POP Nouvelles – Hiver 2016, volume 2, numéro 9

Table des matières


Message de la directrice scientifique

Voici le numéro d’hiver du bulletin POP Nouvelles, où vous trouverez des nouvelles et des réflexions du milieu de la recherche en santé publique et des populations. Le plan stratégique renouvelé de notre institut sera bientôt affiché sur le site Web des IRSC. Nos priorités stratégiques au cours des trois prochaines années sont les suivantes : a) solutions adaptables en santé des populations, b) amélioration équitable de la santé des populations et c) action intersectorielle. Ces priorités constituent le fondement d’investissements stratégiques continus, d’une direction solide et d’efforts déployés en partenariat.

Ce bulletin présente les réflexions de deux étudiants canadiens qui ont pris part au Forum des jeunes chercheurs de l’Association des écoles de santé publique de la région européenne (ASPHER) à Milan, en Italie, ainsi que les faits saillants de la rencontre de cette année sur les soins de santé primaires en milieu communautaire. Les deux activités ont permis de présenter le travail de la relève dans le domaine de la recherche en santé publique et des populations.

Au cours des derniers mois, j’ai eu l’occasion de représenter l’ISPP à divers colloques sur la santé publique et des populations au Canada. J’ai également assisté à une séance sur l'action intersectorielle au Congrès sur la santé des populations à Hobart, en Australie, à une présentation sur le renforcement des capacités au Sommet mondial de la santé à Berlin, et à un atelier sur invitation organisé conjointement par l’ISPP et les National Institutes of Health Research (R.-U.) pour discuter d’un document d’orientation sur le contexte et les interventions. La réunion du réseau de l’Alliance mondiale contre les maladies chroniques (AMMC) a eu lieu à Mexico. C’était la première année où des équipes sur l’hypertension et le diabète de type 2 étaient présentes. Cette réunion animée a porté sur l’excellence dans la science de la mise en œuvre dans le monde. Trois des membres du conseil de l’AMMC (dont le Dr Beaudet) assistaient à la rencontre. On a procédé au lancement de la nouvelle possibilité de financement de l’AMMC qui est axée sur la maladie pulmonaire chronique. Le Centre de recherches pour le développement international est un des partenaires qui cofinance cette initiative.

Erica Di Ruggiero et Sarah Viehbeck ont participé à un atelier du Bellagio Center (en anglais seulement), coanimé par l’ISPP des IRSC et le Health Forum du R.-U. L’atelier avait pour but de cerner les défis communs dans le domaine des conflits d’intérêts et des interactions entre les secteurs public et privé pour ce qui est de la prévention des maladies non transmissibles (MNT). Vingt participants de quatorze pays y ont participé. Ils représentaient des organismes de financement de la recherche, la société civile, des organismes non gouvernementaux et l’OMS/ONU. Cet atelier devrait donner lieu à la publication, sur le site Web du Bellagio Center, d’une bibliographie annotée, d’articles évalués par les pairs, d’analyses de politiques et d’un résumé de l’atelier.

Nous en sommes aux derniers préparatifs du sommet Provoquer des solutions pour la santé des populations qui se tiendra du 25 au 28 avril 2016. Ce sommet sur invitation servira à catalyser le dialogue au sujet des politiques et des programmes dans les secteurs de la santé et autres en vue d’améliorer la santé des populations et l’équité en matière de santé au Canada et dans le monde. À l’avenir, lorsque l’occasion se présentera, n’hésitez pas à proposer des « questions catalytiques » visant à éclairer l’établissement d’un programme de recherche tourné vers l’avenir.

Par ailleurs, Sarah Viehbeck quittera son poste de directrice adjointe, Évaluation et Initiatives stratégiques, à l’Institut pour occuper celui de chef d’équipe à l’unité Évaluation, Direction du rendement et de la responsabilisation des IRSC, à partir du 18 janvier 2016. Au nom de l’ISPP, j’aimerais remercier Sarah pour sa remarquable contribution au travail de l’Institut au cours des cinq dernières années. Sarah a notamment collaboré à plusieurs initiatives d’envergure des IRSC, en particulier Voies de l’équité en santé pour les Autochtones. Elle a su mettre à profit son grand leadership technique et professionnel dans l’évaluation d’importants investissements de l’ISPP et nos activités dans le domaine de l’éthique en santé publique. Son approche axée sur la collaboration a été grandement appréciée.

Enfin, je confirme que je terminerai mon deuxième et dernier mandat en tant que directrice scientifique de l’ISPP des IRSC à la fin de juillet 2016. Au cours des prochains mois, le personnel de l’ISPP et la haute direction des IRSC travailleront ensemble pour s’assurer que la transition de la direction de l’Institut se déroule le mieux possible. Je suis convaincue que la personne choisie pour diriger l’ISPP aura les qualités de chef nécessaires pour continuer à rallier des appuis à la recherche sur la santé publique et la santé des populations. Le président a officiellement annoncé la transition de l’ISPP des IRSC. Veuillez lire, à ce sujet, mon message personnel adressé à la communauté de la recherche en santé publique et en santé des populations.

Tout le personnel de l’ISPP vous souhaite une très bonne année 2016 sous le signe de la santé et de la productivité.

Nancy Edwards

Troisième réunion annuelle des équipes d’innovation en soins de santé communautaires de première ligne

L’Institut de la santé publique et des populations (ISPP) et l’Institut des services et des politiques de la santé (ISPS) des IRSC ont été les hôtes de la troisième réunion annuelle de l’initiative Soins de santé communautaires de première ligne (SSCPL) les 25 et 26 novembre à Ottawa (Ontario). La rencontre a donné lieu à un échange de connaissances, à un débat critique ainsi qu’à une collaboration entre les équipes en SSCPL, les boursiers, les décideurs et les partenaires.

La réunion a débuté par un échange entre décideurs de partout au Canada qui ont indiqué chacun ce qu’ils attendent des chercheurs en SSCPL pour orienter la politique et la pratique. Le débat qui a suivi a permis de mettre en relief l’importance et la variabilité des contextes des systèmes de santé au Canada, ainsi que l’avantage de mobiliser les décideurs et d’autres personnes ressources clés tôt dans le processus de recherche. Cette première séance a donné le ton à une réunion informative et inspirante.

Chacune des équipes d’innovation en SSCPL a eu l’occasion de présenter ses principales réalisations, ce qui a stimulé l’apprentissage croisé entre les membres des équipes et suscité des échanges animés au sujet de défis communs que pose la mise en œuvre de programmes de recherche de pointe entre sphères de compétence. Les équipes progressent bien, continuant d’établir ou d’élargir d’importants partenariats avec les communautés de recherche, de politique et de pratique concernées. Nombre d’équipes ont par ailleurs trouvé d’autres sources de financement à l’appui de nouveaux projets de recherche cadrant avec leurs buts en matière de SSCPL. Les équipes ont maintes fois souligné le succès considérable du « renforcement de la capacité » de recherche entre sphères de compétence, en ce qui touche l’établissement de relations à l’intérieur comme à l’extérieur du secteur des soins de santé. De nombreuses équipes se sont alliées à des partenaires communautaires pour faciliter l’application des résultats de leur recherche dans la prise de décision sur le plan des politiques et des pratiques. En plus de la place faite aux stagiaires dans le processus de recherche, plusieurs personnes présentes ont souligné l’importance d’un financement stratégique stable de sources comme l’initiative phare SSCPL pour permettre une évolution si essentielle des divers dossiers.

L’ISPP et l’ISPS aimeraient remercier les personnes présentes de leur participation réfléchie et enthousiaste.

Pour en savoir plus au sujet des 12 équipes d’innovation en SSCPL, consultez le site Web de l'initiative phare SSCPL.

« Interventions favorisant l’équité en santé » et « Méthodes autochtones éprouvées » maintenant disponibles sur le Portail canadien des pratiques exemplaires!

(Préparé par l’Agence de santé publique du Canada)

Les responsables de l’Initiative canadienne des pratiques exemplaires sont heureux d’annoncer le lancement de deux nouvelles rubriques sur le Portail : une nouvelle catégorie d’interventions axées sur l’équité en santé et le cadre Méthodes autochtones éprouvées.

Interventions favorisant l’équité en santé
La rubrique sur l’équité en santé traite d’interventions axées sur l’équité dans le secteur de la prévention des maladies chroniques et de la promotion de la santé. En plus de respecter les exigences afférentes aux pratiques prometteuses ou exemplaires, ces interventions ciblent les déterminants sociaux de la santé et ont des répercussions positives sur l’équité en santé.

Pour commencer, nous avons versé dans cette rubrique (Page de catégorie : L’équité en santé) des interventions axées sur la promotion de la santé mentale et le poids santé. Plus d’interventions, dans d’autres domaines, dont la prévention de la violence familiale, seront versées dans les mois à venir. L’objectif est que toutes les pratiques prometteuses et exemplaires qui respectent les critères soient étiquetées au moyen d’une icône et qu’elles puissent être consultées en faisant une recherche dans le Portail.

L’équité en santé désigne l’absence de différences évitables ou modifiables en matière de santé au sein de populations ou de groupes définis selon des caractéristiques sociales, économiques ou géographiques. Ces différences mesurables relatives à la santé découlent de différents degrés d’avantages et de désavantages sociaux, montrent une tendance constante au sein de la population et sont jugées injustes. Les interventions favorisant l’équité en santé peuvent appuyer l’intégration des objectifs d’un large éventail de décisions relatives aux programmes, aux politiques et aux pratiques.

Cadre « Méthodes autochtones éprouvées »
Le nouveau cadre « Méthodes autochtones éprouvées » pour le Portail canadien des pratiques exemplaires est une initiative unique en son genre qui vise à cerner les interventions efficaces pour la promotion de la santé et la prévention des maladies chroniques chez les Autochtones dans un contexte culturel respectueux des traditions des Premières Nations, des Inuits et des Métis en matière de santé et de bien-être. Le cadre comprend le nouvel outil d’évaluation et les critères servant à évaluer les bonnes pratiques en santé publique dans les communautés autochtones.

On compte présentement 14 interventions sur la page web Méthodes autochtones éprouvées. Elles couvrent des sujets comme le mieux-être mental et les corps en forme et en santé. Plus d’interventions, dans d’autres domaines, dont la prévention de la violence familiale, seront évaluées puis publiées dans les mois à venir.

Il est possible de proposer des nouvelles interventions en promotion de la santé et en la prévention des maladies chroniques pour le Portail canadien des pratiques exemplaires.

Pour en savoir plus sur le cadre ou obtenir un exemplaire du document, communiquez avec :

  • Nina Jetha, gestionnaire, Initiative canadienne des pratiques exemplaires
  • Susan Courage, infirmière-conseillère principale, Initiative canadienne des pratiques exemplaires

* Pour recevoir des avis périodiques sur le Portail canadien des pratiques exemplaires, abonnez-vous au bulletin.

Le coin des étudiants : Forum des jeunes chercheurs de l’Association des écoles de santé publique de la région européenne (ASPHER)

Ashley McAllister
ashley.mcallister@ki.se
J’ai eu le privilège de participer au Forum des jeunes chercheurs (FJC) de l’ASPHER, en marge de la 8e conférence de l’Association européenne de santé publique (AESP) à Milan en Italie (octobre 2015). Ma participation au Forum coïncidait avec le début de mon affectation à un poste postdoctoral au sein du groupe de recherche sur l’équité et les politiques en matière de santé à l’Institut Karolinska (en anglais seulement) de Stockholm, en Suède. J’ai obtenu une bourse de voyage des IRSC pour assister à cette rencontre; ce fut une excellente occasion de me faire connaître en tant que postdoctorante. J’y ai présenté une affiche sur les conclusions d’un projet financé par l’UE, à propos duquel j’ai réalisé une analyse politique intitulée Developing methodologies to reduce inequalities in the determinants of health (DEMETRIQ)(en anglais seulement). Le FJC m’a donné l’occasion de discuter de ma recherche avec des universitaires d’expérience et d’obtenir leur avis sur tout point à améliorer. Et, en prime, j’ai remporté avec deux autres récipiendaires le prix de la meilleure affiche!

Les conférences peuvent être très intimidantes, particulièrement pour les chercheurs en début de carrière, et l’EUPHA ne fait pas exception à la règle. Il s’agit d’une des plus importantes conférences en son genre en Europe, réunissant plus de 1 500 participants. Toutefois, ma participation au FJC (et le fait que je gagne un prix pour mon affiche) a augmenté ma visibilité à la conférence. J’y ai retrouvé des personnes rencontrées au FJC et j’ai pu échanger avec des participants durant les pauses – tout autant de possibilités de réseautage. J’ai échangé avec d’autres chercheurs canadiens ayant participé au FJC, alimentant ainsi mon réseau de contacts au pays. Je me suis également entretenue avec un chercheur des National Institutes of Health des États-Unis. Il s’en est suivi une collaboration sur une proposition d’atelier en vue de la conférence de l’AESP de l’an prochain. Ma participation au FJC a sans aucun doute contribué à enrichir mon expérience globale à la conférence de l’AESP, et j’encouragerais vivement les autres chercheurs en début de carrière à y prendre part.

Faith Eiboff
faith.eiboff@alumni.ubc.ca
J’ai eu la chance de présenter mes recherches doctorales au 7e Forum des jeunes chercheurs de l’Association des écoles de santé publique de la région européenne (ASPHER). Tenu cette année à Milan, en Italie (octobre 2015), de la 8e conférence de l’Association européenne de santé publique (AESP) représentait une excellente occasion de présenter de la recherche de pointe à de grands experts de la santé publique et à des pairs représentant l’Union européenne (UE), le Canada et de nombreux autres pays, notamment le Japon et la Colombie. Le Forum s’est conclu par deux présentations émouvantes qui soulignaient la question des droits de la personne en santé publique, soit la neutralité médicale en Ukraine et les aspects juridiques des soins aux personnes en situation de pauvreté en Arménie, rappel important des travaux transnationaux menés dans le monde.

Le Forum et la CESP représentaient pour moi une occasion de mettre en lumière la question de l’itinérance en contexte européen, surtout au regard de la crise actuelle de réfugiés dans l’UE. Deux faits saillants ont marqué pour moi cet évènement. D’abord, l’un des juges des exposés du Forum de l’ASHPER, le Dr Laurent Chambaud, doyen de l’École des hautes études en santé publique (EHESP) à Rennes, en France, m’a accordé un entretien au cours duquel il m’a beaucoup encouragée en me mettant en contact avec des chercheurs réalisant de vastes enquêtes sur l’itinérance à Paris. Par ailleurs, le Dr Ted Tulchinsky de l’École Braun de santé publique et de médecine communautaire, CHU Hadassah de l’Université hébraïque de Jérusalem en Israël et rédacteur en chef adjoint du Public Health Reviews Journal m’a encouragée à soumettre mon travail pour un numéro spécial de la revue axé sur les femmes. Mes recherches doctorales à ce jour portent sur l’examen de l’itinérance, de la violence et des traumatismes chez les femmes du point de vue de la santé publique en contexte canadien. Ma participation au Forum de l’ASHPER et à la CESP a manifestement augmenté mes possibilités de collaborer avec des chercheurs à l’échelle internationale dans le cadre de mes recherches.

Date de modification :