Centres de développement de la recherche sur le genre, la santé mentale et la toxicomanie

En 2009, l'Institut de la santé des femmes et des hommes des IRSC (ISFH) a financé trois centres canadiens de développement de la recherche sur le genre, la santé mentale et les toxicomanies. L'ISFH a ainsi fourni à des équipes de recherche interdisciplinaires et à des intervenants, l'infrastructure essentielle pour appuyer la conception et la mise à l'essai de nouvelles interventions. Les centres devaient élaborer des programmes intégrés de recherche et d'application des connaissances afin d'étudier l'incidence du genre et du sexe sur la santé mentale et les toxicomanies, ainsi que sur les politiques et les programmes touchant la santé mentale et les toxicomanies.

Les objectifs particuliers de ce financement étaient les suivants :

  • Appuyer la recherche qui vise à améliorer la santé mentale des hommes et des femmes ainsi que des garçons et des filles au Canada et ailleurs dans le monde;
  • Comprendre l'incidence du genre sur la santé mentale et les toxicomanies et guider la conception de politiques, d'interventions et de programmes appropriés à l'échelle nationale et internationale;
  • Faire en sorte que les centres soient en mesure de mettre au point un programme de recherche stratégique multidisciplinaire correspondant aux priorités actuelles et aux priorités émergentes concernant le genre, la santé mentale et les toxicomanies;
  • Favoriser et appuyer l'application des connaissances afin d'accroître les répercussions de la recherche axée sur le genre, la santé mentale et les toxicomanies en matière de politique et de pratique.

Centres :


Centre de développement de la recherche sur le genre, la santé mentale et la violence

Centre de développement de la recherche sur le genre, la santé mentale et la violence au cours de la vie : Prévenir la violence de genre

Directrice : Dre Harriet MacMillan, Université McMaster

Financé par l'Institut de la santé des femmes et des hommes des IRSC, le réseau de recherche Preventing Violence Across the Lifespan - PreVAiL (prévenir la violence tout au long de la vie) est une collaboration internationale réunissant plus de 50 chercheurs et partenaires du Canada, des États-Unis, du Royaume-Uni, de l'Asie, de l'Europe et de l'Australie. Ce réseau a pour but de regrouper des chercheurs et des décideurs pour produire et échanger des connaissances qui aideront les enfants, les femmes et les hommes dans des situations de violence envers les enfants et de violence exercée par le partenaire intime (VPI).

Les principaux objectifs de PreVAiL sont les suivants : accroître les connaissances sur les liens entre la santé mentale, le genre, la maltraitance des enfants et la VPI; mettre au point des interventions pour prévenir ou réduire la maltraitance des enfants, la VPI et les problèmes de santé mentale connexes, en mettant l'accent sur les facteurs qui favorisent la résilience face aux traumatismes; mettre en place et utiliser des méthodes éprouvées pour l'application et l'échange de connaissances afin que les résultats de la recherche soient accessibles aux décideurs dans les domaines de la politique, de la prestation de services et de la défense des droits ainsi qu'aux membres du public.

Le site Web du réseau présente régulièrement des mises à jour sur les travaux en cours et de l'information contextuelle sur les chercheurs et les partenaires du réseau et permet d'accéder à des rapports, à des résumés de recherche et à d'autres produits destinés à divers lecteurs. Le site comporte une section réservée aux membres qui favorise la collaboration en fournissant de nombreux outils pour l'échange des connaissances et la planification de projets de recherche.

La Dre Harriet MacMillan est pédiatre et psychiatre au Offord Centre for Child Studies à l'Université McMaster. La santé mentale des femmes et des enfants et la santé autochtone en général figurent parmi ses principaux intérêts de recherche. La Dre MacMillan est titulaire de la chaire de recherche David R. (Dan) Offord en études de l'enfant et membre du Child Advocacy and Assessment Program (CAAP) à l'Hôpital pour enfants McMaster. Ce programme multidisciplinaire vise à réduire, grâce à la recherche, à l'enseignement et au travail clinique, la morbidité et la mortalité associées à la maltraitance des enfants.

Pour communiquer avec le réseau PreVAiL :

Courriel : prevlweb@uwo.ca

Investissement de 2 millions de dollars dans le Centre de développement de la recherche sur le genre, la santé mentale et la violence au cours de la vie : Prévenir la violence de genre


Centre de recherche interculturelle sur la prévention de la violence de genre : Prévenir la violence de genre

Directeur : Dr Neil Andersson, Université d'Ottawa

Le Dr Neil Andersson est directeur exécutif de CIET et professeur auxiliaire à la Faculté de médecine de l'Université d'Ottawa. Il a trente ans d'expérience en conception, mise en oeuvre et gestion d'initiatives de planification de la santé fondées sur des preuves. Spécialisé en épidémiologie médicale, il a contribué au cours des quinze dernières années à la formation de chercheurs dans plus de 200 communautés des Premières Nations, des Métis et des Inuits du Canada.

Pour communiquer avec CIET Canada :

1, rue Stewart, bureau 319
Ottawa (Ontario) K1N 6N5
Téléphone : 613-562-5393
Courriel : cietcanada@ciet.org
Site Web du Centre de recherche interculturelle sur la prévention de la violence de genre

Investissement de 2 millions de dollars dans le nouveau Centre de recherche interculturelle sur la prévention de la violence de genre : Prévenir la violence de genre


Centre d'étude sur le genre, les disparités sociales et la santé mentale

Centre d'étude sur le genre, les disparités sociales et la santé mentale : Réduire les disparités sociales et améliorer la santé mentale

Directrice : Dre Marina Morrow, Université Simon-Fraser

Le Centre d'étude sur le genre, les disparités sociales et la santé mentale a son siège à la faculté des sciences de la santé de l'Université Simon-Fraser. Le centre regroupe des équipes multisectorielles et interdisciplinaires, composées de chercheurs et d'utilisateurs des résultats de la recherche du Canada, des États-Unis, de l'Australie et du Royaume-Uni, qui travaillent en collaboration pour étudier l'effet du genre et des disparités sociales sur la santé mentale. Pour ce faire, ces équipes mettent au point des initiatives novatrices pour la recherche, l'échange de connaissances et la formation afin de concevoir des programmes, des politiques et des interventions qui amélioreront la santé mentale des femmes et des hommes.

Les problèmes de santé mentale et de toxicomanie peuvent être causés ou aggravés par des difficultés sociales et structurelles telles que l'itinérance, la pauvreté, l'insécurité économique et le manque d'emplois. Le centre tente de mieux comprendre l'effet que des facteurs complexes peuvent avoir sur la santé mentale de différents groupes; parmi ces facteurs, mentionnons le genre, l'âge, l'ethnie, le milieu géographique, l'appartenance à un groupe autochtone, le fait d'être immigrant, le fait d'appartenir à d'autres catégories identitaires et les autres problèmes systémiques plus vastes comme la stigmatisation et la discrimination.

Afin d'atteindre ses buts, le centre regroupe ses activités en fonction de trois priorités : le développement de la recherche, la formation et l'échange de connaissances. On favorise le développement de la recherche en accordant, tous les ans, une subvention de démarrage à chaque groupe qui travaille à un thème prioritaire (réforme de la santé mentale et politique; rétablissement et habitation; santé mentale et reproduction; violence, santé mentale et toxicomanie; système de justice pénale, santé mentale et toxicomanie) et en facilitant l'obtention d'une subvention de l'extérieur. Chaque année, des stagiaires (maisons d'enseignement et communauté), des assistants-stagiaires et des post-doctorants participent aux activités du centre et sont appuyés par ce dernier. De plus, le centre offre des activités de formation novatrices à l'ensemble de la communauté. Le site Web qui affiche des mises à jour régulières sur les activités et la recherche est l'une des nombreuses composantes de l'échange des connaissances. Le centre a une stratégie d'échange des connaissances dont l'élément central est l'établissement de relations au moyen d'ateliers, de présentations, de participation communautaire et de dialogue.

La Dre Marina Morrow est professeure agrégée à la faculté des sciences de la santé et directrice du Centre d'étude sur le genre, les disparités sociales et la santé mentale. Elle est également codirectrice de l'institut des études critiques sur le genre et la santé à l'Université Simon-Fraser.

Voici les coordonnées du centre :

Centre Harbour de l'USF
3277-515, rue Hastings Ouest, Vancouver
C.-B.) V6B 5K3
Téléphone : 778-782-7735
Courriel : info@socialinequities.ca

Investissement de près de 2 millions de dollars dans le Centre d'étude sur le genre, les disparités sociales et la santé mentale : Réduire les disparités sociales et améliorer la santé mentale

Date de modification :