IRSC@15.ans – Rapport annuel 2014‑2015 des Instituts de recherche en santé du Canada

Travailler ensemble – exemples de collaboration

« Les IRSC sont un partenaire d’exception avec qui travailler. Ils possèdent une vaste expérience de la recherche en santé et ont proposé des idées audacieuses et novatrices dans le cadre de notre projet conjoint visant à appliquer les résultats de la recherche à la pratique en vertu de la Stratégie de recherche axée sur le patient. Nul doute que les patients canadiens et leur famille bénéficieront grandement de notre partenariat avec les IRSC. »

Tony Boeckh, Fondation Graham-Boeckh

Au cours des 15 dernières années, le paysage de la recherche en santé a considérablement changé au Canada et partout dans le monde.

La recherche en santé est aujourd’hui plus collaborative, faisant intervenir une multitude de disciplines et d’intervenants. Elle est aussi devenue beaucoup plus centrée sur le patient. Ainsi, l’orientation du programme de la recherche en santé s’inspire de la voix, des besoins et des expériences des patients.

Les IRSC sont devenus dans une large mesure la voix et le champion de cette évolution de la recherche en santé en encourageant la recherche collaborative et multidisciplinaire. Ils ont également dirigé la création et la promotion de partenariats de recherche, tant au Canada qu’avec d’autres pays.

En 2014-2015, les IRSC ont multiplié les efforts pour mettre les gens en contact, combiner les ressources et obtenir des résultats pour les patients canadiens. Parmi les nombreux partenariats, consortiums et collaborations établis au cours de la dernière année, mentionnons ceux qui suivent.

SRAP : le patient d’abord

Le principal effort de collaboration des IRSC est la Stratégie de recherche axée sur le patient (SRAP), coalition de partenaires fédéraux, provinciaux et territoriaux qui se consacrent à l’application des fruits de la recherche en vue d’améliorer les soins de santé de première ligne.

Dans le cadre de la SRAP, nous appuyons la recherche qui a pour but de développer des approches diagnostiques et thérapeutiques innovantes, qui seront ensuite transmises aux hôpitaux et aux cliniques au bénéfice des patients. Certaines réalisations de la SRAP en 2014-2015 sont à signaler.

Soutenir les jeunes atteints d’une maladie mentale

Au Canada, une personne sur cinq sera aux prises avec une maladie mentale au cours de sa vie. Cependant, les jeunes sont les plus vulnérables : 75 % des maladies mentales et des problèmes de santé mentale se manifestent avant l’âge de 25 ans, et plus de 50 % surviennent entre 11 et 25 ans. Ce sont malheureusement ces jeunes qui ont le moins accès aux soins de santé mentale, car les services actuels sont conçus pour les enfants plus jeunes et les adultes plus âgés.

Lancé en 2014-2015, ACCESS Canada, le premier réseau de la SRAP, cherchera à combler cette lacune dans les soins de santé. Financé grâce à un partenariat entre les IRSC et la Fondation Graham Boeckh, et comptant sur la mobilisation des jeunes, ACCESS Canada vise à amener un changement positif, d’ici cinq ans, dans la façon dont nous prenons soin des jeunes aux prises avec une maladie mentale. Le moyen d’atteindre ce but sera de découvrir comment les jeunes échappent à notre système de soins de santé mentale et de trouver des solutions pour corriger cette situation.

Unités de soutien à la recherche axée sur le patient

Pour que la SRAP soit une initiative véritablement pancanadienne, les provinces et les territoires doivent y adhérer. Les unités de soutien de la SRAP incarnent l’esprit de collaboration fédérale-provinciale-territoriale.

Les unités de soutien sont des centres provinciaux ou régionaux reliant les patients, les chercheurs, les responsables des politiques, les bailleurs de fonds et les professionnels de la santé. Ensemble, ces divers intervenants cherchent des réponses aux besoins de santé locaux et veillent à ce que des approches diagnostiques et thérapeutiques nouvelles et innovantes soient appliquées au bon endroit et au moment opportun. Les unités de soutien unissent également leurs efforts d’un océan à l’autre pour s’assurer que les pratiques exemplaires sont adoptées dans l’ensemble des provinces et territoires au profit des patients canadiens.

Ces pôles de recherche sont implantés dans tout le pays. Des unités de soutien ont maintenant été annoncées en Alberta, au Manitoba, à Terre-Neuve-et-Labrador, dans les provinces maritimes (N.-B./N.-É./Î.-P.-É.) et au Québec,  et d’autres le seront très bientôt.

Renforcement des essais cliniques

Au Canada, les essais cliniques peuvent être difficiles à organiser et lents à démarrer. La création du Centre canadien de coordination des essais cliniques (CCCEC) constitue un important progrès en vue de faire du Canada un endroit plus attrayant pour la tenue d’essais cliniques.

Le CCCEC améliorera la coordination des activités d’essais cliniques et simplifiera les processus réglementaires pour les compagnies et les chercheurs. Il s’agit d’une collaboration entre les IRSC, Les compagnies de recherche pharmaceutique du Canada (Rx&D) et SoinsSantéCAN.

Prévention et traitement du VIH

Dans le cadre de l’Initiative canadienne de vaccin contre le VIH (ICVV), les IRSC ont fait équipe avec la Fondation Bill et Melinda Gates pour créer une initiative de recherche conjointe dont le but sera de mettre au point un vaccin contre le VIH.

Des équipes formées de chercheurs canadiens et internationaux s’attaqueront à des questions de recherche cruciales pour mieux comprendre de quelle façon le VIH pénètre dans l’organisme et déclenche une réponse immunitaire.

Les IRSC ont également lancé trois projets de recherche visant à s’attaquer à des problèmes de santé liés au VIH/sida qui touchent les hommes. Au Canada, les hommes ont une espérance de vie moyenne plus courte que les femmes, ils ont tendance à se prévaloir des services de santé moins fréquemment et ils affichent un taux de mortalité plus élevé pour certaines des principales causes de décès.

L’initiative de recherche des IRSC sur la santé des garçons et des hommes permettra de soutenir des projets qui portent sur ces questions en général, ainsi que dans le contexte particulier du VIH, dans le but d’améliorer la prévention, les soins et les traitements. Il s’agit d’un partenariat entre les IRSC, la Fondation canadienne de recherche sur le sida (CANFAR) et le Réseau ontarien de traitement du VIH (OHTN).

Santé des mères et des enfants

Les IRSC se sont joints à Affaires étrangères, Commerce et Développement Canada (AECDC) et au Centre de recherches pour le développement international (CRDI) en vue d’aider à assurer un avenir meilleur aux mères et aux enfants d’Afrique subsaharienne.

Cette initiative permettra à 20 équipes de recherche d’aider à trouver, à mettre à l’essai et à appliquer des solutions pratiques et rentables pour améliorer la santé des mères et des enfants dans 13 pays d’Afrique subsaharienne, région du monde où la mortalité maternelle et infantile demeure à un niveau inacceptable.

Date de modification :