Rapport annuel des Instituts de recherche en santé du Canada 2011-2012 : La mesure du succès

Profiter plus rapidement des avantages de la recherche pour la santé et l'économie
Favoriser la transformation des idées en applications

Dans son rapport d'évaluation de 2011, le CEI reconnaît que le mandat des IRSC ne se limite pas à soutenir la création de connaissances par la recherche en santé; il consiste aussi à favoriser des « applications pratiques » de ces connaissances pour le bien de tous les Canadiens.

Améliorer les relations avec l'industrie et les possibilités pour le Canada

Les IRSC ont consolidé le Programme de projets de recherche concertée sur la santé, qu'ils financent avec le Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie (CRSNG), pour appuyer la recherche faisant appel à la fois aux sciences naturelles ou au génie et aux sciences de la santé. Les IRSC et le CRSNG procurent maintenant du financement de base de 20,4 millions de dollars par année – contre 13,8 millions de dollars auparavant – à des équipes de recherche concertée qui ont comme partenaire un utilisateur de connaissances ou de technologie à qui profiteront les résultats de la recherche. Les projets, d'une durée habituelle de trois ans avec étapes fixes, doivent contribuer à améliorer la santé, à rendre les services plus efficaces, ou à assurer le développement économique dans des secteurs liés à la santé.

D'autres programmes viables et à long terme des IRSC visent aussi à fournir un soutien crucial pour améliorer l'application des connaissances et la commercialisation. Les subventions de démonstration des principes permettent d'accorder près de 5 millions de dollars par année pour des projets d'une durée maximale de 12 mois ayant pour but de faire évoluer les découvertes vers des technologies commercialement viables. De même, les subventions  de recherche en collaboration avec l'industrie, dont la valeur atteint actuellement 7,5 millions de dollars par année, permettent de financer des projets en collaboration avec des partenaires du milieu universitaire et de l'industrie de la recherche-développement.

Améliorer l'application des connaissances entre les chercheurs, leurs établissements, les IRSC et le public, à tous les échelons

En 2011-2012, les IRSC ont pris des mesures appréciables pour mieux aider les chercheurs à faire déboucher leurs découvertes sur des produits, des pratiques et des politiques qui peuvent améliorer la santé et les soins.

En assouplissant les conditions d'admissibilité au supplément pour l'application des connaissances et en augmentant le financement, c'est-à-dire en l'offrant aux chercheurs financés par d'autres sources qui font appel à l'évaluation par les pairs et en le faisant passer de 40 000 $ à 100 000 $, les IRSC montrent qu'ils sont résolus à intégrer l'application des connaissances dans l'entreprise de recherche.

Sclérose en plaques :
répondre aux
préoccupations du public

Les IRSC ont réagi avec soin et rapidité aux préoccupations du public à la suite de rapports selon lesquels la sclérose en plaques (SP) serait liée à un mauvais drainage veineux du cerveau – une anomalie appelée insuffisance veineuse céphalorachidienne chronique (IVCC). Les IRSC et la Société canadienne de la sclérose en plaques ont lancé un appel de propositions en vue d'un essai clinique pour établir la sécurité de l'angioplastie veineuse et en examiner les conséquences sur les personnes atteintes de SP. Cette démarche faisait suite aux recommandations du Groupe d'experts scientifiques des IRSC sur l'IVCC et de la Société canadienne de la sclérose en plaques.

Chercheurs et responsables
des politiques se
mettent au diapason

En 2011, les IRSC ont créé, en partenariat avec Santé Canada, un programme qui donne aux chercheurs hautement qualifiés la chance de s'initier directement à l'élaboration des politiques. Les bourses à l'intention de chercheurs pour l'élaboration de politiques visent à favoriser les échanges entre scientifiques et responsables des politiques et à stimuler la participation des chercheurs universitaires à l'élaboration de politiques publiques. Le programme permettra d'améliorer l'intégration de la recherche et des politiques tout en mettant des experts à la disposition des responsables des politiques de Santé Canada, qui font face à des questions scientifiques et techniques de plus en plus complexes. Les trois premiers boursiers ont entrepris leur affectation de six mois en décembre 2011 et en janvier 2012. Sur la photo ci-dessus, Jason Millar, de l'Université Queen's, met son expérience de l'éthique clinique, du génie et de la philosophie appliquée au service des questions de politiques entourant les technologies de cybersanté, au moment où le Canada met en œuvre sa stratégie en la matière. Sa bourse lui permettra d'étudier des stratégies d'engagement des patients à l'aide de technologies de cybersanté qui leur sont dévouées.

Augmentation du nombre de
patients cardiaques en réadaptation
et réduction du taux de mortalité

Active à trois hôpitaux de la région de Toronto, une équipe dirigée par la Dre Sherry Grace, de l'Université York, utilise un supplément des IRSC pour l'application des connaissances en vue de favoriser l'adoption d'une stratégie « d'orientation automatique facilitée par un agent de liaison ». L'équipe a montré que la stratégie permettait de multiplier par huit le nombre de patients envoyés en réadaptation cardiaque. Selon des études, la réadaptation cardiaque peut réduire le taux de morbidité et de mortalité d'environ 25 % sur une période de deux ans, comparativement aux soins habituels. Les résultats préliminaires à trois endroits permettent de constater une amélioration considérable au chapitre de l'adoption de la stratégie, les taux de patients dirigés vers la réadaptation atteignant parfois 60 %.

Entreprendre des essais
cliniques plus rapidement

Les essais cliniques sont essentiels pour prévenir, prendre en charge et guérir la maladie. Toutefois, l'absence d'un modèle d'entente – un formulaire uniformisé facilitant la collaboration entre établissements de santé et sociétés pharmaceutiques – entrave la tenue de vastes essais cliniques au Canada. En septembre 2011, après un an et demi de pourparlers avec l'Association canadienne des institutions de santé universitaires et Les compagnies de recherche pharmaceutique du Canada (Rx&D), un modèle d'entente d'essai clinique a officiellement été dévoilé. Le site Web des IRSC contient un modèle d'essai clinique, auquel des changements seront apportés au besoin. L'industrie et le milieu universitaire pourront ainsi collaborer plus facilement dans le cadre d'essais cliniques.

Date de modification :