Transcription de la vidéo - Les Voies de l'équité : Améliorer la santé chez les Autochtones du Canada

Texte :
Qu'entend-on par « Voies de l'équité »? : Améliorer la santé et l'équité en matière de santé chez les Autochtones du Canada

Texte :
Au Canada, un nombre disproportionné d'Autochtones souffrent d'une mauvaise santé. Cela est attribuable à la pauvreté, au manque d'éducation, à la perte de leur culture, à des conditions de vie inadéquates, à l'exposition à des traumatismes et à la violence, ainsi qu'au manque de ressources et de soutien social. Des changements s'imposent afin d'améliorer la situation à long terme.

Texte :
Les Instituts de recherche en santé du Canada (IRSC) cherchent à améliorer la santé des Métis, des membres des Premières Nations, des Inuits et des Autochtones en milieu urbain grâce à leur initiative phare « Voies de l'équité en santé pour les Autochtones ».

Texte :
Dr Malcolm King
Directeur scientifique de l'Institut de la santé des Autochtones
Instituts de recherche en santé du Canada

Sous-titre :
Les IRSC ont décidé de faire de la santé et du bien-être des Autochtones l'une de leurs grandes priorités. C'est bien entendu pour moi une très bonne nouvelle à titre de chercheur autochtone et directeur de l'Institut de la santé des Autochtones. L'important, toutefois, c'est que cela constitue une priorité non seulement pour mon institut, mais pour l'ensemble des instituts et les IRSC, en tant que tels.

Nous avons ciblé quatre domaines prioritaires, tous très différents, où se vivent des inégalités : le diabète lié à l'obésité, la tuberculose, la santé buccodentaire et la prévention du suicide, cette dernière étant bien sûr liée au bien-être et à la santé mentale.

Les Voies de l'équité doivent absolument continuer à encourager la collaboration. Je pense que si nous souhaitons faire de cette initiative une réussite, nous devons réellement rassembler les gens – pas seulement les collectivités, mais aussi les chercheurs. À ces personnes qui, jusqu'à maintenant, axaient leurs efforts sur un domaine particulier, on peut faire comprendre qu'elles ont pourtant beaucoup de points en commun avec les chercheurs oeuvrant dans des domaines totalement différents.

Texte :
Ovilu Goo-Doyle
Aînée inuite
Ottawa

Sous-titre :
Les Voies de l'équité étaient… La première fois que je suis venue ici, je crois que c'est il y a deux ans. C'est merveilleux et remarquable tout ce que cette initiative nous permet d'apprendre. Il y a des scientifiques et des professionnels du milieu médical, et c'est génial. J'adore ça parce que nous travaillons tous ensemble pour faire ce que nous sommes censés faire.

Texte :
Dre Janet Smylie
Chercheuse métisse, financée par l'entremise de Voies de l'équité
Professeure agrégée, Université de Toronto

Sous-titre :
Le premier groupe sera un groupe national constitué de chercheurs et d'équipes de recherche travaillant dans le domaine de la santé des Autochtones qui se rassembleront, aux côtés d'organisations nationales et régionales des Premières Nations, des Métis et des Autochtones en milieu urbain, pour réfléchir à ce que cela signifie réellement; ils tenteront de déterminer quelles sont les meilleures pratiques et quelles sont les normes de pratique en ce qui concerne la recherche interventionnelle en santé publique dans nos collectivités. Ils échangeront également sur les méthodes de recherche déjà mises à profit.

Nous voulons en particulier trouver de bonnes façons de faire des évaluations, ainsi que des outils pour procéder à l'évaluation des programmes et des services de santé à l'intention des Autochtones qui ne seraient pas considérés comme un fardeau par les collectivités autochtones, mais plutôt comme quelque chose d'utile. Nous souhaitons également soutenir l'amélioration des programmes.

L'autre groupe, quant à lui, travaillera sur des projets précis. Par exemple, nous avons établi un partenariat avec le Native Youth Sexual Health Network, et nous sommes vraiment emballés à l'idée de cibler des interventions ou des activités visant à favoriser le bien-être et la santé mentale des jeunes Autochtones bispirituels, gais, lesbiennes, bisexuels ou présentant une diversité de genre.

Texte :
Wendy McNab
Membre de la communauté Cree-Saulteaux
Collaboratrice de la Dre Janet Smylie

Sous-titre :
Janet joue un rôle très important parce qu'elle désire réellement changer les choses. Au fond, ce que Janet fait – et je le sais parce que j'ai fait partie de divers groupes avec elle – c'est qu'elle s'identifie à la collectivité et qu'elle s'y rattache. Je me rappelle l'avoir d'abord vue comme un membre de la collectivité, puis comme une professionnelle. Tout ce qui me vient en tête c'est que je sais que je peux m'asseoir avec elle à titre d'égale et que j'aurai mon mot à dire. C'est ce qui important pour Janet.

Et c'est ce qu'on appelle la collaboration. La collaboration ne veut pas dire : « Je veux faire équipe avec toi pour ce projet, mais je sais déjà ce qui doit être fait ». La collaboration, c'est tout simplement de faire équipe avec une autre personne et de traiter cette dernière comme une égale. C'est faire partie d'un cercle avec elle… Et j'adore son travail.

Sous-titre :
Les partenariats aident à améliorer la santé et l'équité en santé chez les Autochtones en générant des données de recherche qui guident les décideurs, en approfondissant notre compréhension des façons de transmettre ces nouvelles connaissances aux collectivités autochtones et en renforçant notre capacité à établir des politiques et des programmes efficaces et évolutifs sur la santé des Autochtones.

Texte :
Ensemble, grâce à Voies de l'équité, nous pouvons améliorer la vie des Autochtones au Canada pour les générations à venir.
C'est un pas dans la bonne direction pour la recherche.

Date de modification :