Peut-on prévenir la démence?

La scintigraphie cérébrale, un outil de détection précoce des troubles associés à la démence

16 octobre 2015

Pour la Dre Sandra Black, de l’Université de Toronto, le lien entre la démence et l’AVC est de plus en plus évident. Selon sa recherche, les deux maladies ont à voir avec la santé des vaisseaux sanguins – les artères et les veines – dans le cerveau.

Les chercheurs qui partagent l'avis de la Dre Black sont de plus en plus nombreux. Ce changement d'opinion laisse entrevoir une intéressante possibilité, à savoir que le contrôle de facteurs de risque comme l'hypertension et un taux élevé de cholestérol pourrait aider à prévenir ou à retarder certaines formes de démence, comme la maladie d'Alzheimer.

Le défi consiste à reconnaître les personnes aux premiers stades de la maladie afin qu'elles puissent prendre des mesures pour réduire leur risque.

Dans le cadre de l'étude de Sunnybrook sur la démence, entreprise en 1995, la Dre Black a recueilli des scintigraphies du cerveau de plus de 1 000 patients atteints de démence. Elle a aussi tenté de mettre en corrélation les images du cerveau de ces patients avec les changements dans leur mémoire et leur comportement, et de les comparer à des images de cerveaux de personnes vieillissantes en santé.

« Nous avons obtenu ces images d'une manière qui nous a permis de mesurer les changements dans le cerveau avec objectivité, et de les mettre en corrélation avec la cognition et le comportement », précise la Dre Black.

Ces images ont révélé l'ampleur des AVC silencieux – les AVC qui ne causent aucun symptôme apparent, mais qui laissent derrière de petits trous dans le cerveau.

« Un quart des Canadiens de plus de 65 ans présentent de minuscules zones de tissu cérébral nécrosé », signale la Dre Black. Contrairement aux AVC graves qui entraînent presque immédiatement une paralysie et la perte de la parole, les AVC silencieux peuvent causer un déclin cognitif graduel et cumulatif des aptitudes mentales.

Une autre maladie qui touche les petits vaisseaux du cerveau cause des lésions cérébrales partielles qui ont l'apparence de petits points blancs ou de petites taches blanches, qui sont plus ou moins présents chez jusqu'à 95 % des personnes âgées.

La recherche en imagerie de la Dre Black, financée en partie par les Instituts de recherche en santé du Canada, laisse entrevoir la possibilité d'utiliser des scintigraphies du cerveau comme outil de détection précoce et de dépistage des changements associés à la démence. Il serait alors possible de prescrire aux patients chez qui ces changements commencent à apparaître des interventions éprouvées contre l'AVC, comme la prise d'hypotenseurs, l'exercice et des modifications du régime alimentaire, pour réduire leur risque de démence.

« L'avenir suscite en moi un sentiment d'urgence, confie la Dre Black. Nous devons trouver des façons d'organiser les soins pour prévenir cette maladie. »

Autres ressources

Date de modification :