Rapport annuel 2008-2009

De la recherche qui a de l'impact

[ Table des matières ]

Message du président

Presque une année s'est écoulée depuis le début de mon mandat à la présidence des Instituts de recherche en santé du Canada (IRSC). Au cours de cette période, j'ai eu le privilège de côtoyer certains des meilleurs chercheurs en santé au Canada. J'ai aussi été en mesure de discuter avec des ministres et des sous-ministres fédéraux et provinciaux des défis auxquels ils font face en matière de soins et services de santé. J'ai rencontré nos partenaires des secteurs public et privé qui sont des alliés précieux dans notre lutte pour l'amélioration de la santé. Ces expériences ont renforcé ma conviction que le Canada possède les outils et les compétences nécessaires pour effectuer une recherche de qualité, susceptible d'exercer un impact considérable sur la santé et les soins de santé.

Améliorer la santé des Canadiens et leurs soins de santé est ce qui a inspiré le deuxième plan stratégique quinquennal des IRSC, qui est sur le point d'être publié. C'est également la raison d'être des récents efforts de notre organisme pour entreprendre des actions novatrices en matière de partenariats internationaux dans des domaines de recherche répondant aux besoins les plus pressants de notre société et dans lesquels nous pouvons nous targuer de réelles forces en recherche.

Alors que le Canada traverse une récession mondiale, maintenir une main-d'oeuvre productive et en santé est une condition essentielle pour notre reprise économique. Les problèmes de santé mentale, qui touchent un Canadien sur cinq, coûtent à l'économie des milliards de dollars par année en productivité perdue. Les maladies chroniques, comme l'obésité, les maladies cardiovasculaires, le diabète, l'arthrite et les maladies neurodégénératives, réduisent elles aussi la production nationale et le bien-être individuel. Les ravages que peuvent causer ces maladies sont encore plus grands au sein des populations vulnérables, notamment les Inuits, les Premières Nations et les Métis du Canada.

Pour relever ces défis et contribuer à améliorer de façon tangible la santé et les soins de santé, les IRSC doivent investir dans l'ensemble des secteurs de la recherche en santé. Nos efforts pour répondre aux besoins des Canadiens ne seront fructueux que si nous continuons à appliquer l'approche globale, fondée sur l'excellence, qui nous caractérise. Et comme le montre le Rapport annuel 2008-2009 des IRSC, ces efforts portent fruit.

Ce rapport démontre l'impact de projets de recherche en santé financés par les IRSC. Un de ces projets, sous la conduite d'une équipe de recherche de l'Université de Toronto, vise à mettre au point un traitement novateur pour la maladie d'Alzheimer. Sur la base des résultats prometteurs de premiers essais cliniques, la Food and Drug Agency des États-Unis a rapidement autorisé des essais cliniques de phase II dont les résultats sont attendus en 2010. Les investissements des IRSC ont également contribué à une technologie efficace pour remonter à la source des contaminants de l'eau. Mise au point à l'Université de Victoria, cette technologie a été utilisée par certaines municipalités en Colombie-Britannique, dont Victoria, Kamloops et Kelowna, et elle aidera à assurer la salubrité des approvisionnements en eau potable. Enfin, une nouvelle technique pour la réparation de l'articulation du genou mise au point par des chercheurs de l'École Polytechnique de Montréal promet des économies substantielles au chapitre des soins de santé et une qualité de vie améliorée pour les personnes âgées.

Qu'il s'agisse de développer de nouveaux traitements en neurosciences ou de mettre au point de nouveaux dispositifs médicaux, la recherche est un processus continu. Il est donc essentiel de se doter d'un personnel de recherche dynamique et engagé, qui apportera les données, les idées et les innovations nécessaires pour relever efficacement les défis en santé. Au nom du Canada et des Canadiens, les IRSC investissent dans les gens et les projets de recherche d'importance stratégique pour le pays. Le Rapport annuel 2008-2009 des IRSC démontre en quoi ces investissements ont le potentiel d'améliorer la santé.

Alain Beaudet, M.D., Ph.D.
Président, Instituts de recherche en santé du Canada


Introduction

Lancée par le gouvernement du Canada en mai 2007, la Stratégie des sciences et de la technologie (S et T) a été conçue pour positionner le Canada à la fine pointe de l'innovation génératrice de retombées sur la santé, l'environnement, l'économie et la société.

Afin qu'elle soit plus claire et mieux ciblée, le Conseil des sciences, de la technologie et de l'innovation (CSTI) a été chargé de développer davantage les quatre priorités de base de la Stratégie des S et T : sciences et technologies environnementales; énergie et ressources naturelles; santé et les technologies et sciences de la vie connexes; et technologies de l'information et des communications.

Le résultat a été la création d'un ensemble détaillé de sous-priorités approuvé par le ministre de l'Industrie en septembre 2008.

Chacune de ces sous-priorités représente un thème de recherche et développement qui rapportera aux Canadiens. Les sous priorités correspondent à des domaines où le Canada a démontré sa force en S et T et possède un avantage stratégique, et où une attention accrue lui permettrait de devenir compétitif au niveau mondial. De plus, la possibilité de partenariats industriels et de débouchés commerciaux a déjà été démontrée dans ces domaines.

En tout, sept des sous-priorités sont directement pertinentes pour les IRSC. Dans chacun de ces cas, les IRSC peuvent indiquer des investissements existants dans la recherche et des plans en vue d'une aide supplémentaire. Parmi les exemples figurent d'importants nouveaux investissements dans une vaste étude longitudinale sur le vieillissement, la recherche en nanomédecine et en médecine régénératrice, et la recherche et le renforcement des partenariats en neurosciences. Les résultats obtenus par des chercheurs financés par les IRSC ont déjà un impact dans nombre de domaines correspondant aux sous priorités du CSTI.

« Le Canada doit mettre l'accent sur des domaines stratégiques de développement en recherche et en innovation de façon à améliorer notre compétitivité à l'échelle mondiale. Les sous-priorités, qui portent à la fois sur la recherche fondamentale et appliquée et l'innovation, serviront de tremplin au Canada pour devenir chef de file dans des domaines d'importance. »

Dr Howard Alper
Président, Conseil des sciences, de la technologie et de l'innovation

Date de modification :