POP Nouvelles – Été 2014, volume 2, numéro 7

Table des matières


Message de la directrice scientifique

Je vous salue chaleureusement depuis Ottawa. L'été nous donne l'occasion de réfléchir aux réalisations passées et aux défis à venir. Pour commencer, j'aimerais remercier les membres du conseil consultatif de l'Institut (CCI) pour les précieux conseils qu'ils offrent à notre équipe. Je tiens à remercier tout particulièrement le Dr Richard Massé, qui a assumé avec brio la présidence de notre conseil ces dernières années. Au cours de la prochaine année, Richard poursuivra ses activités au sein de notre CCI à titre de membre. Par ailleurs, nous avons le plaisir de vous annoncer que Ted Bruce, notre vice-président actuel, remplira le rôle de président à compter de l'automne.

Nous continuons de faire des progrès considérables relativement à nos priorités de recherche stratégique dans les domaines de l'équité en santé et de la recherche interventionnelle en santé des populations, par l'entremise d'initiatives phares et d'autres initiatives dirigées par l'Institut. Les deux types d'initiatives sont rendus possibles par des partenariats importants avec d'autres instituts des IRSC et des organisations. Au cours de la dernière année, l'ISPP s'est grandement investi en tant que coresponsable de la présentation de l'analyse de rentabilisation de l'initiative phare Environnements et santé. En mai dernier, le conseil scientifique des IRSC a approuvé l'initiative phare, qui sera codirigée par l'ISPP, l'Institut des maladies infectieuses et immunitaires (IMII), l'Institut de la santé circulatoire et respiratoire (ISCR), l'Institut du développement et de la santé des enfants et des adolescents (IDSEA) et l'Institut de la nutrition, du métabolisme et du diabète (INMD), et qui sollicitera la collaboration de la plupart des autres instituts des IRSC. Durant la conception de cette initiative, nous avons rencontré de nombreux chercheurs, décideurs et établissements. Nous tenons à vous remercier de l'intérêt soutenu que vous avez porté à l'initiative et des conseils stratégiques que vous avez fournis.

Par ailleurs, nous codirigeons toujours les initiatives phares Soins de santé communautaires de première ligne (SSCPL) et Voies de l'équité en santé pour les Autochtones. Des progrès importants ont été réalisés dans le cadre de l'initiative SSCPL; en effet, des subventions de développement ont été annoncées pour 11 réseaux au pays, s'inscrivant dans le Réseau sur les innovations en soins de santé intégrés et de première ligne de la Stratégie de recherche axée sur le patient (SRAP). Les équipes financées, les organismes provinciaux de financement de la recherche en santé et les ministères partenaires se sont réunis à Toronto au printemps dernier. Nous avons recueilli de nombreux et précieux commentaires auprès des participants, et nous en sommes maintenant à finaliser le lancement d'une possibilité de financement à l'intention des réseaux de développement qui souhaitent adhérer à part entière à ce réseau de la SRAP l'automne prochain.

En ce qui concerne l'initiative phare Voies de l'équité en santé pour les Autochtones, trois partenariats novateurs d'organisations autochtones ont été financés dans le cadre de la possibilité de financement Partenaires pour l'engagement et l'échange des connaissances (PEEC). De plus, deux équipes ont reçu des fonds pour étudier le bien-être, la résilience et la prévention du suicide dans les régions circumpolaires, initiative liée à la participation du Canada au Conseil de l'Arctique. Enfin, au printemps dernier, nous avons procédé au lancement de la composante 1 des Équipes de recherche sur la mise en œuvre des Voies de l'équité.

En outre, nous continuons de faire la promotion d'initiatives de recherche en santé mondiale au nom des IRSC. Les responsables de l'Initiative de recherche en santé mondiale (IRSM) ont lancé deux appels concurrentiels en mars dans le cadre du programme Innovation pour la santé des mères et des enfants d'Afrique. L'IRSM financera deux organismes de politiques et recherche en matière de santé en Afrique subsaharienne et jusqu'à 20 équipes de recherche sur la mise en œuvre. La ministre de la Santé a fait l'annonce de cet investissement de 36 millions de dollars (contributions égales de 12 millions de dollars des IRSC, du Centre de recherches pour le développement international et du ministère des Affaires étrangères, du Commerce et du Développement) à l'occasion de l'Assemblée mondiale de la santé tenue en mai dernier, à Genève. Les IRSC ont procédé en décembre au lancement du deuxième programme de recherche conjoint de l'Alliance mondiale contre les maladies chroniques (AMMC) sur la prévention et le traitement du diabète de type 2. Les décisions concernant l'IRSM et l'AMMC seront annoncées cet automne.

L'ISPP a poursuivi ses efforts de consolidation des connaissances issues de ses investissements en organisant plusieurs ateliers, conférences et autres activités au cours des derniers mois.

En février 2014, nous avons collaboré avec l'Agence de la santé publique du Canada pour rassembler un sous-ensemble de chercheurs financés dans le cadre de la possibilité de financement en recherche interventionnelle en santé des populations entre 2010 et 2013. Des décideurs du domaine de la santé et d'autres secteurs du gouvernement et d'organismes sans but lucratif se sont joints à eux pour un atelier d'une journée et demie à Ottawa. Au nombre des principaux sujets qui y ont été abordés sont l'équité en santé, l'éthique de la santé des populations, le coût des interventions en santé des populations et l'influence des contextes sur les interventions en santé des populations. Un autre appel de demandes en recherche interventionnelle sur la santé des populations a été lancé en juin, et la date limite pour présenter une demande est le 15 septembre. Nous sommes ravis de nous associer à la Fondation Max Bell et à la Fondation canadienne de la recherche et de l'éducation en hygiène dentaire pour financer ces projets de recherche.

À l'occasion d'un atelier tenu en mai à Montréal, nous avons réuni les représentants de 11 projets ayant reçu une subvention programmatique pour la santé et l'équité en santé. Cet événement a facilité les échanges entre les diverses équipes et a permis de consolider les résultats préliminaires des recherches sur l'équité en santé et les interventions en santé des populations. En plus de communiquer leurs premiers résultats, les équipes ont expliqué comment leurs conclusions commencent déjà à façonner les politiques, les pratiques et les innovations méthodologiques en ce qui a trait à l'équité en santé.

Encore une fois cette année, les IRSC sont fiers d'avoir commandité Santé publique 2014, la conférence annuelle de l'Association canadienne de santé publique (ACSP). L'événement, qui s'est déroulé à Toronto du 26 au 29 mai, a réuni près de 1 000 participants, qui ont pu échanger des connaissances sur la santé publique et établir de nouvelles collaborations. Nous tenons à remercier l'INMD, l'IMII, l'ISCR, l'Institut de la santé des Autochtones (ISA), l'Institut de la santé des femmes et des hommes (ISFH) et la Direction des initiatives stratégiques pour les contributions financières et en nature apportées cette année. Des résumés des différentes séances commanditées par les IRSC figurent dans le présent bulletin.

Enfin, cinq événements ont été tenus entre janvier et mai à Vancouver, à Toronto et à Montréal, dans le cadre de la série de dialogues inspirés par Clyde Hertzman. Les rencontres ont porté sur un éventail de sujets, notamment le conditionnement biologique, la mobilisation communautaire et la communication de données sur la santé, tous liés au thème du développement de la petite enfance et de l'équité en santé dès le départ; ils témoignent des contributions importantes de M. Hertzman dans les domaines de la recherche et de l'application des connaissances.

Passez un bel été sous le signe de la sécurité.

Nancy Edwards

Santé publique 2014

Santé publique 2014, la conférence annuelle de l'Association canadienne de santé publique, a rassemblé près de 1 000 chercheurs, décideurs, étudiants et praticiens en santé publique de tout le pays et du monde entier afin de mettre en commun le savoir en santé publique et d'établir de nouvelles collaborations.

Forum des étudiants et des chercheurs en début de carrière – 26 mai 2014

Par Andrea Perna, représentante des étudiants au comité directeur de la conférence de l'ACSP, et Annie Duchesne, représentante des étudiants au conseil d'administration de l'ACSP

Cette année, Santé publique 2014 a attiré près de 200 étudiants et stagiaires du Canada et de l'étranger qui étaient impatients de présenter leurs recherches et de réseauter avec des pairs et des chefs de file dans le domaine de la santé publique. Les étudiants et les stagiaires sont invités chaque année à participer à des rencontres visant à créer des occasions d'apprentissage et de réseautage. Cette année, l'ACSP a travaillé en collaboration avec l'ISPP des IRSC et l'Association of Schools of Public Health in the European Region (ASPHER) pour organiser le tout premier Forum des étudiants et des chercheurs en début de carrière. Environ 55 personnes ont assisté à cette première. Le Forum avait pour objet de souligner les travaux de recherche des étudiants et des stagiaires, fournir des renseignements utiles sur les occasions actuelles dans le domaine de la santé publique et promouvoir le réseautage. Parmi les travaux soumis par les étudiants et stagiaires canadiens ou européens, les treize résumés et les dix affiches les mieux cotés ont été sélectionnés pour être exposés lors du forum. Un vaste éventail de travaux de recherche liés à la santé ont été présentés, par exposés oraux ou par affiches. Jessica Wu et Stéphanie Ward ont chacune reçu un prix pour leurs extraordinaires présentations orale et par affiche, respectivement. Le Forum a également accueilli Nancy Edwards, directrice scientifique à l'ISPP des IRSC et professeure émérite à l'Université d'Ottawa, qui y a prononcé un discours liminaire. Mme Edwards a relaté de manière édifiante son parcours en tant que chercheuse dans le domaine de la santé publique, en donnant des détails sur les occasions actuelles à saisir dans ce domaine. Le taux de participation élevé des étudiants et des stagiaires, les excellentes présentations orales et par affiches ainsi que ce discours d'ouverture inspirant ont fait de ce forum une grande réussite!


Photo: Ian Culbert, directeur général de l'ACSP, aux côtés des étudiantes lauréates
Jessica Wu (à gauche) et Stéphanie Ward (à droite)

Approches de prévention du diabète axées sur la santé des populations – 27 mai 2014

Par l'INMD des IRSC et Emma Cohen, gestionnaire en application des connaissances et en communications, ISPP des IRSC.


Photo: De gauche à droite : Natalie Alméras, Doug Manuel, Gillian Booth et Phil Sherman

L'INMD a eu le plaisir de s'associer avec l'Institut de la santé publique et des populations et l'Institut de la santé circulatoire et respiratoire des IRSC pour tenir un symposium intitulé Approches de prévention du diabète axées sur la santé des populations, lequel se tenait dans le cadre de la conférence Santé publique 2014. Le Dr Doug Manuel, membre du CCI de l'INMD et scientifique principal à l'Institut de recherche de l'Hôpital d'Ottawa, animait la séance. Il a présenté des prédictions alarmantes : si le taux d'obésité continue d'augmenter, le fardeau que représente le diabète au Canada doublera d'ici 2031. Chacun des conférenciers ayant pris la parole, à savoir les Drs Natalie Alméras, David Hammond, et Gillian Booth, ont exposé des arguments convaincants en faveur de la prévention du diabète au moyen d'interventions stratégiques qui influent sur les individus et les populations, pour ainsi agir sur les facteurs sociétaux. La Dre Alméras a discuté du besoin d'interventions liées à la promotion d'une alimentation saine et de l'activité physique. Le Dr Hammond a utilisé les boissons sucrées dans le cadre d'une étude de cas portant à réfléchir sur les interventions politiques. Il croit que les changements d'ordre environnemental visant le produit, le marché et le consommateur sont nécessaires afin d'améliorer la santé de la population. La Dre Booth a expliqué de quelle façon l'architecture de nos villes structure la population mondiale. Les interventions politiques éventuelles comprennent notamment des normes de développement, la restructuration des collectivités existantes, des modifications au zonage et des incitatifs fiscaux, une meilleure offre de transports publics et l'ajout de sentiers pédestres et de pistes cyclables, ainsi que le ciblage des quartiers problématiques.

When children do well, we all do well (Quand les enfants vont bien, nous allons tous mieux) – 28 mai 2014

Par Emma Cohen


Photo: Les premières années de vie – L'équité en santé dès le départ; Santé publique 2014. De gauche à droite : Emma Cohen, Jean Clinton, Joanne Schroeder et Patricia Daly

Cette séance s'inscrit dans la foulée de plusieurs rencontres organisées cette année en mémoire de Clyde Hertzman dans le cadre de l'initiative Les progrès en santé de la population pour favoriser l'équité dès le départ : une série de dialogues inspirés par Clyde Hertzman.

La Dre Jean Clinton a expliqué que le conditionnement biologique fait référence à l'activation ou au silençage de l'expression génétique en fonction des premières expériences de vie, qui persistent tout au long de la vie et affectent la santé. À la lumière de ces renseignements, il faudrait investir dans le ciblage les déterminants en amont qui ont des répercussions sur la santé, par exemple la qualité des environnements des très jeunes enfants (notamment les relations, les conditions de travail et la pauvreté) plutôt qu'aux facteurs individuels liés au mode de vie, et ce, afin de diminuer le fardeau des maladies chroniques.

La devise sous-jacente à la présentation de Mme Joanne Schoeder était : « Aucune donnée, aucun problème, aucune solution ». L'instrument de mesure du développement de la petite enfance (EDI) est utilisé pour recueillir des données sur tous les enfants en âge de fréquenter la maternelle en Colombie-Britannique. Il permet notamment d'évaluer la santé physique ainsi que le bien-être, les aptitudes sociales, la maturité affective et d'autres indicateurs de la santé. On utilise cet instrument dans la plupart des provinces et des territoires canadiens, ainsi que dans d'autres pays.

La Dre Patricia Daly s'est concentrée sur une autorité sanitaire locale de Vancouver, la Vancouver Coastal Health (VCH), et sur la façon dont celle-ci utilise les données pour enrichir les programmes en place et réduire les inégalités en matière de santé. Les scores obtenus avec l'EDI sont utilisés pour évaluer la situation des jeunes enfants. Dans toute la région, 33 % des enfants sont considérés comme vulnérables dans au moins un aspect de l'EDI. Par ailleurs, on observe d'importants gradients dans les 55 quartiers de la région; en effet, la vulnérabilité y varie de 6 % à 59 % (sic). Bien que de réelles inégalités en matière de santé existent au niveau local, les données de l'EDI montrent que des enfants vulnérables vivent également dans les quartiers riches. Si on concentre uniquement nos efforts dans les quartiers les plus vulnérables, les résultats pourraient ne pas changer de façon marquée pour l'ensemble de la population. Il nous faut plutôt adopter une approche universelle pour réduire le nombre d'enfants vulnérables dans tous les quartiers et des initiatives ciblées.

Pour faire participer les communautés vulnérables à la promotion de la santé et à la recherche : bilan au 28 mai 2014

Par Katherine Cole, associée, Initiatives stratégiques, ISPP des IRSC

Lors de la conférence Santé publique 2014, l'ISPP des IRSC a eu le plaisir d'organiser un atelier sur la façon de faire participer les membres des communautés vulnérables à la promotion de la santé et à la recherche. L'atelier, animé par la responsable de l'unité Engagement des citoyens et des patients, Rosa Venuta, a attiré de nombreux participants. Notre groupe de conférenciers a abordé un vaste éventail de disciplines et de perspectives liées à la participation des citoyens à la recherche. Josée Lavoie, Ph. D. (directrice du Centre des Premières Nations du Manitoba pour la recherche sur la santé des Autochtones et professeure agrégée au Département des sciences de la santé communautaire, Faculté de médecine, Université du Manitoba) a discuté de la vulnérabilité des membres de la communauté, mais aussi de celle des organisations communautaires. Sa présentation était axée sur le monde confus des données et sur la participation des citoyens aux processus d'analyses collaboratives. Sophie Tamas, Ph. D. (boursière Banting aux départements de géographie et d'études canadiennes à l'Université Carleton), a discuté des risques de privilégier la science plutôt que les perspectives communautaires/individuelles et s'interroge sur ce qu'on considère comme des connaissances utiles. Annette Browne, Ph. D., IA (professeure, École de sciences infirmières de l'Université de la Colombie-Britannique), a expliqué comment son équipe de projet a réussi à recruter un grand nombre de patients vulnérables dans un centre de santé communautaire achalandé. Après les présentations, les participants ont pris part à des discussions en petits groupes pour parler de leurs projets actuels, de leurs pratiques exemplaires et des difficultés liées à l'adaptation des interventions aux besoins des communautés. Les IRSC espèrent maintenant tirer profit de cette réussite grâce à des outils et à des ressources en ligne, ainsi qu'à des ateliers futurs.

Adapter la promotion de la santé aux garçons et aux hommes : avez-vous envisagé les possibilités? – 29 mai 2014

Par Meridith Sones, gestionnaire à l'application des connaissances, ISFH des IRSC

À la conférence Santé publique 2014, l'Institut de la santé des femmes et des hommes des IRSC a rassemblé les chefs de file des domaines de la recherche, des politiques et de la participation communautaire pour former un groupe d'experts sur la promotion de la santé des garçons et des hommes, présenté par PechaKucha (en anglais seulement). À l'aide de 20 diapositives seulement, présentées une vingtaine de secondes chacune, les experts ont invité l'auditoire à réfléchir à l'importance d'adapter la promotion de la santé aux garçons et aux hommes, et aux nouvelles occasions qu'on peut ainsi créer pour s'attaquer à un vaste éventail de problèmes pressants en santé publique.

Le Dr Kim Raine a lancé la discussion du groupe d'experts en explorant les déterminants sociaux de l'obésité chez les garçons et les hommes et en s'efforçant de montrer le mérite des approches écologiques et adaptées au genre pour promouvoir le poids santé, notamment en mettant l'accent sur la santé plutôt que sur la taille. Inspirée par ses recherches auprès de jeunes hommes vivant dans des quartiers défavorisés, la Dre Josephine Wong a illustré les répercussions du genre et des autres identités sociales sur la santé mentale et émotionnelle des jeunes hommes. Rod Knight a parlé de l'incidence du genre sur les pratiques des jeunes hommes en matière de santé sexuelle, préconisant l'adoption d'approches mieux adaptées au genre pour la promotion de la santé, lesquelles devraient éviter les stéréotypes blessants et se concentrer davantage sur ce que cela signifie « d'être un homme ». Gerry Gallagher a présenté les points de vue de l'Agence de la santé publique du Canada, soulignant la façon dont on utilise l'intégration de l'équité en matière de santé ainsi que les analyses fondées sur le sexe et le genre pour promouvoir la santé et le bien-être chez les garçons et les hommes. Enfin, Jeff Perera de White Ribbon a tenu une présentation très inspirante sur la façon d'encourager les hommes et les garçons à prévenir la violence, faisant appel à de nombreux messages importants tirés de sa conférence TEDx sur l'échelle de la masculinité (en anglais seulement).

Avez-vous envisagé les possibilités? (en anglais seulement)

Profil de chercheur

Dr Michael Kobor
Épigénétique sociale
Comprendre comment les premières expériences de vie nous façonnent

Bien que nous ayons bien peu d'emprise sur notre composition génétique, la recherche démontre de plus en plus que les interactions entre les personnes et les environnements où elles grandissent et apprennent ont un effet sur la biologie humaine et sur le développement plus tard dans la vie. Si certains enfants semblent être prédisposés à certains problèmes de santé en raison de leur bagage génétique, il est particulièrement important de comprendre le rôle que peut jouer son environnement dans le développement tout au long de sa vie, d'autant plus si on peut ainsi éviter certains problèmes. Cela jette certainement un nouvel éclairage sur la dichotomie « Inné ou acquis? ». Le Dr Michael Kobor, professeur agrégé au Département de génétique médicale de l'Université de la Colombie-Britannique et directeur du programme sur l'épigénétique sociale du Human Early Learning Partnership de cette université, est un chef de file réputé dans l'étude des influences sociales sur la biologie du développement des jeunes enfants, un domaine connu sous le nom d'« épigénétique sociale ».

Le Dr Kobor et son équipe de recherche collaborent avec des scientifiques et des chercheurs de partout dans le monde, œuvrant dans diverses disciplines liées à la santé. Ils suivent une approche « des sociétés aux cellules » afin de déterminer en quoi les conditions socio-économiques et le stress chez les jeunes enfants peuvent influer sur leur santé à long terme. En comprenant mieux quand, comment et pourquoi des marques épigénétiques se forment, nous aurons la possibilité de cibler les enfants dont le développement aura été le plus touché par la pauvreté et une vie de famille tumultueuse. Ces marques précises pourront alors être utilisées pour cerner les enfants les plus vulnérables, soit ceux qui bénéficieront vraisemblablement le plus d'une intervention précoce. Pour en savoir davantage sur les projets de recherche actuels du Dr Kobor en matière d'épigénétique sociale, regardez la vidéo de son entrevue (en anglais seulement).

Si nous comprenons mieux les mécanismes et les voies de développement qui prédisposent les enfants à divers problèmes de santé, notamment l'asthme infantile, l'obésité et les troubles du fonctionnement social, nous pourrons ultimement appliquer ces résultats afin d'établir des politiques et des programmes communautaires visant à réduire les problèmes de santé et à accroître la résilience des enfants vulnérables grâce à des interventions précoces.

Date de modification :