Atelier de renforcement de la recherche en prévention intersectorielle – Résumé

10 et 11 mars 2016

Points Saillants

Coorganisé par l’Institut de la santé publique et des populations (ISPP) et l’Institut des maladies infectieuses et immunitaires (IMII) des IRSC dans le cadre de l’initiative phare Environnements et santé des IRSC

Programme de l’atelier

L’atelier a pour but d’étudier la façon dont les stratégies et les approches intersectorielles contribuent à améliorer la santé des populations et l’équité en santé en prévenant, atténuant, réduisant ou améliorant la résilience relativement aux expositions nuisibles dans l’environnement et en faisant la promotion d’environnements sains.

Objectifs

  • Fournir aux équipes de recherche en prévention intersectorielle qui ont franchi avec succès l’étape de la lettre d’intention la possibilité :
    • d’apprendre de l’expertise des chercheurs et des utilisateurs de connaissances qui participent à la recherche en prévention intersectorielle;
    • d’explorer des stratégies et des outils pour renforcer leurs demandes détaillées.
  • Créer un forum pour favoriser le dialogue et le réseautage entre chercheurs, utilisateurs de connaissances, partenaires et bailleurs de fonds de la recherche afin de cerner les possibilités de collaboration qui seraient avantageuses pour tous.

Thèmes principaux


Idées de départ

  • Il est important d'entendre la voix autochtone qui ressort de la recherche intersectorielle présentée par les équipes. L'objectif du Canada en matière de bilan comparatif requiert que cette voix, de même que la connaissance et la sagesse autochtones, soit entendue et honorée.
  • La réalisation de cet objectif a été une aventure de plusieurs années. Il est MAINTENANT temps d'innover dans le domaine du travail multisectoriel. Il y a convergence d'intérêt chez les décideurs et les chercheurs. Ce travail peut passer de l'aspiration à l'action en raison de ce désir partagé.
  • La recherche qui donne des résultats transformateurs est fondée sur des collaborations de confiance.
  • La recherche interreliée vise la simplification, l'efficience et l'atteinte de résultats.
  • Pour que nous puissions avoir une incidence sur la santé et l'équité en santé, nous devons travailler dans l'espace intersectoriel.
  • L'atelier a pour but de renforcer les liens avec vous et entre vous. Au terme de cet atelier, les participants devraient saisir les façons de bonifier leurs demandes et leur travail. L'atelier peut aider les équipes à être beaucoup plus efficaces.

Présentation principale : Recherche et perspectives politiques sur la prévention intersectorielle

Conférencière : Karen Dodds, sous-ministre adjointe, Direction générale des sciences et de la technologie, Environnement Canada

  • Il y a toute une gamme de répercussions environnementales sur la santé; le défi quant aux politiques est d'ailleurs lié à la façon de surveiller ces effets et de les gérer.
  • Le défi collectif du croisement des politiques et de la recherche consiste à présenter des preuves détaillées et irréfutables qui sont axées sur les solutions et convaincantes pour les profanes.
  • En tout temps, songez à la réponse que vous donneriez aux questions : « Quoi? Et alors? Qu'arrive-t-il maintenant? ». Nous avons besoin de la science pour répondre à ces questions.
  • La clé repose sur l’application efficace des résultats de recherche en modification des politiques.
  • Prêtez attention à l'échelle et à la portée, et utilisez des outils visuellement attrayants pour communiquer les principaux résultats.
  • Mettez l'accent sur les avantages concomitants de montrer l'importance et la valeur de la recherche. Il y a toujours plusieurs « acteurs » qui sont touchés par les résultats et les conclusions de recherche.
  • Le libre accès à la science et aux données constitue une tendance souhaitable et conforme à un engagement de transparence accrue.
  • Le gouvernement doit avoir des preuves concrètes d'un problème avant d'élaborer un règlement ou une politique pour le résoudre.
  • Il importe de faciliter la collaboration entre les commandes et les paliers de gouvernement.
  • Il y a une absence de lien entre les cycles de financement des subventions et les études de recherche à long terme. Il est important que les chercheurs soient réalistes au sujet de ce qui peut être réalisé dans les délais prescrits; ils doivent également essayer de trouver des possibilités de renouvellement/de nouveau financement afin de poursuive leur travail au-delà du cycle de subvention.
  • L'application des connaissances doit commencer au début du processus de recherche. Il est impossible de commencer trop tôt à bâtir des relations à divers paliers afin d'améliorer sa capacité de « recevoir » les résultats et leurs répercussions. Le personnel chargé des politiques et les scientifiques n'en ont pas toujours la même compréhension – des communications précoces et le préconditionnement lié à l'incidence possible des politiques sont donc importants.

Panel 1 : Renforcer la présentation de lettres d’intention pour mieux s’aligner sur la possibilité de financement

Membres du panel

  • Malcolm King, directeur scientifique, Institut de la santé des Autochtones des IRSC
  • Nancy Edwards, directrice scientifique, ISPP des IRSC
  • Patrice Voss, gestionnaire de projets, Institut de la santé des femmes et des hommes des IRSC
  • Suzete Dos Santos, responsable des concours, Recherche priorisée, IRSC
  • Sheila Chapman, conseillère principale, Éthique, IRSC

Animatrice : Catrin Owen

(Voir les questions et réponses regroupées par les IRSC : annexe 1). Autres conseils à l'intention des équipes de recherche :

  • Il est essentiel de montrer la façon dont la prise de décisions sera gérée dans les grandes équipes. Les évaluateurs doivent prendre conscience des rôles individuels et collectifs des membres de l'équipe.
  • Il est important de faire participer des personnes qui ont de l'expérience à l'étape de planification de la recherche. Les Canadiens autochtones appuient la recherche, mais ils en ont assez des recherches « sur eux » auxquelles ils ne participent pas.
  • Les demandes de subvention à la recherche doivent être cohérentes – et ne pas être une série de projets. Les évaluateurs doivent être convaincus qu'une approche systématique a été suivie.

« Argumentaire éclair » des équipes de recherche

  • Ces présentations décrivaient la nature de chaque projet (voir Résumés de projet : annexe 2). Les projets de recherche explorent l'art du possible, et la façon dont la recherche rigoureuse peut non seulement permettre de trouver des solutions quant aux politiques importantes, mais aussi être une force pour le bien de la société. Les concepts fondamentaux souvent explorés dans les présentations étaient liés à ce qui suit :
    • Citoyenneté
    • Justice
    • Équité
    • Inclusion
    • Réconciliation
    • Déconstruction de la colonisation
    • Droits de la personne
    • Lutte contre le racisme
  • Des partenariats internationaux ont été explorés dans les présentations, la raison d'être de leur valeur de recherche étant l'importance d'un « point de vue externe » et la capacité de « voir les choses desquelles nous sommes trop proches ».

Panel 2 : Explorer la puissance des partenariats avec d’autres secteurs

Membres du panel

  • Mark Ferdinand, directeur général, Direction des partenariats et du développement des affaires des IRSC
  • Matt McCandless, directeur général, Région des lacs expérimentaux
  • Jake Schabas, conseiller principal, Metrolinx
  • Amanda Sheedy, directrice du développement et de la mobilisation, Réseau pour une alimentation durable 

Animateur : David Secord, Barnacle Strategies, et professeur auxiliaire, Université Simon Fraser

  • Les partenariats sont plus puissants lorsque vous travaillez avec des personnes que vous appréciez. La combinaison des personnes peut changer les choses – de façon positive ou négative – quant à vos progrès. Choisissez vos partenaires judicieusement.
  • Les partenariats doivent être utiles – ils doivent être pertinents et ne pas seulement servir à l'échange de renseignements. Le risque associé aux « partenariats symboliques » est très élevé.
  • Pour être efficaces, les partenariats doivent combiner quatre facteurs : personnes, préparation, patience et persistance.
  • Pensez aux partenariats comme étant une courtepointe élégante et symétrique. Les partenariats bien conçus sont planifiés et délibérés; ils sont également le résultat d'un investissement approprié de temps et de ressources.
  •  Le fait d'avoir un but commun n'est pas suffisant – il est aussi important de mesurer ce que vous faites. Songez au modèle de répercussions collectives de Stanford.
  • Facteurs de réussite des partenariats :
    • Objectifs et buts communs
    • Clarté des rôles et des responsabilités
    • Mesures de progrès communes
    • Vérifications régulières
    • Engagement continu à l'égard des communications
    • Optimisme et intérêt partagé dans « l'art du possible »
    • Désir partagé d'avoir une incidence publique et d'influer sur les politiques
    • Échange et compromis, et engagement envers l'excellence
  • Les nouvelles recherches ne peuvent pas être simplement empilées sur le « quai de chargement » universitaire – il est impératif que les chercheurs soient des « débardeurs de connaissances » – pour décharger le cargo de connaissances et en déballer les résultats, rendant ainsi les connaissances gérables, accessibles et pertinentes pour les collectivités.
  • Les partenariats et la participation des collectivités ne sont pas la même chose. Il existe souvent un besoin et une responsabilité d'obtenir la participation de la collectivité – ce qui diffère de former des alliances pour renforcer la recherche.
  • Un objectif de recherche commun et un intérêt mutuel ne sont que le début. Une relation de partenariat efficace doit être respectée et entretenue; elle doit faire l'objet d'un investissement approprié de temps et de ressources.

Panel 3 : Maximiser les synergies internationales et les possibilités de collaboration

Membres du panel

  • Ann Uustalu, agente des programmes de recherche, Commission européenne
  • Christine Jessup, agente de programme, Fogarty International Center des NIH
  • Greg Hallen, chef de programme, Alimentation, environnement et santé, Centre de recherches pour le développement international
  • Alyson Surveyer, agente de la coordination mondiale, Future Earth

Animateur : Marc Ouellette, IMII des IRSC

  • Les environnements et la santé sont vraiment de portée mondiale. Il existe un grand potentiel de synergie et de collaboration internationales.
  • L'investissement important de l'Europe (20 milliards d'euros) dans la recherche intersectorielle est une indication du degré d'intérêt dans ce genre de recherche interreliée.
  • La solution des problèmes canadiens dans un contexte mondial peut avoir une incidence sur le calibre de la recherche et la portée de l'application des connaissances.

Conseils et retour sur l'atelier

  • Les demandes doivent atteindre le bon équilibre de spécificité et de souplesse de manière à ce que le travail puisse progresser, mais la vision, les objectifs et les intentions sont établis dès le début.
  • Les demandes actuelles sont solides, mais elles évoluent toujours et seront renforcées grâce aux liens et alliances forgées durant l'atelier. Les candidats qui savent que leurs relations avec les partenaires changeront doivent être le plus explicite possible au sujet de la nature évolutive de ces partenariats et essayer de prévoir les changements à venir.
  • Les économistes ont une voix importante au chapitre de la recherche intersectorielle et ne doivent pas être envisagés qu’après coup. Donnez-leur un rôle dès le début et traitez-les comme des scientifiques plutôt que comme des tacticiens.
  • Les conflits d'intérêts potentiels doivent être explicitement décrits et gérés à l'étape de la demande.
  • Il faudrait envisager une affectation de fonds de chacune des équipes de recherche fructueuses pour un coordonnateur ou agent de liaison afin de faciliter le travail horizontal entre les équipes. La convocation des titulaires de subvention de façon continue est une question délicate, mais elle devrait être explorée. Les évènements collaboratifs comme l'atelier pourraient devenir une caractéristique de l'initiative phare sur les environnements et la santé.
  • Le but de cette initiative doit être d'établir des partenariats authentiques et responsables entre les chercheurs et leurs partenaires financiers.
  • La vision d'ensemble de l'initiative consiste à trouver le juste milieu entre des recherches significatives et les besoins sociétaux.
  • L'atelier a réussi à créer un sentiment d’appartenance chez les candidats – ce qui a été un résultat positif (et quelque peu surprenant).
Date de modification :