Tous peuvent profiter des bienfaits du sport et de l’exercice sur la santé

Photo utilisée avec la permission de Kevin Bogetti Smith et de l’Association canadienne des sports en fauteuil roulant (ACSFR)

La recherche explore en quoi le sport et l’exercice permettent aux gens atteints d’incapacités physiques de vivre plus longtemps, d’être en meilleure santé et d’être autonomes

13 septembre 2016

Quatre-vingt-cinq pour cent des Canadiens ne font pas assez d'exercice, ce qui les rend plus vulnérables à presque toutes les maladies chroniques. Pour les personnes atteintes d'incapacités, soit environ 14 % de la population adulte canadienne, le risque de développer une maladie liée à la sédentarité est plus grand encore. Source : Statistique Canada

« Je dis souvent que le sport et l'exercice ramènent au même niveau les gens possédant différents degrés d'habileté. Malgré une incapacité physique, vous pouvez encore vous adonner au sport et à l'activité physique, mais de façon différente », explique la Dre Kathleen A. Martin Ginis, chercheuse financée par les IRSC et professeure à l'École des sciences de la santé et de l'exercice de l'Université de la Colombie-Britannique.

Le sport et l'exercice font plus qu'unir les gens – ils peuvent avoir des bienfaits incroyables sur leur santé.

Kathleen A. Martin Ginis Ph.D., O.M.C.
Professeure, École des sciences de la santé et de l’exercice, Université de la Colombie-Britannique
Responsable et chercheuse principale, Projet canadien sur la participation sociale des personnes en situation de handicap
Fondatrice et directrice, SCI Action Canada
Photo utilisée avec la permission de Ron Scheffler, Université McMaster

Innombrables bienfaits

La recherche montre systématiquement que faire du sport et de l'exercice améliore grandement la santé et le bienêtre sur trois plans interconnectés :

Les bienfaits potentiels pour les personnes aux prises avec des incapacités physiques sont particulièrement importants.

Une meilleure forme physique et une plus grande endurance augmentent la force et l'énergie nécessaires non seulement pour prendre part à des activités physiques en tant que telles, mais également pour accomplir des activités courantes de façon plus autonome, comme s'habiller et aller d'un endroit à l'autre. Une plus grande mobilité peut aussi permettre un engagement accru dans la communauté, avec les énormes bienfaits psychologiques et sociaux que cela procure.

Comme les personnes atteintes d'incapacités physiques sont plus sujettes à souffrir de complications liées à la sédentarité, comme le diabète, l'obésité et les maladies cardiovasculaires, il est vital qu'elles soient physiquement actives pour les prévenir.

Passer à l'action

Par son travail au Centre d'excellence en activité physique (en anglais seulement) de McMaster, la Dre Kathleen A. Martin Ginis a pu constater directement les nombreux bienfaits du sport et de l'exercice dans la vie des personnes aux prises avec des incapacités physiques. Elle s'est découvert une passion pour l'étude de ces bienfaits, et en 2007, elle a fondé SCI Action Canada (en anglais seulement), un partenariat multidisciplinaire conçu pour améliorer la participation à l'activité physique parmi les blessés médullaires.

« Une belle occasion de conjuguer leurs efforts dans un but commun s'offrait ainsi aux chercheurs, aux prestataires de services aux blessés médullaires, et aux organisations de promotion du sport et de l'exercice chez les personnes ayant des incapacités physiques », se souvient-elle.

L'élan donné par ce partenariat a fait surgir de nouvelles questions : qu'en est-il des autres difficultés auxquelles font face les personnes qui ont une lésion de la moelle épinière, notamment pour l'emploi et la mobilité? En qu'en est-il des autres incapacités physiques que les lésions de la moelle épinière?

C'est de cette façon, par la collaboration avec le Comité paralympique canadien, l'Association canadienne des sports en fauteuil roulant et de nombreuses autres organisations, qu'est né le Projet canadien sur la participation sociale des personnes en situation de handicap (en anglais seulement). Ce projet est une alliance de partenaires des secteurs universitaire, public, privé et gouvernemental travaillant ensemble pour stimuler la participation communautaire chez les Canadiens ayant des incapacités physiques. La Dre Kathleen Martin Ginis, maintenant établie à Kelowna, à l'Université de la Colombie-Britannique, est la chercheuse principale.

Le Projet canadien sur la participation sociale des personnes en situation de handicap touche la vie des Canadiens chaque jour.

Apprenez en plus sur la façon dont il a touché la vie de l’athlète paralympique Patrice Dagenais.

Patrice Dagenais, Cocapitaine de l’équipe canadienne de rugby en fauteuil roulant

Avec le Projet canadien sur la participation sociale des personnes en situation de handicap, la Dre Kathleen A. Martin Ginis étudie actuellement de quelle façon accroitre le nombre de personnes ayant des incapacités physiques qui s'adonnent au sport et à l'exercice, et de quelle façon aussi mesurer et améliorer la qualité de leurs expériences de participation. Entretemps, elle étudie comment l'activité physique peut être utilisée pour réduire le risque de maladies cardiovasculaires, comme l'AVC et la cardiopathie, chez les blessés médullaires.

Il est indispensable d'obtenir plus de données sur la participation nationale à l'activité physique chez les personnes ayant des incapacités physiques, et sur la manière dont l'activité physique peut réduire les risques pour la santé. Ces données sont nécessaires pour améliorer les décisions stratégiques concernant l'accès aux programmes, aux équipements et aux possibilités d'activité physique, et le recours à l'exercice dans les programmes de traitement et de prévention. 

Ce champ de recherche, dont l'importance croît sans cesse, aidera à guider les praticiens de la santé, les entraineurs, les parents, les administrateurs de programmes de sport et d'exercice, et les personnes désireuses de devenir plus actives physiquement. En plus, et peut-être surtout, il aidera un élément précieux de la population canadienne à profiter des bienfaits de l'activité physique et d'une meilleure qualité de vie.

Liens connexes

Date de modification :