Message du président : évaluation de la Stratégie de recherche axée sur le patient

21 septembre 2016

Au nom des Instituts de recherche en santé du Canada (IRSC), je suis heureux de présenter le rapport final de l’évaluation 2016 de la Stratégie de recherche axée sur le patient (SRAP).

Cette évaluation indépendante de KPMG a mesuré les contributions des IRSC à la SRAP de 2010 à 2016 sous l’angle de la pertinence, de la conception et de l’exécution, et du rendement. Comme la SRAP est une initiative encore relativement nouvelle, le rapport porte sur la mise en œuvre et l’avancement de ses éléments de base, soit les unités de soutien, les réseaux de recherche, le développement des capacités, l’amélioration du milieu des essais cliniques et l’engagement des patients.

Le rapport appuie fermement le modèle de la SRAP et applaudit ses progrès remarquables. Il laisse entendre que, grâce à la SRAP, les IRSC et leurs partenaires ont amené les provinces et les territoires à faire front commun afin d’accélérer l’utilisation des résultats de la recherche dans les soins, de consolider et d’étendre l’utilisation des données pour la prise de décisions, et de faire connaître les pratiques exemplaires en vue de généraliser leur application dans tout le Canada.

Le rapport conclut que la SRAP joue un rôle majeur pour répondre aux besoins du Canada en matière de recherche axée sur le patient et de soins fondés sur des données probantes, et confirme l’importance des investissements faits par les IRSC et leurs partenaires dans cette initiative.

Et ces investissements sont substantiels! En effet, les IRSC ont engagé quelque 600 millions de dollars dans la SRAP depuis son lancement, et leurs partenaires, 400 millions de dollars de plus. Tout récemment, les IRSC ont investi 62 millions de dollars pour soutenir cinq réseaux de la SRAP sur les maladies chroniques, auxquels des partenaires – universités, hôpitaux, groupes industriels, organismes caritatifs et organismes provinciaux – contribuent également à hauteur de 126 millions de dollars. Ces investissements démontrent clairement que les parties prenantes et les décideurs dans tout le Canada comprennent l’important rôle de la SRAP pour améliorer la santé et la prestation des soins de santé.

Au Canada, et ailleurs dans le monde, le paysage de la recherche en santé est en train de changer. Les décideurs des systèmes de santé et les contribuables veulent en savoir davantage au sujet de la recherche qu’ils financent, et savoir pourquoi ils la financent. Ils veulent voir des données, des progrès et des résultats – et participer au processus de recherche.

En faisant une place aux patients et aux autres parties prenantes au cœur même du processus de recherche, les chercheurs peuvent incorporer ces voix dans la conception de leurs programmes de recherche et, du coup, en augmenter la pertinence, l’impact et le potentiel transformateur.

Je vous encourage à lire le rapport pour en apprendre davantage sur la manière dont la Stratégie de recherche axée sur le patient renforce la recherche en santé au Canada.

Alain Beaudet, M.D., Ph.D.
Président, Instituts de recherche en santé du Canada

Date de modification :