CCI sur la promotion de la santé et la prévention – Biographies

David Buckeridge, président
Professeur agrégé
Département d’épidémiologie, de biostatistique et de santé au travail
Université McGill
Médecin‑conseil à l’Institut national de santé publique du Québec et à l’Institut national d’excellence en santé et en services sociaux du Québec

Le Dr Buckeridge est professeur agrégé au Département d’épidémiologie, de biostatistique et de santé au travail (en anglais seulement) de l’Université McGill, et médecin‑conseil à l’Institut national de santé publique du Québec et à l’Institut national d’excellence en santé et en services sociaux du Québec.

Il possède un diplôme en médecine de l’Université Queen’s, une maitrise en épidémiologie de l’Université de Toronto et un doctorat en bioinformatique de l’Université Stanford. Il est aussi associé du Collège royal des médecins et chirurgiens du Canada, spécialisé en santé publique et en médecine préventive.

Le Dr Buckeridge emploie des méthodes de bioinformatique, de science informatique, d’épidémiologie, de biostatistique et de science comportementale pour déterminer et évaluer l’impact des technologies logicielles qui utilisent les mégadonnées pour surveiller la santé des populations et les systèmes de santé.

Le Dr Buckeridge conseille les gouvernements au Canada et à l’étranger au sujet de la mise en œuvre et de l’utilisation efficace de technologies logicielles fondées sur des données probantes pour la surveillance de la santé. Il a aussi aidé l’Agence de la santé publique du Canada à définir et à évaluer son mandat de surveillance. Il a enfin contribué à l’établissement de systèmes nationaux de surveillance de la santé aux États‑Unis et en Chine, et conseillé le Centre européen de prévention et de contrôle des maladies sur l’utilisation efficace des nouvelles technologies pour la surveillance de la santé.


Patricia Conrod
Psychologue clinicienne agréée de l’Ordre des psychologues du Québec
Professeure titulaire
Titulaire de la chaire Dr Julien/Fondation Marcelle et Jean Coutu en pédiatrie sociale en communauté
Département de psychiatrie
Université de Montréal

Psychologue clinicienne agréée de l’Ordre des psychologues du Québec, Patricia Conrod est aussi chercheuse-boursière sénior du FRQS, professeure titulaire de psychiatrie à l’Université de Montréal et titulaire de la chaire Dr Julien/Fondation Marcelle et Jean Coutu en pédiatrie sociale en communauté. Elle a aussi été chargée d’enseignement clinique au Département de toxicomanie du King’s College London (2003-2010). Chercheuse au Centre hospitalier universitaire mère-enfant Sainte-Justine à Montréal, elle étudie les facteurs de risque d’ordre cognitif, biologique et personnel associés au développement et à la persistance de la toxicomanie ainsi que les facteurs liés à la simultanéité des comportements de dépendance et des problèmes de santé mentale. Sa recherche expérimentale est axée sur les facteurs de renforcement pouvant pousser un individu à la consommation de produits toxicomanogènes. Les conclusions de ses travaux ont mené à la création de nouvelles approches thérapeutiques et préventives en toxicomanie ciblant les facteurs de risque personnels et les déterminants motivationnels sous-jacents à l’usage de produits toxicomanogènes chez certains sous-groupes de toxicomanes. La Dre Conrod a été membre du comité d’éthique pour la recherche du King’s College London (2005-2010) et rédactrice en chef associée de Current Drug Abuse Reviews. Elle agit comme consultante auprès de l’ONU et de la Commission européenne dans l’établissement de lignes directrices sur la prévention de l’alcoolisme et de la toxicomanie, ayant abondamment publié sur la question. Ses travaux sont financés par les Instituts de recherche en santé du Canada, le Fonds de recherche du Québec – Santé, la Commission européenne (santé/sciences humaines et sciences sociales), l’Alcoholic Beverages Medical Research Foundation, le Conseil consultatif européen pour la recherche, Action on Addiction, le Medical Research Council du R.‑U. et le National Health and Medical Research Council de l’Australie.


Kimberly Elmslie
Sous-ministre adjointe
Direction générale de la promotion de la santé et de la prévention des maladies chroniques
Agence de la santé publique du Canada

À titre de sous-ministre adjointe de la Direction générale de la promotion de la santé et de la prévention des maladies chroniques, Mme Elmslie dirige les efforts d’élaboration et de mise en œuvre de programmes fédéraux visant à « faire des choix sains des choix faciles » pour les Canadiens.

En portant une attention particulière à la prévention des maladies chroniques et des blessures, à la promotion de la santé et du mieux-être et à la collaboration entre les secteurs, Mme Elmslie contribue à l’atteinte des priorités de santé publique à l’égard de la promotion de la santé des enfants et des ainés, de l’adoption de modes de vie sains, de la lutte contre la violence familiale et de la prévention du suicide. La surveillance en santé publique et l’établissement de pratiques exemplaires dans le domaine de la prévention sont des rôles fédéraux qu’a adoptés la Direction générale. L’exercice de leadership en vue de réduire les iniquités en santé constitue un des fondements de ses travaux.

Mme Elmslie facilite l’établissement de partenariats avec des intervenants dans le but de promouvoir l’innovation en santé publique. Cela contribue à la reconnaissance des rôles essentiels que jouent les gouvernements, le milieu universitaire, les organisations à but non lucratif et le secteur privé en vue de relever des défis complexes qui nécessitent la mobilisation de l’ensemble de la société.

Grâce à sa formation universitaire en épidémiologie et en biostatistique, Mme Elmslie appuie son travail en santé publique sur un solide bagage de connaissances scientifiques et une vaste expérience des programmes et des politiques.


Michelle Gagnon, M.B.A., Ph.D.
Présidente, Fondation Palix
Professeure adjointe auxiliaire
Département des sciences de la santé communautaire
École de médecine Cumming
Université de Calgary

Michelle Gagnon est présidente de la Fondation Palix, établie en Alberta, au Canada, ainsi que professeure adjointe auxiliaire du Département des sciences de la santé communautaire de l’École de médecine Cumming de l’Université de Calgary. Par l’intermédiaire de l’Alberta Family Wellness Initiatve, la Fondation Palix amorce un changement fondé sur des données probantes au niveau du système qui profitera à l’ensemble des enfants et des familles. Au cours de sa carrière, la Dre Gagnon a travaillé au sein de diverses organisations connues axées sur l’incidence des recherches et la mobilisation des connaissances, y compris le Projet de recherche sur les politiques du Bureau du Conseil privé, les Instituts de recherche en santé du Canada, où elle a occupé plusieurs postes, dont celui de directrice, Application des connaissances, de directrice, Développement de la capacité en recherche et de directrice adjointe de l’Institut des services et des politiques de la santé et de l’Institut de la santé publique et des populations, en plus d'avoir occupé le poste de directrice, Stratégies et priorités en matière de recherche provinciale auprès des Réseaux cliniques stratégiques de Services de santé Alberta. La Dre Gagnon est une leader d’opinion reconnue et une experte en santé de la population, en développement de l’enfant et en santé mentale et toxicomanie, et joue un rôle actif au sein de la communauté comme membre de divers conseils d’administration et de comités de multiples organisations locales, nationales et internationales. La Dre Gagnon détient un doctorat interdisciplinaire en santé de la population, une maitrise en administration des affaires et des grades de premier cycle en arts libéraux et en soins infirmiers. Ses recherches portent sur la politique publique comme facteur déterminant de la santé de la population ainsi que sur le processus d’élaboration de politiques dans le contexte mondial.


Lise Gauvin Ph.D., F.C.A.H.S.
Professeure titulaire
Département de médecine sociale et préventive
École de santé publique
Université de Montréal
Chercheuse et directrice scientifique adjointe – recherche en santé des populations
Centre de recherche du Centre hospitalier de l’Université de Montréal (CRCHUM)

Lise Gauvin est professeure titulaire au Département de médecine sociale et préventive de l’École de santé publique de l’Université de Montréal et chercheuse et directrice scientifique adjointe au Centre de recherche du Centre hospitalier de l’Université de Montréal (CRCHUM). Elle a terminé ses études de 3e cycle en sciences de l’activité physique à l’Université de Montréal en 1985. En plus du poste qu’elle occupe actuellement, elle a détenu des postes universitaires à l’Université Queen’s à Kingston en Ontario et à l’Université Concordia à Montréal. De 2014 à 2016, elle a siégé au conseil consultatif de l’Institut de la nutrition, du métabolisme et du diabète des Instituts de recherche en santé du Canada. En septembre 2015, elle a été nommée membre de l’Académie canadienne des sciences de la santé. Ses recherches portent sur les déterminants socioenvironnementaux de la pratique régulière de l’activité physique et sur la portée, l’acceptabilité et l’impact d’interventions visant la promotion de l’activité physique et la prévention des troubles de l’alimentation. Afin de mieux comprendre les retombées d’interventions, elle utilise des méthodes novatrices de collecte et d’analyse des données telles l’échantillonnage d’expériences en temps réel, l’analyse multiniveaux et les expériences naturelles. En plus de publier ses travaux dans les périodiques scientifiques, la Dre Gauvin est engagée activement dans le partage et l’utilisation de connaissances. Ces activités de recherche et d’échange de connaissances sont développées en partenariat avec des chercheurs, décideurs et intervenants œuvrant en santé publique.


Peter Gill
Résident en pédiatrie
Hôpital pour enfants (SickKids)
Université de Toronto
Membre titulaire honoraire du Centre for Evidence-Based Medicine
Université d’Oxford

Le Dr Peter J. Gill est pédiatre résident à l’Hôpital pour enfants (SickKids) de l’Université de Toronto et membre titulaire honoraire du Centre for Evidenced-Based Medicine et du Nuffield Department of Primary Care Health Sciences de l’Université d’Oxford.

Il possède un diplôme en médecine de l’Université de l’Alberta et a obtenu un doctorat (philosophie) en soins de santé de première ligne et une maitrise ès sciences en soins et services fondés sur des données probantes à l’Université d’Oxford, grâce à une bourse Rhodes. Sa recherche est axée sur le développement d’indicateurs fondés sur des données probantes en vue de mesurer la qualité des soins primaires offerts aux enfants. Peter est l’auteur de plus de 45 publications soumises à des comités de lecture et de 7 chapitres de livres portant sur une gamme de sujet, notamment l’éducation médicale, la recherche sur les services de santé et les soins cliniques. Il possède une expérience de la direction de revues systématiques, d’analyses de bases de données administratives, du développement d’indicateurs de qualité, de méthodes consensuelles, d’entrevues qualitatives, d’études de cohorte et d’analyses diagnostiques prospectives. Peter siège au conseil consultatif de rédaction du JAMC et a confondé PedCases, un site Web d’éducation médicale pédiatrique en libre accès qui a enregistré près de un million de téléchargements de balados. Il a reçu de nombreux prix en reconnaissance de son leadership, y compris le Prix de l’étoile montante de l’ISPS des IRSC et le Prix de leadership pour jeunes chefs de file de l’Association médicale canadienne. 



Robert Hogg
Professeur, Faculté des sciences de la santé
Université Simon Fraser
Chercheur principal
Centre d’excellence de la C.-B. sur le VIH/sida à Vancouver

Robert Hogg est professeur à la Faculté des sciences de la santé de l’Université Simon Fraser et chercheur scientifique principal au Centre d’excellence de la C.-B. sur le VIH/sida à Vancouver. Dans le cadre de sa formation universitaire, il a obtenu un grade supérieur en anthropologie de l’Université de Victoria (à Victoria, en Colombie-Britannique, au Canada) ainsi qu’en démographie à l’Université nationale australienne (à Canberra, Territoire de la capitale australienne, Australie). Le programme de recherche du Dr Hogg vise à évaluer : 1) l’incidence de l’optimisme concernant les traitements sur le comportement sexuel des hommes homosexuels et bisexuels et des autres hommes ayant des relations sexuelles avec des hommes ainsi que sur les taux de nouvelles infections; 2) l’incidence de l’utilisation à long terme d'antirétroviraux sur le vieillissement et les comorbidités liées au vieillissement, particulièrement auprès des populations vulnérables et difficiles à atteindre d’hommes homosexuels et bisexuels et des autres hommes ayant des relations sexuelles, des personnes qui consomment des drogues intraveineuses et des peuples autochtones; 3) l’incidence de divers modèles de services de soutien en matière de soins en Colombie-Britannique sur l’adoption, l’observance et la prise d’antirétroviraux parmi des groupes vulnérables. En bref, le Dr Hogg espère que ses travaux continueront d’avoir une incidence positive sur les personnes vivant avec le VIH au Canada et ailleurs dans le monde.


Sara Kirk
Professeure, Promotion de la santé
Titulaire d’une chaire de recherche du Canada
Directrice scientifique, Healthy Populations Institute
Université Dalhousie
Chercheuse affiliée au Centre de soins de santé IWK

La Dre Sara Kirk est professeure en promotion de la santé et titulaire d’une chaire de recherche du Canada à l’Université Dalhousie, avec double affectation au Centre de santé IWK et à l’Université Mount Saint Vincent, à Halifax. Elle agit également comme chercheuse principale au Healthy Populations Institute de l’Université Dalhousie, chercheuse principale honoraire auprès du Beatrice Hunter Cancer Research Institute et membre du Children and Youth in Challenging Contexts Institute. Son programme de recherche explore la façon dont nous pouvons créer des milieux favorables à la prévention de maladies chroniques. Ses travaux de recherche se fondent sur une approche « socioécologique » qui tient compte de la façon dont le comportement d’une personne est modulé par d’autres facteurs plus importants, comme le revenu, les études et les normes sociétales.


Marilyn MacKay-Lyons, pht, Ph.D.
Professeure, École de physiothérapie
Université Dalhousie
Scientifique affiliée
Autorité sanitaire régionale de la capitale

La Dre MacKay-Lyons a obtenu son baccalauréat en sciences (physiothérapie) de l’Université de Toronto, sa maitrise en sciences (physiothérapie) de l’Université Southern California et son doctorat (physiologie) de l’Université Dalhousie. Elle est professeure à l’École de physiothérapie de l’Université Dalhousie et scientifique affiliée à l’autorité sanitaire régionale de la capitale. Elle enseigne également au Département de médecine de l’Université Dalhousie et au Centre de soins de santé IWK. La Dre MacKay-Lyons possède une vaste expérience dans les soins cliniques et la recherche en neuroréadaptation, particulièrement en ce qui touche les stratégies pour optimiser la réadaptation des patients victimes d’un AVC. La Dre MacKay-Lyons est l’ancienne présidente du conseil consultatif de la Fondation des maladies du cœur de la Nouvelle-Écosse. Elle a siégé au conseil consultatif de l’Institut de la santé circulatoire et respiratoire des Instituts de recherche en santé du Canada (2012-2015), au conseil d’administration du Réseau canadien contre les accidents cérébrovasculaires (2010-2014) et au comité de planification des politiques de recherche de la Fondation des maladies du cœur et de l’AVC du Canada (2003-2008, 2011-2012). Elle a reçu plusieurs distinctions pour ses contributions à la recherche et à la sensibilisation dans le domaine de la neuroréadaptation, notamment le prix de conférence Enid Graham Memorial, le titre de membre honoraire à vie de l’Association canadienne de physiothérapie, le prix Femmes d’excellence en recherche du Canadian Progress Club, le prix R. Wayne Putnam pour contributions exceptionnelles à l’éducation médicale permanente et le prix pour services insignes de la Fondation des maladies du cœur et de l’AVC du Canada.


John McLaughlin, Ph.D., F.C.A.H.S.
Scientifique principal et directeur général des sciences, Santé publique Ontario, Toronto
Professeur, École de santé publique Dalla Lana, Université de Toronto

John McLaughlin est scientifique principal et directeur général des sciences à Santé publique Ontario, et professeur à l’École de santé publique Dalla Lana de l’Université de Toronto. Comme épidémiologiste, il a acquis une réputation internationale pour son travail dans des études en santé ayant pour but de faire avancer la connaissance des déterminants de la maladie, ainsi que dans l’application stratégique des résultats de la recherche pour améliorer la santé. Comme universitaire actif, il compte plus de 250 publications dans des revues spécialisées. Le Dr McLaughlin a formé et dirigé de vastes équipes de collaborateurs pour de grandes études sur le rôle de causes environnementales et génétiques de maladies chez diverses populations du Canada, de même que pour la mise en œuvre d’importants programmes destinés à améliorer la santé des individus et des communautés. Une constante de son travail est l’intégration des sciences populationnelles et biologiques dans l’établissement de plateformes supportant une large gamme d’approches de recherche, de développement et de prise en charge de la maladie. Il a mis en application des connaissances émergentes pour améliorer la prévention et le contrôle des maladies chroniques, dirigeant par exemple le lancement du premier programme de dépistage du cancer colorectal couvrant toute la population au Canada. Tout en demeurant actif comme professeur, mentor et partisan d’initiatives locales, il conseille des organisations nationales et internationales quant à la manière d’accroitre l’impact de leur recherche et de leurs services en matière de santé, insistant sur l’avancement de la prévention de la maladie et concentrant ses efforts là où les besoins et les avantages potentiels sont les plus grands.


Christine Straehle
Professeure agrégée
Éthique et éthique appliquée
Université d’Ottawa

Christine Straehle est professeure agrégée en éthique et éthique appliquée à l’École supérieure d’affaires publiques et internationales, et a aussi une double affectation avec le Département de philosophie de l’Université d’Ottawa.

Ses recherches portent sur des questions de justice mondiale, de santé et de migration. Ses travaux les plus récents examinent la vulnérabilité comme concept de la théorie de la justice mondiale, et la santé en particulier. Elle a publié des articles sur les questions que soulèvent la maternité de substitution, les inégalités en santé et les risques sur la santé. Ses travaux ont été publiés dans diverses revues, telles que Bioethics, Politics, Philosophy and Economics et le Journal of Applied Philosophy. Elle est l'auteure ou la coauteur de nombreux livres, notamment Health Inequalities and Global Justice (EUP, 2012) et Vulnerability, Autonomy and Applied Ethics (Routledge, à venir).


Eric Tenkorang
Professeur adjoint en sociologie
Université Memorial de Terre-Neuve

Après avoir obtenu, en 2008, son doctorat en sociologie de l’Université Western Ontario (maintenant l’Université Western), le Dr Eric Y. Tenkorang a reçu une bourse postdoctorale du Conseil de recherches en sciences humaines pour le Laboratoire de recherche sur la justice sociale et la santé sexuelle de l'Université de Windsor. Il occupe actuellement le poste de professeur adjoint en sociologie à l’Université Memorial de Terre-Neuve. Au cours des dernières années, Eric s’est penché sur les déterminants sociaux et culturels de la santé chez les populations à risque et vulnérables dans les pays développés et en développement. Il s’est particulièrement intéressé à la santé sexuelle et génésique des jeunes et des femmes dans les régions du monde en situation d’épidémie de VIH, principalement l’Afrique subsaharienne. Ses domaines de recherche se sont élargis pour examiner les facteurs socioculturels sous-jacents de la violence entre partenaires intimes de nombreux pays d’Afrique. Eric a publié plus de 60 articles évalués par des pairs et a présenté plus de 70 documents de conférence dans diverses tribunes nationales et internationales. Ses travaux ont reçu l’appui du Conseil de recherches en sciences humaines du Canada et du Centre de recherches pour le développement international. Eric est l’un des corédacteurs internationaux (section VIH/sida) de BMC International Health & Human Rights, une revue à comité de lecture qui publie des articles portant sur la santé et les maladies dans les pays en développement et en transition. Il agit actuellement à titre de corédacteur invité pour une édition spéciale du Journal of Interpersonal Violence. Il est ravi de se voir offrir cette nouvelle occasion d’agir comme membre du Conseil consultatif des instituts sur la promotion de la santé et la prévention.


Brian J. Ward
Professeur de médecine et de microbiologie
Directeur adjoint de l’Institut de recherche du Centre universitaire de santé McGill
Université McGill

Le Dr Ward a suivi sa formation médicale à l’Université McGill, à l’Université de Londres et à l’Université Johns Hopkins (médecine interne, médecine tropicale, maladies infectieuses et microbiologie). Sa formation en recherche a commencé comme boursier Rhodes (1977-1980) et s’est poursuivie à l’Université Johns Hopkins (1986-1990). Il s’est joint en 1991 à la Faculté de médecine de l’Université McGill, où il est actuellement professeur titulaire. Il a occupé ou occupe toujours les fonctions de chef de l’unité des maladies infectieuses (2002-2016), directeur adjoint de l’Institut de recherche du Centre universitaire de santé McGill (sciences fondamentales; 2008-2015), codirecteur du Centre J. D. Maclent pour les maladies tropicales (depuis 1996), codirecteur du Centre d’étude de vaccins de McGill (depuis 1994) et directeur médical du Centre de référence national en parasitologie (depuis 1996). En outre, il est président de l’Association canadienne pour la recherche et l’évaluation en immunisation et représente le Canada et les Instituts de recherche en santé du Canada au sein du conseil scientifique consultatif de la GloPID-R (Global Infectious Diseases Preparedness Research). Depuis 2010, il assure les fonctions de médecin agréé pour Medicago inc., une entreprise qui produit des vaccins à partir de plantes. Ses travaux portent sur les vaccins constitués de nanoparticules, les adjuvants et les immunomodulateurs, les interactions entre les microéléments et les virus, et le diagnostic parasitaire. Il a publié plus de 225 manuscrits et chapitres évalués par des pairs et est membre de l’Académie canadienne des sciences de la santé. Dans le cadre de ses travaux internationaux, il a collaboré avec des collègues provenant de pays tels que le Pérou, le Zimabwe, le Soudan, Haïti et le Venezuela.

Date de modification :