Zika

Le virus Zika a été identifié il y a presque 70 ans en Afrique, puis peu après en Asie; il s'est depuis propagé en Océanie avec des éclosions en Micronésie, en 2007, et en Polynésie française, en 2013-2014. Le Brésil a subi une éclosion vers la fin de 2015, laquelle s'est propagée dans les pays avoisinants de l'Amérique du Sud, de l'Amérique centrale et des Caraïbes.

Les IRSC et le CRDI ont fièrement appuyé une initiative d'intervention rapide qui permettra d'aider le milieu de la recherche en santé mondiale à intervenir contre la propagation du virus Zika. L'initiative soutient la recherche visant la création d'approches pour comprendre la transmission du virus ainsi que pour améliorer le diagnostic et la lutte antivectorielle.

Initiatives de financement de la recherche sur le Zika

Subvention d'équipe : Programme de recherche sur le virus Zika Canada-Amérique latine et Caraïbes
Possibilité de financement

Le virus Zika est un virus à ARN simple brin de polarité positive qui est transmis par les moustiques et qui appartient à la famille des Flaviviridae. Il s'apparente à d'autres virus pathogènes tels que ceux de la dengue, de la fièvre jaune, de l'encéphalite japonaise et du Nil occidental. La plupart des infections chez l'humain sont asymptomatiques, seule une fraction des cas présente une fièvre peu élevée, une conjonctivite, des douleurs articulaires, des maux de tête et une éruption cutanée.

L'épidémie actuelle est d'autant plus préoccupante qu'elle s'accompagne de microcéphalie chez les nouveau-nés. De nombreux cas ont été signalés dans les différents pays touchés de l'Amérique latine et des Caraïbes, tout particulièrement au Brésil, où l'augmentation apparente est de 20 fois le taux enregistré l'année précédente (notamment dans la région Nord-Est du Brésil). La transmission du virus Zika de la mère au fœtus a été bien documentée tout au long de la grossesse. Bien que l'ARN du virus Zika ait été détecté dans des échantillons pathologiques de fœtus avortés, on ne sait pas si la fausse couche est attribuable au virus Zika. La présence d'une infection au virus Zika a été confirmée chez des nourrissons microcéphales, et une étude récente a permis de conclure qu'un lien causal existe entre l'infection prénatale au virus Zika et la microcéphalie. Toutefois, le nombre exact de cas de microcéphalie associés au virus Zika n'est pas connu, et l'ensemble des anomalies congénitales causées par une infection congénitale à virus Zika devrait être étudié. Des recherches fondamentales s'imposent pour démontrer le rôle causal de l'infection au virus Zika pendant la grossesse dans l'étiologie de la microcéphalie fœtale, et pour comprendre la pathogenèse de l'infection et sa transmission au fœtus.

L'Organisation mondiale de la santé a déclaré, en février 2016, que l'éclosion du virus Zika dans les Amériques constitue une urgence de santé publique de portée internationale. Cette déclaration s'explique essentiellement par un lien de cause à effet possible entre le virus Zika et la microcéphalie ainsi que d'autres troubles neurologiques, dont le syndrome de Guillain-Barré (SGB). D'autres complications de type neurologique liées à une infection au virus Zika ont été signalées : myélite aigüe, encéphalomyélite aigüe disséminée et méningoencéphalite.

La Global Research Collaboration for Infectious Disease Preparedness (GloPID-R [en anglais seulement]) est une alliance dont les IRSC et le CRDI sont membres et qui rassemble des organismes subventionnaires à l'échelle mondiale, dans le but de faciliter une intervention de recherche rapide et efficace contre des éclosions importantes de maladies infectieuses, nouvelles ou résurgentes, à potentiel pandémique. Le Canada, en tant que membre de GloPID-R, souhaite se joindre aux efforts de recherche internationaux sur le virus Zika. Les IRSC et le CRDI offrent une possibilité de financement qui soutiendra la recherche sur la pathogenèse du virus Zika, sur la mise au point de tests diagnostiques améliorés, sur la dynamique écologique de transmission du virus Zika, et sur l'évaluation d'approches intégrées de lutte antivectorielle. Cette possibilité de financement est également destinée à favoriser le réseautage entre les équipes de chercheurs du Canada, de l'Amérique latine et des Caraïbes, ainsi que d'autres équipes soutenues par des organismes membres de GloPID-R.

Centre de contact

Pour plus de détails sur les possibilités de financement, communiquez avec :

Téléphone : 613-954-1968
Numéro sans frais : 1-888-603-4178
Télécopieur : 613-954-1800
soutien@cihr-irsc.gc.ca

Date de modification :