Initiative de recherche sur le VIH/SIDA
Plan stratégique 2008–2013
Septembre 2008

Table des matières


Message du directeur scientifique

L'Institut des maladies infectieuses et immunitaires (IMII) a été établi par les Instituts de recherche en santé du Canada (IRSC) en 2000 pour être le champion de la solide communauté de recherche en infectiologie et en immunologie du Canada et tirer parti de sa capacité de protéger la santé des Canadiens. L'Institut des maladies infectieuses et immunitaires est à la tête de l'effort de recherche sur le VIH/sida des IRSC. La recherche sur le VIH/sida a été reconnue comme une des priorités stratégiques de l'Institut dans son premier plan stratégique et demeure une des cinq priorités de recherche énoncées dans son plan stratégique actuel (2007-2012).

L'épidémie de VIH/sida est mondiale et il n'y a actuellement aucun remède. Cependant, il existe une volonté internationale de répondre stratégiquement au besoin de mesures préventives, curatives, sociales et économiques pour s'attaquer au VIH/sida et enrayer sa progression.

Le gouvernement du Canada et la communauté de recherche canadienne sont déterminés à lutter contre l'épidémie de VIH/sida. Les Canadiens comprennent que ce qui survient à l'échelle planétaire a une importance locale, et que la recherche canadienne sur le VIH/sida stratégiquement ciblée et répondant à des critères d'excellence peut avoir un effet partout dans le monde sur la prévention de la propagation du VIH et l'amélioration ainsi que la protection de la santé et de la qualité de vie des personnes qui vivent avec le VIH/sida.

Le Canada est fort d'une solide tradition d'excellence et d'innovation dans la recherche sur le VIH/sida, et les IRSC globalement ont investi 132 millions de dollars dans la recherche sur le VIH/sida depuis 2000. Bien que la recherche sur le VIH/sida

soit pertinente pour les 13 instituts des IRSC et déborde le mandat de chacun des instituts, l'Institut des maladies infectieuses et immunitaires, au nom des IRSC, gère le financement de cette recherche. Outre l'investissement continu des IRSC dans la recherche sur le VIH/sida, l'Institut gère aussi la recherche à cet égard rendue possible grâce au financement de la Stratégie canadienne sur le VIH/sida (jusqu'en 2003-2004) – et plus récemment, de l'Initiative fédérale de lutte contre le VIH/sida – par le gouvernement du Canada. Les IRSC, par l'entremise de l'Institut des maladies infectieuses et immunitaires, et en partenariat avec Santé Canada, l'Agence de la santé publique du Canada et le Service correctionnel du Canada, supervise la composante recherche de l'Initiative fédérale de lutte contre le VIH/sida au Canada. De plus, au nom des IRSC, l'Institut des maladies infectieuses et immunitaires gère le financement de la recherche dans le cadre de l'Initiative canadienne de vaccin contre le VIH (ICVV), une collaboration entre le gouvernement du Canada et la Fondation Bill et Melinda Gates pour appuyer la découverte et l'administration d'un vaccin sûr et efficace contre le VIH.

L'élaboration du plan stratégique présenté ici a été entreprise par l'intermédiaire de l'Initiative de recherche sur le VIH/sida, une équipe administrative au sein des IRSC, et du Comité consultatif de la recherche sur le VIH/sida (CCRVSI) des IRSC, un groupe d'experts de l'extérieur, de représentants de divers instituts des IRSC et de représentants de la collectivité qui conseillent l'Institut des maladies infectieuses et immunitaires ainsi que le Comité de la recherche et de l'application des connaissances (CRAC) des IRSC relativement aux priorités de recherche en matière de VIH/sida.

Le plan stratégique est intégré et conforme au plan stratégique global de l'Institut des maladies infectieuses et immunitaires pour 2007-2012. Je félicite les chercheurs, les intervenants et les

organisations communautaires dans le secteur du VIH/sida qui ont contribué à son élaboration. Outre les nombreux groupes et personnes qui y sont allés de suggestions et d'avis précieux tout au long du processus, divers directeurs scientifiques des IRSC et membres du conseil consultatif de l'IMII ont également joué un rôle clé dans la préparation du plan, et je leur en suis profondément reconnaissant.

Enfin, j'aimerais remercier les membres du CCRVSI (présidé précédemment par le Dr Christopher Power, de l'Université de l'Alberta, et actuellement par le Dr Michael Grant, de l'Université Memorial de Terre-Neuve), ainsi que l'équipe de l'Initiative de recherche sur le VIH/sida (dirigée par Jennifer Gunning jusqu'en janvier 2008 et ensuite par Andrew Matejcic), pour leurs efforts afin que ce plan porte ses fruits.

Bhagirath Singh, Ph.D.
Directeur scientifique
Institut des maladies infectieuses et immunitaires des IRSC

Résumé

Le mandat de l'Initiative de recherche sur le VIH/sida des Instituts de recherche en santé du Canada (IRSC) est de déterminer les priorités de la recherche sur le VIH/sida et d'administrer l'aide à cette recherche au nom des IRSC afin de permettre à ces derniers de s'acquitter de leurs responsabilités partenariales dans le cadre de l'Initiative fédérale de lutte contre le VIH/sida au Canada.

Dans le contexte du mandat global et des priorités stratégiques des IRSC, la mission de l'Initiative de recherche sur le VIH/sida des IRSC est la suivante :

Assurer un leadership national pour soutenir et faciliter la recherche sur le VIH/sida, le renforcement de la capacité de recherche, les partenariats de recherche et l'application des connaissances qui contribuent à mettre fin à la propagation du VIH et à améliorer la vie des personnes qui vivent avec le VIH/sida ou qui y sont vulnérables.

La vision de l'Initiative de recherche sur le VIH/sida des IRSC est la suivante :

Faire du Canada un chef de file mondial dans la recherche sur le VIH/sida ayant un impact national et mondial sur l'épidémie de VIH/sida.

Les valeurs qui guident les décisions, les stratégies et les actions de l'Initiative de recherche sur le VIH/sida des IRSC sont l'excellence, l'innovation, la collaboration, l'inclusivité, la transparence et la responsabilité.

Les priorités de recherche stratégiques de l'Initiative de recherche sur le VIH/sida des IRSC pour la période de 2008 à 2013 sont les suivantes:

  • Systèmes, services et politiques de santé
  • Résilience, vulnérabilité et déterminants de la santé
  • Technologies de prévention et interventions
  • Mise au point de médicaments, toxicité et résistance
  • Pathogénèse
  • Problèmes de co-infection et comorbidité.

Les buts stratégiques de l'Initiative de recherche sur le VIH/sida des IRSC pour la période de 2008 à 2013 sont les suivants

  • Appuyer une recherche de classe mondiale sur le VIH/sida qui génère d'importantes connaissances et des idées nouvelles pour la prise de mesures nationales et mondiales contre l'épidémie de VIH/sida.
  • Attirer, former et garder un personnel de recherche exceptionnel sur le VIH/sida dans une vaste gamme de disciplines requises pour s'attaquer efficacement au VIH/sida.
  • Favoriser la mise en application des résultats de la recherche sur le VIH/sida.
  • Établir des partenariats qui mobilisent les intervenants et font avancer le programme de l'Initiative de recherche sur le VIH/sida des IRSC ainsi que les mesures prises par le Canada pour contrer l'épidémie de VIH/sida à l'échelle nationale et internationale.

Maintenir et favoriser l'excellence opérationnelle.

I. Introduction

Les chercheurs canadiens comprennent que ce qui se passe dans le monde a une incidence locale et, inversement, que l'excellente recherche entreprise au Canada peut avoir une incidence mondiale. Par conséquent, les chercheurs canadiens sur le VIH/sida continuent de consacrer beaucoup d'énergie à des efforts de recherche qui permettront aux Canadiens de s'attaquer plus efficacement aux défis d'ordre médical, social, sanitaire et économique que pose le VIH/sida.

L'épidémie de VIH/sida représente un des plus importants défis en matière de santé de notre époque. Depuis que le premier cas de VIH/sida a été découvert il y a plus de deux décennies, l'épidémie a fait plus de 25 millions de morts. Elle laisse derrière elle des partenaires, des enfants, des parents, des amis, des collectivités et des pays changés pour toujours par les conséquences de ce virus mortel sur la santé, la société et l'économie. Bien que l'Afrique demeure le continent le plus gravement touché, l'épidémie de VIH/sida a des ramifications partout dans le monde, et le paysage canadien des soins de santé a été transformé dans le sillage de sa progression mondiale.

En août 2006, le nombre de Canadiens morts du VIH/sida était estimé à près de 13 3261, et le nombre de ceux qui vivaient avec l'infection était estimé à 58 0002, soit une augmentation de 16 % du nombre de Canadiens vivant avec la maladie depuis 2000.

Même si le nombre de nouvelles infections au Canada en 2005 était plus élevé qu'en 2002, les taux de décès ont diminué de manière importante d'une année à l'autre, résultat d'avancées médicales qui ont permis d'accroître l'espérance de vie des personnes infectées.

Le VIH/sida a l'impact le plus marqué sur les populations canadiennes vulnérables à diverses inégalités sur le plan de la santé, des droits humains, et des conditions sociales et économiques. Les hommes qui ont des relations sexuelles avec d'autres hommes demeurent la population au Canada chez qui le taux d'infection, à 45 %, est le plus élevé, mais le VIH/sida atteint de plus en plus d'autres populations, dont les Autochtones, chez qui le taux d'infection augmente plus rapidement que dans n'importe quel autre groupe. Le taux de nouvelles infections signalées chez les Autochtones en 2005 était de 9 %, ce qui est presque trois fois plus élevé que chez les non-Autochtones. Les taux d'infection augmentent aussi chez les femmes, les utilisateurs de drogue par injection, les détenus, les jeunes et les personnes de pays où le VIH/sida est endémique. De plus, on estime que plus de 27 % des Canadiens infectés ne savent pas qu'ils ont le VIH.

En dépit d'importants progrès dans le diagnostic, le traitement et la prise en charge du VIH/sida, en cette troisième décennie de l'épidémie de sida, on estime à 39,5 millions le nombre de personnes qui vivent avec le VIH/sida dans le monde3. Alors que la recherche a préparé le terrain pour la mise au point de produits thérapeutiques qui facilitent les stratégies de prise en charge de la maladie afin de protéger la vie des personnes frappées par le VIH/sida, la prévention du VIH et un remède pour le sida continuent d'être une priorité mondiale pour les chercheurs sur le VIH/sida. Le Canada a contribué d'importante façon aux aspects médicaux de la lutte contre l'épidémie et s'est en outre attaqué aux facteurs et aux inégalités sur le plan social et économique qui rendent les gens vulnérables au VIH/sida.

Le premier cas de sida a été diagnostiqué au Canada au début des années 1980. Une décennie plus tard, dans les années 1990, le gouvernement du Canada a lancé la Stratégie nationale sur le sida, en reconnaissance du besoin d'une approche structurée pour lutter contre l'épidémie croissante. Depuis ce temps, la stratégie du Canada par rapport au VIH/sida a évolué en réponse aux avancées nationales et mondiales, et aux leçons nationales et internationales tirées dans la lutte contre cette épidémie.

En 1998, le gouvernement du Canada a annoncé la Stratégie canadienne sur le VIH/sida, qui a guidé la réponse nationale au VIH/sida jusqu'en 2004. En vertu de cette stratégie, 12 millions de dollars par année étaient destinés à la recherche extra-muros sur le VIH/sida 4. Le Conseil de recherches médicales du Canada (CRM) et, après 2000, les IRSC 5 ont initialement géré le volet biomédical et clinique de ce programme de recherche extra-muros. Trois autres volets de financement, soit un fonds de 3,2 millions de dollars pour l'infrastructure de recherche à l'appui d'un réseau canadien pour les essais cliniques VIH/sida, le volet recherche en épidémiologie et en santé publique auquel 2,4 millions de dollars ont été affectés, et le Programme de recherche communautaire sur le VIH/sida, financé à hauteur de 1,8 million de dollars, ont été administrés au départ par le Programme national de recherche et développement en matière de santé de Santé Canada (PNRDS).

Lorsque les IRSC ont pris en charge le PNRDS en 2001, les responsabilités pour l'investissement des fonds de recherche en épidémiologie et en santé publique relativement au VIH/sida et l'administration du Réseau canadien pour les essais cliniques VIH/sida leur ont été transférées. Le Programme de recherche communautaire sur le VIH/sida a été brièvement géré par Santé Canada, qui allait en 2004 céder la responsabilité de son exécution aux IRSC.

En 2000, les organismes et ministères fédéraux, provinciaux et territoriaux ainsi que les organisations d'intervenants au niveau communautaire, les professionnels de la santé, les chercheurs, les éducateurs et les militants individuels dans le domaine du VIH/sida ont reconnu unanimement le besoin d'une réponse plus coordonnée et stratégique à l'épidémie de VIH/sida.

Depuis la réunion de planification initiale tenue en 2000 à Gray Rocks (Québec), il était clair qu'on était généralement en faveur de l'élaboration d'une stratégie nationale de lutte contre le VIH/sida qui reposerait sur la prémisse d'une plus grande collaboration entre les organisations, les secteurs et les paliers de gouvernement, et un meilleur échange des connaissances, des compétences et des ressources à l'intérieur d'un cadre commun. Un accord général sur le besoin d'une approche plus efficace de lutte contre le VIH/sida a conduit à la formation d'une alliance pancanadienne des organisations d'intervenants en matière de VIH/sida.

Une stratégie reposant sur un consensus pancanadien multi-intervenants a été publiée sous sa forme finale en octobre 2005 dans un rapport qui avait pour titre Au premier plan : le Canada se mobilise contre le VIH/sida (2005-2010) (Au premier plan). Pour sa part, le gouvernement du Canada a publié son plan stratégique à la fin de 2004. Il avait pour titre Initiative fédérale de lutte contre le VIH/sida au Canada : renforcer l'intervention fédérale dans la réponse du Canada au VIH/sida (Initiative fédérale6 et représentait un engagement de la part du gouvernement du Canada à mener une action stratégique préalablement à la publication d'Au premier plan. L'Initiative fédérale représentait la nouvelle version d'une stratégie nationale en matière de VIH/sida, qui s'inscrivait dans le prolongement de la Stratégie canadienne sur le VIH/sida de 1998 et s'inspirait des enseignements de la Déclaration de la session spéciale de l'Assemblée générale des Nations Unies sur le VIH/sida en 2001, dans laquelle étaient réclamées des interventions régionales, nationales et internationales renforcées, et particulièrement des plans stratégiques nationaux, pour lutter contre le VIH/sida.

L'Initiative fédérale vise à débarrasser le Canada du VIH et du sida, et des conditions sous-jacentes qui rendent les Canadiens vulnérables à l'épidémie. Elle a engagé le gouvernement du Canada à élaborer des réponses à l'épidémie de VIH/sida à la fois biomédicales et adaptées aux populations, et reconnaît que s'attaquer aux causes profondes de l'épidémie est la seule façon d'en finir avec elle.

Des programmes en marge de l'Initiative fédérale ont été lancés en 2005, comme engagement durable du gouvernement du Canada de s'attaquer au VIH/sida. Ces programmes bénéficient d'un financement permanent à même le budget des services

votés. Le niveau de financement actuel de toutes les initiatives en matière de VIH/sida a doublé, passant de 42,2 millions de dollars à 84,4 millions de dollars par année en 2008-2009. En 2007-2008, l'Initiative fédérale de lutte contre le VIH/sida au Canada a alloué plus de 19 millions de dollars pour la recherche sur le VIH/sida. Cette somme a été majorée en 2008-2009 et représente désormais un investissement soutenu de 22,6 millions de dollars par année.

Quatre organisations partenaires pour sa mise en œuvre sont désignées dans l'Initiative fédérale, soit les IRSC, Santé Canada, le Service correctionnel du Canada et l'Agence de la santé publique du Canada. Bien que chaque partenaire ait un rôle particulier à jouer dans la lutte contre l'épidémie et ses causes sous-jacentes, le succès de l'Initiative fédérale dépend d'une collaboration et d'une coordination étroites entre les partenaires.

De concert avec les autres ministères et organismes fédéraux, les ministères provinciaux et territoriaux, les organisations non gouvernementales et les autres intervenants, les quatre partenaires dans la mise en œuvre sont résolus à travailler ensemble pour atteindre les buts suivants:

  • Prévenir l'apparition et la transmission de nouvelles infections;
  • Ralentir la progression de la maladie et améliorer la qualité de vie;
  • Alléger l'impact social et économique du VIH/sida;
  • Contribuer aux efforts mondiaux d'endiguement du VIH et atténuer l'impact de la maladie.

La détermination de l'orientation future de la recherche sur le VIH/sida au Canada est une responsabilité centrale des IRSC, l'organisme qui met en œuvre la composante recherche sur le VIH/sida de l'Initiative fédérale. L'Initiative fédérale reconnaît l'importance d'un solide programme de recherche pour guider la réponse du Canada au VIH/sida. Au sein des IRSC, l'Institut des maladies infectieuses et immunitaires guide l'élaboration et l'appui des programmes de recherche rendus possibles par l'Initiative fédérale.

L'Institut des maladies infectieuses et immunitaires a reconnu le VIH/sida comme priorité de recherche au cours des cinq dernières années, et il a confirmé que la maladie demeurerait un de ses cinq thèmes de recherche prioritaires dans son plan stratégique pour 2007-20127. L'Institut s'est engagé à appuyer les initiatives de recherche, de renforcement de la capacité et d'application des connaissances en matière de VIH/sida dans tous les thèmes de recherche en santé des IRSC. L'Institut détermine les priorités, forme des partenariats et établit des initiatives de financement stratégiques afin de contribuer à l'avancement du programme de recherche sur le VIH/sida au Canada. À l'appui de l'Initiative fédérale, l'Institut gère une unité administrative distincte – l'Initiative de recherche sur le VIH/sida des IRSC –, qui rend compte aux IRSC par l'entremise de l'Institut, et aussi directement à l'Initiative fédérale et (par l'entremise de cette dernière) au Conseil du Trésor. L'Initiative de recherche sur le VIH/sida des IRSC assure la gestion et l'administration courantes des contributions des IRSC à l'Initiative fédérale et des obligations de l'organisme à cet égard.

L'Institut renseigne les responsables des politiques sur le besoin d'investissements accrus dans la recherche sur le VIH/sida, et en 2003, après consultation de divers intervenants, les IRSC ont formé un nouveau sous-comité du conseil consultatif de l'Institut pour conseiller ce dernier sur l'élaboration stratégique de son programme de recherche en matière de VIH/sida. Appuyé par le président des IRSC et le Comité de planification et des priorités de recherche de l'organisme, ce comité, connu sous le nom de Comité consultatif de la recherche sur le VIH/sida des IRSC (CCRVSI)8, est composé d'experts de tous les aspects de la recherche canadienne sur le VIH/sida, qui comprennent la dynamique complexe de la communauté de recherche sur le VIH/sida, qui sont capables de faire des recommandations sur des politiques et des programmes de recherche que l'ensemble des IRSC appuierait, et qui sont en mesure d'inspirer les chercheurs sur le VIH/sida et les personnes qui vivent avec cette maladie et/ou y sont exposées.

Le mandat du CCRVSI est de présenter des recommandations à l'Institut des maladies infectieuses et immunitaires et au Comité de la recherche et de l'application des connaissances (CRAC) (anciennement le Comité de planification et des priorités de recherche) des IRSC concernant les priorités de recherche en matière de VIH/sida. En particulier, le CCRVSI conseille l'Institut des maladies infectieuses et immunitaires sur des initiatives stratégiques visant à faire avancer la recherche canadienne sur le VIH/sida. Avec l'aide d'un sous-comité spécialisé, le CCRVSI joue aussi un rôle consultatif relativement au Programme de recherche communautaire des IRSC.

La composition du CCRVSI lui permet d'être la voix des chercheurs sur le VIH/sida au sein des IRSC, en plus de faciliter la communication entre les parties prenantes dans la recherche sur le VIH/sida.

En 2005, le CCRVSI a entrepris de déterminer des priorités stratégiques pour la recherche sur le VIH/sida aux IRSC qui permettraient à ces derniers d'investir systématiquement dans la recherche en matière de VIH/sida d'une manière qui tiendrait compte des priorités et des valeurs de toute la gamme des intervenants en cause.

Sous la direction du CCRVSI et à la suite de consultations menées auprès d'un vaste éventail d'intervenants, on a défini six thèmes de recherche prioritaires pour les investissements des IRSC dans la recherche sur le VIH/sida. Ces thèmes étaient les suivants :

  • Systèmes, services et politiques de santé
  • Résilience, vulnérabilité et déterminants de la santé
  • Technologies de prévention et interventions
  • Mise au point de médicaments, toxicité et résistance
  • Pathogénèse
  • Problèmes de co-infection.9

Le CCRVSI a par la suite recommandé que ces priorités de recherche s'insèrent dans un plan stratégique expressément conçu pour l'Initiative de recherche sur le VIH/sida des IRSC et soient conformes au Plan stratégique des IRSC pour l'innovation et la recherche en santé ainsi qu'au Plan stratégique 2007-2012 de l'Institut des maladies infectieuses et immunitaires.

Les IRSC et l'Initiative fédérale ont déterminé qu'outre une recherche fondamentale et appliquée de classe mondiale, le maintien et l'amélioration de l'infrastructure permettant des essais cliniques sur le VIH/sida représentaient un élément clé d'une réponse scientifique complète à l'épidémie de VIH/sida. Le Réseau canadien pour les essais VIH (RCEV) constitue un élément clé de la Stratégie canadienne sur le VIH/sida du gouvernement du Canada depuis 1990. Avec l'appui de l'Initiative fédérale, les IRSC continuent d'investir dans une infrastructure de réseau pour d'importants essais cliniques afin de faire du Canada un chef de file mondial dans la recherche clinique sur le VIH/sida et de faciliter la mise en place de l'infrastructure de recherche nécessaire pour favoriser un environnement de collaboration qui permettra aux chercheurs de procéder à des essais cliniques pancanadiens sur le VIH/sida répondant à des critères d'excellence et d'éthique.

L'Institut des maladies infectieuses et immunitaires est également un partenaire de l'Initiative canadienne de vaccin contre le VIH (ICVV), une collaboration entre le gouvernement du Canada et la Fondation Bill et Melinda Gates qui vise à améliorer les contributions du Canada à la découverte et à l'administration d'un vaccin sûr et efficace contre le VIH. Cette initiative est un exemple de la manière dont les partenariats permettent de multiplier le financement et d'accroître l'impact de l'aide du gouvernement du Canada dans les secteurs prioritaires des IRSC et de l'Initiative fédérale.

L'engagement des IRSC à l'égard de la recherche sur le VIH/sida a été important, et la communauté des intervenants a été invitée à jouer un rôle de premier plan en façonnant la nature de cet engagement. L'Initiative de recherche sur le VIH/sida des IRSC

étant un programme phare au sein des IRSC, qui suscite une attention considérable de la part des chercheurs et des communautés d'intervenants en matière de VIH/sida, un plan stratégique qui définit ses buts et objectifs et qui guide ses activités et investissements au cours des cinq prochaines années est justifié et opportun.

Le présent document vise à placer les priorités de recherche stratégiques sur le VIH/sida du Canada dans le contexte d'un plan stratégique global qui sera un guide utile pour les investissements futurs dans l'Initiative de recherche sur le VIH/sida des IRSC.

II. Mandat, mission, vision et valeurs de l'Initiative de recherche sur le VIH/sida

Le mandat de l'Initiative de recherche sur le VIH/sida des Instituts de recherche en santé du Canada (IRSC) est de déterminer les priorités de la recherche sur le VIH/sida et d'administrer l'aide à cette recherche au nom des IRSC afin de permettre à ces derniers de s'acquitter de leurs responsabilités partenariales dans le cadre de l'Initiative fédérale de lutte contre le VIH/sida au Canada.

Dans le contexte du mandat global et des priorités stratégiques des IRSC, la mission de l'Initiative de recherche sur le VIH/sida des IRSC est la suivante :

Assurer un leadership national pour soutenir et faciliter la recherche sur le VIH/sida, le renforcement de la capacité de recherche, les partenariats de recherche et l'application des connaissances qui contribuent à mettre fin à la propagation du VIH et à améliorer la vie des personnes qui vivent avec le VIH/sida ou qui y sont vulnérables.

La vision de l'Initiative de recherche sur le VIH/sida des IRSC est la suivante :

Faire du Canada un chef de file mondial dans la recherche sur le VIH/sida ayant un impact national et mondial sur l'épidémie de VIH/sida.

Les valeurs qui guident les décisions, les stratégies et les actions de l'Initiative de recherche sur le VIH/sida des IRSC sont :

Excellence : Appuyer l'excellence dans la recherche scientifique et l'application des connaissances.

Innovation : Encourager et faciliter l'introduction de nouvelles idées, approches, possibilités et pratiques.

Collaboration : Adopter des comportements positifs, responsables, éthiques et mutuellement respectueux dans toutes les relations avec les organisations partenaires, les chercheurs, les stagiaires, les communautés partenaires et les personnes qui vivent avec le VIH/sida ou qui y sont vulnérables.

Inclusivité : Consulter les personnes et les représentants communautaires des populations et organisations concernées par la recherche sur le VIH/sida.

Transparence et responsabilité : S'assurer que les processus décisionnels sont justes, ouverts et fondés sur des principes éthiques, que les conflits d'intérêts sont divulgués et gérés comme il se doit, et que des mécanismes de responsabilité simples et des indicateurs de rendement clairs sont mis en place pour toutes les activités.

III. Priorités de recherche stratégique

Définir les priorités de recherche est une responsabilité clé de tous les instituts des IRSC. Un élément central de la contribution des IRSC à l'Initiative fédérale de lutte contre le VIH/sida au Canada est la détermination de priorités de recherche nationales en matière de VIH/sida.

La recherche sur le VIH/sida peut être financée dans le cadre du Programme de subventions ouvert des IRSC. De plus, l'Initiative de recherche sur le VIH/sida des IRSC a quatre axes de financement dans lesquels la recherche sur le VIH/sida sera financée. Ce sont :

  • Recherche biomédicale, recherche clinique;
  • Recherche sur les services de santé et la santé des populations;
  • Recherche communautaire
  • Réseau d'essais cliniques sur le VIH/sida

Dans l'Initiative fédérale de lutte contre le VIH/sida au Canada, un engagement ferme est pris en faveur de réponses à l'épidémie de VIH/sida adaptées à des populations particulières, s'il y a lieu. Huit populations clés à prendre en compte de façon particulière dans les programmes futurs en matière de VIH/sida, dont les programmes de recherche, sont les suivantes selon l'Initiative fédérale:

  • Personnes vivant avec le VIH/sida;
  • Homosexuels;
  • Utilisateurs de drogues par injection;
  • Autochtones;
  • Détenus;
  • Jeunes à risque;
  • Femmes à risque;
  • Personnes provenant de pays où le VIH est endémique10.

L'Initiative de recherche sur le VIH/sida a dégagé six thèmes de recherche prioritaires autour desquels s'articuleront les programmes de soutien de la recherche sur le VIH/sida au cours de la période de 2008 à 2013 :

  • Systèmes, services et politiques de santé
  • Résilience, vulnérabilité et déterminants de la santé
  • Technologies de prévention et interventions
  • Mise au point de médicaments, toxicité et résistance
  • Pathogénèse
  • Problèmes de co-infection et comorbidité.

Ces priorités de recherche encouragent des approches axées sur des populations particulières ciblées par l'Initiative fédérale, dont les personnes qui vivent avec le VIH/sida, les homosexuels, les utilisateurs de drogues par injection, les Autochtones, les détenus, les jeunes et les femmes à risque, et les personnes venant de pays où il y a endémie de VIH. Les priorités de recherche indiquées sont aussi pertinentes pour la recherche mondiale sur le VIH/sida qui cadre avec les politiques des IRSC.

Chacun des thèmes de recherche prioritaires est résumé brièvement ci-après :

Systèmes, services et politiques de santé

L'accessibilité et l'utilisation accrue des services de dépistage, de soins, de traitement et de prévention sont essentielles pour que le Canada puisse continuer à échapper à l'épidémie de VIH/sida. Il est important de comprendre les obstacles à l'accessibilité des services de même que les facteurs qui favorisent l'accès aux soins pour assurer la sagesse de la prise de décision et des orientations en matière de politique publique dans les milieux de soins de santé. La vitalité et le dynamisme des ressources humaines en santé sont aussi d'importantes conditions qui permettent d'assurer l'accès aux services et aux traitements pour le VIH/sida.

Un accès accru aux soins et aux services entraîne souvent une augmentation des coûts des soins de santé. À mesure qu'avance la recherche liée à la prévention, au traitement et à la réadaptation, et que de nouvelles stratégies et technologies se révèlent efficaces, les types et les normes de soins changent. L'impact d'un meilleur accès aux services existants et de la création de nouveaux services et produits doit être compris afin que nous puissions prévoir et prédire les changements nécessaires dans les politiques, les programmes et les services de santé, ainsi que dans les pratiques de soins de santé.

La recherche pertinente peut porter sur :

  • accessibilité, utilisation, qualité et efficacité des services de dépistage, de prévention, de soins et de réadaptation ainsi que des autres services de traitement, dans tout le continuum des soins de santé, y compris les soins communautaires, primaires et tertiaires;
  • compréhension des facteurs qui compliquent ou facilitent l'accès, en particulier pour les populations et les sous-populations clés;
  • viabilité d'un accès amélioré aux services, y compris incidences économiques et mise en équilibre du rapport coût-efficacité des services avec l'accès pour les populations difficiles à atteindre, incarcérées ou en voie de réinsertion sociale;
  • stratégies/interventions visant à accroître la qualité et l'utilisation des programmes de prévention, de soins et de traitement, ainsi que l'adoption de ces programmes, y compris le rôle des organisations communautaires de lutte contre le sida;
  • impact de l'accès aux traitements, aux soins et aux interventions de prévention sur la personne, la famille et la communauté;
  • questions de réglementation, comme l'approbation accélérée et la surveillance post-approbation des produits de prévention et de traitement.

Résilience, vulnérabilité et déterminants de la santé

Les taux d'infection au VIH varient considérablement d'une population à l'autre au Canada et dans le monde. Afin de lutter plus efficacement contre l'épidémie de VIH/sida, il est essentiel de mieux comprendre ce qui fait que certaines populations et certaines personnes selon le genre sont particulièrement vulnérables au VIH et à d'autres maladies infectieuses, alors que d'autres populations vivant dans des conditions similaires semblent plus résilientes. Les déterminants de la santé (p. ex.emploi, logement, inclusion/exclusion sociale, facteurs comportementaux et psychologiques) peuvent avoir un impact marqué sur la santé et le bien-être des personnes et des collectivités, y compris sur leur vulnérabilité et leur capacité de faire face à l'infection par le VIH. Plus de recherche sur le rôle de la stigmatisation et de la discrimination que subissent les personnes qui vivent avec leVIH, ainsi que sur l'expérience des populations vulnérables, contribuera également à une meilleure compréhension de ces questions et de leurs impacts.

La recherche pertinente peut porter sur:

  • l'impact des déterminants structurels, sociaux, culturels et individuels de la santé sur la contraction et transmission du VIH et de co-infections courantes, ainsi que sur la qualité de vie des personnes infectées;
  • des stratégies efficaces pour réduire les vulnérabilités et accroître la résilience chez des personnes de genres spécifiques, des populations et des groupes d'âge particuliers;
  • la façon dont différentes personnes et communautés sont touchées par le VIH/sida et composent avec la maladie à toutes les étapes de la vie;
  • d'autres facteurs (p. ex. santé mentale) qui accroissent la vulnérabilité à l'infection par le VIH au sein de populations particulières.

Technologies de prévention et interventions

Il est nécessaire de mettre en place de meilleures stratégies de prévention afin de renverser les taux de plus en plus élevés d'infection que l'on enregistre dans certaines populations et de stopper la propagation du VIH. Les interventions comportementales, sociales et médicales font toute partie intégrante d'une approche globale de prévention du VIH. La recherche biomédicale et clinique sur les technologies de prévention, comme les vaccins et les microbicides, ainsi que l'étude des interventions comportementales et sociales adaptées à la culture et l'analyse des questions juridiques et politiques s'avèrent essentielles.

La recherche pertinente peut porter sur:

  • la mise au point de vaccins thérapeutiques et préventifs;
  • la découverte de nouvelles stratégies (p. ex. microbicides ou prophylaxie pré- et post-exposition);
  • les interventions comportementales et sociales et les outils et stratégies de « prévention positive » expressément conçues pour des populations clés à risque, y compris leur efficacité et leur impact sur les personnes, les familles et le milieu;
  • les effets des cadres juridiques et stratégiques qui influent sur la prévention, comme des stratégies de réduction des préjudices chez les consommateurs de drogues injectables et le développement des programmes de traitement pour prévenir de nouvelles infections.

Mise au point de médicaments, toxicité et résistance

Il faut mettre au point des pharmacothérapies nouvelles et plus efficaces pour lutter contre l'infection par le VIH. Même si les traitements actuels réussissent à prolonger la vie des personnes infectées par le VIH, ils entraînent de sérieuses complications, y compris des pharmacotoxicités et la pharmacorésistance. Les régimes de traitement peuvent aussi être extrêmement contraignants sur le plan de l'adhésion à ces régimes et de l'évaluation de l'adhésion. La découverte de nouveaux médicaments moins toxiques et de régimes de traitement plus simples revêt encore beaucoup d'importance pour les personnes atteintes du VIH.

La recherche pertinente peut porter sur :

  • la découverte, la mise au point et la mise à l'essai de nouvelles pharmacothérapies, y compris des thérapies combinées et de sauvetage;
  • la compréhension des mécanismes de résistance aux médicaments, de toxicité et d'interaction médicamenteuse;
  • le rôle de la surveillance des médicaments thérapeutiques;
  • la compréhension des besoins en matière de traitement et la mise au point de traitements adaptés à des populations précises.

Pathogenèse

Notre contrôle et notre traitement du VIH exigent à la base que nous connaissions mieux les mécanismes sous-jacents du virus lui-même et de la réponse de l'hôte. La recherche à cet égard est cruciale pour la mise au point éventuelle de nouvelles stratégies de traitement et de prévention du VIH. Tous les domaines de recherche qui contribuent à une meilleure compréhension de la pathogenèse du VIH sont considérés comme importants.

La recherche pertinente peut porter sur :

  • les interactions hôte-virus intracellulaires et extracellulaires (c'est-à-dire facteurs de restriction, tropisme cellulaire);
  • l'assemblage et la libération des particules virales;
  • l'immunologie, y compris l'immunité cellulaire, humorale et naturelle, et corrélats de l'immunité protectrice;
  • les déterminants moléculaires et cellulaires impliqués dans la transmission du virus et la progression de la maladie (y compris la latence et l'activation);
  • les lésions d'origine virale d'un organe cible (p. ex. système nerveux, système rénal, tissus cutanés/adipeux)
  • les systèmes modèles expérimentaux humains ou animaux.

Problèmes de co-infection et comorbidité

Il n'est pas rare que les personnes infectées par le VIH soient touchées par d'autres affections ou y demeurent vulnérables. Cette vulnérabilité est attribuable en partie aux situations qui ont causé l'infection à l'origine, comme la consommation de drogues et d'alcool, la maladie mentale et l'itinérance, ainsi qu'à d'autres facteurs biologiques, notamment l'immunodépression. Les facteurs de risque courants pour le VIH et d'autres infections sont abordés dans le cadre de la priorité sur la résilience, la vulnérabilité et les déterminants de la santé. Celle-ci met l'accent sur les conséquences de l'infection au VIH pour d'autres maladies, la mise au point de traitements adaptés aux besoins des personnes co-infectées, ainsi que sur la compréhension des facteurs biologiques qui rendent les personnes atteintes du VIH vulnérables à d'autres maladies infectieuses.

La recherche pertinente peut porter sur :

  • les facteurs biologiques qui contribuent à l'incidence de la co-infection du VIH avec d'autres infections transmises sexuellement (p. ex. herpès simplex virus type 2) et maladies infectieuses;
  • l'impact de co-infections et de comorbidités comme l'hépatite C, la tuberculose, le paludisme et d'autres agents infectieux sur le VIH et la santé des personnes vivant avec le VIH/sida, ainsi que l'impact du VIH sur les co-infections, les maladies chroniques et les maladies mentales;
  • la prévention et le contrôle des co-infections et des comorbidités associées au VIH/sida, y compris les traitements efficaces pour les co-infections et les maladies et invalidités liées au sida;
  • les questions concernant l'infection à plusieurs souches du VIH.

Ces six priorités serviront à guider les investissements stratégiques des IRSC dans la recherche sur le VIH/sida et le financement de l'Initiative fédérale administré par les IRSC. Le CCRVSI examinera le financement affecté aux divers thèmes et le besoin de mettre à jour les priorités chaque année. Dans chaque axe de recherche prioritaire, diverses approches méthodologiques et disciplinaires provenant des sciences de base, des sciences biomédicales, des sciences humaines, des mathématiques et des sciences appliquées peuvent être pertinentes pour relever les défis en matière de VIH/sida soulevés dans le plan.

Les investissements des IRSC dans l'ICVV correspondent aux priorités ci-dessus. Des consultations supplémentaires permettront d'établir les priorités de recherche particulières de l'ICVV.

La recherche qui contribue à la lutte contre l'épidémie de VIH au niveau international, y compris les projets réalisés en partenariat avec des pays à faible et à moyen revenu, s'inscrira dans les thèmes de recherche prioritaires pour la période de 2008 à 2013.

IV. Buts, objectifs et mesures stratégiques

Cinq buts stratégiques à poursuivre d'ici 2013 sont énoncés dans l'Initiative de recherche sur le VIH/sida des IRSC. Ces buts cadrent avec les « domaines de résultat clés »11 des IRSC. Ils ont été établis en pensant au développement à long terme de la communauté de recherche sur le VIH/sida au Canada et visent à maximiser les mesures prises par le Canada pour contrer l'épidémie de VIH/sida dans le monde.

Des objectifs stratégiques à atteindre et des mesures clés, dont des activités et des programmes à mettre en œuvre par rapport aux buts stratégiques, sont indiqués ci-après. Nombre des activités et des objectifs sont interdépendants, et les réalisations dans un domaine faciliteront les progrès et la performance dans d'autres.

Recherche exceptionnelle

But stratégique 1 : Appuyer une recherche de classe mondiale sur le VIH/sida qui génère d'importantes connaissances et des idées nouvelles pour la prise de mesures nationales et mondiales contre l'épidémie de VIH/sida.

Objectif 1.1 : Catalyser et appuyer la recherche qui vise à donner suite aux priorités stratégiques de l'Initiative de recherche sur le VIH/sida des IRSC.

  • Créer des possibilités stratégiques de financement dans le domaine du VIH/sida pour contribuer à la recherche répondant à des critères d'excellence sur les enjeux prioritaires dans tous les domaines de recherche.
  • Appuyer la recherche sur le VIH/sida qui peut théoriquement avoir un impact mondial et améliorer la vie des personnes qui vivent avec le VIH/sida ou qui y sont vulnérables.
  • Établir des programmes de perfectionnement qui facilitent la participation des chercheurs canadiens, des réseaux de recherche et des organisations d'intervenants en matière de VIH/sida aux programmes nationaux et internationaux de financement de la recherche sur le VIH/sida qui cadrent avec les priorités stratégiques.

Indicateurs:

  • Nombre et valeur des projets appuyés qui répondent à des priorités stratégiques.
  • Rapports des détenteurs de subventions détaillant les progrès en vue de buts stratégiques.
  • Nombre de chercheurs, de réseaux, d'intervenants et de partenaires participant à la préparation de demandes de subvention.
  • Taux de succès à des concours nationaux et internationaux des chercheurs, des réseaux de recherche et des organisations d'intervenants du Canada qui ont précédemment bénéficié de subventions de programmes de développement.

Chercheurs exceptionnels dans des milieux innovateurs

But stratégique 2 : Attirer, former et garder un personnel de recherche exceptionnel sur le VIH/sida dans une vaste gamme de disciplines requises pour s'attaquer efficacement au VIH/sida.

Objectif 2.1 : Soutenir les chercheurs canadiens sur le VIH et investir dans leur carrière.

  • Mettre en œuvre et administrer un programme de bourses de stagiaire de recherche qui encourage les jeunes chercheurs dans toutes les disciplines à faire carrière dans le secteur du VIH/sida.
  • Mettre en œuvre et administrer des programmes de recherche et de bourses pour venir en aide aux chercheurs sur le VIH/sida à différents stades de leur carrière.

Objectif 2.2 : Contribuer au développement d'une communauté multidisciplinaire, hautement qualifiée, de chercheurs, de stagiaires et d'intervenants dans le domaine du VIH/sida qui mènent à terme et mettent en application la recherche sur le VIH/sida dans les domaines et les milieux prioritaires.

  • Appuyer la recherche multidisciplinaire sur le VIH/sida et les initiatives de renforcement de la capacité de recherche.
  • Appuyer les initiatives de renforcement de la capacité uniques au sein du Programme de recherche communautaire qui rendent possible la collaboration universitaire-communautaire en recherche.
  • Appuyer la création d'expertise en recherche et dans la formation de réseaux qui améliore la capacité de recherche internationale parmi les chercheurs canadiens sur le VIH/sida.

Indicateurs :

  • Nombre de stagiaires et de chercheurs sur le VIH/sida financés.
  • Nombre de stagiaires finissants qui font ensuite carrière dans des domaines qui ont sont liés au VIH/sida.
  • Collecte et analyse des comptes rendus des réalisations des boursiers pour déterminer l'effet qu'a eu la bourse sur leur développement professionnel.
  • Nombre et valeurs des projets de recherche financés auxquels participent des chercheurs et utilisateurs finals/partenaires communautaires, des collaborations à la recherche multidisciplinaire et/ou internationale et des impacts connexes.

Mise en pratique des résultats de la recherche en santé

But stratégique 3 : Favoriser la mise en application des résultats de la recherche sur le VIH/sida.

Objectif 3.1 : Favoriser les initiatives qui facilitent l'application, la communication et l'utilisation des résultats de la recherche sur le VIH/sida.

  • Promouvoir la production en collaboration et l'utilisation de connaissances en appuyant la recherche à laquelle participent des chercheurs et des utilisateurs finals/partenaires communautaires.
  • Sensibiliser les chercheurs sur le VIH/sida aux programmes d'aide à l'application des connaissances des IRSC et faciliter leur accès à ces programmes.
  • Encourager tous les chercheurs sur le VIH/sida à explorer les possibilités de communiquer les résultats de leur recherche à leurs semblables, aux partenaires de l'Initiative fédérale et de l'ICVV ainsi qu'aux utilisateurs finaux et aux organisations d'intervenants qui ont pour mandat de mettre la recherche à la disposition de groupes cibles particuliers.

Indicateurs :

  • Les projets de recherche terminés sont évalués quant à leur potentiel d'AC, des plans d'AC sont établis et des publics cibles sont déterminés selon le cas pour faciliter l'utilisation des connaissances.
  • Le plan de communication de l'Initiative de recherche sur le VIH/sida des IRSC comprend une stratégie de communication qui facilite la promotion des initiatives d'AC ainsi que l'application des résultats de l'Initiative de recherche sur le VIH/sida des IRSC et la communication de ces résultats aux organisations partenaires et aux groupes d'intervenants pertinents.
  • Des collaborations en matière d'AC sont établies avec les partenaires de l'Initiative fédérale et les organisations d'intervenants.

Partenariats efficaces et engagement du public

But stratégique 4 : Établir des partenariats qui mobilisent les intervenants et font avancer le programme de l'Initiative fédérale ainsi que les mesures prises par le Canada pour contrer l'épidémie de VIH/sida au niveau national et mondial.

Objectif 4.1 : Entretenir et favoriser les relations avec les partenaires nationaux dans la recherche sur le VIH/sida, les partenaires de l'Initiative fédérale, les partenaires de l'ICVV, les organismes consultatifs sur le VIH/sida et les groupes d'intervenants dans la collectivité.

  • Faire participer les partenaires dans la recherche sur le VIH/sida (comme l'Association canadienne de recherche sur le VIH), les partenaires de l'Initiative fédérale, les partenaires de l'ICVV, les comités consultatifs, les chercheurs et les intervenants communautaires12 dans le secteur du VIH/sida, selon le cas, aux processus de consultation, à la détermination des priorités de recherche et à la création de nouvelles possibilités de financement à l'appui de la recherche sur le VIH/sida.
  • Accroître la coordination de la recherche sur le VIH/sida au Canada et l'impact des programmes stratégiques par la promotion et l'appui de programmes en collaboration avec d'autres bailleurs de fonds.
  • Encourager et faciliter une participation accrue des personnes qui vivent avec le VIH/sida et des groupes populaires aux propositions de recherche, ce qui inclut la promotion de processus d'examen par les pairs novateurs.
  • Faire en sorte que des représentants de l'Initiative de recherche sur le VIH/sida des IRSC siègent aux comités de l'Initiative fédérale et de l'ICVV ainsi qu'aux comités nationaux et internationaux dont les priorités de recherche sur le VIH/sida sont du même ordre.

Objectif 4.2 : Créer des possibilités de collaboration internationale en recherche et faire valoir la contribution du Canada à la recherche sur le VIH/sida sur la scène internationale.

  • Encourager la participation de partenaires de recherche internationaux afin de favoriser les possibilités de recherche et de formation en recherche pour les chercheurs canadiens. Réserver des fonds pour faciliter la préparation de plans et de propositions de recherche par les chercheurs canadiens sur le VIH/sida en vue de faire financer des projets au sein d'équipes de recherche internationales
  • dont les priorités cadrent avec celles de l'Initiative de recherche sur le VIH/sida des IRSC.
  • Rechercher des possibilités de financement conjoint en partenariat avec des organisations et des organismes de financement internationaux pour faire en sorte que le talent scientifique et professionnel canadien contribue à la lutte mondiale contre le VIH/sida et à l'établissement d'une capacité de contrôler le VIH, y compris dans les pays à faible et à moyen revenu.
  • Établir des programmes de financement de la recherche en vertu de l'Initiative canadienne de vaccin contre le VIH.

Indicateurs :

  • Documenter la participation aux comités de l'Initiative fédérale et aux comités nationaux et internationaux harmonisés avec les priorités de l'Initiative fédérale.
  • Documenter les consultations des IRSC avec les partenaires de recherche sur le VIH/sida, les partenaires de l'Initiative fédérale, les comités consultatifs, les chercheurs sur le VIH/sida et les intervenants communautaires.
  • Suivre et quantifier par secteur et groupe d'intervenants la participation des partenaires de recherche externes à la création de nouvelles possibilités de recherche et de formation en recherche pour les chercheurs canadiens dans le secteur du VIH/sida.
  • Nombre et ordre de grandeur des programmes de financement en collaboration appuyés par des organisations multiples.
  • Nombre total et types de bourses accordées pour soutenir la participation de chercheurs canadiens à des collaborations scientifiques internationales.

Excellence organisationnelle

But stratégique 5 : Maintenir et favoriser l'excellence organisationnelle.

Objectif 5.1 : S'inspirer des pratiques exemplaires dans la planification, la gestion, l'administration et la mise en œuvre des programmes.

  • Établir et tenir à jour un plan stratégique et opérationnel pour guider les priorités et les activités de l'Initiative de recherche sur le VIH/sida des IRSC.
  • Établir un cadre de mesure et d'évaluation du rendement accompagnant les buts et les objectifs stratégiques de l'Initiative de recherche sur le VIH/sida des IRSC.
  • Surveiller les progrès en vue de l'atteinte des buts et des objectifs stratégiques par un suivi systématique du rendement et des mesures des résultats.
  • Assurer la transparence et la responsabilisation financière de l'Initiative de recherche sur le VIH/sida des IRSC par des rapports d'étape réguliers au CCRVSI, au conseil consultatif de l'Institut de maladies infectieuses et immunitaires, au Comité de recherche et d'application des connaissances (CRAC) des IRSC et au Conseil du Trésor par l'entremise de l'Initiative fédérale etde l'ICVV.

Objectif 5.2 : Accroître la visibilité nationale et internationale de l'Initiative de recherche sur le VIH/sida et renforcer le sentiment d'appartenance au sein de la communauté de recherche sur le VIH/sida et d'autres organismes de financement de la recherche.

  • Établir un plan de communication et une stratégie de marketing de concert avec les groupes d'intervenants afin de guider les activités de communication de l'Initiative de recherche sur le VIH/sida des IRSC et de rehausser le profil de cette dernière.
  • Mettre des informations sur le Web qui contribuent à faire connaître et comprendre l'Initiative de recherche sur le VIH/sida des IRSC, et facilitent le l'échange d'information à son sujet avec les chercheurs et les intervenants.
  • Faciliter la communication des résultats de la recherche sur le VIH/sida des IRSC au gouvernement, aux organismes de santé, et aux communautés canadiennes et internationales de recherche et les organisations d'intervenants.

Objectif 5.3 : Assurer la souplesse et la capacité de réaction de l'organisation

  • S'assurer que l'Initiative de recherche sur le VIH/sida des IRSC a la capacité de répondre rapidement et de manière décisive aux menaces pour la santé et aux besoins de recherche émergents en matière de VIH/sida pour les Canadiens.
  • Favoriser l'adaptation de l'examen par les pairs aux besoins uniques des initiatives de recherche communautaires.

Indicateurs:

  • Un plan stratégique et opérationnel guide les priorités et les activités de l'Initiative de recherche sur le VIH/sida des IRSC et les plans opérationnels sont mis à jour chaque année; les plans stratégiques sont mis à jour tous les cinq ans.
  • Un cadre de mesure et d'évaluation du rendement lié aux buts et aux objectifs stratégiques de l'Initiative de recherche sur le VIH/sida des IRSC est en place; les résultats sont examinés chaque année, et le retour d'information est utilisé pour affiner les plans opérationnels.
  • Des mesures du rendement et des résultats pour chaque initiative/programme de financement en matière de VIH/sida sont établis et suivis.
  • La transparence et la responsabilisation financières sont assurées par des rapports d'étape périodiques au CCRVSI, au conseil consultatif de l'Institut des maladies infectieuses et immunitaires, au CRAC et au Conseil du Trésor par l'entremise de l'Initiative fédérale.
  • Preuves d'une souplesse administrative suffisante dans la gestion financière de l'Initiative de recherche sur le VIH/sida des IRSC afin de permettre des réponses rapides et décisives lorsque surgissent de façon imprévue des besoins de recherche ou des menaces pour la santé des Canadiens.
  • Il existe un plan de communication détaillé.

V. Conclusion

Le plan stratégique de l'Initiative de recherche sur le VIH/sida des IRSC pour 2008-2013 s'inspire des priorités de recherche stratégiques établies pour guider l'administration des fonds de l'Initiative fédérale destinée à la recherche sur le VIH/sida au sein des IRSC. Ce plan stratégique représente un document évolutif par rapport auquel les activités et les investissements des IRSC et de l'Initiative fédérale pour soutenir la recherche sur le VIH/sida au Canada pourront être évalués.

Au cours de chaque cycle de planification quinquennal, le plan sera un point de référence utile par rapport auquel les progrès pourront être consignés chaque année, et les résultats, passés en revue. Le plan stratégique de l'Initiative de recherche sur le VIH/sida des IRSC pour 2008-2013 devrait être revu et révisé à intervalles de cinq ans, parallèlement à l'examen et au renouvellement du plan stratégique de l'Institut des maladies infectieuses et immunitaires dans lequel il est enchâssé.

Le CCRVSI félicite les IRSC pour leur soutien de la recherche sur le VIH/sida, et il est convaincu que ce plan stratégique inaugural fait ressortir l'importance de faire appel aux chercheurs en santé canadiens et à la plus vaste communauté de recherche en matière de VIH/sida pour lutter contre cette épidémie.

Le CCRVSI est impatient d'appuyer la mise en œuvre de ce plan, et ce faisant, de contribuer à la réalisation des buts de l'Initiative fédérale de lutte contre le VIH/sida au Canada.

Comité consultatif de la recherche sur le VIH/sida des IRSC

Notes en bas de page

Note en bas de page 1

Agence de la santé publique du Canada. Le VIH et le sida au Canada. Rapport de surveillance en date du 30 juin 2006. Division de la surveillance et de l'évaluation des risques, Centre de prévention et de contrôle des maladies infectieuses, Agence de santé publique du Canada, 2006, p. 43.

1

Note en bas de page 2

Agence de santé publique du Canada. Actualités en épidémiologie sur le VIH/sida, août 2006, Division de la surveillance et de l'évaluation des risques, Centre de prévention et de contrôle des maladies infectieuses, Agence de la santé publique du Canada, 2006, p. 1.

2

Note en bas de page 3

Programme commun des Nations Unies sur le VIH/SIDA (ONUSIDA) et Organisation mondiale de la santé (OMS), Aids Epidemic Update December 2006, Global Summary of the AIDS Epidemic, décembre 2006, p. 1.

3

Note en bas de page 4

Voir à l'Annexe C pour la chronologie de l'élaboration de la stratigie de recherche sur le VIH/sida du Canada.

4

Note en bas de page 5

Voir l'Annexe A pour un aperçu des mandats et des rôles des Instituts de recherche en santé du Canada et de l'Institut des maladies infectieuses et immunitaires.

5

Note en bas de page 6

Voir l'Annexe B pour un aperçu de l'Initiative fédérale de lutte contre le VIH/sida au Canada : renforcer l'intervention fédérale dans la réponse du Canada au VIH/sida.

6

Note en bas de page 7

Les autres domaines prioritaires sont : 1) Infections émergentes et résistance microbienne : des solutions provenant de technologies et d'outils innovateurs; 2) Immunothérapie : nouvelles approches par la biologie des systèmes; 3) Capacité d'intervention en cas de pandémie d'influenza : Prévention, traitement et défis en matière de santé publique; 4) Vaccins pour le 21e siècle : Intégrer immunité innée et immunité adaptive et nouvelles technologies vaccinales.

7

Note en bas de page 8

Voir Annexe D pour la liste des membres du Comité consultatif de la recherche sur le VIH/sida des IRSC, et l'Annexe E, pour le mandat du Comité.

8

Note en bas de page 9

Après une consultation publique sur le plan stratégique au début de 2008, la description de la cinquième priorité, « Problèmes de co infection », a été modifiée pour que « comorbidité » apparaisse dans le titre.

9

Note en bas de page 10

Agence de la santé publique du Canada, Populations à risque, sur Internet, téléchargé le 22 avril 2008.CIHR strategic outcomes are: outstanding research; outstanding researchers in innovative environments; transforming health research into action; effective partnerships and public engagement; and organizational excellence. Investing in Canada's Future: CIHR's Blueprint for Health Research and Innovation 2003/04-2007/08, p. 17.

10

Note en bas de page 11

Les résultats stratégiques des IRSC sont : recherche exceptionnelle; chercheurs exceptionnels dans des milieux innovateurs; mise en pratique des résultats de la recherche en santé; partenariats efficaces et engagement du public; excellence organisationnelle Investir dans l'avenir du Canada : Plan stratégique des IRSC pour l'innovation et la recherche en santé 2003-2004 – 2007-2008, p. 17.

11

Note en bas de page 12

Les intervenants peuvent être des intervenants « internes », comme les scientifiques financés par les instituts, les cliniciens chercheurs (p. ex. infirmières, médecins, professionnels de la réadaptation et des autres soins de santé en recherche), les chercheurs communautaires, les administrateurs des IRSC, d'autres instituts des IRSC, les stagiaires en milieu clinique et universitaire; des intervenants à l'« interface », comme les universités, les organismes de prestation de soins de santé, les organismes de santé publique, les collaborateurs internationaux en recherche et les co commanditaires de la recherche sur le VIH/sida; et des intervenants « externes », comme les gouvernements fédéral et provinciaux, les responsables des politiques et des programmes, l'industrie, les organisations non gouvernementales [ONG], les groupes professionnels dans le domaine du VIH/sida, les groupes d'intérêt, les chercheurs canadiens dans d'autres disciplines, les chercheurs internationaux et les gouvernements, les stagiaires d'autres disciplines, les patients, les médias et le public.

12

Date de modification :