Santé mentale et bien-être : une liste des revues Cochrane

Il importe pour les patients et les cliniciens de pouvoir avoir accès à de l'information afin de se tenir au courant des progrès dans le domaine de la recherche en santé. La Bibliothèque Cochrane (en anglais seulement) est une excellente source d'information qui contient plus de 5 300 revues résultant de synthèses systématiques de toutes les données probantes sur une question de recherche particulière dans le domaine de la santé. Le lecteur trouvera ci-dessous quelques exemples de revues Cochrane concernant des percées dans le domaine de la santé mentale :

  1. L'exercice pour le traitement de la dépression (en anglais seulement)

    La dépression est un problème de santé mentale très répandu. Malheureusement, la dépression est devenue une importante cause de maladie et de mortalité dans le monde. La dépression est habituellement traitée avec des antidépresseurs et souvent avec une psychothérapie en même temps. Toutefois, de nombreuses personnes commencent à chercher d'autres approches pour traiter ce problème de santé mentale courant. Les auteurs de cette revue Cochrane (en anglais seulement) examinent les données compilées à ce jour sur l'efficacité de l'exercice physique dans la prise en charge de la dépression et de ses conséquences. De façon plus précise, l'article cerne les raisons possibles expliquant pourquoi l'exercice peut aider à soulager la dépression. La revue donne à penser que, même si l'exercice ne semble pas plus efficace que les traitements psychologiques ou pharmacologiques, il est bénéfique pour le patient s'il est utilisé en même temps que la médication.

  2. Interventions pour aider les personnes à reconnaître les signes précurseurs d'une rechute du trouble bipolaire (en anglais seulement)

    Habituellement, on utilise des médicaments régulateurs de l'humeur pour traiter le trouble bipolaire. Toutefois, il existe des traitements d'auto-aide et des traitements psychologiques qui aident à enseigner aux patients à reconnaître et à gérer les symptômes et les signes précoces (SSP) des épisodes maniaques et des épisodes dépressifs; ces traitements sont de plus en plus populaires auprès des patients. Les auteurs de cette revue Cochrane (en anglais seulement) tentent de déterminer si les interventions sur les SSP peuvent améliorer les résultats des traitements lorsqu'elles sont combinées à des régulateurs de l'humeur. Les résultats tendent à indiquer qu'en combinant les interventions sur les SSP au traitement habituel, il est possible d'espacer les rechutes et de diminuer les hospitalisations. Cependant, même si plus de données probantes sont nécessaires, les chercheurs recommandent aux fournisseurs de soins de santé mentale d'inclure des interventions sur les SSP dans le traitement d'adultes atteints de trouble bipolaire.

  3. Aide à l'emploi pour les adultes aux prises avec des problèmes de santé mentale graves (en anglais seulement)

    Les personnes aux prises avec de graves problèmes de santé mentale ont souvent de la difficulté à trouver du travail. Plusieurs types de programmes d'emploi sont conçus pour aider ces patients à réintégrer le marché du travail. L'un de ces programmes, l'aide à l'emploi, place les clients dans des milieux de travail compétitifs et enrichissants et leur fournit un soutien intensif « en milieu de travail » au lieu de leur offrir une formation prolongée avant qu'ils intègrent le milieu de travail. Les auteurs d'une récente revue Cochrane (en anglais seulement) ont examiné l'efficacité des programmes d'aide à l'emploi pour les personnes atteintes d'une maladie mentale grave. Plus précisément, ils ont établi la comparaison entre le modèle de soutien au placement individuel, une forme d'aide à l'emploi, à d'autres types de programmes de placement. Même si les données probantes sont limitées, la revue donne à penser que l'aide à l'emploi permet d'accroître la durée de l'emploi pour les personnes atteintes de maladie mentale.

  4. Prévention en milieu scolaire de l'utilisation de drogues illicites (en anglais seulement)

    La toxicomanie est une maladie assez répandue dans la société et elle est très difficile à traiter. De nombreuses interventions en milieu scolaire sont conçues principalement pour dissuader les jeunes d'essayer les drogues. Les auteurs de cette revue Cochrane (en anglais seulement) examinent l'efficacité des différents types d'interventions primaires en tant que moyen de réduire la toxicomanie dans la société. Les recherches actuelles montrent que les interventions en milieu scolaire conçues pour accroître les aptitudes sociales, comme la capacité de résister à la pression des pairs, s'avèrent plus efficaces pour prévenir l'utilisation précoce de drogues illicites.

  5. Thérapie comportementale et thérapie cognitive-comportementale pour le trouble obsessionnel-compulsif chez les enfants et les adolescents (en anglais seulement)

    Le trouble obsessionnel-compulsif (TOC), de plus en plus prévalent chez les enfants et les adolescents, se caractérise par des pensées envahissantes et persistantes et des impulsions ou des images non appropriées. Les personnes atteintes de TOC sont très anxieuses et ont souvent des comportements répétitifs et persistants tels que le lavage des mains, les vérifications et le classement d'objets. Les auteurs de cette revue Cochrane (en anglais seulement) examinent l'efficacité de la thérapie comportementale (TC) et de la thérapie cognitive-comportementale (TCC) pour le traitement du trouble obsessionnel-compulsif chez les enfants. La TC/TCC aide l'enfant à tolérer des situations et des pensées anxiogènes sans avoir recours à des comportements compulsifs. Malgré le petit nombre d'études sur le sujet, la TC/TCC seule semble être efficace pour traiter les enfants et les adolescents souffrant de TOC. Il semble qu'elle soit aussi efficace que le seul traitement médicamenteux. Si la TC/TCC était combinée au traitement médicamenteux, elle pourrait mener à de meilleurs résultats que la médication utilisée seule.

Date de modification :