Rapport annuel 2006-2007

Table des matières ]

Message du président

Une révolution est en cours dans la recherche en santé. De nouveaux champs scientifiques offrent des possibilités nouvelles et excitantes de réaliser des progrès en santé. Plusieurs forces clés transformeront notre approche en ce qui concerne la santé et la prestation des soins de santé dans les décennies à venir.

La biologie, la plus passionnante des sciences à l'heure actuelle et celle qui évolue le plus rapidement, est la première de ces forces. Les connaissances issues de la biologie aujourd'hui ouvrent la voie à de nouveaux diagnostics, à de nouveaux traitements, et à une nouvelle ère de médicaments individualisés.

Les technologies de l'information et des communications entraîneront des changements quant à notre façon d'analyser les personnes, les populations et les systèmes de santé. Ces technologies ont le pouvoir de relier notre maison, notre corps, notre dossier médical électronique, nos cliniques et nos hôpitaux.

La médecine régénératrice est la troisième force, qui changera la façon dont on répare et remplace les parties défectueuses ou usées du corps.

Ensemble, ces trois forces sont le moteur de cette révolution de la recherche en santé.

Les Instituts de recherche en santé du Canada (IRSC) ont été créés dans le contexte de ce paysage qui change rapidement. Aujourd'hui, nous sommes prêts à aider le Canada à prendre sa place parmi les champions de la productivité mondiale et à atteindre ses objectifs de santé et de prospérité.

Nous prenons plusieurs moyens à cette fin :

Nous assurons l'excellence de la recherche en finançant seulement les demandes de subvention les plus valables, après examen par les pairs.

Nous appuyons le développement de ce que le gouvernement du Canada a appelé, dans Avantage Canada, la main-d'oeuvre la mieux instruite, la plus compétente et la plus souple du monde. Depuis 2000, le nombre d'étudiants des cycles supérieurs financés par les IRSC a doublé, ce grâce à des investissements de plus de 100 millions de dollars dans leur perfectionnement professionnel.

Nous dirigeons de nouveaux investissements vers des secteurs où le Canada peut devenir un chef de file mondial, notamment en recherche clinique, en génétique humaine et en recherche sur les services de santé, ainsi que vers des priorités pour le gouvernement et le Canada comme l'obésité et l'autisme.

Nous exerçons un effet de levier sur l'investissement dans de grands projets scientifiques et commerciaux à l'échelle nationale. Les partenaires des IRSC ont versé près de 90 millions de dollars en 2006-2007 pour financer la recherche en santé. Les programmes en partenariat avec l'industrie optimisent le financement du secteur public à un taux de 2:1 ou plus.

Nous favorisons la commercialisation des découvertes canadiennes grâce aux liens établis entre les universités et le secteur privé.

Le Canada est reconnu à l'échelle mondiale pour l'approche stratégique, inclusive et axée sur les résultats des IRSC. Un comité d'examen international prestigieux a félicité les IRSC pour leur travail accompli à ce jour, en soulignant que le Canada servait d'exemple au reste du monde. Et au Royaume-Uni, le rapport Cooksey, lequel traitait du soutien à la recherche en santé dans ce pays, citait en exemple les IRSC et le Canada comme modèles à émuler.

Dans tout cela, nous n'avons jamais perdu de vue le but ultime de la recherche : améliorer la santé des gens au Canada et dans le monde entier - des gens comme ceux dont il sera question dans le présent rapport.

Nous savons que la recherche, en particulier la recherche en santé, est un des investissements les plus judicieux, efficaces et prudents qu'une société puisse faire. Voir l'impact que la recherche en santé a sur les gens confirme à nos yeux l'importance du travail des IRSC.

Notre succès est attribuable dans une très grande mesure au personnel dévoué et talentueux des IRSC, ainsi qu'aux contributions de notre conseil d'administration, de nos 13 directeurs scientifiques et des conseils consultatifs des instituts, des bénévoles qui font partie de nos comités d'examen par les pairs, et de nos centaines de partenaires dans les secteurs public et privé. Évidemment, notre travail ne serait pas possible non plus sans le soutien continu des parlementaires. Je voudrais profiter de l'occasion pour les remercier de leurs contributions et de leur appui hier, aujourd'hui et demain.

Dr Alan Bernstein, O.C., MSRC
Président
Instituts de recherche en santé du Canada

Date de modification :