Investissement de près de 2 millions de dollars dans le Centre d'étude sur le genre, les disparités sociales et la santé mentale : Réduire les disparités sociales et améliorer la santé mentale

L'Institut de la santé des femmes et des hommes (ISFH) des IRSC investit près de deux millions de dollars dans le Centre d'étude sur le genre, les disparités sociales et la santé mentale, un des centres de développement de la recherche des IRSC situé à l'Université Simon Fraser. Les scientifiques affiliés au Centre sont la Dre Marina Morrow, chercheuse principale, ainsi que les Drs Howard Chodos et Elliot Goldner, cochercheurs principaux, tous de l'Université Simon Fraser (USF).

« Les disparités sociales et les problèmes de santé mentale se répercutent lourdement sur la santé des femmes, des hommes, des filles et des garçons. Des interventions efficaces s'imposent dans des secteurs comme la réforme de la santé mentale, le rétablissement et le logement, la violence, ainsi que la consommation de substance psychotrope », a déclaré la Dre Joy Johnson, directrice scientifique de l'ISFH.

Le Centre mise sur la recherche innovatrice, l'échange des connaissances et la formation pour mieux comprendre les causes des disparités sociales et concevoir des interventions. En incluant des chercheurs, des décideurs, des dirigeants communautaires et d'autres utilisateurs des connaissances, le Centre s'efforce d'augmenter la capacité de recherche pour ensuite améliorer les politiques et les programmes pertinents.

« Par la recherche innovatrice, l'échange de connaissances et la formation, le Centre d'étude sur le genre, les disparités sociales et la santé mentale vise à mieux comprendre ce qui explique la persistance des disparités dans l'évolution des maladies mentales et des toxicomanies, afin de permettre l'élaboration et la mise en oeuvre de programmes, de politiques et d'interventions appropriés qui, en fin de compte, permettront d'améliorer la santé mentale des femmes et des hommes, des filles et des garçons, au Canada et ailleurs dans le monde », a expliqué la Dre Morrow.

Le Centre favorisera les relations entre des groupes de chercheurs universitaires et communautaires, des fournisseurs de services communautaires, des décideurs, des praticiens, des organismes de défense et des personnes atteintes d'une maladie mentale au Canada, aux É.-U., au R.-U. et en Australie. Il étudiera l'utilisation d'outils d'analyse de l'influence du genre et du sexe et d'autres méthodes pertinentes dans les cinq secteurs prioritaires suivants : réforme de la santé mentale, rétablissement et logement, santé mentale et de la reproduction, violence, santé mentale et consommation de substance psychotrope. Il explorera aussi les problèmes de santé mentale et d'abus de substance psychotrope à l'intérieur du système de justice pénale.

De plus, dans le cadre de son partenariat avec la Commission de la santé mentale du Canada (CSMC), le Centre concevra des mécanismes de partage des résultats de ses recherches avec des gouvernements municipaux, provinciaux, national et internationaux, des fournisseurs de services, des chercheurs et le grand public, afin de faciliter l'accès à l'information sur le genre et les disparités sociales dans le domaine de la santé mentale et des toxicomanies.

La Dre Marina Morrow est professeure agrégée à la Faculté des sciences de la santé et boursière de la Fondation Michael Smith pour la recherche en santé. Elle est directrice du Centre d'étude sur le genre, les disparités sociales et la santé mentale et codirectrice de l'Institut d'études critiques sur le genre et la santé, à l'USF.

Date de modification :