La musculation, une arme clé dans la lutte contre l'ostéoporose

Dr Phil Chilibeck
Université de la Saskatchewan

Photo – avec la permission de Dr Phil Chilibeck.

Dr Darren Candow
Université de Regina

Photo – avec la permission de Dr Darren Candow.

Des chercheurs de la Saskatchewan sont emballés par la capacité du duo créatine-musculation à stimuler la croissance des os

10 mars 2016

Il est plutôt inhabituel de voir une personne âgée en train de lever des poids, mais cela pourrait bientôt changer s'il n'en tient qu'aux chercheurs saskatchewanais Darren Candow et Phil Chilibeck.

Ces chercheurs financés par les IRSC sont enthousiasmés par les résultats de leurs recherches qui démontrent que l'entraînement musculaire combiné à la prise de suppléments de créatine est une excellente stratégie pour combattre l'ostéoporose – en particulier pour les femmes postménopausées et les aînés.

Le Dr Darren Candow, professeur et doyen associé du département des études supérieures et de la recherche à la Faculté de kinésiologie et des études en santé de l'Université de Regina, et son cochercheur, le Dr Phil Chilibeck, professeur au Collège de kinésiologie de l'Université de la Saskatchewan, explorent des moyens de contrer la perte de tissu osseux liée au vieillissement.

« Le financement des IRSC nous a permis de réaliser des "essais contrôlés randomisés", qui constituent les meilleurs essais pour déterminer les avantages de certains traitements, comme l'exercice ou la prise de suppléments nutritionnels, sur la santé des os. Ce type d'essais requiert un budget élevé et produit des données probantes de la plus haute qualité sur les exercices ou les suppléments nutritionnels bénéfiques. »

Dr Phil Chilibeck

Le monohydrate de créatine est une substance dont le corps se sert pour resynthétiser l'adénosine triphosphate durant une activité physique intense. Les athlètes de haut niveau et les culturistes utilisent ce supplément nutritif depuis des années. Il augmente les réserves « immédiates » d'énergie dans nos muscles pour nous permettre de déployer un effort physique bref et intense. Sa capacité d'augmenter la masse, la force et la puissance musculaires est bien connue.

Cependant, les effets bénéfiques du monohydrate de créatine sur d'autres tissus, comme les os, restent encore un mystère.

Les Drs Candow et Chilibeck pensent que la substance pourrait agir sur nos cellules osseuses, en stimulant leur niveau d'activité et en augmentant leurs réserves d'énergie. Logiquement, cela devrait aussi contribuer au développement des os. Lorsque prise durant un entraînement musculaire, la créatine permet de travailler plus fort, et ainsi d'augmenter sa masse musculaire. Si une personne augmente sa masse et sa force musculaires, elle renforce aussi ses os, puisque les muscles sont attachés aux os. Plus nous mettons nos os à l'épreuve, plus nous stimulons la formation de tissu osseux et renforçons notre ossature.

Être fort pour ne pas perdre

Importante cause d'invalidité dans la population canadienne vieillissante, l'ostéoporose est une maladie osseuse progressive caractérisée par une perte de masse et de densité osseuses. Elle peut augmenter le risque de fracture et, par conséquent, peut transformer une simple chute en accident grave. Les séquelles peuvent être importantes au point de priver les victimes de leur autonomie.

Le coût général du traitement de l'ostéoporose et des fractures qui en découlent dépassait 2,3 milliards de dollars par année pour le système de santé canadien en 2010. Ce montant couvre les coûts des soins de courte durée, des soins en clinique externe, des médicaments sur ordonnance et des soins indirects. Ce coût passe à 3,9 milliards si l'on part du principe que c'est l'ostéoporose qui conduit dans des établissements de soins de longue durée une partie des Canadiens qui y vivent. (The burden of illness of osteoporosis in Canada, Tarride et al, Osteoporosis International, mars 2012)

Les Drs Candow et Chilibeck croient tous deux qu'une meilleure santé des muscles et des os sera très bénéfique aux aînés, car cela leur permettra de mieux vaquer à leurs occupations quotidiennes et de profiter d'une meilleure qualité de vie, tout en réduisant les coûts pour le système de santé.

Les résultats de leurs études sur la créatine font espérer que les femmes postménopausées et les aînés disposeront d'une autre arme, en plus de l'exercice et des produits pharmaceutiques, dans la lutte contre la perte de tissu musculaire et osseux.

De retour à la base

Attiré par les sciences fondamentales comme la biologie, la chimie et la physique, le Dr Chilibeck s'intéressait aussi au sport, à l'exercice et à l'activité physique. La kinésiologie, l'étude du mouvement, s'est donc imposée logiquement comme choix de carrière et est devenue une véritable passion, tout comme son authentique volonté d'avoir un impact sur la vie des gens.

Motivé à comprendre comment l'exercice et la nutrition peuvent améliorer la santé des os après avoir vu des parents proches aux prises avec des problèmes osseux et articulaires, il s'est associé au Dr Darren Candow, un autre chercheur partageant sa fascination pour la façon dont le corps humain répond et s'adapte à la nutrition et à l'exercice.

Le Dr Candow est devenu un mordu de la physiologie de l'exercice après avoir suivi un cours d'initiation à l'université – le catalyseur de son cheminement de carrière. Depuis ce temps, il cherche des moyens innovateurs de protéger l'appareil locomoteur du corps humain, et des nouvelles stratégies pour permettre à la population canadienne de vieillir en santé.

Ensemble, ils font la promotion de certains exercices de musculation à chaque fois qu'ils en ont l'occasion, y compris dans le cadre de conférences, de présentations et de forums de recherche.

À partir des observations recueillies dans plusieurs études, ils peuvent déterminer les exercices les plus efficaces. Par exemple, la flexion des jambes en position debout et le développé des jambes en position assise sont deux exercices efficaces pour augmenter la masse musculaire des jambes, mais le premier exercice est plus utile que le second pour accroître la densité minérale de la hanche, sans doute à cause de la sollicitation plus directe des hanches.

Convaincus de l'utilité de la musculation pour prévenir la perte de tissu musculaire et osseux avec l'âge, ils continuent d'explorer comment doser l'exercice et les suppléments pour obtenir les meilleurs résultats possibles. Par exemple, quel est le programme de musculation optimal (et le plus sécuritaire) pour les aînés? La quête de réponse à cette question et à bien d'autres alimentera de futures recherches.

D'ici là, les Drs Candow et Chilibeck encouragent les Canadiens à « demeurer forts afin de vivre longtemps ».

« Dans le domaine de la santé musculaire et osseuse, j'entends bien des gens me dire « je suis trop vieux pour faire ça » ou « je ne peux plus faire ce que je faisais avant ». Ce qui m'intéresse, c'est la préservation de notre précieux tissu osseux et musculaire, qui nous permet de conserver notre autonomie malgré le vieillissement. »

Dr Darren Candow

« Les problèmes comme l'ostéoporose et la perte de masse musculaire ont des conséquences graves sur la qualité de vie, et la santé musculaire et osseuse d'une personne peut aider à déterminer si elle passera les 10 à 15 dernières années de sa vie comme patient en établissement de soins ou comme citoyen autonome et actif. Cela sera très important au cours des prochaines années à mesure que la génération des baby-boomers fait son entrée dans le troisième âge. »

Dr Phil Chilibeck

Liens connexes

Date de modification :