Bulletin de l'ISA – Octobre 2016

Dans ce numéro :


Message du Dr Malcolm King, Directeur scientifique de l’ISA

Salutations! Je vous salue depuis le territoire ensoleillé des Salish du littoral!

J’espère que vous avez passé un bel été et que votre rentrée s’est bien déroulée!

Le personnel à l’ISA a eu un été chargé avec les diverses activités auxquelles nous avons participé, ou que nous avons organisées ou coorganisées! Dans ce numéro du bulletin, nous vous parlerons des rassemblements communautaires sur les orientations stratégiques, du rassemblement national des étudiants diplômés en santé autochtone, et de la réunion des nouveaux chercheurs. Nous avons été fort heureux de toutes ces rencontres, et avons apprécié la chance d’interagir avec tant de gens.

Puisse cet automne vous apporter, à vous et aux vôtres, pleins de belles choses.

Rassemblements com munautaires sur les orientations stratégiques de l’ISA

Depuis la création de l’ISA, de plus en plus de craintes et de frustrations sont exprimées par les intervenants dans la recherche en santé autochtone soucieux de processus d’évaluation justes, de possibilités de financement équitables, et de possibilités de mentorat viables. Avec la fin prochaine du mandat du directeur scientifique, la création d’un nouveau conseils consultatifs des instituts (CCI), de nouveaux processus d’évaluation par les pairs qui désavantagent tous les chercheurs en santé, des documents fondamentaux reconnus, signés et défendus (p. ex. Commission de vérité et réconciliation du Canada : Appels à l’action, Déclaration des Nations Unies sur les droits des peuples autochtones), et une relation tout à fait nouvelle avec le gouvernement fédéral, l’ISA a déterminé qu’il serait opportun de tenir des rassemblements communautaires pour obtenir des avis collectifs sur la manière dont il pourrait, avec les IRSC, agir sur ces réalités pour finalement donner plus de force aux voix des peuples autochtones dans la recherche en santé au Canada. Les perspectives échangées lors de ces rencontres seront utilisées pour actualiser le plan stratégique de l’ISA (2014-2018), orienter le programme de son prochain directeur scientifique, et guider son nouveau CCI en tant que conseiller des 13 instituts des IRSC. Divers intervenants représentant les principaux groupes – les aînés dans la communauté, les organismes de santé communautaires et les directeurs scientifiques des IRSC, entre autres – ont participé à cinq séances régionales concernant les quatre directions.

Chaque rencontre a donné lieu à des échanges enrichissants, avec de nombreuses différences régionales, malgré la similitude des défis, des succès et des idées exprimées pour faire avancer la recherche en santé autochtone. Nous nous sommes largement entendus pour dire que, dans l’ensemble, nous devions aller plus loin que simplement insister sur le besoin de tenir compte des systèmes de connaissances autochtones, pour forcer la reconnaissance, le respect et l’adoption véritables de la notion de coapprentissage et de ses avantages dans l’ensemble des IRSC.

Le besoin d’une représentation autochtone forte et significative au sein des IRSC et globalement a été souligné. Sans représentation autochtone, particulièrement au conseil d’administration, aucune voix autochtone ne participe aux décisions. Des considérations pour donner un caractère autochtone à la recherche en santé sont nécessaires pour consolider la place de la recherche en santé autochtone dans l’assurance de l’excellence en recherche aux IRSC. Cela passe par le changement de dates, qui tombent parfois mal, des appels de propositions, et l’adoption d’un langage qui reconnait les réalités de la recherche en partenariat avec les communautés rurales ou isolées. De plus, valider les connaissances et les réussites autochtones sur la base du paradigme occidental dominant ne convient pas et colonise encore davantage le savoir autochtone. Les IRSC doivent considérer de quelle façon être plus équitables pour ce qui est de la recherche en santé autochtone et des systèmes de connaissances autochtones, et reconnaître à sa juste valeur le financement communautaire (p. ex. par l’octroi de fonds), en plus d’être plus inclusifs et de mieux répondre aux besoins de la communauté. Et si l’application des connaissances peut donner des résultats, ces connaissances ne débouchent pas sur des résultats heureux, car les conclusions de la recherche en santé autochtone ne sont pas adoptées par les décideurs et les responsables des politiques. Par conséquent, la mobilisation des connaissances doit faire partie intégrante des plans stratégiques de l’ISA et des IRSC de façon à être considérée dans chaque activité financée par les IRSC.

L’ISA et les IRSC doivent donner suite aux points suivants :

  • Établir un plan opérationnel pour mettre en œuvre le plan stratégique actuel de l’ISA;
  • Élaborer un guide des valeurs et des principes de la recherche en santé autochtone pour les évaluateurs des demandes en santé des Autochtones, le personnel des IRSC et les candidats
  • Établir un plan stratégique pour la santé des Autochtones à la grandeur des IRSC;
  • Valider les connaissances, l’expérience et les compétences traditionnelles autochtones, et en reconnaître la valeur et l’utilité dans le contexte occidental;
  • Faire davantage pour englober toutes les communautés autochtones là où le concept du double regard peut ne pas être applicable.

Nomination du Dr Jeff Reading

C’est un plaisir et un grand honneur pour moi d’annoncer que le premier directeur scientifique de l’ISA, le Dr Jeff Reading, est de retour sur la côte Ouest pour occuper la prestigieuse chaire de l’autorité sanitaire des Premières Nations (ASPN) en santé et bien-être cardiovasculaires à l’Hôpital St. Paul, à Vancouver (Colombie Britannique). La chaire de 2,5 millions de dollars a été créée conjointement par l’ASPN, l’Hôpital St. Paul et l’Université Simon Fraser, avec une dotation censée assurer son maintien pour les 10 prochaines années.

Dans cette chaire – la première du genre dans l’Ouest canadien – le Dr Reading aura pour mandat d’établir une politique de santé robuste visant à améliorer la santé cardiaque des Premières Nations de la Colombie-Britannique, ainsi qu’à renforcer l’infrastructure et la capacité de recherche dans les communautés des Premières Nations. Il dirigera aussi les efforts de recherche pour mieux comprendre les déterminants sociaux influant sur la santé et le bien-être des communautés autochtones, ce qui débouchera sur de meilleures connaissances en matière de santé tant chez les patients que chez les soignants dans le contexte autochtone. Le travail de la chaire sera par définition holistique, et déterminé par la perspective de la santé et du bien-être propre aux Premières Nations.

« Cette chaire à l’Hôpital St. Paul et à l’Université Simon Fraser offre une formidable occasion de fournir un accès rapide à des traitements et à des soins préventifs, fondés sur les forces et axés sur le bien-être des Premières Nations. »

Dr Jeff Reading

Fort de plus de vingt ans d’expérience, le Dr Reading est une sommité de la santé autochtone à l’échelle nationale et internationale. Il est d’origine mohawk, ayant vu le jour dans la Première Nation Tyendinaga en Ontario. En devenant le premier titulaire de la chaire, il continue de faire œuvre de pionnier dans la recherche en santé des Autochtones : il a été le directeur fondateur du Centre for Aboriginal Health Research de l’Université de Victoria, et plus tard le premier directeur scientifique de l’ISA. Avant son arrivée à l’Hôpital St. Paul, le Dr Reading a rempli un mandat d’un an comme premier directeur intérimaire du nouvel Institut Waakebiness Bryce pour la santé des Autochtones à l’Université de Toronto.

Bravo, Docteur Reading, pour cette importante réussite! Nous vous souhaitons bonne chance et tout le succès possible dans vos nouvelles fonctions.

Rassemblement national des étudiants diplômés et réunion des nouveaux chercheurs

En juin dernier, l’Institut de la santé des Autochtones avec la Nation des Métisse de la Colombie-Britannique a été l’hôte du rassemblement national annuel des étudiants diplômés et de la réunion des nouveaux chercheurs sur le territoire Algonquin à Ottawa. Les deux rencontres avaient pour thème « Réconciliation : Résurgence des voix autochtones fortes » dans la recherche en santé.

Du 12 au 14 juin, des étudiants des cycles supérieurs qui étudient la santé et le bienêtre autochtones, représentant des établissements de partout au Canada, se sont réunis pour parler de leur recherche et de leurs expériences avec les communautés de Premières Nations, d’Inuits et de Métis, nouer des liens, et renforcer leur capacité en tant que chercheurs en santé des Autochtones. Les étudiants ont assisté à des présentations de leurs pairs, mais aussi à des ateliers de renforcement des compétences et à des présentations de NMCB et du DUDES Club de la Colombie-Britannique. Un des hauts faits du rassemblement a été la cérémonie de remise des prix du directeur scientifique, qui a eu lieu au Centre Wabano en santé des Autochtones. Les étudiants et les présentateurs ont eu droit à une visite du Centre, ainsi qu’à un délicieux repas traditionnel. Dans l’ensemble, la rencontre a été un franc succès, et l’ISA est honoré d’avoir pu faciliter le dialogue pour faire avancer le domaine de la recherche en santé des Autochtones.

Le rassemblement national des étudiants diplômés et la réunion des nouveaux chercheurs avaient le même ordre du jour le 14 juin, avec comme conférenciers principaux les Drs Marlene Brant Castellano, Malcolm King, Rod McCormick et Fred Wien. Les jours suivants ont été consacrés à des ateliers de renforcement des compétences, conçus pour répondre aux besoins des nouveaux chercheurs. Ils ont aussi offert de nombreuses occasions de réseautage afin de permettre les contacts avec des collègues et des chercheurs établis. La réunion des nouveaux chercheurs a également été couronnée de succès. L’ISA suivra avec intérêt leurs carrières.

Prix du directeur scientifique

Félicitations à Morgan Phillips et à Dana Krementz, les lauréates de cette année du prix du directeur général, pour leurs présentations à la rencontre. Morgan, candidate au doctorat à l’Université McGill, a présenté son projet, Renouveler le programme d’éducation sanitaire du Centre hospitalier Kateri Memorial pour la prévention du diabète chez les élèves du primaire à Kahnawake, tandis que Dana, candidate à la maîtrise en santé publique à l’Université Simon Fraser, a été reconnue pour son œuvre Liens à la terre : recherche qualitative sur les retraites de bien-être culturel pour les Autochtones ayant une expérience vécue du VIH, de l’hépatite C, et de la co infection VIH/VHC.

Pleins feux sur les PEEC : Secrétariat à la santé et au développement social des Premières Nations du Manitoba (SSDSPNM)

Le Secrétariat à la santé et au développement social des Premières Nations du Manitoba est l’un de trois Partenaires pour l’engagement et l’échange des connaissances (PEEC) financés dans le cadre de l’initiative phare des Instituts de recherche en santé du Canada (IRSC) Voies de l’équité en santé pour les Autochtones. Dans l’esprit de Voies de l’équité, les IRSC et leurs partenaires contribueront à la création de meilleurs services de santé préventifs, à l’amélioration de la santé des communautés, et à l’équité en santé pour les Premières Nations, les Inuits et les Métis. Les IRSC ont cerné quatre domaines prioritaires pour les PEEC (prévention du suicide, diabète/obésité, tuberculose, et santé buccodentaire), mais le PEEC SSDSPNM porte sur la santé holistique plutôt que sur des pathologies particulières, et son but global est de passer des pratiques prometteuses à l’échange des connaissances et à l’action dans les communautés.

Le Secrétariat à la santé et au développement social des Premières Nations du Manitoba

Le Secrétariat à la santé et au développement social des Premières Nations du Manitoba (en anglais seulement) souhaite une collaboration tripartite pour un système de santé unifié au Manitoba par des partenariats avec les 60 Premières Nations de l’Assemblée des chefs du Manitoba, 7 conseils tribaux, et les organisations provinciales ou territoriales. Établi en 2014, le SSDSPNM est également connu par son appellation traditionnelle venant des donneurs de savoir, Nanaandawewigamig, qui signifie « le lieu de guérison ». Le SSDSPNM est le seul organisme régional à être choisi comme PEEC de Voies de l’équité, et c’est en raison de ses relations et de son rayonnement exceptionnel à la grandeur du Canada et à l’échelle internationale. Il met en valeur et offre aux Premières Nations un espace où nouer des liens, échanger et collaborer relativement à des projets de santé réalisables. La recherche soutenue par le SSDSPNM crée et fait connaître des pratiques avisées en santé, au lieu de faire ressortir les disparités en santé.

Pour atteindre son objectif qui consiste à accroître la participation des Premières Nations au système de santé du Manitoba, le SSDSPNM :

  • élaborera une politique et un programme innovateurs qui intègrent des pratiques exemplaires, et appuient les communautés des Premières Nations dans la prestation de services holistiques de haute qualité;
  • maintiendra et protégera les valeurs et les systèmes de connaissances autochtones qui reflètent et respectent la voix des personnes et des communautés des Premières Nations;
  • soutiendra l’éducation et la formation (portant entre autres sur la gouvernance, les services financiers, la planification et l’évaluation) pour la prestation des services dans les communautés des Premières Nations;
  • soutiendra la recherche et l’évaluation de la recherche contrôlée et administrée par les Premières Nations, qui éclaire les décisions des gouvernements et des dirigeants.

Impact

Le SSDSPNM influe sur la santé des Premières Nations au Manitoba en mettant en contact différentes organisations intéressées à la santé, et en participant au partenariat nouvellement forgé lorsqu’il le juge à propos. Ces liens ont une portée internationale pour soutenir la santé des peuples autochtones partout dans le monde, comme cela a été le cas avec le Diabetes Integration Project, qui a donné lieu à un échange de connaissances avec une équipe de recherche australienne, et a conduit à un programme itinérant de dépistage du diabète. D’autres exemples d’application et d’échange réussis des connaissances depuis la création du SSDSPNM sont les réunions avec les responsables de programmes et de projets et les chercheurs s’intéressant à la santé des communautés de Premières Nations, ainsi que la coordination et l’établissement de la structure de gouvernance du PEEC SSDSPNM et de webinaires mensuels.

Unicité

Unique parmi les PEEC des IRSC parce qu’il est le seul à bénéficier d’un financement régional, le SSDSPNM se concentre aussi sur les membres et les communautés des Premières Nations, respectant les frontières des communautés inuites et métisses. Selon Wendy Fontaine, coordonnatrice du projet PEEC SSDSPNM, cela permet une relation unique et aidante avec les Premières Nations de la région, une approche non normative de la santé. Cinq équipes de connaissances, chacune axée sur un aspect différent de la santé (prévention du suicide, diabète/obésité, tuberculose, santé buccodentaire, déterminants sociaux de la santé), appuient l’application et l’échange des connaissances en déterminant les pratiques courantes prometteuses dans les communautés, et en recommandant des façons de les faire connaître et de les promouvoir dans leurs réseaux.

Nouvelles des IRSC

Faites connaissance avec le nouveau conseil consultatif de l’Institut

Le conseil consultatif nouvellement nommé de l’Institut de la santé des Autochtones conseillera les 13 instituts des IRSC, dans le but de favoriser la santé et le bien-être des peuples autochtones dans tout le Canada, et d’élaborer des politiques et des interventions adaptées à la culture. Chaque CCI sera formé de 10 à 15 membres, dont le président et le vice-président. Les trois sièges à pourvoir sont réservés à des membres qui seront choisis par chacune des organisations autochtones nationales suivantes : l’Assemblée des Premières Nations, l’Inuit Tapiriit Kanatami et le Conseil national des Métis. Félicitations aux membres du CCI! Nous avons hâte de travailler avec eux.

  • Jeffrey Cyr, président
  • Carrie Bourassa
  • Simon Brascoupé
  • Sheila Carter
  • Wayne Clark
  • Sharon P. Edmunds
  • Pierre S. Haddad
  • Henry Harder
  • Mabel Lena Horton
  • Debbie Martin
  • Janet McElhaney
  • Margaret Robinson
  • Gail Turner

À venir

Symposium mondial en recherche sur les systèmes de santé 2016

Le 4e Symposium mondial en recherche sur les systèmes de santé se déroulera à Vancouver (Colombie-Britannique) du 14 au 18 novembre, sous le thème « Systèmes de santé solides et adaptables pour un monde en évolution ». Au nombre des conférenciers : Evan Adams, médecin chef de l’Autorité de la santé des Premières Nations, Nila Heredia Miranda, directrice générale de l’Organisation andine de la santé, et Malcolm King, directeur scientifique de l’ISA.

Il est encore temps de s’inscrire (en anglais seulement)!

Appel de conférenciers

Dialogue pour la vie : Conférence sur la prévention du suicide

L’Association Prévention du suicide Premières Nations et Inuits du Québec et du Labrador lance un appel de conférenciers en vue de Dialogue pour la vie, une conférence sur la prévention du suicide qui aura lieu du 20 au 25 novembre à Montréal (Québec). Les thèmes à aborder pour la formation, les ateliers et les présentations comprennent la prévention du suicide, l’intervention, la postvention; les outils pour les jeunes; les enseignements des aînés; les traumatismes intergénérationnels et la violence familiale.

Les intéressés peuvent obtenir plus de renseignements sur la marche à suivre pour présenter leur proposition en envoyant un courriel à dialogueforlife@gmail.com ou en composant le 1 (514) 933-6066.

20e anniversaire de la CRPA

Partager la terre, partager un avenir : Forum national sur la réconciliation

En 1996, la Commission royale sur les peuples autochtones (CRPA) proposait une vision audacieuse et globale de la réconciliation. Ce forum explorera, développera et réunira les connaissances résultant des travaux de la Commission et de l’expérience des 20 dernières années en vue de faciliter la réconciliation. Il se tiendra du 2 au 4 novembre à Winnipeg (Manitoba).

Inscription et informations en ligne.

Possibilités de financement en cours

Plus de renseignements sur ces possibilités de financement et d’autres.

Subvention catalyseur : Approches autochtones sur la recherche du bien-être**

**Prix supplémentiaires afferts par l’institut du cancer

Consultez RechercheNet pour d’autres possibilités de financement qui seront annoncées bientôt.

L’institut de la santé des femmes et des hommes aimerait avoir vos contributions!

L’ISFH vous présente une toute nouvelle info-lettre, Découvertes. Cet bulletin diffusera les découvertes les plus intéressantes de la recherche en santé effectuée au Canada ou à l’international dans le domaine du sexe et du genre. Nous la partagerons avec nos partenaires gouvernementaux, les donateurs et les partenaires à travers le Canada et de par le monde.

Nous faisons appel aux chercheurs provenant des différentes disciplines de la recherche en santé, afin qu’ils nous envoient des découvertes enthousiasmantes liées à la recherche en santé qui sont liées au sexe et au genre. Partagez avec nous les découvertes qui font les vagues dans votre domaine. Si vos nouveaux résultats de recherche sont prometteurs, et que vous désirez les partager, envoyez-nous un résumé !

Envoyez-nous un courriel à Rachel.macneill@criugm.qc.ca.

Contactez l’ISA

L’Institut de la santé des Autochtones (ISA) favourise l’avancement d’un programme national de recherche en santé pour améliorer et promouvoir la santé des Premier nations, des Intuits, et des Métis du Canada, par la recherche, l’application des connaissances et le renforcement des capacités. L’Institut poursuit l’excellence en recherche en respectant les priorités de recherche communitaire et les connaissances, valeurs et cultures autochtone.

Date de modification :