Le Neuro-Bulletin - Vol. 7, no. 1, juillet 2011

Table de matières


Message du directeur scientifique

Anthony PhillipsPlusieurs initiatives d'envergure ont marqué l'actualité de l'INSMT au cours des derniers mois. C'est avec joie que je vous présente un bilan des principales initiatives qui ont vu le jour à l'Institut.

Conformément aux responsabilités que lui confère la loi, le conseil d'administration a commandé le deuxième examen international des IRSC, qui a commencé en février 2011 et qui se terminera à la fin du mois de juin de la même année. À cette fin, le personnel de l'INSMT a consacré énormément de temps à faire des recherches et à rédiger un rapport relativement complet de 25 pages portant essentiellement sur les activités que l'Institut a réalisées au cours des cinq dernières années. Un modèle de rapport avait été fourni aux 13 instituts, et chacun d'entre eux a été évalué individuellement par les membres de l'équipe d'examen international. Les 13 rapports ainsi qu'un rapport de l'organisation seront rendus publics et affichés sur le site Web des IRSC cet été. J'espère que vous apprécierez la lecture de cette éloquente démonstration des investissements que l'INSMT a effectuée au cours des cinq dernières années pour soutenir des projets de recherche canadiens de renommée internationale dans les domaines des neurosciences, de la santé mentale, des toxicomanies et des sens.

Dans le cadre de la mise en oeuvre du plan stratégique des IRSC en 2010, tous les instituts se sont lancés dans un processus de recensement de nouvelles stratégies audacieuses qui prendraient appui sur les forces propres au Canada tout en étant centrées sur les principaux défis en matière de santé et de soins de santé. Le but de l'exercice était d'initier des efforts communs à tous les instituts pour stimuler la collaboration multidisciplinaire. En janvier 2011, à l'issue d'un processus interne de planification stratégique rigoureux, les IRSC ont ciblé sept Initiatives phares au sein de leur plan stratégique, qui en sont maintenant à différents stades de développement. L'une de ces initiatives, le produit d'une série d'ateliers de consultation avec le milieu canadien de l'épigénétique organisés par l'INSMT en 2009 et 2010, est le Consortium canadien de recherche en épigénétique, environnement et santé. L'épigénétique est l'étude des changements qui surviennent dans la régulation de l'activité et de l'expression des gènes, sans altération de la séquence nucléotidique. On a rapidement constaté que la majorité des maladies complexes, y compris les maladies mentales et les toxicomanies, impliquaient possiblement une interaction entre différents facteurs environnementaux précis associés à la régulation épigénétique du code génétique. Le Canada n'a rien à envier aux autres pays au chapitre de l'expertise technique et scientifique en épigénétique, expertise d'ailleurs répartie dans des centres d'excellence d'un océan à l'autre. Cette initiative des IRSC vise à unifier la capacité de recherche pour que le Canada prenne les devants dans ce domaine considéré comme la « deuxième révolution de la génétique ». Du côté des neurosciences, l'épigénétique propose un modèle qui explique de façon convaincante comment des influences environnementales précoces, néfastes et socio-économiques au cours du développement peuvent avoir des effets sur la santé mentale et la toxicomanie pendant toute une vie (voire d'une génération à l'autre). C'est dans ce contexte d'intérêt croissant que Cheryl Arrowsmith et moi-même avons présidé, en octobre 2010, le colloque sur l'épigénétique de la Fondation Gairdner, à Toronto. Ce domaine a connu un essor marqué en février, quand Adrian Bird, Howard Cedar et Aharon Razin ont reçu l'une des cinq bourses 2011 de la Fondation Gairdner. Ces trois scientifiques ont été honorés pour leur travail de pionniers dans le domaine de l'épigénétique, en particulier pour leurs découvertes relatives à la méthylation de l'ADN et à son rôle dans l'expression des gènes.

Grâce à l'excellent travail et au dévouement de l'équipe de l'INSMT au cours des neuf derniers mois, le Consortium canadien de recherche en épigénétique, environnement et santé est devenu réalité. Il est désormais co-dirigé par trois instituts des IRSC : l'INSMT, l'Institut de génétique (dirigée par Paul Lasko) et l'Institut du cancer (dirigée par Morag Park). De plus, cinq autres instituts appuient ce programme stratégique. Les premières possibilités de financement seront lancées au cours de la présente année financière (vous trouvez ci-dessous une description du programme et des AD à venir). Je suis aussi très heureux de vous annoncer que les IRSC font désormais partie du comité directeur de l'International Human Epigenome Consortium (IHEC), assurant ainsi solidement la place du Canada et des scientifiques canadiens sur la scène internationale en épigénétique. Enfin, c'est avec fierté que l'INSMT a coparrainé le premier colloque canadien « Epigenetics, Eh? » – qui fut un grand succès – à London en Ontario, du 4 au 7 mai 2011.

Au nom des trois instituts co-responsables, je tiens à vous dire combien nous avons hâte de travailler avec vous au développement de cette importante ressource nationale en épigénétique qui tombe à point nommé, et de tirer parti de cet important investissement des IRSC au cours des années à venir pour l'amélioration de la santé et des soins de santé pour tous les Canadiens.

L'INSMT est toujours à la recherche de partenariats multidisciplinaires internationaux d'envergure qui offrent la possibilité aux chercheurs canadiens de prendre part à des projets de recherche novateurs qui répondent au mandat de l'Institut. L'année dernière, le Canada (IRSC et FRSQ, soit 13 organismes de financement) s'est associé à neuf pays de l'Union européenne et à Israël dans le cadre d'un programme de financement transnational conjoint d'ERA-Net NEURON. À ce jour, deux AD conjointes ERA-Net NEURON ont été lancées en partenariat avec le FRSQ : l'une sur les troubles mentaux en 2010 et l'autre sur les maladies cérébrovasculaires en 2011. Sur les onze équipes retenues pour les troubles mentaux, cinq comptaient des Canadiens, dont trois étaient financés par l'INSMT et deux par le FRSQ. Le modeste investissement de l'INSMT d'environ 600 000 $ permet donc aux chercheurs canadiens de participer à un programme dont l'enveloppe s'élève à environ 15 millions de dollars canadiens. Le programme IRSC-FRSQ-France a été lancé l'an dernier, avec pour objectif d'approfondir les connaissances sur l'étiologie de la maladie d'Alzheimer et les troubles qui y sont associés ainsi que sur le diagnostic, les traitements et les soins pour les personnes qui souffrent de ces maladies et leur famille. Une enveloppe triennale de 5,1 millions de dollars finance cinq équipes. La contribution de l'INSMT à cette initiative s'élève à 460 000 $.

Après le tremblement de terre et le tsunami qui ont récemment ravagé le Japon, le conseil de l'INSMT a transmis ses sincères condoléances à la Japan Neuroscience Society et exprimé ses préoccupations quant à la série de désastres qui ont suivi le tremblement de terre et leurs effets dévastateurs sur la population japonaise. L'INSMT explore toujours les possibilités de partenariat avec les neuroscientifiques japonais et, en ce sens, il a mis sur pied un colloque conjoint entre le Canada et le Japon qui est désormais inscrit au programme de l'assemblée annuelle de la Japan Neuroscience Society. En 2010, l'INSMT a parrainé deux conférenciers canadiens : Terry Snutch et Sam Weiss. Cette année, il parraine Pierre Drapeau et Derek Van Der Kooy.

Initiatives et activités de l'Institut

Consortium canadien de recherche en épigénétique, environnement et santé

Après avoir obtenu le feu vert officiel de déploiement, le Consortium canadien de recherche en épigénétique, environnement et santé est devenu, le 19 janvier 2011, l'une des sept Initiatives phares. Co-dirigé par l'INSMT, l'Institut de génétique et l'Institut du cancer, le Consortium reçoit l'appui de cinq autres instituts – l'Institut du vieillissement, l'Institut de la santé des Autochtones, l'Institut du développement et de la santé des enfants et des adolescents, l'Institut de la santé des femmes et des hommes et l'Institut de la nutrition, du métabolisme et du diabète – ainsi que celui de la Stratégie internationale de recherche concertée sur la maladie d'Alzheimer (SIRCMA).

La première phase du Consortium s'étend sur les cinq prochaines années. La première série d'AD sera lancée en juillet 2011, de façon à soutenir l'établissement d'une plateforme nationale en épigénétique (composée d'un centre de coordination des données épigénomiques et de plusieurs centres de cartographie épigénomiques partout au Canada), de subventions catalyseurs et de bourses de formation postdoctorales. Parmi les partenaires actuels de ces AD, on compte à ce jour Genome BC, Génome Québec et NeuroDevNet. La seconde série d'AD sera lancée en 2012 et comprendra des subventions d'équipe d'envergure. Le Consortium adoptera des lignes directrices solides en matière d'éthique en s'alignant sur l'initiative GE3LS, en plus de mettre en place un réseau comptant des organes d'administration et de gouvernance.

Les IRSC se sont officiellement associés à l'International Human Epigenome Consortium et sont maintenant des membres à part entière ayant droit de siéger au comité exécutif, ce qui signifie que des scientifiques canadiens pourront participer aux rencontres du comité directeur scientifique international et du comité consultatif scientifique externe de l'IHEC. La participation des IRSC au comité exécutif et aux comités scientifiques sera pour les Canadiens une occasion en or de travailler avec les meilleures équipes au monde en recherche sur l'épigénétique, de parfaire leurs connaissances et de contribuer à cette « future révolution scientifique », notamment au développement de technologies de pointe en bioinformatique et de séquençage. Cette participation facilitera aussi l'échange rapide d'idées entre les scientifiques canadiens et du reste du monde.

Bourse Barbara-Turnbull pour la recherche sur la moelle épinière

C'est avec beaucoup de fierté et de joie que l'INSMT, en partenariat avec la Fondation Barbara-Turnbull et NeuroScience Canada, a dévoilé les lauréats 2010 de la bourse Barbara-Turnbull pour la recherche sur la moelle épinière. Établi en 2001, ce partenariat est une réussite : neuf bourses ont été décernées à sept chercheurs canadiens exceptionnels. Cette année, pour la première fois, deux candidats sont arrivés ex æquo pour la subvention de recherche la mieux cotée en 2009-2010 dans le cadre du Programme ouvert de subventions de fonctionnement concours des IRSC. La bourse a donc été remise aux Drs Robert Brownstone et James Fawcett de l'Université Dalhousie pour leurs travaux de recherche sur la protection contre les lésions à la moelle épinière, la réparation et la récupération fonctionnelle. C'est un honneur de souligner et de soutenir l'excellent travail novateur en recherche sur la moelle épinière de ces deux chercheurs. La cérémonie de remise de la bourse a eu lieu le 12 novembre 2010, à Toronto.

Image : Robert Brownstone, Barbara Turnbull et James Fawcett
Robert Brownstone, Barbara Turnbull et James Fawcett

Prix de la Société canadienne de schizophrénie

La Société canadienne de schizophrénie, en partenariat avec l'INSMT, est heureuse d'annoncer que le prix schizophrénie 2010 a été décerné à la Dre Catherine Briand de l'Hôpital Louis-H. Lafontaine (Montréal).

Lauréats de 2010 du prix « Cerveau en tête »

Félicitations aux lauréats de 2010 du prix « Cerveau en tête » :

  • Katya J. Park
  • Eric Trudel
  • Bechara Saab
  • Tracie Affifi
  • Brent Kuzmiski
  • Jing Wang
  • Simon Chen
  • Kim Christie
  • François Gros-Louis
  • Tabrez J. Siddiqui
  • Vilte Barakauskas
  • Yi-Mei Yang
  • Aristotle Voineskos
  • Vaneeta Verma
  • Michael Vesia
  • Marion Von Horn
  • Jeffrey Dason
  • Renée El-Gabalawy
  • Noufissa Kabli
  • Ping Situ
  • Muhammad Qasim Khan
  • Joel Ramirez

Le prix Cerveau en tête de l'année Marlene-Reimer 2010 a été décerné à Katya Park pour son projet intitulé « p75NTR-dependent, myelin-mediated axonal degeneration regulates neural connectivity in the adult brain ».

Pour en savoir plus sur le prix « Cerveau en tête », consultez le site Web de l'INSMT.

Félicitations à tous les lauréats!

Conseil consultatif de l'Institut (CCI)

Des réunions du conseil consultatif d'Institut (CCI) de l'INSMT ont eu lieu à Montréal les 24 et 25 août 2010, et par téléphone le 22 novembre 2010. Ces réunions ont été consacrées à la préparation de l'examen international des IRSC, qui a commencé en février 2011. Le CCI s'est également réuni à Vancouver les 18 et 19 avril 2011 dans le but d'élaborer le plan stratégique 2012-2017 de l'INSMT.

L'INSMT souhaite la bienvenue aux deux nouveaux membres du CCI :

  • Dr Gustavo Turecki, vice-président, Recherche et Affaires académiques, Département de psychiatrie, Université McGill; directeur, Groupe McGill d'études sur le suicide; chef, Programme des troubles dépressifs, Institut de santé mentale Douglas.

  • Dre Sherry Stewart, professeure, Départements de psychiatrie et de psychologie, Université Dalhousie.

Initiative de recherche en médecine régénératrice et nanomédecine (IRMRN)

En collaboration avec d'autres instituts des IRSC et partenaires financiers, l'INSMT a élaboré l'IRMRN, qu'il co-dirige. Depuis la création de cette initiative en 2003, plus de 66 millions de dollars ont été consacrés à des approches novatrices de l'heure dans le domaine de la médecine régénératrice (ce qui comprend la recherche sur les cellules souches) et de la nanomédecine (l'application des nanotechnologies à la santé).

Concours de subventions d'équipe de l'IRMRN (2010) – Projets financés

Le 16 mars 2011, on a annoncé le financement de sept nouveaux projets de recherche sur la médecine régénératrice et la nanomédecine à hauteur de 16 millions de dollars. Ces projets de recherche seront co-financés par les IRSC et l'Agence spatiale canadienne.

Voici deux exemples de projets pertinents pour l'INSMT :

  1. Mise en évidence les microlésions dans la sclérose en plaques à l'aide d'un nouvel outil permettant de quantifier la cause de la maladie et de déterminer l'efficacité d'un traitement, Dr Daniel Côté, Université Laval.
  2. Mise au point des méthodes de réadaptation sensorimotrice innovantes pour les patients qui ont subi des lésions de la moelle épinière ou un AVC, Dr Serge Rossignol, Université de Montréal.

Cafés scientifiques des IRSC

Les Cafés scientifiques des IRSC sont des occasions de rencontre où l'on discute librement d'enjeux liés à la santé qui intéressent le grand public, qui peut alors obtenir des réponses aux questions qu'il se pose. Le 3 novembre dernier, l'IRMRN et l'INSMT ont organisé un Café scientifique très réussi ayant pour titre « Les cellules souches adultes et la médecine régénératrice ». Le café a eu lieu au College Street Bar, à Toronto.

Ce café fort instructif a donné lieu à des discussions très diversifiées au sujet de l'utilisation potentielle de cellules souches adultes dans le traitement de certaines affections. Les participants ont conclu que s'il faut garder espoir et continuer de chercher les meilleures méthodes, il est essentiel de porter un regard critique et attentif sur les différentes stratégies. L'IRMRN voudrait remercier tous ceux qui ont contribué à faire de ce café un succès.

Image : Participants au café, de gauche à droite : Drs William Stanford, Freda Miller, Cindi Morshead, Shane Green
Participants au café, de gauche à droite : Drs William Stanford, Freda Miller, Cindi Morshead, Shane Green

Aux confins du savoir en santé mentale – Le 26 mai 2011, Centre Mont-Royal, 2200, rue Mansfield, Montréal, Québec

Ce colloque explorait les limites de la recherche sur la santé mentale sous l'angle de la génomique et des circuits neuronaux. Les conférenciers ont discuté des récents progrès réalisés dans la compréhension des causes des maladies mentales et leur traitement, et dans la façon de bâtir des ponts entre les scientifiques, les responsables des politiques et les professionnels des soins de santé. Les présentations interactives ont traité des domaines de recherche les plus en vue, de l'imagerie au traitement pharmacologique, de même que des défis de la recherche en santé mentale. L'allocution du Dr Norman Doidge, du Centre de formation et de recherche en psychanalyse de l'Université Columbia, à New York, et du Département de psychiatrie de l'Université de Toronto, et auteur du livre The Brain that Changes Itself (en anglais seulement), a clos l'événement.

Ce colloque était notamment financé par l'INSMT, l'Institut universitaire en santé mentale Douglas, l'Université McGill et l'Université de Montréal.

Activités internationales

Initiative conjointe de recherche en santé Canada-Chine

Depuis 2005, les IRSC et la Fondation nationale des sciences naturelles de Chine (NSFC) gèrent et financent l'Initiative conjointe de recherche en santé Canada-Chine (ICRSCC), dont l'objectif est la promotion de la coopération scientifique entre les universités, hôpitaux, instituts de recherche ou organismes de recherche affiliés de la Chine et du Canada au moyen de subventions de recherche en collaboration. Dans le cadre du premier protocole d'entente, 89 projets de recherche conjoints ont été financés, avec un investissement des IRSC d'environ 10 millions.

En octobre 2010, les IRSC et la NSFC ont renouvelé le protocole d'entente bilatérale pour cinq ans. Les deux organisations ont gonflé l'enveloppe de financement, portant à 75 000 $ par année sur trois ans les fonds destinés aux chercheurs canadiens et à 333 333 yuan par année ceux destinés aux chercheurs chinois. Le renouvellement de ce partenariat pourrait permettre le financement de 45 nouveaux projets, avec une contribution supplémentaire des IRSC de 10 millions de dollars. De manière à répondre aux principales priorités de recherche en santé des deux pays, le nombre d'instituts des IRSC qui participent au partenariat est passé à 10 et l'ensemble des thèmes a été élargi en conséquence.

De plus, le nouveau protocole d'entente de l'ICRSCC comprend maintenant un accord de co-financement de subventions d'équipe de plus grande envergure. La première subvention d'équipe individuelle Chine-Canada porte sur la maladie d'Alzheimer et les troubles apparentés. Aux IRSC, ce programme conjoint fera partie de la Stratégie internationale de recherche concertée sur la maladie d'Alzheimer (SIRCMA). Le programme scientifique de la SIRCMA porte sur les mesures précoces relatives à la maladie d'Alzheimer et aux troubles apparentés, comme la définition des facteurs de risque, le diagnostic précoce, l'intervention précoce et la prévention. Les chercheurs canadiens peuvent obtenir un maximum de 250 000 $CAN par année par projet, pour une durée maximale de quatre ans. Les chercheurs chinois peuvent quant à eux recevoir un montant de 3 millions de yuan par projet, sur un maximum de quatre ans. La date limite de présentation d'une demande était le 6 mai 2011.

Cette année, l'atelier scientifique annuel de l'ICRSCC sera organisé par la NSFC à Shanghai. L'atelier, qui aura lieu le 13 septembre 2011 portera sur le diabète. L'Institut de la nutrition, du métabolisme et du diabète y représentera les IRSC.

Activités à venir

Colloque de l'Association canadienne des neurosciences
Centre des congrès de Québec
Du 29 mai au 1er juin 2011

L'Association canadienne des neurosciences représente le plus grand nombre de scientifiques canadiens intéressés par le cerveau, la moelle épinière et l'ensemble du système nerveux au Canada. L'INSMT commanditera en partie la cérémonie d'ouverture et tiendra un stand pour interagir avec les participants. Nous espérons vous y voir! Vous trouverez plus de renseignements ainsi que le programme sur le site Web de l'Association canadienne des neurosciences.

Questions de substance 2011
Organisé par le Centre canadien de lutte contre l'alcoolisme et les toxicomanies
Hyatt Regency, Vancouver, Colombie-Britannique
Du 6 au 9 novembre 2011
Pour en savoir plus, visitez le site Web de le Questions de substance 2011.

Atelier de l'INSMT sur la prévention et le traitement des toxicomanies
Hyatt Regency, Vancouver, Colombie-Britannique
Les 9 et 10 novembre 2011

Assemblée annuelle de la Society for Neuroscience
Washington, D.C.
Du 12 au 16 novembre 2011
Pour en savoir plus, visitez le site Web de l'Assemblée annuelle de la Society for Neuroscience (en anglais seulement).

Possibilités de financement de l'INSMT

Pour consulter les possibilités de financement des IRSC, y compris celle de l'INSMT, veuillez consulter le site Web des IRSC.

Subventions pour réunions, planification et dissémination
L'objectif particulier de l'annonce de priorités pour les Subventions pour réunions, planification et dissémination : Activités de dissémination (Domaines de recherche particuliers) consiste à offrir des sources de financement complémentaire aux projets très bien cotés et jugés pertinents à l'égard de priorités ou de mandats de recherche particuliers des IRSC. Le montant maximal accordé par la subvention est de 25 000 $.

Recherche industrielle sur la neuro-inflammation
L'INSMT, en partenariat avec Lundbeck Canada (LC), financera une demande jugée pertinente dans le domaine de la neuro-inflammation. Le candidat retenu devra contribuer à faire comprendre l'incidence des processus d'inflammation sur les maladies dégénératives. Le candidat peut opter pour la maladie de son choix. Il doit proposer une hypothèse intéressante qui pourra faire l'objet de travaux dans différents milieux de recherche dans le but de cibler des principes et mécanismes biologiques communs à de multiples maladies. Le montant total disponible dans le cadre de cette possibilité de financement est de 180 000 $ sur trois ans, à raison d'un maximum de 60 000 $ par année.

Pour en savoir plus sur cette possibilité de financement, veuillez consulter le site des IRSC.

Décisions de financement

On peut consulter la liste de toutes décisions relatives au financement des IRSC de 2010 dans le site Web.

Subvention d'équipe : Maladie d'Alzheimer France-Québec
Cinq équipes ont été financées dans le cadre de cette initiative.

Subvention d'équipe : troubles mentaux
Trois équipes ont été financées dans le cadre de cette initiative transnationale dirigée ERA-Net Neuron.

Subventions pour réunions, planification et dissémination (RPD)
Pour consulter la liste complète des subventions pour RPD financées par l'INSMT et d'autres instituts des IRSC, visitez la page sur les décisions relatives au financement à l'adresse inscrite ci-dessus.

Stratégie nationale antidrogue
Les résultats des décisions relatives au financement du dernier AD seront affichés en juin 2011.

Félicitations

Brian MacVicar (membre du conseil consultatif de l'Institut) et Anthony Phillips figurent parmi les nouveaux fellows de l'Académie canadienne des sciences de la santé pour l'année 2010. L'accession à l'Académie est considérée comme l'un des plus grands honneurs pour un chercheur en sciences de la santé.

Ces présentations sont tirées du site Web de l'ACSS :

Brian MacVicar
Brian MacVicar est professeur de psychiatrie à l'Université de Colombie-Britannique (UBC) et chercheur principal au Health Brain Research Centre. Il est un excellent électrophysiologiste et un pionnier dans la conception de l'imagerie cellulaire et son application à des modèles de fonction cérébrale normale ou pathologique. Ses principales contributions ont fait progresser les connaissances sur l'excitabilité cellulaire, la transmission synaptique, les fonctions des cellules gliales et le traumatisme neuronal. En outre, ses travaux sont directement applicables à des thèmes extrêmement pertinents sur le plan clinique comme les AVC, l'épilepsie et la maladie d'Alzheimer. Il a établi des partenariats de recherche locaux et internationaux, offert un milieu de formation exemplaire et fait montre d'un leadership sans égal au sein du domaine des neurosciences. Il est reconnu mondialement comme l'un des neuroscientifiques canadiens les plus créatifs, originaux et exceptionnels.

Anthony Phillips
Anthony Phillips est professeur de psychiatrie à l'Université de Colombie-Britannique (UBC) et chercheur principal au Health Brain Research Centre. Il est le directeur fondateur de l'Institut de la santé mentale de l'UBC et le directeur scientifique de l'Institut des neurosciences, de la santé mentale et des toxicomanies des IRSC. Ses travaux avant-gardistes en neuropsychopharmacologie et sur la neuroscience des systèmes ont jeté les bases de notre compréhension du rôle de la dopamine dans le contrôle neural de la motivation et de la mémoire. De plus, il a contribué à l'application des connaissances relatives à la fonction cérébrale-comportementale normale pour comprendre les bases neurales de la maladie mentale et de la toxicomanie. Il a publié plus de 300 publications examinées par les pairs et co-fondé deux sociétés de biotechnologie canadiennes.

Pour joindre l'INSMT