Soulager le mal

Dr Ian Gilron, Université Queen's
Photo – avec la permission de Dr Ian Gilron, Université Queen's

Un traitement combiné soulage la douleur chronique

29 juillet 2016

Des chercheurs à l'Université Queen's sont aux premières lignes d'efforts visant à soulager les Canadiens atteints de douleur chronique.

Ces travaux sont dirigés par un chercheur financé par les IRSC, le Dr Ian Gilron, anesthésiste et directeur de la Clinique de recherche sur la douleur à Queen's. Le Dr Gilron et son équipe s'efforcent de comprendre comment s'y prendre pour mieux traiter la douleur chronique résultant de blessures, de lésions nerveuses, ou de maladies comme la fibromyalgie, afin d'apporter le plus grand soulagement possible aux personnes atteintes tout en minimisant les effets secondaires.

La dernière étude publiée de l'équipe portait sur le traitement de la fibromyalgie, maladie caractérisée par une douleur chronique diffuse souvent accompagnée de fatigue, ainsi que de troubles du sommeil, de l'humeur et de la mémoire.

Bien que la fibromyalgie ait initialement été considérée comme un trouble musculosquelettique, la recherche donne à penser qu'il s'agirait plutôt d'une anomalie du système nerveux central – le cerveau et la moelle épinière. Les chercheurs croient que la fibromyalgie amplifie les sensations douloureuses en modulant le niveau et l'activité des substances chimiques du cerveau responsables du traitement des signaux de douleur. 

La maladie touche environ 1,5 % des Canadiens – et deux fois plus de femmes que d'hommes. Ses effets sur la vie des personnes atteintes et celle de leurs familles peuvent être dévastateurs.

« Les traitements actuels de la fibromyalgie sont soit inefficaces, soit intolérables pour beaucoup de patients », dit le Dr Gilron.

Les symptômes peuvent être pris en charge dans une mesure limitée avec des médicaments en vente libre ou d'ordonnance. Les patients peuvent également retirer des bienfaits de diverses formes de prise en charge personnelle comme l'exercice, la réduction du stress, le yoga et la massothérapie.

L'étude réalisée par le Dr Gilron et son équipe a porté sur l'efficacité de l'utilisation de deux médicaments en association pour traiter la douleur chronique causée par la fibromyalgie. Les deux médicaments étaient la prégabaline, un médicament contre l'épilepsie, et la duloxétine, un antidépresseur. Les deux médicaments sont actuellement utilisés indépendamment pour traiter la douleur fibromyalgique, mais seuls ils ne procurent qu'un soulagement limité aux patients.

Les résultats de l'essai, publiés récemment dans la revue PAIN, donnent à penser que l'association de la prégabaline et de la duloxétine peut améliorer sans danger l'état des personnes atteintes de fibromyalgie, non seulement en réduisant la douleur, mais en contribuant à la fonction physique et à la qualité de vie globale.

« Des données antérieures attestent les bienfaits additionnels obtenus avec des associations de médicaments pour la fibromyalgie », dit le Dr Gilron. « Nous sommes très heureux de présenter les premières preuves démontrant la supériorité de la combinaison prégabaline‑duloxétine par rapport à l'utilisation de l'un ou l'autre des deux médicaments. »

La recherche aidera ainsi à affiner les directives de traitement pour la fibromyalgie et procurera aux patients l'espoir d'un avenir sans douleur.

Cette étude est la plus récente dans une série d'essais cliniques que le Dr Gilron et ses collègues ont menés sur des associations thérapeutiques pour des maladies entrainant une douleur chronique. En trouvant et en étudiant des combinaisons de médicaments prometteuses, ils montrent comment faire la meilleure utilisation possible des traitements actuellement disponibles.

« Les approches combinées ont l'avantage de porter le plus souvent sur des médicaments qui ont été étudiés à fond et qui sont bien connus des fournisseurs de soins de santé », dit le Dr Gilron. 

Le Dr Gilron et ses collègues à Queen’s font partie d’un réseau de recherche national sur la douleur chronique financé dans le cadre de la Stratégie de recherche axée sur le patient (SRAP). Le réseau de la SRAP dirigera de nouvelles recherches, formera des chercheurs et des cliniciens, améliorera l’accès aux soins pour les personnes atteintes de douleur chronique, et accélèrera l’adoption de la recherche la plus récente dans la réalité des soins.

Liens connexes

Date de modification :