fin de la journée, ils ont reconnu qu'il fallait répondre aux besoins suivants :

Les universités devraient élaborer des plans stratégiques de recherche qui mettent l'accent sur le recrutement ou le développement des ressources. Les tendances relatives aux départs à la retraite, la diminution des effectifs en recherche et les salaires peu élevés dans les universités figurent parmi les principaux défis cernés. Stratégies pour l'amélioration du recrutement et de la formation des chercheurs et des universitaires de demain.

  • Liens entre la santé buccale et les affections de système
  • L'Association canadienne de recherches dentaires (ACRD) devrait devenir le centre d'un réseau de planification et de promotion de la recherche.
  • Il faudrait établir un modèle pour les réseaux de recherche et les conseils consultatifs.
  • Les IRSC et leurs partenaires devraient organiser des ateliers et élaborer une base de données pour appuyer les partenariats, les activités d'établissement de priorités et certains programmes.
  • Les IRSC et leurs partenaires devraient concevoir des stratégies de communication pour promouvoir la recherche sur la santé bucco-dentaire et la santé.
  • Un rapport plus détaillé des résultats de l'Atelier de planification de la recherche en santé bucco-dentaire de l'IALA est en train d'être rédigé et devrait être affiché sur le site Web prochainement. Ne manquez pas de le consulter et faites-nous savoir ce que vous en pensez.


Aperçu des recommandations de l'atelier

Inclusion d'un programme de recherche en santé buccale parmi les priorités des IRSC

Groupe 1 : Blessures, immunité, inflammations, réparation, ingénierie tissulaire
Groupe 2 : Douleur, incapacité et réadaptation musculosquelettique
1. Mécanique des liens entre les parodontopathies et les affections de système. La prise en charge des parodontopathies contribue-t-il à la santé générale?
2. Systèmes biologiques, de bio-ingénierie et de prestation, et avancement de la médecine regénérative appliquée aux pertes buccales et faciales. Utiliser ces outils pour l'étude des questions suivantes : efficacité, services de santé, économie de la santé, éthique, qualité de vie. [recoupement avec no 1 du Groupe 2 et no 2 du Groupe 3]
3. Immunité au niveau des muqueuses, inflammation et hypersensibilité aux aliments, aux agents volatils et aux micro-organismes dans les populations vulnérables; application des nouvelles connaissances à l'élaboration de stratégies préventives et de nouvelles approches pour la présentation des vaccins et des médicaments. [partenariat IALA et IMII]
1. Approche transdisciplinaire de la rééducation crânio-faciale dans le cas d'affections douloureuses, défigurantes et fonctionnellement incapacitantes :
- déficits traumatiques, congénitaux, chirurgicaux
- douleurs chroniques et affections neurologiques
- conséquences des caries, des parodontopathies et des pertes de dents [recoupement avec no 2 du Groupe 1]
2. Percées importantes en recherche clinique, en recherche sur les services de santé et en recherche transférable

Groupe 3 : Biomatériaux et matériels médicaux Groupe 4 : Priorités relatives à la santé autochtone et rurale
1. Établir des partenariats inter-facultaires, industriels et interdisciplinaires [centres/réseaux] pour produire et appliquer les connaissances sur les nouveaux biomatériaux, les nouveaux matériels de présentation de produits pharmaceutiques et les nouveaux marqueurs/instruments diagnostiques.
2. Liens entre la recherche en matière de politiques et de services de santé et l'efficacité, la durée utile et la toxicologie des biomatériaux.
[recoupement avec no 2 du Groupe 1]
Former des équipes de recherche respectueuses des cultures [clients, dispensateurs de soins, universitaires, IRSC, organisations gouvernementales de santé] pour rédiger des appels de demandes visant de nouvelles façons d'améliorer la santé d'une population visée - processus ciblé et itératif
- distribution des affections buccales et crânio-faciales / fardeau
- variables de risque
- modèles d'évaluation, de prévention, de traitement, de sensibilisation, de promotion de la santé

Renforcement de la capacité de recherche, des partenariats et du transfert des connaissances


Groupe 1 : Formation, recrutement, mentorat, entrée dans le système, responsabilité des facultés et des instituts de recherche dans le domaine du développement professionnel
Groupe 2 : Nouveaux domaines, collaborations, programmes de recherche transdisciplinaire
1. Créer une base de données sur les domaines d'expertise des chercheurs et les installations de base accessibles
2. Former des partenariats avec les organismes qui peuvent produire des données sur la santé buccale de la population
3. Organiser des ateliers pour définir les priorités de collaboration et pour mettre au point des appels de demandes visant des solutions interdisciplinaires
4. Créer des programmes de visite pour transmettre l'expertise
1. Créer une base de données sur les domaines d'expertise des chercheurs et les installations de base accessibles
2. Former des partenariats avec les organismes qui peuvent produire des données sur la santé buccale de la population
3. Organiser des ateliers pour définir les priorités de collaboration et pour mettre au point des appels de demandes visant des solutions interdisciplinaires
4. Créer des programmes de visite pour transmettre l'expertise

Groupe 3 : Formulation d'une perspective et d'une culture nationales pour la recherche en santé buccale
Groupe 4 : Établissement de partenariats entre les consommateurs, les instituts, les réseaux d'excellence, les fondations et l'industrie
1. Élaborer une stratégie ou un processus de coordination de la recherche sur la santé buccale
2. Former des partenariats ouverts et étendus
3. Lier les priorités, les thèmes et les capacités
4. Élaborer une stratégie de communication
5. Rehausser le profil et l'importance de la santé buccale et de la recherche en santé buccale
1. Créer un modèle de réseau (incluant tous les partenaires éventuels), doté d'un conseil d'administration
2. Établir un processus d'élaboration et de mise en oeuvre de projet qui permette de transférer les priorités du conseil d'administration aux conseils de projet
3. Constituer une base de données sur les partenaires et les lacunes en matière de connaissances
4. Organiser des ateliers pour susciter les changements de mentalité nécessaires au bon fonctionnement des partenariats
Date de modification :