Rapport annuel des IRSC 2012-2013 : Innovation, stratégie, modernité

Favoriser l'excellence organisationnelle, promouvoir l'éthique et démontrer l'impact
Suivi, évaluation et amélioration du rendement

Les Instituts de recherche en santé du Canada (IRSC) contribuent à l'essor du pays en appuyant la création de connaissances scientifiques et en faisant en sorte que ces connaissances servent à améliorer la santé de la population, à offrir de meilleurs services et produits de santé, et à renforcer le système de soins du pays.

Cela signifie aussi que les IRSC doivent mesurer les retombées de leurs investissements pour pouvoir en rendre compte aux contribuables canadiens. Indirectement, l'essor est lié à la capacité d'utiliser de telles mesures pour continuer d'améliorer le rendement. Au cours du dernier exercice, les IRSC ont su relever ces deux défis.

Contribuer à l'essor du Canada

En 2012-2013, les IRSC ont publié les résultats de trois évaluations importantes. Une évaluation de l'Initiative de recherche en médecine régénératrice et nanomédecine (IRMRN) a révélé que le programme contribuait à maintenir le Canada à l'avant-garde de ce domaine naissant. Durant ses six années d'existence, l'IRMRN a reçu un financement de plus de 80 millions de dollars, et près de la moitié des travaux financés ont mené à l'obtention de brevets ou de licences.

Une deuxième évaluation portant sur les investissements en imagerie médicale a été réalisée conjointement avec la Fondation canadienne pour l'innovation (FCI). Une étude de cas sur la tomodensitométrie de perfusion, technique utilisée pour diagnostiquer un accident vasculaire cérébral aigu, a permis de constater un impressionnant rendement du capital investi de 28 à 46 %.

Simplifier le Programme ouvert de subventions de fonctionnement

La troisième évaluation, qui portait sur le Programme ouvert de subventions de fonctionnement, fleuron des IRSC pour la recherche libre, a révélé des résultats positifs importants et des points à améliorer pour simplifier le programme.

En 2012-2013, les IRSC ont réalisé des progrès considérables en vue d'une réforme majeure du programme et du processus d'évaluation par les pairs. Le texte final de la réforme proposée a été publié à la fin de l'exercice 2012-2013, après une année d'intenses consultations avec les intervenants au moyen de séances de discussion, de réunions, de courriels, de lettres et d'un sondage en ligne.

Au cours du dernier exercice, les IRSC ont montré leur volonté de s'améliorer afin de bien servir les contribuables canadiens et d'allier innovation, stratégie et modernité.

Brevets issus d'investissements stratégiques en médecine régénératrice

Depuis ses débuts en 2004, l'Initiative de recherche en médecine régénératrice et nanomédecine (IRMRN), investissement stratégique de plus de 80 millions de dollars, a grandement contribué à l'entreprise canadienne. En 2012-2013, une évaluation interne détaillée a révélé que 46 % des subventions de recherche dans le cadre de l'IRMRN avaient mené à l'obtention de brevets ou de licences, comparativement à 18 % pour le Programme ouvert de subventions de fonctionnement. De plus, 38 % des subventions de l'IRMRN ont mené à des demandes de propriété intellectuelle. Les chercheurs ont réussi à tirer parti des fonds obtenus grâce à l'IRMRN pour élargir la portée de leurs travaux : pour chaque dollar investi dans une subvention Catalyseur de l'IRMRN, les chercheurs ont obtenu 5,22 $ en subventions ou bourses additionnelles; pour les subventions d'équipe, c'était 1,44 $ par dollar investi.

Les investissements des IRSC dans l'IRMRN ont porté des fruits : l'impact scientifique des publications des chercheurs financés par l'IRMRN a largement dépassé la moyenne canadienne dans ces secteurs, montrant ainsi l'excellence de la recherche choisie et financée, comme celle de la Dre Isabelle Brunette de l'Hôpital Maisonneuve-Rosemont à Montréal. La photo ci-contre illustre le travail de la Dre Brunette, qui utilise des impulsions laser ultrarapides pour optimiser le modelage des cornées afin d'améliorer les greffes. Les bulles de vapeur microscopiques temporaires sur la photo sont créées lorsqu'une impulsion femtoseconde est dirigée sur la cornée pour y faire une incision.

Important rendement du capital investi dans une technologie d'imagerie essentielle

L'imagerie médicale est un outil essentiel et très utilisé dans le système de soins. Le Canada est reconnu mondialement en tant que chef de file en recherche pour la mise au point ou l'amélioration de techniques d'imagerie. Au cours du dernier exercice, les IRSC et la Fondation canadienne pour l'innovation (FCI) ont publié les résultats d'une étude conjointe sur l'impact socioéconomique de leurs investissements dans ce domaine.

Une étude de cas sur une technique utilisée pour diagnostiquer un accident vasculaire cérébral (AVC) aigu, la tomodensitométrie (TDM) de perfusion, a permis de constater que le soutien des IRSC et de la FCI a accéléré d'au moins cinq ans l'utilisation de la TDM de perfusion en milieu clinique. L'évaluation a aussi montré que, pour chaque dollar investi, l'utilisation accrue de la nouvelle technique représentait pour les victimes d'AVC une valeur se situant entre 1,50 $ et 2,30 $. De 2000 à 2011, l'avantage économique net attribuable à l'investissement des IRSC et de la FCI est passé de 42 à 86 millions de dollars. Avec la permission de Chris d'Esterre et des Drs Richard Aviv et Ting-Yim Lee.

Évaluation du POSF et de l'évaluation par les pairs

Le Programme ouvert de subventions de fonctionnement (POSF) est l'un des principaux programmes des IRSC. En 2012-2013, les IRSC ont procédé à un examen exhaustif de ce programme et du processus d'évaluation par les pairs. Il en ressort que le POSF remplit bien son rôle premier : appuyer la création de connaissances. Les chercheurs financés par le POSF publient des articles dont l'impact scientifique est systématiquement plus élevé que la moyenne dans le domaine de la recherche en santé au Canada et dans d'autres pays comparables de l'OCDE (selon la moyenne des citations relatives).

Le POSF joue aussi un rôle important pour le renforcement des capacités dans le secteur de la recherche en santé au Canada. L'évaluation montre que chacune de ses subventions de fonctionnement permet de former en moyenne 8,61 employés de recherche. Selon les données disponibles, 81 175 employés de recherche auraient ainsi été formés entre 2000 et 2010. Le rapport a fourni en temps utile des données valables pour l'amélioration du POSF et du processus d'évaluation par les pairs. Sous sa forme actuelle, le POSF a atteint ses principaux objectifs. Les résultats de l'évaluation montrent comment le programme a appuyé la recherche de grande qualité et contribué à la création et à la dissémination de connaissances liées à la santé.

Interagir avec les IRSC en personne et en ligne

Ayant tôt fait d'adopter les médias sociaux, les IRSC ont trouvé de nouveaux moyens de sensibiliser le public à la recherche en santé. Forts de cette présence virtuelle, les IRSC comptaient plus de 1 million d'adeptes sur Facebook dès le deuxième trimestre de 2012-2013. Environ les trois quarts de ceux-ci ont accédé à la page La recherche en santé au Canada tandis que le magazine électronique Voici les faits a attiré quelque 174 000 adeptes de plus. La consultation du site Web des IRSC, à partir des sites de médias sociaux, a connu une augmentation de 231 % par rapport à la même période l'année précédente. Au même moment, les vidéos des IRSC étaient vues sur YouTube plus de 77 000 fois.

Nos efforts de sensibilisation ne sont pas tous virtuels, toutefois. Dans la première partie de 2012-2013, le programme Synapse, conçu pour intéresser les jeunes à la recherche en santé, comptait quelque 1 100 mentors qui ont consacré bénévolement plus de 21 000 heures à 121 000 élèves. Créé en 2006, le programme Café scientifique connaît toujours autant de succès. La 500e rencontre, tenue à Montréal, traitait de l'importance d'une bonne alimentation pour vieillir en santé. Les programmes Synapse et Café scientifique jouent un rôle important qui favorise le contact et la communication avec l'un des plus importants partenaires des IRSC : le milieu de la recherche du Canada.

Date de modification :