Bourses d'excellence de l'ISFH pour la recherche sur le genre, le sexe et la santé : les récipiendaires

Les bourses d'excellence de l'ISFH pour la recherche sur le genre, le sexe et la santé récompensent les étudiants diplômés et les postdoctorants de recherche exceptionnels sur le genre, le sexe et la santé. Les boursiers sont choisis sur la base de l'impact réel ou potentiel de leur recherche dans le domaine du genre, du sexe et de la santé, de l'applicabilité réelle ou potentielle des résultats de leur recherche, et de leur excellence démontrée dans la recherche sur le genre, le sexe et la santé.

2013

Mélanie Racine

L'Institut de la santé des femmes et des hommes (ISFH) est heureux d'annoncer que la Dre Mélanie Racine est la récipiendaire de la bourse d'excellence 2013 de l'ISFH pour la recherche sur le genre, le sexe et la santé. La Dre Racine a suivi ses études de cycles supérieurs au Département de psychologie de l'Université du Québec à Montréal. Dans le cadre de sa thèse de doctorat, elle s'est penchée sur le profil biopsychosocial des différences de sexe et de genre par des expériences sur la perception de la douleur chronique. La Dre Racine est également une psychologue aguerrie en thérapie comportementale et cognitive et a une solide formation clinique en psychologie de la santé et en traitement de la douleur chronique. Elle a récemment fait un stage postdoctoral au Lawson Research Health Institute et au St. Joseph's Health Care, à London, en Ontario, avec le Dr Warren Nielson (directeur) et le Dr Mark P. Jensen (codirecteur). La Dre Racine occupe actuellement le poste d'associée de recherche au Département des sciences cliniques et neurologiques de l'Université de Western Ontario. Sa recherche porte actuellement sur l'efficacité de deux différents types d'intervention en gestion des activités dans le traitement du syndrome de la fibromyalgie. Elle participe activement à d'autres travaux de recherche, notamment à la mise au point d'un index de gestion des activités pour les personnes souffrant de douleurs chroniques; à l'étude des différences de sexe et de genre, ainsi que des idées suicidaires, chez les personnes atteintes du syndrome de la fibromyalgie; à l'examen des facteurs déterminant la qualité de vie des personnes souffrant de douleurs neuropathiques et les incapacités dont elles risquent de souffrir; ainsi que les corrélats cliniques de la douleur par rapport aux démangeaisons chez les personnes atteintes de sclérodermie.

2012

Rod Knight

L'Institut de la santé des femmes et des hommes est heureux d'annoncer que M. Rod Knight, de l'Université de la Colombie-Britannique (UBC), est le récipiendaire de la bourse d'excellence de l'ISFH pour la recherche sur le genre, le sexe et la santé de 2012. Doctorant en études interdisciplinaires à l'UBC sous la direction de la Dre Jean Shoveller, Rod Knight a entrepris de mieux comprendre l'influence des diverses attentes masculines et hétéronormatives sur les pratiques et les expériences des jeunes hommes en matière de santé sexuelle. À l'aide de méthodes qualitatives comme des entretiens détaillés et semi-dirigés avec des hommes (âgés de 15 à 25 ans) et des cliniciens (médecins et infirmières), Rod a proposé des cadres sociologiques qui ont révélé des cas où les attentes hétéronormatives ont un impact négatif sur tous les hommes ainsi que sur leur clinicien. Ses plus récentes recherches doctorales portent sur l'éthique en santé des populations, un domaine en pleine émergence dans le contexte canadien particulièrement en ce qui a trait à la santé sexuelle des hommes. Son travail présente l'éthique en santé des populations, un cadre philosophique qui voit l'individu ancré dans un contexte social et structurel plus large, comme étant intrinsèquement liée au sexe et au genre. Dans le cadre de son projet de recherche doctoral, Rod recueille et analyse les témoignages de jeunes hommes, de fournisseurs de services et de responsables des politiques concernant les interventions liées au VIH afin d'étudier comment les questions ayant trait au genre et à l'équité sont perçues et vécues. Son but est d'élaborer un cadre éthique en santé publique et des populations fondé sur des données probantes qui met de l'avant les intérêts de l'individu (p. ex. résultats et expériences en matière de prévention et de traitements), ainsi que ceux de la collectivité en général (p. ex. justice sociale, équité en santé et entre les sexes).

2011

L'Institut de la santé des femmes et des hommes (ISFH) est heureux d'annoncer que Nadia Lakis (Université de Montréal) et Claire Salisbury (Université Western) sont les lauréates de la bourse d'excellence pour la recherche sur le genre, le sexe et la santé 2011 de l'ISFH. C'est la première fois que l'ISFH accorde cet honneur à deux personnes au même concours. Nadia et Claire sont des étudiantes au doctorat qui se penchent sur des questions relatives au genre et au sexe auparavant inexplorées dans leurs domaines respectifs de la santé mentale et de la santé sexuelle. Leur travail a d'importantes implications pour les interventions et la pratique cliniques.

Nadia Lakis

Notre compréhension de l'incidence du sexe biologique sur le fonctionnement cérébral chez les patients schizophrènes est extrêmement limitée, du fait possiblement du manque de femmes recrutées pour participer aux études sur le sujet. Nadia Lakis, étudiante au doctorat en sciences biomédicales (option psychiatrie) à l'Université de Montréal (sous la supervision de la Dre Adrianna Mendrek), cherche à combler cette lacune. En matière de schizophrénie, des différences entre les sexes ont été amplement démontrées pour pratiquement tous les aspects de la maladie – de la prévalence à l'âge moyen à l'apparition de la maladie, en passant par le tableau clinique, l'évolution de la maladie et la réponse au traitement. La recherche de Nadia est la première exploration des différences entre les sexes dans le fonctionnement du cerveau pour ce qui est de la mémoire émotionnelle chez les schizophrènes. La mémoire émotionnelle est le processus qui consiste en la création d'associations positives ou négatives avec des événements du passé; elle permet aux gens d'envisager des expériences agréables ou d'éviter de mauvaises expériences sur la base de souvenirs. Chez les schizophrènes, ce processus est grandement perturbé, ce qui nuit à leur fonctionnement social au quotidien. À l'aide de diverses techniques d'imagerie du cerveau, Nadia compare les activations cérébrales chez les hommes et les femmes, schizophrènes ou non, et elles sont différentes! Comme c'est la première fois que des différences entre les sexes dans la fonction cérébrale en lien avec les souvenirs affectifs chez les schizophrènes sont signalées, la recherche de Nadia fait avancer les connaissances sur les mécanismes fondamentaux de la mémoire émotionnelle chez cette population. Surtout, les résultats de son travail ont le potentiel d'orienter la mise au point future d'interventions cliniques fondées sur le sexe pour la schizophrénie, comme le dosage de la médication antipsychotique ou la thérapie psychosociale et la thérapie de remédiation cognitive.

Claire Salisbury

Le trouble orgasmique féminin, l'absence persistante d'orgasme à la suite d'une phase d'excitation sexuelle normale (accompagnée de détresse ou de difficultés interpersonnelles marquées), est une dysfonction sexuelle problématique chez de nombreuses femmes, jusqu'à 70 % des femmes étant généralement incapables d'atteindre l'orgasme durant les rapports sexuels (orgasme coïtal). Bien que l'absence d'orgasme chez la femme soit l'une des préoccupations d'ordre sexuel les plus souvent signalées, aucune étude n'a systématiquement établi en quoi consistaient ces préoccupations, et ne les a encore moins comparées à celles des hommes. C'est précisément ce que cherche à faire Claire Salisbury, candidate au doctorat en psychologie clinique à l'Université Western (sous la supervision du Dr William Fisher). Elle espère que la compréhension des préoccupations uniques des femmes et des hommes par rapport à cette problématique sexuelle rendra possibles des interventions plus efficaces pour réduire la détresse associée à l'absence d'orgasme. Son étude est la première du genre à établir en quoi consistent, en détail, les préoccupations tant des femmes que des hommes à cet égard. En gros, la recherche de Claire montre que les jeunes adultes de sexe masculin et féminin ont des préoccupations et des priorités relativement distinctes par rapport à la survenue de l'orgasme coïtal, et ne comprennent pas totalement les perspectives uniques de l'autre. L'avenir de ce programme de recherche donnera lieu à la répétition de l'étude chez une population adulte plus âgée, de même qu'à la création, à l'évaluation psychométrique et à la validation systématiques d'un ensemble d'échelles mesurant les préoccupations et la détresse associées à l'orgasme coïtal.

2010

Dr Jordan Guenette

L'ISFH est heureux d'annoncer que le Dr Jordan Guenette, boursier postdoctoral de l'Université Queen's, est le lauréat 2010-2011 du prix annuel de l'excellence de l'ISFH en recherche sur le genre, le sexe et la santé. Ce prix souligne l'excellence d'articles de recherche publiés dans le domaine du genre, du sexe et de la santé, rédigés par des étudiants des cycles supérieurs et des boursiers postdoctoraux. L'article gagnant du Dr Guenette, intitulé Sex-differences in exercise-induced diaphragmatic fatigue in endurance trained athletes et publié dans la Revue canadienne de physiologie appliquée, cherchait à déterminer s'il y a des différences liées au sexe dans la fatigue du muscle respiratoire (c.-à-d. le diaphragme). Le diaphragme humain est le premier muscle en jeu dans la respiration et est le seul muscle squelettique nécessaire à la vie humaine. Par conséquent, comprendre les caractéristiques de la fatigue de ce muscle a d'importantes implications cliniques dans une grande variété de populations. On en connaît peu, toutefois, sur la façon dont le diaphragme fonctionne et répond à l'exercice chez les femmes, surtout parce que toutes les études précédentes ont été réalisées auprès des hommes. L'étude du Dr Guenette et de ses collègues est la première à utiliser des méthodes acceptées et validées pour caractériser la fonction du diaphragme chez les femmes durant l'exercice et à comparer les réponses entre les deux sexes. Contrairement à leur hypothèse de départ, les résultats ont révélé que les femmes étaient en réalité moins susceptibles de développer une fatigue du diaphragme que les hommes.

2009

Matthew Numer

L'Institut de la santé des femmes et des hommes (ISFH) est heureux d'annoncer que Matthew Numer, candidat à un doctorat interdisciplinaire à l'École de santé et de performance humaine de l'Université Dalhousie, est le premier lauréat du Prix d'excellence en recherche sur le genre, le sexe et la santé de l'Institut de la santé des femmes et des hommes. Ce prix souligne l'excellence d'articles de recherche publiés dans le domaine du genre, du sexe et de la santé, rédigés par des étudiants des cycles supérieurs et des boursiers postdoctoraux de toutes les disciplines. Il est accompagné d'un prix en argent de 1 000 $. L'article primé de Matthew Numer, intitulé « The sexual health of gay men in the post-AIDS era: Feminist, post-structuralist and queer theory perspectives » (La santé sexuelle des hommes homosexuels à l'ère postsida : points de vue féministe, poststructuraliste et relatif à la théorie queer), publié dans la revue International Journal of Men's Health, présente un cadre théorique en matière de recherche sur la santé sexuelle des hommes homosexuels à l'ère « postsida » . À l'heure où les hommes homosexuels sont généralement au fait des facteurs de transmission duVIH, cette contribution offre la possibilité d'améliorer les stratégies de promotion de la santé en intégrant une approche du genre et de la santé sexuelle fondée sur la théorie. Les avancées théoriques en matière d'approches de la santé sexuelle tenant compte du genre, l'articulation efficace des importantes répercussions sur la promotion de la santé auprès de diverses personnes, et la complexité des travaux d'érudition sont autant de facteurs qui ont motivé la remise de ce prix à Matthew Numer.

Date de modification :