Chaires de recherche des IRSC sur le genre, le travail et la santé

Les IRSC ont attribué neuf nouvelles chaires de recherche sur le genre, le travail et la santé dans le cadre d'un programme lancé par l'Institut de la santé des femmes et des hommes des IRSC, en partenariat avec l'Institut de l'appareil locomoteur et de l'arthrite des IRSC, l'Institut de la santé publique et des populations des IRSC, le Centre canadien d'hygiène et de sécurité au travail et l'Institut de recherche Robert-Sauvé en santé et en sécurité du travail.

Les objectifs particuliers du programme de chaires de recherche sur le genre, le travail et la santé sont les suivants :

  • soutenir des chercheurs et chercheuses de renom dans l'élaboration de leurs programmes de recherche sur le genre, le travail et la santé;
  • accroître les ressources nécessaires pour effectuer de la recherche sur le travail et la santé qui tient compte du genre et du sexe;
  • favoriser l'application de cette recherche en vue d'établir des politiques et des interventions qui intègrent les notions de genre et de sexe et qui améliorent la santé des travailleurs et travailleuses.

La valeur globale de cet investissement est de 7,2 millions de dollars, chacune des chaires étant évaluée à 800 000 $ sur cinq ans. L'une des particularités de ce programme de chaires réside dans un partenariat en application des connaissances (AC) avec le Centre canadien d'hygiène et de sécurité au travail (CCHST), un établissement public fédéral sans but lucratif dont le mandat consiste à promouvoir le mieux-être global des travailleuses et travailleurs canadiens. Le CCHST sera le partenaire officiel de l'Institut en matière d'AC pour ce qui est des chaires sur le genre, le travail et la santé. Au moyen de technologies Web et de son vaste réseau, le CCHST élargira la portée et l'impact du travail des chaires.

Consulter la liste complète des boursiers et les résumés de leurs projets de recherche

Programme de chaires de recherche sur le genre, le travail et les ressources humaines en santé

Photo : Dre Ivy L. Bourgeault, Université d'Ottawa (Ottawa, Ontario)
(Source : Ivy L. Bourgeault)

« L'importante influence du genre et de la qualité du travail sur les tâches de divers professionnels de la santé a été largement négligée, ce qui influe considérablement sur le maintien de la main-d'œuvre dans le domaine de la santé, qu'il soit question de recrutement ou de maintien du personnel. Mon programme de recherche portera sur cette lacune dans les connaissances et visera à mieux comprendre comment le genre influe sur la qualité du travail, sur les types de tâches confiées à différents travailleurs de la santé et sur le mouvement des professionnels de la santé, au Canada et dans le monde. »

Supplément d'information

Le genre, le travail et les lésions cérébrales traumatiques : combler les lacunes dans la recherche, les politiques et la pratique en matière de santé et de sécurité au travail

Photo : Dre Angela Colantonio, Université de Toronto (Toronto, Ontario)
Chaire de recherche de la famille Saunderson sur les lésions cérébrales acquises
Institut de réadaptation de Toronto, Réseau universitaire de santé
(Source : Réseau universitaire de santé)

« Les lésions cérébrales traumatiques figurent parmi les principales causes de décès et d'invalidité dans le monde. Si les accidents de travail se révèlent coûteux et dévastateurs, il existe peu de données tenant compte des différences entre les hommes et les femmes à ce chapitre. Mon programme de recherche ajoutera aux connaissances actuelles sur les lésions cérébrales survenant au travail, tant chez les hommes que chez les femmes, ainsi que sur la prévention des blessures et sur un retour au travail réussi après une blessure à l'aide d'interventions auprès de l'individu et dans le milieu. Notre programme prévoit également des investissements dans des stages et la mise au point de techniques et de ressources didactiques visant à accroître la sensibilisation aux lésions cérébrales traumatiques survenant au travail. »

Supplément d'information (en anglais seulement)

Mieux comprendre pour mieux prévenir : les troubles musculosquelettiques liés au travail vus sous l'angle du genre et du sexe.

Chaire de recherche IRSC-IRSST sur le genre, le travail et la santé

Photo : Dre Julie Côté, Université McGill (Montréal, Québec)
(Source : Hôpital juif de réadaptation)

« Les troubles musculosquelettiques qui sont liés au travail et qui se situent au niveau du cou et des épaules constituent un lourd fardeau pour la société canadienne. Mon programme de recherche permettra de mieux cerner les mécanismes en cause dans les troubles musculosquelettiques du cou et des épaules en tenant compte du genre et du sexe. Les connaissances issues de cette recherche permettront de mieux comprendre les stratégies d'intervention et de mieux prévoir leur efficacité, ce qui donnera lieu à la création de programmes plus efficaces visant à prévenir les blessures du cou et des épaules, tant chez les hommes que chez les femmes. Ce programme sera réalisé grâce à la collaboration interdisciplinaire de chercheurs canadiens et européens de renommée internationale et favorisera la formation d'une nouvelle génération de chercheurs qui pourront profiter d'occasions de formation à l'échelle internationale. »

Supplément d'information (en anglais seulement)

Pour mieux travailler : influence du genre sur les conditions de travail et la santé dans les établissements de soins de longue durée au Canada et dans le monde

Photo : Dre Tamara Daly, Université York (Toronto, Ontario)
(Source : Norm Ullock)

« La plupart des soignants et des résidents dans les établissements de soins de longue durée au Canada sont des femmes; pourtant, le genre est souvent omis dans nos lois et politiques publiques à cet égard. Mon programme de recherche, de formation et d'application des connaissances contribuera à comprendre les liens entre l'organisation du travail selon le genre dans les soins de longue durée et les résultats cliniques pour les travailleurs et travailleuses. Grâce à des sondages, à des entrevues et à des observations, ma recherche sera utile au milieu de la pratique en offrant des outils favorisant la santé et la sécurité des travailleurs et travailleuses, ainsi qu'au milieu des politiques en fournissant des indicateurs de bonnes conditions de travail tenant compte du genre dans les soins de longue durée. »

Supplément d'information (en anglais seulement)

Différences de genre et de sexe concernant l'indemnisation des travailleurs

Photo : Dre Mieke Koehoorn, Université de la Colombie-Britannique (Vancouver, Colombie-Britannique)
(Source : Université de la Colombie-Britannique)

« Mon programme de recherche, de formation et d'application des connaissances intégrée portera sur les différences de genre et de sexe concernant l'indemnisation des travailleurs, les taux de blessures et de maladies liées au travail, et l'issue des incapacités liées au travail, en faisant des comparaisons entre organisations, régions et secteurs. Les activités d'application et d'échange de connaissances feront partie intégrante du programme et reposeront sur des partenariats actuels ou nouveaux avec des organismes d'indemnisation des accidentés du travail en vue de mettre en œuvre des pratiques exemplaires et de réduire les iniquités en fonction des différences de genre et de sexe. Fort de partenariats de recherche concertée en Colombie-Britannique et ailleurs au Canada, ainsi qu'en Australie et en Nouvelle-Zélande, ce programme ouvrira la voie dans l'intégration des différences de genre et de sexe dans les recherches sur le travail et la santé, à l'échelle internationale. »

Supplément d'information (en anglais seulement)

Effets de l'exposition au rayonnement chez les travailleurs et travailleuses de l'industrie nucléaire : depuis les biomarqueurs jusqu'aux stratégies de prévention

Photo : Dre Olga Kovalchuk, Université de Lethbridge (Lethbridge, Alberta)
(Source : Université de Lethbridge)

« L'exposition au rayonnement ionisant en milieu de travail est monnaie courante : l'industrie nucléaire compte actuellement quelque 800 000 travailleurs et travailleuses dans le monde, dont près de 40 000 au Canada. La recherche s'intéressant aux effets sur la santé de l'exposition au rayonnement en milieu de travail revêt donc une importance cruciale. Les recommandations existantes en matière de protection contre le rayonnement ont été élaborées en fonction des hommes, mais les femmes forment maintenant une large part des effectifs de l'industrie nucléaire. Sont-elles aussi bien protégées? Mon programme de recherche vise à analyser les effets du rayonnement en milieu de travail sur la santé des hommes et des femmes et à formuler des recommandations novatrices pour protéger les effectifs en fonction du sexe. »

Supplément d'information (en anglais seulement)

Tenir compte du genre dans la mesure des incapacités musculosquelettiques liées au travail et la réadaptation qui s'ensuit

Photo : Dre Joy MacDermid, Université McMaster, (Hamilton, Ontario)
(Source : Université McMaster)

« Les problèmes liés aux os, aux muscles, aux articulations et aux autres tissus qui forment l'appareil locomoteur peuvent nuire au travail et affecter la santé en général. Ces problèmes se manifestent différemment chez les hommes et les femmes, mais nous ne savons pas s'ils sont attribuables à des différences biologiques ou sociales, ou à une combinaison de ces facteurs. Mon programme de recherche fera la lumière sur les différences entre les hommes et les femmes dans l'apparition des problèmes musculosquelettiques et la réadaptation qui s'ensuit. En plus de former une nouvelle génération de chercheurs, j'entends créer des équipes de recherche et des outils servant à mesurer les problèmes au travail et les symptômes, à déterminer comment les différences dans les tâches professionnelles et les milieux de travail influent sur les hommes et les femmes, et à élaborer des stratégies de soins qui tiennent compte de ces différences. »

Supplément d'information (en anglais seulement)

Étude des différences de genre et de sexe sur le plan des liens entre la maladie et le stress au travail, des risques de blessure au travail et des conséquences des blessures au travail

Photo : Dr Peter Smith, Institut de recherche sur le travail et la santé (Toronto, Ontario)
(Source : Université Monash)

« Les femmes constituent près de la moitié de la main-d'œuvre, mais la plupart des connaissances sur les liens entre les conditions de travail et la santé se fondent sur des mesures établies pour des hommes et sur des cadres éprouvés dans des lieux de travail à prédominance masculine. Mon programme de recherche permettra de comprendre de façon plus nuancée l'influence du sexe et du genre sur les risques de blessure, les liens entre le milieu de travail et les maladies chroniques, et les congés de maladie suivant une blessure subie au travail. En faisant appel à des intervenants de premier plan dans le domaine de la santé et de la sécurité au travail tout au long de la recherche, mon équipe et moi produirons de nouvelles connaissances qui contribueront à établir des politiques et des pratiques qui intègrent les notions de genre et de sexe pour améliorer la santé de la population canadienne active. »

Supplément d'information (en anglais seulement)

Des lieux de travail respectueux du genre, de la santé et des aidants naturels

Photo : Dre Allison M. Williams, Université McMaster (Hamilton, Ontario)
(Source : Université McMaster)

« Dans les milieux de travail canadiens, on doit gérer un effectif qui, en raison de la restructuration des soins de santé, est de plus en plus appelé à fournir des soins à des membres de la famille sans être rémunérés. Mon programme de recherche portera sur la façon dont les notions de sexe et de genre se manifestent dans l'interface entre la prestation de soins non rémunérés et le travail rémunéré, en reconnaissant que la tension de rôle entre ces deux responsabilités nuit à la santé. En plus de développer la capacité de recherche sur le travail et la santé à laquelle seront intégrées les notions de sexe et de genre, je travaillerai avec divers utilisateurs de connaissances et collaborateurs hors du milieu universitaire pour favoriser l'application des résultats de cette recherche à des politiques et à des interventions qui visent à améliorer la santé des travailleurs et des travailleuses et qui tiennent compte du sexe et du genre. »

Supplément d'information (en anglais seulement)

Possibilité de financement archivée

Date de modification :