Rapport annuel des Instituts de recherche en santé du Canada 2011-2012 : La mesure du succès

S'attaquer aux priorités de la recherche sur la santé
et le système de santé

Lancer des initiatives stratégiques pour susciter le changement

Le CEI a encouragé les IRSC à établir la priorité des domaines de recherche ciblée et à créer des « initiatives stratégiques essentielles et déterminantes qui propulseront le Canada au rang de chef de file dans certains domaines ciblés ». Au cours de l'exercice qui vient de s'écouler, les IRSC ont pris des mesures en ce sens. Ils ont notamment progressé dans les initiatives expressément conçues pour stimuler la recherche interdisciplinaire présentant une valeur stratégique en marge de la sphère d'activité courante des IRSC.

Planification plus exhaustive pour déterminer les domaines de recherche ciblée et en établir les priorités

Les directeurs scientifiques et le conseil d'administration des IRSC ainsi que le milieu de la recherche ont défini un ensemble d'initiatives phares pour susciter le changement et ainsi améliorer la santé et les soins. Ces initiatives tirent parti des forces qui existent déjà dans l'entreprise de recherche canadienne et visent à accorder plus d'attention aux domaines qui en ont besoin. En 2011-2012, certaines de ces initiatives ont franchi des étapes cruciales.

Par exemple, les IRSC ont lancé l'initiative Soins de santé communautaires de première ligne pour accorder à la recherche dans ce domaine l'attention qui lui revient et accélérer l'application des connaissances à des pratiques et politiques plus avisées. En janvier 2012, la ministre de la Santé, Leona Aglukkaq, a annoncé le soutien d'équipes de chercheurs et de décideurs dans deux domaines : la prévention et la prise en charge des maladies chroniques, et l'accès à des soins pour les populations vulnérables, telles que les enfants, les personnes âgées, les personnes défavorisées et les communautés autochtones.

Autre initiative phare des IRSC, le Consortium canadien de recherche en épigénétique, environnement et santé réunit les ressources et l'expertise existantes pour accélérer l'application des découvertes en épigénétique à de nouveaux traitements et actes diagnostiques. En 2011-2012, le Consortium a lancé un certain nombre de concours dont la valeur totale a atteint 25,4 millions de dollars.

Soutien accru de la recherche clinique et translationnelle

Au cours du dernier exercice, la ministre de la Santé, Leona Aglukkaq, a officiellement lancé la Stratégie de recherche axée sur le patient (SRAP), initiative transformatrice qui améliorera grandement le soutien accordé à la recherche clinique et translationnelle au Canada. Une meilleure intégration des données de recherche et des pratiques cliniques se traduira par de meilleurs résultats en matière de santé et une amélioration du système de santé au Canada.

Élargir les horizons

En 2011-2012, les IRSC ont misé sur un certain nombre de partenariats pour élargir leurs horizons de recherche. Les possibilités et le financement issus de la participation du Canada au Human Frontier Science Program en sont un exemple. Ce programme appuie des projets d'avant-garde au carrefour de plusieurs domaines, où la recherche en santé se fond aux sciences physiques et informatiques. Depuis 1990, le programme a permis de financer 18 chercheurs talentueux qui ont plus tard remporté un prix Nobel de physiologie ou médecine, de chimie ou de physique. Toujours en 2011-2012, l'initiative phare Médecine personnalisée des IRSC a permis d'établir une précieuse collaboration avec Génome Canada. L'initiative, d'une valeur de 135 millions de dollars et assortie de partenariats régionaux de contrepartie, appuiera la recherche multidisciplinaire en médecine personnalisée. Ce domaine de recherche pourrait éventuellement faire passer la prestation des soins de santé d'un système réactif « universel » à un système prédictif, préventif et précis.

La médecine,
en version améliorée
et personnalisée

Pour lancer leur initiative phare Médecine personnalisée, les IRSC ont annoncé leur participation à un concours de financement de projets à grande échelle en génomique. Le concours, tenu en partenariat avec Génome Canada, permettra de financer de grands projets pour mieux prévenir, diagnostiquer et traiter les maladies, et réaliser des avantages économiques et sociaux considérables. Les projets retenus doivent bénéficier de fonds de contrepartie d'autres sources et de la participation d'utilisateurs finaux pour que les résultats aient une utilité ou une application clinique. Huit instituts des IRSC participent à ce concours. Le financement soutiendra le travail de chercheurs comme le Dr François Rousseau, de l'Université Laval, qui utilise des modèles informatiques pour déterminer les stratégies les plus rentables et les plus humaines possible à appliquer au dépistage prénatal des troubles génétiques.

Le patient d'abord

La ministre de la Santé, Leona Aglukkaq (sur la photo ci-dessus), a officiellement lancé la Stratégie de recherche axée sur le patient (SRAP) en août 2011. Il s'agit d'un partenariat pancanadien auquel participent des chercheurs et des professionnels de la santé, des responsables des politiques et des patients. Plus tard au cours de l'exercice s'est tenue la première réunion du comité directeur national de la SRAP; elle a été coprésidée par le président des IRSC, le Dr Alain Beaudet, et le Dr Robert S. Bell, président et chef de la direction du Réseau universitaire de santé. Le comité directeur compte des représentants de tous les ordres de gouvernement, d'organisations du secteur privé, d'œuvres de bienfaisance en santé, de réseaux de sciences de la santé, d'universités et de groupes de défense des droits des patients. Deux éléments clés de la SRAP, les réseaux de recherche et d'application des connaissances et les unités de soutien à la recherche axée sur le patient, seront mis en œuvre plus tard en 2012.

Du nouveau dans la
lutte contre les cancers
infantiles et les maladies rares

Des chercheurs sous la conduite de la Dre Nada Jabado, professeure à l'Université McGill et codirectrice de projet pour le Consortium canadien en génomique du cancer pédiatrique (CCGCP), ont mis en évidence deux mutations génétiques auxquelles on attribue jusqu'à 40 % des glioblastomes chez les enfants. Le glioblastome (sur la photo ci-dessus) est une tumeur cérébrale mortelle qui ne répond pas à la chimiothérapie et à la radiothérapie. L'équipe de Découverte de gènes à l'origine des maladies rares au Canada (FORGE Canada), qui se consacre aux maladies rares chez les enfants, a identifié 21 gènes, dont 13 qui n'avaient jamais encore été associés à une maladie humaine. Ces deux groupes ont été formés pour cerner les gènes en cause dans les cancers les plus implacables et les maladies rares chez les enfants. Déjà, leurs découvertes pourraient changer le traitement des maladies pédiatriques. Les IRSC, Génome Canada, Genome BC et Génome Québec participent financièrement aux consortiums.

Redessiner les
frontières de la science

Les IRSC ont resserré leurs liens avec le Human Frontier Science Program (HFSP) : ils participeront à hauteur d'environ 3,8 millions de dollars à ce prestigieux programme, de 2011-2012 à 2013-2014. Le HFSP appuie la collaboration internationale entre les sciences de la vie et les sciences physiques, chimiques et mathématiques, afin d'offrir de nouvelles approches et observations relativement aux problèmes de nature biologique. Le programme a été très avantageux pour le Canada : plus de 175 Canadiens ont été formés à l'étranger grâce à ses bourses de longue durée, et plus de 120 membres de corps professoraux ont bénéficié de subventions pour des collaborations internationales. L'image ci-dessus, du laboratoire du Dr Laurent Kreplak du HFSP, jeune chercheur de l'Université Dalhousie, montre un test de nano indentation de gels d'actine (en rouge) cultivés sur des billes de polystyrène (en blanc). Les molécules d'actine commandent le mouvement des cellules dans les processus comme le développement de l'embryon et la métastase des tumeurs. (Photo : Avec la permission du Dr Laurent Kreplak)

Date de modification :