Idées fertiles

L'alimentation du père pourrait influer sur la santé de l'enfant

1 juin 2015

Les chercheurs soupçonnent que l'information génétique contenue dans les spermatozoïdes pourrait être liée à certains troubles du développement. Les marqueurs épigénétiques sont des groupes chimiques qui se fixent à l'ADN et aux protéines connexes et qui peuvent activer ou désactiver les gènes à des moments clés du développement humain. Cette régulation génique joue un rôle important dans le développement des spermatozoïdes et dans la façon dont ils  enveloppent l'ADN afin de pouvoir fertiliser l'ovule en toute sécurité. Les modifications de l'information épigénétique peuvent avoir des conséquences sur la santé des enfants qui naîtront. « J'essaie de découvrir comment des facteurs environnementaux externes comme l'alimentation et la pollution laissent leur empreinte dans l'information épigénétique des spermatozoïdes », explique la Dre Sarah Kimmins, de l'Université McGill. « Nous espérons ainsi trouver des moyens de faire en sorte que l'épigénome transmis par les spermatozoïdes soit sain afin de réduire la maladie. »

Recherche

Les femmes enceintes sont depuis longtemps encouragées à consommer des légumes verts feuillus, riches en acide folique (ou vitamine B9), pour prévenir les anomalies congénitales. Soutenue par une subvention de huit ans des IRSC et par Génome Québec, la Dre Kimmins a aussi montré qu'une alimentation déficiente en acide folique avait un effet négatif sur l'épigénome des spermatozoïdes de souris. « Il s'agissait de la première étude à montrer le rôle de l'alimentation du père dans la prévention des anomalies congénitales et la santé future de l'enfant, rôle peut-être tout aussi important que chez la mère », précise-t-elle. L'équipe de recherche tente maintenant de savoir si les changements épigénétiques négatifs dans les spermatozoïdes sont réversibles. Enfin, l'équipe vérifiera si les conclusions tirées avec les souris sont applicables aux hommes. Il faut trois mois aux hommes pour produire des spermatozoïdes matures, note la Dre Kimmins, ce qui peut offrir une brève occasion d'introduire des changements au mode de vie. « C'est la grande question : si un homme commence à bien s'alimenter, peut-il corriger les effets de mauvaises habitudes de vie antérieures et les erreurs épigénétiques inscrites dans ses spermatozoïdes? »

Source

Lambrot, R., et coll. « Low paternal dietary folate alters the mouse sperm epigenome and is associated with negative pregnancy outcomes », Nature Communications, vol. 4, no 2889, 2013.

Date de modification :