Profil de recherche – Promouvoir la régénération

Des cellules souches provenant de follicules pileux pourraient améliorer la guérison des brûlures.

Retour à l'article principal ]

Dr Jeff Biernaskie

Un type de cellules présentes dans les follicules pileux pourraient être utilisées pour favoriser la guérison des plaies et la régénération de la peau chez les grands brûlés. Ces cellules pourraient aussi servir à contrer la perte de cheveux attribuable au vieillissement ou à la chimiothérapie.

« Le follicule pileux est intéressant parce que, contrairement aux autres tissus adultes, il se régénère continuellement au cours de la vie, sans former de tissu cicatriciel », affirme le Dr Jeff Biernaskie, professeur adjoint en biologie comparative et en médecine expérimentale, à l'Université de Calgary.

En étudiant les follicules pileux attentivement, le Dr Biernaskie a découvert qu'ils contiennent des cellules souches dermiques. Ces cellules relativement peu spécialisées peuvent perpétuellement se diviser et se transformer en diverses cellules, comme les cellules de la peau, des cheveux ou du tissu adipeux, ou même en un certain type de cellules du cerveau.

« Nous avons montré que ces cellules vivent dans les follicules pileux, qu'elles peuvent provoquer la formation de follicules pileux et qu'elles régulent la croissance des cheveux. Toutefois, lorsque nous avons pratiqué de petites blessures [chez des modèles animaux], nous avons découvert que ces cellules sortaient des follicules pileux et se rendait au siège de la blessure », rapporte le Dr Biernaskie.

Les travaux se poursuivent afin de découvrir exactement ce que ces cellules font au siège des blessures. « Nous pensons qu'elles contribuent à la formation de nouvelles cellules dermiques [un type de cellules de la peau] au sein de la blessure, mais cela reste à confirmer », déclare le Dr Biernaskie.

Lorsque les chercheurs connaîtront le rôle exact de ces cellules souches et en sauront davantage sur la façon dont elles se transforment en types spécifiques de cellules cutanées, ils pourront les utiliser dans les greffes de peau afin d'aider les victimes de brûlures.

Dans les cas de brûlures graves, l'approche actuelle consiste à recouvrir la plaie d'un morceau de peau prélevé sur une partie non brûlée du corps, c'est ce que l'on appelle la greffe de demi-épaisseur. Dans cette technique, on utilise seulement les couches les plus superficielles de la peau prélevée sur une autre partie du corps telle que la cuisse. Bien que cette greffe remplace la peau gravement endommagée par la brûlure, cela ne ramène pas la peau à sont état original.

« Les couches superficielles du greffon ne sont pas supportées par le derme qui appuie normalement la croissance de la peau en permettant l'apport de nutriments et l'approvisionnement en sang. Le derme fournit aussi une structure et un appui pour la réinnervation. Par conséquent, la peau greffée est généralement dépourvue d'une innervation normale, de follicules pileux et de glandes. Il est donc nécessaire de faire mieux pour aider ces patients », déclare le Dr Biernaskie.

Les chercheurs tentent de mieux comprendre les cellules souches dermiques, ce qui les incite à agir ou qui les amène à former des types de cellules spécifiques, et les gènes qui régulent leur comportement. Ils visent ainsi à utiliser les cellules souches venant des follicules pileux pour former des types de cellules qui permettraient de régénérer le derme sous les greffes de peau.

« Chez les brûlés, on continuerait de procéder à des greffes de peau afin de couvrir les plaies et de prévenir l'infection. Toutefois, si on pouvait reconstruire le derme sous la peau greffée à l'aide des cellules souches dermiques, nous pourrions améliorer la fonction de la nouvelle peau et, avec un peu de chance, réduire les cicatrices », affirme le Dr Biernaskie.

Ces travaux de recherche, financés en partie par les Instituts de recherche en santé du Canada, pourraient aussi mener à la découverte de nouveaux traitements pour contrer la perte des cheveux attribuable au vieillissement ou à la chimiothérapie chez les patients atteints de cancer.

« Plus nous comprendrons comment ces cellules souches sont régulées dans la peau, mieux nous pourrons les manipuler à l'extérieur de celle-ci afin de mettre au point des traitements pour guérir les plaies et améliorer la régénération de la peau », conclut le Dr Biernaskie.

« Le follicule pileux est intéressant parce que, contrairement aux autres tissus adultes, il se régénère continuellement au cours de la vie, sans former de tissu cicatriciel. »
– Dr Jeff Biernaskie, Université de Calgary
Date de modification :