Réussites des Réseaux de centres d'excellence

Les Réseaux de centres d'excellence (RCE) font des investissements stratégiques dans des domaines scientifiques ciblés afin de maximiser les forces du Canada en recherche. Ces réseaux sont financés conjointement par les Instituts de recherche en santé du Canada (IRSC), le Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie (CRSNG) et le Conseil de recherches en sciences humaines (CRSH).

Voici des exemples de ces réussites liées à la santé :

Réseau des allergies, des gènes et de l'environnement (AllerGen)

Comprendre le risque d'asthme - Des facteurs génétiques peuvent aider à prédire quels enfants souffriront d'asthme lié à la pollution

Aperçu

Le fait d'avoir un profil génétique particulier peut prédisposer un enfant à l'asthme s'il est exposé à la pollution automobile. Dans le cadre de l'étude Trafic, asthme et génétique (TAG), les Drs Michael Brauer et Christopher Carlsten, de l'Université de la Colombie-Britannique, ont constaté, avec des collaborateurs canadiens et européens, que les enfants qui possédaient une variante précise du gène GSTP1 étaient significativement plus sensibles à l'asthme imputable à la pollution atmosphérique. L'étude TAG est appuyée par AllerGen, un des réseaux de centres d'excellence du Canada (RCE). AllerGen réunit des chercheurs canadiens de premier plan, de même que des partenaires publics et privés, dans le but de réduire le fardeau des maladies allergiques.

Impact

L'étude TAG produit un ensemble de données probantes qui pourraient à terme aider à réduire les effets négatifs sur la santé de la pollution atmosphérique liée aux transports. Par exemple, en comprenant mieux de quelle manière la pollution atmosphérique influe sur le risque d'asthme, et qui sont les sujets les plus vulnérables, les responsables des politiques seront en mesure de faire adopter des lignes directrices fondées sur des données probantes pour l'aménagement du territoire et la réduction de la pollution.  

Réseau de cellules souches

Tirer le maximum de ce que nous avons - Augmenter le nombre de cellules souches dans le sang du cordon ombilical

Aperçu

Le sang de cordon ombilical est une source prometteuse de cellules souches pour le traitement de maladies, comme les cancers du sang. Malheureusement, les cellules souches utilisables dans une seule unité de sang cordonal sont en nombre limité. En 2014, toutefois, le Dr Guy Sauvageau, de l'Université de Montréal, a mené une équipe canadienne à une importante découverte qui pourrait permettre aux chercheurs de faire augmenter de façon spectaculaire la teneur en cellules souches de ce sang. À l'aide d'une molécule baptisée UM171, l'équipe du Dr Sauvageau a pu multiplier par dix le nombre de cellules dans une seule unité de sang de cordon ombilical. Cette étude prometteuse a bénéficié de l'appui du Réseau de cellules souches, un des réseaux de centres d'excellence du Canada (RCE). Le réseau de cellules souches investit dans la recherche stratégique, concertée, et cherche à accélérer la mise au point de nouveaux traitements à base de cellules souches.

Impact

Bien que la création d'une banque publique nationale de sang cordonal en 2013 – un effort appuyé par le Réseau de cellules souches – laisse entrevoir un accès plus étendu aux traitements pour beaucoup de Canadiens, nombre d'obstacles subsistent du côté de la recherche. La découverte du Dr Sauvageau, qui fera maintenant l'objet d'essais cliniques, pourrait aider à éliminer ces obstacles, et à offrir de nouvelles options thérapeutiques à des millions de patients au Canada et dans le monde.

Guy Sauvageau élu Scientifique de l'année par Radio-Canada

CQDM (anciennement Consortium québécois sur la découverte du médicament)

Une percée dans la recherche sur le diabète - Un nouveau test sanguin peut accélérer la mise au point de médicaments

Aperçu

Le diabète, une maladie chronique qui touche de plus en plus de personnes, est le résultat de la perte de fonction des cellules d'îlot productrices d'insuline dans le pancréas. Afin de créer de nouveaux médicaments améliorés pour le diabète, les chercheurs doivent avoir une méthode exacte pour surveiller la fonction des îlots pancréatiques, mais jusqu'à récemment, pareille méthode n'existait pas. Caprion, une société de protéomique de Montréal, a mis au point une nouvelle technologie pour mesurer la fonction des îlots pancréatiques à l'aide d'un simple test sanguin. La technologie de Caprion repose sur son ensemble unique de biomarqueurs – une signature chimique – qui indique dans quelle mesure fonctionnent les cellules d'îlot. Le projet, dirigé par le Dr Eustache Paramithiotis, a bénéficié de l'appui du CQDM. Le consortium est un des réseaux de centres d'excellence dirigés par l'entreprise, une composante des réseaux de centres d'excellence (RCE). Le CQDM met en contact chercheurs et partenaires pour stimuler la découverte de médicaments.

Impact

Cette importante découverte rendra possible une meilleure compréhension de la progression du diabète et de l'effet des médicaments destinés à le combattre, et elle pourra être utilisée pour accélérer la mise au point de nouveaux traitements qui procureront des bienfaits sans précédent aux diabétiques. Le projet a permis à Caprion de démontrer plus clairement encore la valeur de la plate-forme protéomique, d'obtenir d'importants contrats de grandes sociétés pharmaceutiques ayant leur siège aux États-Unis, et de susciter un intérêt accru de la part de plusieurs sociétés pharmaceutiques membres du CQDM. La nouvelle technologie a aidé Caprion à lancer sa propre division de produits diagnostiques, qui a créé de nouveaux emplois en sciences de la vie à Montréal.

Promotion des relations et élimination de la violence (PREVNet)

Aider les enfants à combattre l'intimidation - Un programme communautaire a du succès dans tout le Canada

Aperçu

Le programme DIRE (Demander de l'aide, Ignorer, Reculer, En parler) est conçu pour créer des communautés en mesure de soutenir les enfants qui demandent de l'aide contre l'intimidation. Une idée originale d'agents de liaison école-police et de personnel d'écoles élémentaires en Colombie-Britannique, le programme offre des ressources en ligne gratuites, comme des plans de cours, des formations et des affiches, pour aider les enseignants et les dirigeants communautaires à mettre en œuvre le programme DIRE. Le programme recrute des enseignants, des étudiants, des dirigeants communautaires et des parents pour participer à l'effort visant à créer des écoles sûres. Après le succès initial du programme, des agents de liaison école-police ont mis sur pied la Rock Solid Foundation, groupe sans but lucratif qui recueille des fonds pour aider les écoles dans tout le Canada à adopter le programme DIRE. La Dre Bonnie Leadbeater, une chercheuse de l'Université de Victoria, a entrepris d'évaluer l'efficacité du programme. Le programme DIRE et la recherche de la Dre Leadbeater ont tous les deux bénéficié du soutien financier de PREVNet, un des réseaux de l'initiative de mobilisation des connaissances faisant partie des réseaux de centres d'excellence du Canada (RCE). Les chercheurs de PREVNet sont à l'œuvre pour créer des environnements sûrs, exempts d'intimidation, pour les enfants.

Impact

La Dre Leadbeater, PREVNet, la Rock Solid Foundation et le Programme national des policiers éducateurs de la GRC ont travaillé en partenariat pour assurer le rayonnement du programme DIRE. Plus de 600 écoles dans tout le Canada et les États-Unis participent maintenant au programme, qui a rendu possibles des réductions soutenues et mesurables de l'intimidation. En 2013, le Prix du partenariat des IRSC a été décerné au programme DIRE.

MaRS Innovation

Tout est lié - Utiliser les données de masse pour suivre les maladies infectieuses

Aperçu

Dans notre monde fortement interconnecté, les maladies infectieuses comme l'Ebola se propagent plus vite et plus loin qu'auparavant, ce qui n'est pas sans avoir de profondes conséquences pour la santé et l'économie. En outre, des facteurs tels la croissance démographique, l'urbanisation, les changements dans les interactions entre les populations animales et le changement climatique accélèrent l'émergence de nouvelles maladies infectieuses. Face à cette problématique croissante, BlueDot, le bras commercial du projet de recherche BioDiaspora, a mis au point un système d'alerte avancée qui aide maintenant les autorités et les entreprises à voir venir les menaces épidémiques et à prendre des décisions plus avisées pour en prévenir ou en atténuer les conséquences. BlueDot a été constitué en tant qu'œuvre de bienfaisance sociale aux termes d'un partenariat entre MaRS Innovation (en anglais seulement) et l'Hôpital St. Michael's à Toronto. MaRS Innovation est un des centres d'excellence en commercialisation et en recherche (CECR), qui font également partie des réseaux de centres d'excellence (RCE). MaRS Innovation accroît les avantages sociaux, sanitaires et économiques de la recherche par la commercialisation.

Impact

BlueDot a mis au point une application Internet qu'utilisent les organisations internationales de santé publique, comme l'Organisation mondiale de la santé, ainsi que le ministère des Affaires étrangères, du Commerce et du Développement du Canada pour aider à la prise de décision dans l'épidémie actuelle d'Ebola. En décembre 2014, l'entreprise a obtenu un investissement supplémentaire de Horizons Ventures, basé en Chine, et elle crée aussi des possibilités de formation et d'emploi pour les stagiaires et les nouveaux diplômés de nombre de disciplines scientifiques différentes.

Centre pour la recherche et le développement des médicaments

Un traitement qui colle - Un nouveau système d'administration de médicament pourrait améliorer le traitement du cancer de la vessie

Aperçu

Le cancer de la vessie est le quatrième cancer en importance, et la forme de la maladie qui est la plus coûteuse à traiter. Le problème que pose le traitement du cancer de la vessie est que les médicaments ne sont pas bien absorbés et demeurent dans la vessie seulement aussi longtemps que le patient n'urine pas. En collaboration avec le Centre for Drug Research and Development (CDRD) (en anglais seulement), les Drs Helen Burt et Don Brooks, de l'Université de la Colombie-Britannique, ont créé de nouvelles molécules qui peuvent adhérer à la paroi de la vessie et améliorer l'absorption des médicaments, devenant ainsi plus aptes à tuer les cellules cancéreuses. Le CDRD est un des centres d'excellence en commercialisation et en recherche, une composante des réseaux de centres d'excellence (RCE). Le CDRD transforme les découvertes en sciences fondamentales en possibilités d'investissement pour le secteur privé.  

Impact

Le CDRD a formé une société dérivée, Sitka Biopharma, sur cette nouvelle plate-forme technologique d'administration de médicaments pour continuer de travailler sur le cancer de la vessie et d'autres maladies. Sitka est maintenant à la recherche de nouveaux investissements privés de deux millions de dollars, aux États-Unis et au Canada, pour faire passer son programme à l'étape des essais cliniques. Si les essais sont fructueux, les nouvelles molécules pourraient aider à améliorer les résultats des traitements pour le cancer de la vessie.

NeuroDevNet

Comprendre l'autisme familial - Une collaboration scientifique permet de constituer un dépôt crucial de données comportementales et biologiques sur l'autisme

Aperçu

Les Drs Lonnie Zwaigenbaum et Susan Bryson dirigent un programme de recherche national visant à reconnaître les premiers signes de trouble du spectre de l'autisme (TSA), pour s'assurer qu'il est diagnostiqué le plus tôt possible chez les enfants et que ceux-ci peuvent faire l'objet d'une intervention efficace. Ils ont utilisé des approches innovantes pour caractériser le développement durant la prime enfance des sujets à risque pour le TSA. Ils se sont notamment associés à des chercheurs aux États-Unis dans une nouvelle initiative qui offre la promesse d'une compréhension plus approfondie des facteurs génétiques et environnementaux influant sur le risque de TSA. En partenariat avec le Dr Stephen Scherer, un généticien, les chercheurs montent une collection d'échantillons biologiques de plus de 400 familles qui ont au moins un enfant chez qui un diagnostic de TSA a été porté, et un autre enfant plus jeune. À partir de ce dépôt d'échantillons biologiques, les chercheurs seront en mesure de déterminer si les variantes génétiques que possèdent en commun les enfants de la famille permettent de prédire quels enfants viendront à présenter un TSA. Un groupe de partenaires a aidé à rendre ce projet possible, dont Autism Speaks et la Simons Foundation for Autism Research aux États-Unis. La recherche est également financée par NeuroDevNet, un des réseaux de centres d'excellence du Canada (RCE). NeuroDevNet s'efforce de transformer les connaissances nouvelles au sujet du développement du cerveau en bienfaits pour la santé des personnes atteintes de troubles neurodéveloppementaux.

Impact

Si les variantes génétiques peuvent être mises en corrélation avec le risque de TSA chez le groupe de jeunes enfants de mêmes parents, cela pourrait ouvrir la voie à l'utilisation du dépistage génétique chez d'autres jeunes enfants pour aider à accélérer le processus de diagnostic. Ces variantes, combinées à d'autres caractéristiques comportementales, peuvent en fin de compte aider les professionnels de la santé à détecter le TSA plus tôt dans la vie d'un enfant et à mettre en route le meilleur traitement au plus tôt.

Date de modification :