Dre Nitika Pant Pai

Dépistage du VIH au point de service

Université McGill

La Dre Nitika Pant Pai, de l'Université McGill, dit que sa mission de chercheuse est de mettre au point des stratégies de dépistage rapide ayant une incidence directe sur les soins aux patients dans un cadre global. Elle ajoute : « J'estime que notre rôle, en tant que chercheurs, est de produire des données probantes de la meilleure qualité, utilisables par les décideurs et se traduisant par des politiques. Si la politique n'est pas modifiée, les outils ou produits de diagnostic ou les médicaments n'atteindront jamais les patients. »

La vie de la Dre Pant Pai a radicalement changé lorsqu'elle a décidé de quitter l'Inde, où elle était médecin, pour se rendre aux États-Unis afin d'y faire une maîtrise en santé publique et un doctorat en épidémiologie et en biostatistique. « Aux États-Unis, je voulais vraiment m'atteler aux défis du diagnostic et du traitement du VIH auxquels faisaient face les populations marginalisées; j'ai donc commencé à étudier les interruptions de traitements antirétroviraux », d'expliquer la Dre Pant Pai. À l'époque de son doctorat à l'Université de Californie (Berkeley), les tests de dépistage oral du VIH captaient l'attention de la collectivité des chercheurs du domaine du VIH. Avec l'appui du NIH (National Institute of Health), la Dre Pant Pai a mené des recherches afin d'évaluer le rendement diagnostic de ce nouveau test de dépistage du VIH aux points de soins en milieu rural, dans son pays, l'Inde, où les méthodes de dépistage rapide du VIH étaient plutôt limitées à l'époque. Elle a découvert que les tests de dépistage oral au point de soins étaient précis à 100 %, et son travail lui a valu l'attention internationale. Elle a mené d'autres enquêtes dans la salle d'accouchement comme outil pour promouvoir des soins immédiats et empêcher la transmission du VIH de la mère à l'enfant.

La Dre Pant Pai a obtenu une bourse de nouveau chercheur des IRSC, ce qui lui a permis de lancer sa carrière à l'Université McGill, et le thème central de ses recherches est devenu l'application pratique du test oral de dépistage du VIH.

Compte tenu de la facilité et de la fiabilité du dépistage du VIH dans un contexte de soutien limité en matière de soins de santé, la Dre Pant Pai s'est demandé si le test oral de dépistage du VIH pouvait servir d'autotest. Dans un groupe d'étudiants de McGill, elle a évalué une stratégie documentaire d'autotest. « Fondamentalement, nous guidions les participants dans le processus d'autotest : counseling préalable au test, autoévaluation de leur risque concernant le VIH et compréhension de leurs résultats; et un conseiller était à leur service sur la ligne téléphonique d'urgence. »

Ayant obtenu de cette étude des résultats encourageants, la chercheuse a mis au point une version en ligne, mise à l'essai par des professionnels des soins de santé de l'Université du Cap, en Afrique du Sud. « Les gens ne veulent pas subir l'épreuve en raison des stigmates et de la discrimination associés à un diagnostic d'atteinte par le VIH. Ils ne veulent pas attendre en ligne ou être vus dans l'établissement », d'expliquer la Dre Pant Pai. « La stratégie d'autotest que nous avons offerte a été extrêmement appréciée par les patients, à un point tel que l'étude, qui devait durer six mois, n'en a duré que trois en raison du très grand nombre de personnes qui sont venues se faire dépister ». Appuyée par Grands Défis Canada, ainsi que par une bourse à l'innovation de la Banque mondiale, la Dre Pant Pai travaille maintenant à la mise au point d'applications « toutes plateformes » appuyant l'autotest et son dimensionnement pour utilisation dans de nombreux pays, dont l'Afrique du Sud, l'Inde et le Canada.

En plus du dépistage du VIH, la Dre Pant Pai oriente ses recherches sur les stratégies multiplexes – où une épreuve peut dépister simultanément plusieurs co-infections au VIH (c.-à-d. hépatites C et B, syphilis) – et, avec l'appui des IRSC, elle a mené à bien des études à Montréal et à Mumbai. Elle met au point des stratégies multiplexes pour les femmes enceintes, avec l'appui de Grands Défis Canada.

C'est la gratification de voir que son travail fait une différence qui inspire la Dre Pant Pai à poursuivre de nouvelles voies. « Nous savons que notre travail a eu une incidence sur la vie de gens bien au-delà de notre collectivité universitaire. Lorsque je vois des patients, des organisations communautaires et des agences internationales de la santé tirer profit de nos constatations, c'est la partie la plus gratifiante de mon travail. »

L'Association canadienne de recherche sur le VIH (ACRV), l'Initiative de recherche sur le VIH/sida des IRSC, la Fondation canadienne de recherche sur le SIDA (FCRS), le Réseau canadien d'essais sur le VIH des IRSC (RCEV) et le Bureau de coordination de l'alliance (BCA) de recherche et de développement de l'Initiative canadienne de vaccins contre le VIH (ICVV) souhaiteraient adresser leurs félicitations à la Dre Pant Pai pour son apport important à notre compréhension de l'épidémie de VIH. Son travail s'inscrit dans le cadre de vastes efforts canadiens de recherche qui font une différence dans la vie des personnes touchées par le VIH au Canada et de par le monde.

Date de modification :