Résumé de recherche du RIEM* : Les données ne confirment pas que des interventions peuvent diminuer le risque d'incident cardiaque chez les patients recevant des traitements de chimiothérapie et des antagonistes des récepteurs sérotoninergiques (5-HT3)

*Cette recherche a été financée par le Réseau sur l'innocuité et l'efficacité des médicaments et menées par les chercheurs suivants : Andrea C. Tricco, Charlene Soobiah, Wing Hui, Jesmin Antony, Vladi Struchkov, Brian Hutton, Brenda Hemmelgarn, David Moher, Sharon E. Straus. Les énoncés contenus dans ce document sont ceux des auteurs, qui sont des chercheurs indépendants.

PDF (147 Ko) ]

Résumé

Cette revue systématique est une synthèse descriptive de trois études évaluant l'utilisation du suivi par ECG pour atténuer les incidents cardiaques associés aux antagonistes 5-HT3. Les auteurs ont constaté un manque manifeste d'éléments probants dans ce domaine; l'utilité de cette méthode et des autres interventions diagnostiques demeure donc incertaine. Ces résultats pourraient intéresser les responsables des politiques, les chercheurs et les cliniciens.

Implications

Les études futures devraient porter sur des interventions diagnostiques potentielles visant à atténuer le risque cardiaque chez les patients qui prennent des antagonistes 5­HT3 après une chirurgie ou pendant une chimiothérapie. L'utilité de ces interventions devrait être clarifiée au moyen de recherches avant la prise de décisions cliniques par rapport à la prescription d'interventions pour réduire les effets indésirables chez ces populations.

Pour plus de renseignements, communiquez avec la Dre Andrea Tricco à triccoa@smh.ca

Comment traite-t-on actuellement les patients souffrant de nausées et de vomissements après une chirurgie ou pendant une chimiothérapie?

  • Les antagonistes des récepteurs sérotoninergiques (5-HT3) sont des médicaments qui réduisent efficacement les nausées et les vomissements.
  • Toutefois, ces médicaments peuvent aussi causer des problèmes cardiaques.
  • L'objet de cette revue systématique était de repérer les interventions diagnostiques qui diminuent le risque d'incidents cardiaques associés à l'utilisation d'antagonistes 5-HT3.

Comment l'étude a-t-elle été menée?

  • La population à l'étude était constituée de patients traités par chimiothérapie ou par chirurgie qui ont reçu des antagonistes des récepteurs 5-HT3 et ont subi une intervention visant à diminuer le risque cardiaque.
  • Les résultats d'intérêt comprenaient l'arythmie, la mort cardiaque, l'allongement des intervalles QT et PR et le décès toutes causes confondues.
  • Des méthodes rigoureuses ont été utilisées pour la recherche, le dépistage, la rédaction du résumé et l'évaluation de la qualité de l'étude.
  • Le protocole (ou plan) de la revue a été déposé et publié.

Qu'a révélé l'étude?

  • Trois études pertinentes ont été recensées, lesquelles portaient sur un total de 256 adultes recevant des traitements de chimiothérapie. Les données ne convenaient pas à une méta-analyse.
  • Le suivi par électrocardiogramme (ECG) était la seule intervention examinée dans les trois études.
  • Aucune différence significative sur le plan clinique n'a été observée dans le suivi des patients (ECG) recevant des antagonistes des récepteurs 5-HT3.
  • Aucune étude ne comparait les patients recevant des antagonistes 5-HT3 à d'autres recevant un placebo ou les soins habituels.
  • De légères augmentations des intervalles PR et QT ont été observées dans deux essais.
  • Une étude a rapporté quatre décès sans lien avec l'administration d'antagonistes 5-HT3.

Lien à la publication (en anglais seulement)

Date de modification :