CCI sur l'innovation en santé – Biographies

Pamela Valentine, présidente
Présidente-directrice générale (par intérim)
Alberta Innovates Health Solution

En avril 2016, la Dre Valentine a été nommée par le gouvernement de l'Alberta directrice générale de la transition vers la nouvelle organisation Alberta Innovates (en anglais seulement). Son rôle consiste à gérer l'unification de quatre organisations et de 700 employés en une seule entité de recherche et d'innovation pour la province.

Avant d'occuper ces fonctions, la Dre Valentine était depuis mars 2015 chef de la direction (par intérim) d'Alberta Innovates – Health Solutions (en anglais seulement) (AIHS). Arrivée à AIHS en 2007, elle a gravi les échelons jusqu'au sommet de l'organisation.

Avant de se joindre à AIHS, la Dre Valentine a été professeure auxiliaire adjointe au Département de neurosciences cliniques de l'Université de Calgary et membre du programme Épilepsie et circuits cérébraux à l'Institut du cerveau Hotchkiss. Sa recherche portait sur la plasticité neurale. Elle a reçu plusieurs prix et bourses au cours de ses études de doctorat, de maitrise et de baccalauréat en psychologie, toutes à l'Université de Calgary.

Elle siège au conseil d'organisations sans but lucratif internationales, nationales et provinciales dans le domaine de la santé et de la recherche en santé, dont le conseil consultatif scientifique de l'International Alliance of Mental Health Research Funders, l'Alliance canadienne pour la recherche sur le cancer, l'Alliance canadienne des organismes provinciaux de recherche en santé, le groupe consultatif national du Centre canadien de coordination des essais cliniques, le comité national de la Stratégie de recherche axée sur le patient, l'Institut de l'économie de la santé, Knight's Cabin et Wellspring Edmonton.


Nicole Buckley
Scientifique en chef
Station spatiale internationale et Sciences de la vie
Agence spatiale canadienne

Nicole Buckley est née à Ottawa et a grandi sur différentes bases militaires du Canada. Elle a obtenu un baccalauréat en sciences (avec distinction) et sa maitrise en sciences (microbiologie) de l'Université de la Saskatchewan, et un doctorat en biologie buccodentaire de l'Université du Manitoba. Elle a poursuivi des études postdoctorales en biologie moléculaire au Health Science Center de l'Université du Texas, à San Antonio, ainsi qu'à l'Université Laval, à Québec. Les recherches de la Dre Buckley ont entre autres porté sur le développement de probiotiques pour une utilisation sur terre et dans l'espace.

La Dre Buckley est entrée au service de l'Agence spatiale canadienne en janvier 2002 à titre de scientifique principale du Programme des sciences de la vie dans l'espace et a été nommée directrice des Sciences physiques et des Sciences de la vie en juillet 2004. En cette qualité, la Dre Buckley est responsable des activités programmatiques liées à l'utilisation de l'allocation canadienne de la Station spatiale internationale et est chargée d'élaborer et de diriger un solide programme des sciences de la vie. Communiquer aux Canadiens les bienfaits des sciences mais surtout des sciences spatiales constitue l'une des responsabilités favorites de la Dre Buckley. Elle a participé à plus d'une dizaine de missions spatiales ayant eu lieu sur diverses plateformes, dont la Station spatiale internationale, et travaille avec son équipe à prévoir une gamme complète d'activités.


John Conly, M.D.
Codirecteur, Snyder Institute for Chronic Diseases
Université de Calgary
Directeur médical, W21C

Diplômé de l'Université de la Saskatchewan (avec distinction), John Conly est spécialisé en médecine interne et en maladies infectieuses; il est détenteur d'un certificat de spécialiste valable au Canada et aux États-Unis. Il a été directeur du Département de médecine de l'Université de Calgary et des Services de santé de l'Alberta, président de la Société canadienne des maladies infectieuses, président du conseil du Comité canadien sur la résistance aux antibiotiques, tout premier vice-président du Comité consultatif canadien d'expertise sur les médicaments, et coprésident fondateur du Comité canadien d'épidémiologistes hospitaliers, lequel a instauré le Programme canadien de surveillance des infections nosocomiales en collaboration avec l'Agence de la santé publique du Canada. Il est actuellement codirecteur du Snyder Institute for Chronic Diseases à l'Université de Calgary, directeur médical de W21C, une initiative de recherche et d'innovation au sein des Services de santé de l'Alberta et de l'Université de Calgary, rédacteur en chef du Journal of the Association of Infectious Diseases and Medical Microbiology, rédacteur universitaire pour PLoS One, membre du réseau mondial pour la prévention et le contrôle des infections de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) et membre du Groupe consultatif de l'OMS sur la surveillance intégrée de la résistance aux antimicrobiens. Il a publié plus de 300 articles et a reçu, au cours de sa carrière, de nombreuses distinctions dans les domaines de l'enseignement, de la recherche, du mentorat, de l'innovation et du service. Entre autres, en 2012, l'Association canadienne des professeurs de médecine lui a décerné le prix Ronald Christie, remis à un ancien directeur d'un département de médecine au Canada qui s'est démarqué par ses contributions exceptionnelles à la médecine universitaire. Il demeure un expert-conseil actif dans le domaine des maladies infectieuses et fait porter ses efforts actuels sur la sécurité des patients et les innovations en matière de soins de santé et de résistance aux antimicrobiens.


Jacques Corbeil, Ph.D.
Titulaire d'une chaire de recherche du Canada de niveau 1 en génomique médicale
Professeur de médecine
Département de médecine moléculaire
Centre de recherche en données massives
Université Laval

Le Dr Jacques Corbeil tire profit des plus récents progrès de la bio-informatique et de l'apprentissage machine pour aider au diagnostic, pour faciliter le pronostic et pour optimiser le traitement des maladies. La génomique génère un déluge de données qui doivent être interprétées à l'aide de nouvelles approches bio-informatiques. Le Dr Corbeil utilise des appareils à la fine pointe de la technologie et des approches analytiques de mégadonnées pour faciliter l'interprétation de phénotypes complexes. La recherche du Dr Corbeil porte sur l'interaction entre les microorganismes infectieux et leur hôte, sur l'effet des antibiotiques sur la flore microbienne, sur la conception de petites molécules et de médicaments pouvant interférer avec des fonctions microbiennes précises et sur l'intégration de données « omiques ». Les travaux du Dr Corbeil se situent à l'interface de l'informatique et des sciences « omiques ».

Le Dr Corbeil a fait ses études de premier cycle à l'Université Laval et a obtenu son doctorat à l'Université de Nouvelles-Galles du Sud, à Sydney, en Australie. Il est ensuite passé à l'Université de la Californie à San Diego, où il a successivement fait un stage postdoctoral, décroché un poste de professeur, puis avancé au rang de professeur agrégé jusqu'à son retour au Canada, pour y obtenir une chaire de recherche du Canada de niveau 1 en génomique médicale.


Gillian Crozier
Titulaire de la Chaire de recherche du Canada sur l'environnement, la culture et les valeurs
Professeure agrégée de philosophie
Université Laurentienne

Gillian K. D. Crozier est titulaire de la Chaire de recherche du Canada sur l'environnement, la culture et les valeurs, ainsi que professeure agrégée de philosophie à l'Université Laurentienne de Sudbury, en Ontario. Ses travaux interdisciplinaires sur la philosophie des sciences de la vie (y compris la philosophie de la biologie et de la bioéthique, et l'éthique de la recherche en écologie) ont été diffusés dans une grande variété de publications prestigieuses, notamment Evolutionary Applications, British Journal for the Philosophy of Science, Science and Engineering Ethics, Kennedy Institute of Ethics Journal, Hastings Center Report et Biology and Philosophy. Elle figure parmi les deux spécialistes en éthique siégeant au Groupe de travail des données sur les animaux du Conseil canadien de protection des animaux (CCPA), et elle dirige une équipe multidisciplinaire chargée de concevoir un code d'éthique pour la Société canadienne d'écologie et d'évolution (SCEE – principal organisme professionnel pour les chercheurs en écologie au Canada).

Elle a cofondé, en 2013, le Centre for Evolutionary Ecology and Ethical Conservation (CEEEC), groupe de recherche qui travaille au décloisonnement des disciplines pour résoudre des questions pressantes concernant l'éthique et la science de la conservation de la biodiversité et des espèces, et d'autres questions découlant des interactions entre animaux humains et non humains. Ce centre a obtenu des fonds des trois organismes subventionnaires (IRSC, CRSNG et CRSH). Sous la direction du Dr Schulte-Hostedde, le groupe a dernièrement reçu une subvention FONCER du CRSNG pour financer le projet « ReNewZoo: Training conservation professionals for the zoo/aquarium of the 21st century ».


Dre Margo Greenwood
Leader académique
Centre de collaboration nationale de la santé autochtone

Leader académique du Centre de collaboration nationale de la santé autochtone, la Dre Margo Greenwood est une universitaire autochtone de descendance crie qui possède des années d'expérience dans le domaine de la santé et du bienêtre des enfants, des familles et des communautés autochtones. Elle est aussi vice-présidente de la santé des Autochtones de l'Autorité sanitaire du Nord en Colombie­Britannique et professeure d'études des Premières Nations et d'éducation à l'Université du Nord de la Colombie-Britannique. Même si ses travaux universitaires recoupent plusieurs disciplines et secteurs, la Dre Greenwood est particulièrement reconnue à l'échelle régionale, provinciale, nationale et internationale pour ses travaux liés aux soins et à l'éducation des jeunes enfants, et à la santé publique des Autochtones. Elle a travaillé auprès de nombreuses fédérations, assemblées et comités nationaux et provinciaux, et a réalisé des projets avec l'UNICEF, les Nations Unies, le Conseil canadien des déterminants sociaux de la santé, le Réseau pancanadien de santé publique et l'Institut de la santé des Autochtones des Instituts de recherche en santé du Canada. En 2010, la Confederation of University Faculty Associations de la Colombie-Britannique lui a attribué le titre d'universitaire de l'année, et en 2011, elle a remporté le Prix national d'excellence décerné aux Autochtones dans le domaine de l'éducation.


Josette-Renée Landry
Vice-présidente
Développement des affaires
Mitacs

Josette-Renée Landry est vice-présidente, Développement des affaires, chez Mitacs, une organisation de recherche privée sans but lucratif. Depuis qu'elle s'est jointe à Mitacs en 2010, Dre Landry s'applique à faciliter les partenariats entre les chercheurs universitaires, l'industrie et le secteur public. Par des collaborations avec d'autres organisations finançant la recherche, elle aide aussi à promouvoir l'innovation dans tout le Canada et ailleurs dans le monde.

Pendant ses études supérieures, Dre Landry a cofondé une société de conseils qui fournit des services de bio-informatique au secteur de la biotechnologie de Vancouver. Elle a obtenu un doctorat en génétique des Laboratoires Terry Fox à l'Université de la Colombie-Britannique en 2003, avant de faire un stage postdoctoral à l'Université de Cambridge. Dre Landry possède également une maitrise en administration des affaires de HEC Montréal, et elle a fait partie d'une gamme variée de comités universitaires, industriels et scientifiques.


Carlo Marra
Doyen et professeur
École de pharmacie
Université de l'Otago

Carlo Marra est titulaire d'un baccalauréat ès sciences (pharmacie), d'un doctorat en pharmacie et d'un doctorat en soins de santé et en épidémiologie de l'Université de la Colombie-Britannique. Il a été titulaire d'une chaire de recherche du Canada (CRC) de niveau 2 sur les résultats de la pharmacothérapie alors qu'il était professeur à l'Université de la Colombie-Britannique. Il occupe aujourd'hui les postes de doyen et de professeur à l'École de pharmacie de l'Université de l'Otago, en Nouvelle-Zélande.

Les travaux du Dr Marra portent principalement sur l'économie de la santé, la qualité de vie et la pharmacoépidémiologie. Au cours des dernières années, il a montré un intérêt marqué pour l'évaluation des effets d'un renforcement du rôle des pharmaciens sur les couts et la santé. Il a publié plus de 150 articles soumis à une évaluation par les pairs.


Alex Mihailidis, Ph.D., ing.
Titulaire de la chaire de recherche Barbara G. Stymiest en technologie de la réadaptation
Université de Toronto et Institut de réadaptation de Toronto
Directeur scientifique
Réseau de centres d'excellence AGE-WELL

Alex Mihailidis est titulaire de la chaire de recherche Barbara G. Stymiest en technologie de la réadaptation à l'Université de Toronto et à l'Institut de réadaptation de Toronto. Il est aussi directeur scientifique du réseau de centres d'excellence AGE-WELL, axé sur la création de technologies et de services pour les personnes âgées. Il est professeur agrégé au Département d'ergologie et d'ergothérapie (Université de Toronto) et à l'Institut des biomatériaux et du génie biomédical (Université de Toronto), et également professeur au Département d'informatique (Université de Toronto). Il effectue de la recherche dans le domaine de l'informatique omniprésente et des systèmes intelligents en santé depuis les 15 dernières années, ayant publié plus de 150 articles de revue, documents de conférence et résumés dans le domaine. Il s'intéresse surtout à la mise au point de systèmes intelligents à domicile pour les soins aux personnes âgées et leur bienêtre, de technologies pour enfants autistes et d'outils adaptés pour les infirmières et les applications cliniques. Il détient actuellement plusieurs importantes subventions de recherche d'organismes subventionnaires de renommée internationale pour soutenir ces travaux (notamment les associations canadiennes et américaines de la maladie d'Alzheimer, le CRSNG et les IRSC). Sa recherche a été réalisée grâce à des collaborations avec d'autres chercheurs dans le domaine, provenant du Canada, du Royaume-Uni et des États-Unis, et avec divers partenaires de l'industrie. Le Dr Mihailidis a aussi corédigé deux livres : l'un publié à CRC Press et intitulé Pervasive computing in healthcare, et l'autre publié à IOS Press et intitulé Technology and Aging, ce dernier découlant de sa présentation à la 2e conférence internationale sur la technologie et le vieillissement. Le Dr Mihailidis est aussi très actif en génie de la réadaptation, en tant que président sortant de la RESNA (Rehabilitation Engineering and Assistive Technology Society of North America). Il a aussi été admis à la RESNA en 2014, l'une des plus hautes distinctions dans ce domaine.


Marcel Saulnier, M.Sc.
Sous-ministre adjoint associé
Direction générale de la politique stratégique
Santé Canada

Marcel Saulnier est le ous-ministre adjoint associé de la Direction générale de la politique stratégique de Santé Canada. Il a occupé d'autres postes de direction à Santé Canada, notamment celui de directeur général de la Direction des stratégies de soins de santé et de directeur général de la Direction de la coordination et de la planification des politiques. Il a joué un rôle de premier plan en appuyant les travaux du Groupe consultatif sur l'innovation des soins de santé du gouvernement fédéral, dont le rapport a été publié en juin 2015. Au cours de sa carrière, M. Saulnier a occupé des postes de cadre en matière de politique au sein de l'Association médicale canadienne, au Cabinet du premier ministre, au ministère des Finances du Canada, au Forum national sur la santé, et à Santé et Bien-être social Canada. Il siège actuellement au conseil de l'Institut canadien pour la sécurité des patients et au comité directeur national de la Stratégie de recherche axée sur le patient. M. Saulnier possède une maitrise en économie de l'Université de Montréal et un baccalauréat en économie de l'Université d'Ottawa.


Anne Snowdon
Professeure de stratégie et d'entrepreneuriat
Présidente, Réseau d'innovation pour la santé mondiale
École de commerce Odette
Université de Windsor

La Dre Anne Snowdon est professeure de stratégie et d'entrepreneuriat, et présidente du Réseau d'innovation pour la santé mondiale à l'École de commerce Odette de l'Université de Windsor. Elle dirige les travaux du premier centre canadien d'innovation en santé ayant des liens officiels avec les États-Unis. Le centre favorise les partenariats avec ce pays afin de promouvoir la santé des populations ainsi que d'accélérer l'innovation dans les systèmes de santé des deux pays pour en assurer la pérennité, la rentabilité et l'efficacité. On cherche ainsi à soutenir les innovateurs et les entrepreneurs afin que leurs découvertes percent les marchés canadiens, américains et mondiaux.

La Dre Snowdon dirige actuellement plus de 15 initiatives de recherche en innovation dans sept provinces canadiennes, auxquelles collaborent des gouvernements, des professionnels de la santé, des intervenants du secteur privé, des fondations et des familles. Elle siège au Conseil ontarien de l'innovation en santé et est l'ancienne présidente du conseil consultatif de l'Institut du développement et de la santé des enfants et des adolescents des Instituts de recherche en santé du Canada (IRSC). Elle fait aussi partie du comité consultatif du président sur l'innovation en santé numérique aux IRSC et elle a été nommée par le gouvernement de l'Alberta au conseil d'administration d'Alberta Innovates Corporation, une société récemment créée.

La Dre Snowdon est également professeure agrégée à l'École de réadaptation de l'University Queen's, professeure auxiliaire au Département des sciences informatiques à l'Université de Windsor, et professeure auxiliaire au Département des sciences infirmières de l'Université Dalhousie.

La Dre Snowdon a publié une centaine d'articles de recherche, de communications et d'études de cas, a reçu plus de 15 millions de dollars en subventions de recherche, détient des brevets et a commercialisé un siège d'appoint qui a connu un franc succès. Titulaire d'un doctorat en sciences infirmières de l'Université du Michigan, elle a reçu une bourse Fulbright ainsi que le Prix du partenariat des IRSC pour son projet en collaboration avec le secteur de l'automobile, axé sur la prévention des blessures chez les enfants.


George Tolomiczenko
Directeur administratif
Programme de santé, de technologie et d'ingénierie
Université de Californie du Sud (HTE@USC)

L'expérience du Dr Tolomiczenko en tant que clinicien, chercheur, professeur et administrateur l'a aidé à s'acquitter de son rôle de directeur administratif, ainsi qu'à guider et à réaliser le programme de santé, de technologie et d'ingénierie à l'Université de Californie du Sud (HTE@USC). Après avoir décroché son diplôme de premier cycle d'un programme interdisciplinaire à Caltech, il a obtenu un doctorat en psychologie clinique à l'Université de Boston.

En tant que chercheur et clinicien œuvrant dans des établissements médicaux affiliés à l'Université Harvard, il se concentre maintenant sur la santé publique et les questions politiques touchant l'itinérance et les maladies mentales. Sa maitrise en santé publique de l'Université Harvard a entre autres traité de la gestion et de l'amélioration des soins de santé. Il s'est ensuite installé à Toronto, où il a obtenu une maitrise en administration des affaires afin d'orienter ses efforts sur la création et le financement de programmes et de partenariats voués à la recherche fondamentale axée sur les maladies, à l'application des connaissances et à l'adaptation des modèles visant les maladies chroniques. Depuis son retour en Californie, en 2010, il remplit les fonctions d'évaluateur et de membre de comités des IRSC sur l'application des connaissances et la commercialisation. Il poursuit ses efforts de collaboration interdisciplinaire appliqués aux dispositifs médicaux et à l'innovation de processus à l'USC. Il donne des cours qui visent à créer et à former des équipes alliant l'ingénierie et la médecine pour concevoir des technologies innovatrices et brevetées et pour mettre sur pied de jeunes entreprises. Outre ses travaux à HTE@USC, il est membre auxiliaire du corps professoral du NSF I-Corps USC Node.


Jack Tu
Chaire de recherche du Canada en recherche sur les services de santé
Centre de cardiologie Schulich à Sunnybrook
Université de Toronto
Institut de recherche en services de santé

Le Dr Jack V. Tu est clinicien-chercheur et professeur de médecine à l'Université de Toronto; il est également médecin traitant dans la Division de cardiologie du Centre de cardiologie Schulich, au Centre Sunnybrook des sciences de la santé. Il est responsable du programme de recherche cardiovasculaire à l'Institut de recherche en services de santé (IRSS) et chercheur principal à l'IRSS et à l'Institut de recherche Sunnybrook. Il remplit en outre des fonctions conjointes à l'Institut des politiques, de la gestion et de l'évaluation de la santé et à l'Institut des sciences médicales. Le Dr Tu est un chercheur de renommée internationale qui a publié plus de 350 articles de revue évalués par des pairs, notamment de multiples articles comme auteur principal dans le New England Journal of Medicine, le Journal of the American Medical Association, ainsi que d'autres revues médicales prestigieuses. Il a obtenu plus de 15 millions de dollars en subventions faisant l'objet d'une évaluation par les pairs des Instituts de recherche en santé du Canada, de la Fondation des maladies du cœur et de l'AVC et d'autres organismes de financement. Au cours de sa carrière, il a formé plus de 60 étudiants à tous les échelons. Il est titulaire d'une chaire de recherche du Canada de niveau 1 en recherche sur les services de santé et récipiendaire d'un prix Eaton décerné par le Département de médecine de l'Université de Toronto.

Le Dr Tu concentre ses recherches sur la mesure et l'amélioration de la qualité des soins cardiovasculaires au Canada, principalement sur les disparités géographiques et ethniques par rapport à l'incidence de maladies cardiovasculaires. Il est l'actuel chef de l'équipe de recherche sur les soins ambulatoires et la santé cardiovasculaire (en anglais seulement) subventionnée par l'ISCR des IRSC dans le cadre de l'initiative sur les mégadonnées. Il a auparavant été chef de l'équipe canadienne de recherche sur les résultats des interventions en santé cardiovasculaire (en anglais seulement) de 2001 à 2011. Au nombre de ses plus importants projets figurent l'Atlas cardiovasculaire canadien du CCORT à titre de rédacteur en chef, et l'étude Enhanced Feedback for Effective Cardiac Treatment (EFFECT) – le premier essai clinique au monde des fiches de rendement pour améliorer les soins cliniques en santé cardiaque – à titre de chercheur principal. Le Dr Tu a reçu de multiples prix pour ses recherches, notamment le prix national/international d'excellence en application des connaissances décerné par les IRSC.


Christine Williams, Ph.D.
Directrice adjointe et vice-présidente, Sensibilisation
Institut ontarien de recherche sur le cancer (IORC)

La Dre Christine Williams est directrice adjointe et vice-présidente, Sensibilisation, de l'Institut ontarien de recherche sur le cancer (IORC), organisme consacré à la recherche translationnelle sur la prévention, le dépistage, le diagnostic et le traitement du cancer. Elle travaille avec les leaders des programmes et des plateformes de l'IORC pour établir les orientations et les priorités stratégiques des programmes de recherche de l'Institut. Elle se charge aussi d'établir et de maintenir des relations productives avec les intervenants en recherche sur le cancer, y compris les organismes partenaires, les groupes d'essais cliniques concertés, Action Cancer Ontario, les sociétés biotechnologiques et pharmaceutiques, ainsi que les établissements de recherche et d'enseignement.

La Dre Williams est détentrice d'un diplôme de premier cycle en sciences de la vie de l'Université Queen's et d'un doctorat en immunologie de l'Université de Toronto. Dans le cadre de son stage postdoctoral au Massachusetts General Hospital, elle a étudié les voies moléculaires en cause dans le développement de la leucémie et du lymphome chez l'enfant.

Elle est retournée à Toronto en 2005 pour assumer les fonctions de directrice adjointe de la recherche à l'Institut national du cancer du Canada (INCC), et de directrice de l'Initiative canadienne de recherche sur le cancer de la prostate. En février 2009, la Société canadienne du cancer (SCC) et l'INCC ont officiellement fusionné pour devenir une entité unique, et la Dre Williams a été nommée première directrice de la recherche du nouvel Institut de recherche de la Société canadienne du cancer (IRSCC). L'IRSCC dispose d'un budget annuel d'environ 40 millions de dollars pour financer des projets de recherche évalués par des comités de pairs, des bourses de formation du personnel, ainsi que certaines initiatives de recherche sur la prévention du cancer, de recherche biomédicale et translationnelle, d'essais cliniques et de recherche sur la qualité de vie et les services de santé.

En devenant vice-présidente nationale à la recherche en 2012, elle a pris en charge la direction générale des programmes et initiatives de recherche de la SCC de manière à réaliser ses objectifs stratégiques, c'est-à-dire réduire l'incidence du cancer et la mortalité liée au cancer, et améliorer la qualité de vie des patients. Depuis ce temps, elle a assumé plusieurs rôles élargis à la SCC, tout dernièrement celui de chef de mission et de directrice scientifique chargée de l'exécution des programmes, de l'information, des politiques et des activités de revendication et de recherche à l'échelle du pays.

En plus d'être directrice adjointe et vice-présidente, Sensibilisation, la Dre Williams siège à de nombreux conseils et comités consultatifs, et a déjà présidé l'Alliance canadienne pour la recherche sur le cancer.

Date de modification :