Parler de santé mentale

Jordin Tootoo, joueur de la LNH, parle de bien-être mental et de résilience

15 juin 2015

L'hockeyeur professionnel Jordin Tootoo a pu constater de ses propres yeux les effets dévastateurs des dépendances et des problèmes de santé mentale sur les familles et les communautés. Dans cette vidéo, il parle de son expérience personnelle et adresse un message d'espoir aux jeunes du Nord canadien.

Transcription – Vidéo avec Jordin Tootoo

Eh bien, il n'est pas toujours facile de grandir dans le Nord, et j'ai vécu beaucoup de hauts et de bas. Quand j'étais jeune, j'aimais jouer à l'extérieur avec mes amis. Et en cherchant à comprendre pourquoi, j'ai réalisé – de toute évidence à vivre dans un foyer où peu de choses sont dites – que mes amis avaient les mêmes problèmes. Le 28 août 2002, ma vie a changé pour toujours. Mon frère Terence s'est enlevé la vie et, à travers toutes les épreuves et les difficultés au long de ma carrière, ce jour a changé ma vie à tout jamais. Je buvais beaucoup et je faisais plein de choses qui me faisaient du tort physiquement et personnellement. Ma carrière au hockey a commencé à en souffrir; mais le fait que je ne boive plus depuis quatre ans m'a vraiment permis de redresser ma vie et de comprendre qu'on apprend de ses erreurs. L'important pour moi, c'était ma carrière au hockey et de savoir que Terence voulait que je perpétue son héritage. Et quand un proche nous quitte, il faut prendre le temps de bien réfléchir et de comprendre que tout ne tourne pas uniquement autour de lui. Il faut tourner la page et continuer. Oui, ç'a été difficile, mais au bout du compte, il faut s'assurer de s'occuper de soi d'abord et avant tout. Et pour y arriver, j'ai dû m'assurer que… Vous savez, j'étais vraiment devenu, dans la vie et au hockey, esclave de l'alcool. Comme je le disais, j'ai cessé de boire il y a quatre ans, et je ne bois toujours pas aujourd'hui, et j'en suis tellement reconnaissant.

Le 28 août – une date que je n'oublierai jamais –, mon frère Terence m'a laissé une note de trois lignes : « Jor, va jusqu'au bout. Prends soin de la famille. T'es le meilleur ». La note de Terence montre qu'il était du genre à motiver les autres, et il m'a aidé à aller plus loin. Trois lignes. « Jor, va jusqu'au bout », c'est-à-dire rends-toi jusqu'à la LNH. « Prends soin de la famille » : j'aime ma famille de tout mon cœur et je me battrais corps et âme pour elle. Il vantait toujours mes mérites, et sa dernière ligne était « T'es le meilleur ». C'était une personne très généreuse qui a toujours aimé me voir m'épanouir comme personne et comme joueur de hockey.

Chaque jour, je me demande comment m'améliorer pour lui prouver que je fais tout mon possible pour transmettre son nom et son héritage. Il y aura toujours, pour les frères Tootoo, une place dans mon cœur. Tous mes succès, je les dois à mon frère Terence.

En grandissant dans le Nord, je pense que ce qui est le plus important, c'est l'aspect communautaire, le fait que tous soient proches les uns des autres et qu'ils s'entraident. Je me souviens, dès cinq ans, d'être sur les terres, de découvrir la culture et les coutumes en compagnie de mon père. J'admire encore les moments que j'ai passés avec mon père sur les terres parce c'est là qu'il est à son meilleur. Ce sont des moments inoubliables. Depuis 12 à 15 ans, je mène une vie plutôt mouvementée à jouer au hockey et à vivre dans les grandes villes, mais chaque fois que je retourne chez moi et que je passe du temps dans la nature, je me sens tellement en paix, je me sens humble, et la nature me ramène les deux pieds sur terre. On se rend compte que la vie ne tourne pas toujours autour d'un calendrier ou d'un horaire, ni des cellulaires et des médias sociaux. Là-bas, ce qui compte, c'est de vivre le moment présent et le plaisir d'être ensemble. C'est une chose qui échappe à bien des gens. Quand on est au milieu de nulle part et que personne ne peut nous joindre, on se sent en paix, et c'est ce qui fait vibrer mon cœur.

J'ai intitulé mon livre All the Way : My Life on Ice. Je tenais à faire le lien avec la note de mon frère : « Jor, va jusqu'au bout. Prends soin de la famille. T'es le meilleur ». Et My Life on Ice représente ce que j'aime, ma passion, ma détermination, mon courage, tout cela vient d'avoir grandi en mentorant mon frère. J'ai mis un certain temps parce que je voulais m'assurer que tout soit bien ficelé.

Les choses ne tombent pas du ciel. Il y a toujours de la lumière au bout du tunnel et toujours quelqu'un pour donner un coup de main, surtout dans nos communautés où tout le monde se connaît. Parfois, on ne veut pas parler de ses problèmes, mais croyez-moi, tout le monde doit comprendre ceci : il n'y a pas de mal à s'ouvrir et à être honnête, à s'assurer qu'il y a toujours quelqu'un à qui se confier. Comme je l'ai dit déjà, nous menons tous un combat qui reste secret jusqu'au moment d'en parler.

Jordin : Qu'est-ce que tu as le plus aimé quand je t'ai demandée en mariage?
Épouse : C'était la surprise totale. Oh, mon Dieu!
Jordin : Ou que la bague ne te faisait pas?
Épouse : Ouais. Tu te souviens comment mon père disait « Éloigne-toi de l'eau! Ne reste pas au bord de l'eau, tu vas l'échapper! »

Je pense que le plus important, c'est de savoir qu'on peut toujours compter sur un groupe de soutien, et dans mon cas, ce groupe, c'est ma famille. Je peux sans doute compter sur les doigts d'une main le nombre de proches à qui je peux parler sans crainte de mes préoccupations ou de mes problèmes. Je pense que c'est une chose que nos jeunes, nos adolescents, doivent comprendre. Les gens dans vos communautés sont aux prises avec les mêmes problèmes; ayez simplement l'esprit ouvert et assurez-vous que cela ne conduise pas au suicide.

Je suis tellement reconnaissant de cette occasion d'aider à sensibiliser les gens, car c'est une cause qui me tient à cœur. J'ai créé le fonds de l'équipe Tootoo pour sensibiliser le public à la prévention du suicide chez les jeunes à risque. Faisons tous équipe pour livrer ce combat que nous savons pouvoir remporter.

Date de modification :