Logement, santé et VIH

Le foyer : source de chaleur et bien plus!

30 novembre 2015

Partout dans le monde, les écrivains, les philosophes et les artistes ont essayé de saisir la notion de « foyer », cet état psychologique de chaleur et de sécurité, de familiarité et de cœur. Même si cette notion diffère pour chacun d'entre nous, nous convenons généralement que notre « foyer » est un endroit spécial. Il n'est donc pas surprenant de constater que l'endroit où nous vivons peut influer sur notre bien-être mental et physique?

La recherche a déjà révélé un lien direct entre le logement et la santé, en particulier pour les personnes qui vivent avec le VIH. Des études ont montré que la situation de logement d'une personne (stable, instable, sans abri) aidait beaucoup à prédire si cette personne serait en mesure ou non d'accéder et d'adhérer à un traitement médical. Le logement joue aussi un rôle sur le plan de la prévention, les sans-abri ou les personnes en situation de logement instable étant plus susceptibles de contracter le VIH.

Fort de ce savoir, le Pacific AIDS Network (PAN) voulait se pencher sur l'expérience particulière des personnes vivant avec le VIH en Colombie-Britannique. Avec l'aide des Instituts de recherche en santé du Canada, le PAN a codirigé la création de Positive Living, Positive Homes (PLPH). Dans le cadre d'études de cas centrées sur Kamloops, Prince George et le Grand Vancouver, le projet fait appel à une équipe multi-intervenants composée de chercheurs, de responsables des politiques, de fournisseurs de services et de personnes vivant avec le VIH. Il a été conçu pour explorer l'impact des politiques et des programmes de logement à la lumière de l'expérience réelle des membres de la communauté.

« Les personnes qui vivent avec le VIH ont des besoins très divers et ne sont pas exemptes de complexités, comme tout le monde », explique la Dre Catherine Worthington, professeure à l'École de santé publique et de politique sociale de l'Université de Victoria et codirectrice de PLPH. « Si nous les écoutons raconter ce qu'elles ont vécu, nous pouvons parler de ce qui constitue une bonne politique de logement. Ces pratiques exemplaires peuvent ensuite être adaptées pour d'autres régions aussi. »

Être à l'écoute des besoins de la communauté demeure un trait marquant de la recherche sur le VIH/sida au Canada depuis des décennies. Ce type de recherche, appelée recherche communautaire (RC), peut être très efficace. En fait, le PAN exploite un programme complet de recherche communautaire rendu possible grâce à un partenariat avec le Centre collaboratif de RC des IRSC (programme du Centre REACH). Pour PLPH, cette approche signifie que des voix dans la communauté aident à formuler les questions de recherche et aideront aussi à communiquer et à mettre en application les résultats.

« Des personnes vivant avec le VIH font partie de l'équipe de recherche, et elles ont des rôles concrets qui leur permettent de participer à fond et de façon significative au processus de recherche », explique Andrea Langlois, directrice de la recherche communautaire au sein du PAN. « À chacun des trois centres [de PLPH], nous mobilisons et rassemblons les gens. La recherche communautaire demande du temps et de la patience, mais le délai nécessaire pour que la recherche ait des retombées devient plus court parce que nous avons toutes les bonnes personnes à la table. »

Jusqu'ici, l'étude a révélé que la stigmatisation associée au VIH demeure bien présente dans la province, en particulier dans les régions rurales et éloignées.

« Les stéréotypes et le poids du passé sont encore bien présents », explique la Dre Heather Picotte, coordonnatrice de l'étude PLPH au sein du PAN. « Beaucoup de gens n'ont pas l'impression qu'ils peuvent avoir de l'aide ou obtenir le logement dont ils ont besoin. »

Darren Lauscher, qui fait également partie de l'équipe de recherche de PLPH, insiste aussi sur le rôle que la stigmatisation joue dans la recherche d'un endroit où vivre. « Normalement, si l'on n'a pas de logement, c'est parce que l'on n'en a pas les moyens », explique-t-il. « Mais si un problème de santé s'ajoute à l'équation, le besoin change. Plus d'obstacles potentiels entrent en jeu, comme l'accessibilité physique, la proximité des fournisseurs de soins et les structures de soutien dans la communauté. Et quand se superpose la stigmatisation associée au VIH, le besoin prend soudainement une nouvelle dimension. »

Les histoires personnelles au sujet des obstacles au logement sont aussi diverses que le sont les participants à PLPH. Pour ceux dont le cheminement vers le diagnostic a été long et tortueux, une santé instable a eu un impact sur les possibilités d'emploi. Pour d'autres, qui ont pu bien vieillir avec le VIH grâce à des avancées dans les traitements et qui peuvent ainsi jouir d'une retraite plus longue que prévu, la difficulté est d'avoir les moyens de se loger.

Heureusement, les résultats de l'étude aideront à répondre à ces besoins, car l'équipe peut travailler directement avec les fournisseurs de services et les responsables des politiques pour trouver des solutions aux problèmes de logement. Puisque PLPH documente les réussites et les pratiques exemplaires en matière de logement, les conclusions de l'étude pourraient aussi être utilisées ou adaptées dans d'autres régions du pays. Néanmoins, l'équipe insiste sur le fait qu'il n'existe pas de solution universelle, et qu'une approche holistique du bien-être doit être adoptée dans les programmes.

« Sans foyer, c'est difficile de faire quoi que ce soit d'autre », poursuit la Dre Picotte. « Il ne s'agit pas non plus de juste un toit. Oui, c'est disposer d'un logement stable, sûr et abordable, mais c'est aussi avoir un chez-soi convenable et pouvoir vivre avec dignité. »

Positive Living, Positive Homes (PLPH) est un projet de recherche communautaire en Colombie-Britannique où une équipe multi-intervenants tâche de répondre aux besoins en matière de logement des gens qui vivent avec le VIH. En mettant à contribution les responsables des politiques, les fournisseurs de services et les membres de la communauté, l’équipe cherche à trouver des solutions pratiques aux défis que pose le logement dans toute la province.

Liens connexes

Date de modification :