Biographie d'Eric Marcotte, Ph.D.

Dr Eric MarcotteLe Dr Eric Marcotte est directeur associé de l'Initiative de recherche en médecine régénératrice et nanomédecine (IRMRN) des Instituts de recherche en santé du Canada (IRSC), le principal organisme fédéral responsable du financement de la recherche en santé au Canada.

Le Dr Marcotte s'est joint aux IRSC en 2003 pour aider à établir l'IRMRN, l'une des principales grandes initiatives des IRSC. Depuis 2004, l'Initiative de recherche en médecine régénératrice et nanomédecine (IRMRN) fournit du financement pour appuyer des domaines nouveaux et émergents de recherche intégrative en médecine régénératrice et en nanomédecine qui correspondent au mandat des IRSC (p. ex. recherche en nanomédecine, sur les cellules souches, en génie tissulaire, en sciences de la réadaptation, et sur les questions sociales, éthiques, environnementales et juridiques connexes).

Les connaissances scientifiques que cette initiative permet d'acquérir sont applicables à la régénération et à la réparation des tissus et des organes lésés, à la mise au point d'outils spécialisés et d'interventions nécessaires pour traiter la maladie et restaurer la fonction, ainsi qu'au maintien de la santé et à la prévention de la maladie. L'IRMRN appuie ces activités à l'aide d'appels de demandes annuels, et de conférences et d'ateliers ciblés ? en collaboration avec d'autres organismes de financement, des ministères, des ONG et l'industrie.

Avant d'arriver aux IRSC, le Dr Marcotte a travaillé à titre d'analyste en biotechnologie pour une firme d'investissements financiers, pour repérer des sociétés biomédicales et pharmaceutiques à des fins d'investissements. Le Dr Marcotte a aussi travaillé à titre de chargé d'enseignement à l'Université McMaster (2001-2003), où il a donné des cours sur la commercialisation de la biotechnologie moderne.

Le Dr Marcotte détient un doctorat en sciences médicales (physiologie/pharmacologie) de l'Université McMaster, et a fait des études postdoctorales à l'Université McGill. Ses recherches universitaires ont porté sur les mécanismes moléculaires qui sous-tendent les troubles neurodégénératifs et neurodéveloppementaux, particulièrement la maladie de Parkinson et la schizophrénie.

Date de modification :