Résumé de recherche du RIEM* : Statines à forte puissance et risque de diabète

*Cette recherche a été financée par le Réseau sur l'innocuité et l'efficacité des médicaments et menées par les chercheurs suivants : Colin R. Dormuth, Kristian B. Filion, J. Michael Paterson, Matthew T. James, Gary F. Teare, Colette B. Raymond, Elham Rahme, Hala Tamim, Lorraine Lipscombe, et les chercheurs du RCEOM (en anglais seulement). Les énoncés contenus dans ce document sont ceux des auteurs, qui sont des chercheurs indépendants.

PDF (147 Ko) ]

Messages clés

Les patients prenant des statines à forte puissance à la suite d'une crise cardiaque ou d'un AVC courent des risques légèrement plus élevés de développer le diabète que les patients prenant des statines à faible puissance.

Implications

Lorsqu'ils prescrivent des statines à forte puissance, les médecins devraient tenir compte du risque accru de diabète qui y est associé. Le choix des statines doit être établi conjointement par le médecin et le patient en fonction des antécédents médicaux de ce dernier et d'autres facteurs.

Pour des renseignements supplémentaires, écrivez à info@cnodes.ca.

Quelle est la question?

  • Les statines à forte et à faible puissance sont prescrites aux personnes ayant subi une crise cardiaque ou un accident vasculaire cérébral (AVC) pour réduire leurs risques d'un deuxième événement.
  • Les deux sont efficaces, mais la prise de statines à forte puissance a été associée à un risque accru de diabète de type 2.

Quel était le but de l'étude?

  • Cette étude, réalisée par le Réseau canadien pour l'étude observationnelle des médicaments (RCEOM), visait à comparer, sur le plan du risque d'induire le diabète, les statines à forte puissance et les statines à faible puissance chez des personnes ayant déjà subi une crise cardiaque, un AVC ou une intervention au cœur.

Comment l'étude a-t-elle été menée?

  • Les chercheurs du RCEOM ont réalisé huit études de cohorte dans la population générale  et une méta-analyse des résultats utilisant des dossiers médicaux de 136 966 patients tirés des bases de données de six provinces canadiennes et de deux pays étrangers.
  • Des analyses cas-témoins nichées dans chaque cohorte ont été menées afin de comparer l'incidence du diabète chez les utilisateurs de statines à forte puissance et à faible puissance.

Qu'a révélé l'étude?

  • Les statines à forte puissance ont été associées à un risque 15 % plus élevé de développement du diabète que les statines à faible puissance dans les deux premières années du traitement.
  • Ce risque accru a atteint son sommet durant les quatre premiers mois du traitement, où il a été 26 % plus élevé chez les utilisateurs de statine à forte puissance. On estime qu'un nouveau cas de diabète survient sur 342 patients traités aux statines à forte puissance pendant deux ans.
  • Les médecins devraient revoir leurs habitudes de prescription de statines et tenir compte des risques des statines à forte puissance. Pour certains patients, les statines à faible puissance peuvent offrir les mêmes avantages que les statines à forte puissance, sans les exposer inutilement à un risque de diabète.
  • Le RCEOM est en mesure d'analyser de grandes quantités de données anonymes sur des patients pour fournir des réponses fiables aux questions touchant l'innocuité et l'efficacité des médicaments. Les résultats de cette étude, la plus exhaustive en son genre, concordent avec ceux de recherches antérieures.
Lien à la publication (en anglais seulement)
Date de modification :