Célébrons la recherche en santé

Jetez un coup d’œil aux récits ci dessous pour découvrir comment et pourquoi les chercheurs en santé changent nos vies, et apprendre directement des patients comment la recherche en santé a touché leur vie.

Unis par une passion commune

Les collaborations scientifiques à incidence élevée d’aujourd’hui aideront grandement à résoudre les enjeux de santé mondiale de demain

M. Thilina Bandara
Université de la Saskatchewan

Les problèmes de santé mondiale d’aujourd’hui sont de nature pernicieuse – vastes, interreliés et complexes – et touchent l’intersection entre les humains, les animaux et l’environnement. Par conséquent, les responsables de la santé publique de demain devront savoir transcender les frontières intellectuelles et institutionnelles.

Avec les conseils de mentors universitaires de tout le campus, les doctorants Thilina Bandara (santé communautaire et épidémiologie) et Arinjay Banerjee (microbiologie vétérinaire) cherchent à contribuer à la science de la formation interdisciplinaire (en anglais seulement). Diplômés du programme de formation intégrée sur les maladies infectieuses, la salubrité alimentaire et les politiques publiques, Mme Bandara et M. Banerjee continuent d’organiser des ateliers scientifiques interdisciplinaires, de collaborer avec des collègues étrangers afin de comprendre les crises de santé publique actuelles et d’améliorer leur propre capacité à diriger des collaborations scientifiques à incidence élevée pour résoudre les enjeux de santé mondiale de demain.

Lire aussi :

2 novembre 2017


Les troubles de l’alimentation n’ont pas de genre

Mobiliser et soutenir les hommes qui luttent contre un trouble de l’alimentation

Dr Brad A. MacNeil
Centre des sciences de la santé de Kingston, Hôpital Hôtel-Dieu

Nous avons besoin de méthodes novatrices pour encourager les hommes atteints de troubles de l’alimentation à obtenir des évaluations et des traitements spécialisés. En 2012, notre laboratoire a fondé le Male Assessment and Treatment Track, ou MATT, le seul service de consultations externes du Canada à fournir des évaluations et des traitements spécialisés conçus pour les hommes qui luttent contre des troubles de l’alimentation.

Les hommes peuvent y recevoir une thérapie cognitivo-comportementale individuelle approfondie et des renseignements sur les ressources de soutien et de rétablissement. Le projet MATT représente aussi une plateforme thérapeutique où les hommes peuvent discuter des problèmes liés à la stigmatisation, à l’isolement et à leurs expériences uniques. Depuis la mise en place du MATT, nous avons reçu beaucoup plus d’aiguillages d’hommes (250 %), et beaucoup plus d’hommes ont obtenu une évaluation et un traitement.

Nous continuons à examiner les facteurs associés à la participation des hommes à l’évaluation et au traitement pour un trouble de l’alimentation, leurs expériences uniques liées à la maladie et leur satisfaction quant aux services reçus.

Lire aussi :

2 novembre 2017


La curiosité n’a jamais tué personne… mais elle pourrait tuer les cellules cancéreuses

Une carrière de chercheur en santé née d’une fascination pour la façon dont les cellules s’adaptent aux changements dans leur environnement

Dr Jim Uniacke
Université de Guelph

Depuis l’école secondaire, je suis fasciné par la façon dont les cellules s’adaptent aux changements dans leur environnement en ajustant les types de protéines qu’elles fabriquent. Je lisais avidement sur différents aspects de la santé humaine et je rêvais d’avoir une influence mesurable sur notre société.

C’est alors que j’ai commencé à étudier l’influence d’un faible apport en oxygène (hypoxie) sur les mécanismes de synthèse des protéines des cellules humaines.

Les cellules cancéreuses qui vivent dans les tumeurs subissent une hypoxie chronique, ce qui favorise la propagation de la maladie et sa résistance aux traitements. En comprenant comment les cellules cancéreuses s’adaptent à l’hypoxie par des changements à leurs mécanismes de synthèse des protéines, nous pourrons obtenir une nouvelle compréhension de la progression des tumeurs et trouver de nouvelles cibles thérapeutiques pour prévenir cette progression.

Lire aussi :

2 novembre 2017


Intégration de la sage-femmerie

Les mères et les nouveau-nés tireront avantage d’une meilleure collaboration interprofessionnelle entre leurs fournisseurs de soins

Dr. Kellie Thiessen
Université du Manitoba

L’accès croissant aux services intégrés de sages-femmes dans le système de soins de santé nécessite que les sages-femmes participent activement au processus de recherche, à la dissémination des connaissances et à la pratique clinique. La Dre Thiessen, clinicienne-chercheuse stagiaire du Programme canadien de cliniciens-chercheurs en santé de l’enfant (PCCCSE), dirige une équipe interprofessionnelle d’experts qui cherchent à créer des stratégies axées sur les données qui orienteront les politiques pour améliorer les issues périnatales et optimiseront l’intégration des services de sages-femmes dans les initiatives de réforme des soins de santé de première ligne.

En ce moment, son équipe étudie les résultats et les coûts associés aux naissances à l’hôpital et hors de l’hôpital au Manitoba, par types de fournisseur de soins. Le but ultime de son programme de recherche est de repérer les obstacles et de concevoir des interventions qui orienteront les stratégies et les politiques pour améliorer la prestation de soins de maternité de façon à tirer le meilleur parti possible des sages-femmes. Les résultats attendus sont une amélioration globale des issues périnatales et systémiques dans le contexte canadien.

Je tiens à remercier mon équipe de recherche : Dr Nathan Nickel, Dre Julia Witt, Dre Margaret Morris, Mme Kristine Robinson, Mme Margaret Haworth-Brockman, Dr Ivy Lynn Bourgeault , Mme Shelley Derksen, Mme Trina Arnold et M. Alex Peden.

Lire aussi :

2 novembre 2017


Sauver la vie des bébés grâce à la force de l’épigénétique

Un chercheur veut éliminer le besoin de chirurgie pédiatrique visant à réparer les anomalies congénitales en modulant le développement anormal avant la naissance

Dr Richard Keijzer
Université du Manitoba

Toutes les 10 minutes, quelque part dans le monde, un bébé vient au monde avec un trou dans le diaphragme et un développement anormal des poumons – ce qu’on appelle une hernie diaphragmatique congénitale (HDC). En tant que chirurgien pédiatrique, j’opère ces bébés pour réparer le défaut du diaphragme. Malheureusement, les bébés atteints de HDC ont des difficultés respiratoires graves dues au développement anormal de leurs poumons et, chaque heure, l’un d’entre eux décède des suites de cette anomalie.

Dans notre laboratoire, nous étudions le développement anormal des poumons chez les cas de HDC. Nous avons découvert que certains petits régulateurs des gènes – appelés micro-ARN – jouent un rôle important dans le développement anormal des poumons lié à la HDC. Nous cherchons actuellement à savoir si nous pourrions utiliser ces micro-ARN comme traitement prénatal. Notre but ultime est d’améliorer les issues des bébés atteints de cette terrible pathologie en modulant le développement anormal de leurs poumons avant même leur naissance.

Lire aussi :

2 novembre 2017


Un spécialiste en la matière s’attaque de front aux problèmes causés par des médicaments d’usage courant

Un équilibre délicat entre les besoins des patients qui souffrent et une gestion responsable de la douleur

Dr John Wallace
Université de Calgary

J’ai toujours aimé relever des défis. En tant que chercheur médical, j’essaie de résoudre les problèmes causés par certains des médicaments les plus couramment utilisés dans notre société, comme l’aspirine, le naproxène et l’ibuprofène. Ces médicaments peuvent réduire la douleur associée à l’arthrite; malheureusement, ils peuvent aussi causer des saignements à l’estomac et à l’intestin grêle pouvant mettre la vie des gens en danger. 

Au cours des dernières années, nous avons tous entendu, sur une base presque quotidienne, des reportages sur la dépendance aux opioïdes. Les opioïdes sont de puissants analgésiques qui peuvent soulager la douleur intense causée par une blessure ou une maladie comme le cancer, ou ressentie à la suite d’une intervention chirurgicale. Ce dont nous avons besoin, c’est d’un analgésique puissant qui ne crée pas de dépendance et n’entraîne pas de saignements ni d’ulcères gastrointestinaux à l’instar des médicaments comme l’aspirine. Or, cela est justement l’objet de mes recherches. À l’aide d’une substance naturelle pouvant prévenir les lésions gastrointestinales, nous avons conçu un nouvel analgésique puissant qui ne crée pas de dépendance.  

Lire aussi :

2 novembre 2017


Une carrière stimulante et gratifiante : résultat d’un bon calcul

Être une femme en STGM (sciences, technologie, génie, mathématiques) comporte à la fois des défis et des possibilités

Dre Rhonda Rosychuk
Université de l’Alberta

Un enseignant du secondaire avait reconnu mon talent pour les mathématiques et m’avait recommandé une carrière d’actuaire dans l’industrie de l’assurance. Après avoir suivi des cours de mathématiques pures durant mes études de premier cycle, je me suis rendu compte que la science actuarielle n’était pas pour moi, et j’ai commencé à suivre des cours de statistique. La matière m’a vraiment plu, et j’en aimais particulièrement les importantes applications en santé. Après l’obtention de diplômes en statistique et une expérience de travail dans un organisme spécialisé en cancer, je suis devenue biostatisticienne et chercheuse-boursière en santé, travaillant à la conception de méthodes scientifiques au croisement de la recherche en santé et de la statistique, à l’Université de l’Alberta.

Être une femme en STGM dans un département clinique comporte son lot de défis, mais aussi de possibilités. Mes excellentes relations avec mes collègues médecins et statisticiens rendent mon travail gratifiant. Je travaille surtout avec de grands ensembles de données administratives sur les visites aux urgences d’hôpitaux. J’essaie d’utiliser diverses sources et catégories de données pour répondre à des questions sur la fréquence des visites aux urgences.

Lire aussi :

2 novembre 2017


Faites connaissance avec l’équipe de recherche en santé et fertilité des IRSC

Une équipe multidisciplinaire de chercheurs et de cliniciens tente de cerner et de combler les besoins des hommes et des femmes ayant des problèmes de fertilité

Dre Phyllis Zelkowitz
Université McGill, Institut Lady Davis, Hôpital général juif

Plus de 250 000 couples au Canada ont de la difficulté à concevoir. De nombreux progrès ont été accomplis ces 30 dernières années dans le traitement médical de l’infertilité au moyen de différentes technologies de reproduction assistée. Avec la capacité de mieux aider les couples infertiles, les séquelles émotionnelles de l’infertilité sont devenues plus apparentes. Au niveau individuel, on peut ressentir de la colère, de la frustration et de l’anxiété, et même souffrir de dépression. Le stress associé à l’infertilité et à son traitement peut aussi miner les relations de couple et décourager les patients de poursuivre leur traitement.

La recherche s’est beaucoup intéressée aux conséquences de l’infertilité et de son traitement sur les femmes, mais a accordé sensiblement moins d’attention à l’expérience de l’infertilité chez les hommes. Ces derniers peuvent se sentir exclus du processus de traitement de l’infertilité, puisque même lorsque les causes d’infertilité sont imputables à l’homme, c’est sa partenaire qui doit subir les tests médicaux et les interventions. Le besoin perçu de demeurer stoïque pour soutenir leur partenaire peut amener les hommes à réprimer leurs propres sentiments de détresse.

La Dre Phyllis Zelkowitz dirige une équipe multidisciplinaire de chercheurs et de cliniciens qui tente de cerner et de combler les besoins en information et en soutien des hommes et des femmes vivant des problèmes de fertilité. L’objectif consiste à concevoir des applications médicales mobiles fondées sur des données probantes et centrées sur le patient qui fourniront de l’information à jour et des services de soutien par les pairs aux patients des cliniques de fertilité et aux hommes ayant des problèmes de fertilité imputables au cancer. « L’éducation en santé de la reproduction contribue à réduire la stigmatisation associée à l’infertilité et fournit aux gens les outils nécessaires pour prendre leur santé en main », explique la Dre Zelkowitz. « Nous espérons que notre travail contribuera à la conception, à la mise en œuvre et à l’adoption d’interventions en santé et fertilité qui profiteront aux patients par l’amélioration de leur qualité de vie générale. »

Lire aussi :

2 novembre 2017


Le diabète de type 2 : une véritable énigme à éclaircir

Une carrière consacrée à élucider le mystère entourant la prévention du diabète et de ses graves complications

Dr Hertzel C. Gerstein
Université McMaster

Le diabète de type 2 a touché moins d’un Canadien adulte sur 20 en 1980, mais plus d’un sur dix en 2017. Pour des raisons mal comprises, le diabète de type 2 hypothèque sérieusement la qualité de vie, endommage presque tous les organes, réduit l’espérance de vie et constitue pour la société un fardeau économique énorme et sans cesse croissant. C’est pourquoi je consacre ma carrière à la recherche de moyens de prévenir le diabète et ses graves complications, d’améliorer la vie des personnes diabétiques et de leurs familles, et de mettre la maladie en rémission. Pour ce faire, j’ai demandé du financement pour des études nationales et internationales que je conçois et dirige afin de tester diverses thérapies sur des dizaines de milliers de personnes partout dans le monde, et j’établis des relations de travail fructueuses avec l’industrie, la profession médicale, des organismes de recherche et d’autres chercheurs.

Lire aussi :

2 novembre 2017


La recherche m’a aidée à vivre mon chagrin

Le processus de guérison d’une mère conduit à l’amélioration du soutien aux endeuillés

Mme Valerie McDonald
Toronto

Lorsque ma fille de 9 ans, Natalie, est décédée du cancer, les services de soutien aux personnes endeuillées offerts par le Sick Kids manquaient de constance. Chose surprenante, j’ai été aidée en participant à une étude sur les parents en deuil dirigée par une équipe de travailleurs sociaux et de psychologues en hématologie et oncologie. Six mois jour pour jour après le décès de Natalie, j’ai passé deux heures avec un chercheur à parler de mon enfant, de mes sentiments, de mes inquiétudes pour mes autres enfants et du soutien que ma famille aurait aimé recevoir de l’hôpital.

Cette expérience très cathartique s’est avérée un point tournant dans ma transition vers une nouvelle « normalité ». L’étude et des recherches ultérieures dirigées par la même équipe ont mené, en 2009, à la formation d’un groupe de travail sur le soutien aux personnes endeuillées. Aujourd’hui, l’hôpital dispose d’un solide programme de services flexibles conçus pour soutenir toutes les familles en deuil, programme pour lequel je travaille maintenant comme bénévole.

Lire aussi :

2 novembre 2017


Face à face : mieux comprendre les gènes qui déterminent les traits du visage

Étudier l’architecture génétique pour comprendre les origines et les fondements génétiques des traits complexes qui rendent chaque individu unique

Dr G.H. Sperber
Université de l’Alberta

« Comment sommes-nous faits? Nous essayons de comprendre l’origine et les fondements génétiques des traits complexes qui distinguent chaque être humain. Le développement et l’évolution des traits physiques, et même comportementaux, relèvent en premier lieu de la génétique. La création du visage, qui est si important pour notre identité et l’accouplement, est fondée sur le développement de la structure cranofaciale sous-jacente. En étudiant les mutations ou les variations génétiques qui mènent à des difformités ou à des anomalies du développement, nous pouvons mieux comprendre les gènes qui déterminent la formation du visage.

Les nouvelles possibilités de manipulation de l’expression génique offertes par le génie génétique pourraient éventuellement permettre de prévenir les maladies ou syndromes héréditaires connus.

Nous traversons une période d’exploration à la fois palpitante et parsemée d’enjeux éthiques. »

Mon bagage en anatomie, en embryologie, en paléoanthropologie et en dentisterie m’a amené à m’interroger sur les origines de notre existence. Ma curiosité demeure motivée par le défi de repousser sans cesse les limites de nos connaissances.

Lire aussi :

23 octobre 2017


Nourrir l’empathie des puissants afin de changer le monde pour le mieux

L’impact national et international des chercheurs en bioéthique travaillant au croisement des politiques et de la pratique

Photo : avec la permission de la Dre Baylis avec Le Gouverneur général du Canada, Rideau Hall.

Dre Françoise Baylis
Université Dalhousie

C’est ma volonté de changer le monde pour le mieux qui m’a amenée à devenir chercheuse en bioéthique. Une ambition un brin idéaliste, mais néanmoins sincère. Plus précisément, je voulais protéger et promouvoir les intérêts des femmes.   

Mes études en bioéthique féministe m’ont incitée à étendre l’objet de mes recherches à toutes les victimes d’oppression. J’ai obtenu un doctorat en philosophie avec spécialisation en bioéthique en 1989. À cette époque, la bioéthique n’était pas encore une discipline florissante. Ma thèse portait sur l’éthique de la recherche ex utero sur des embryons humains rejetés à la suite d’expériences de fécondation in vitro.

Depuis ce temps, mes recherches en bioéthique ont couvert la procréation assistée, la recherche sur les femmes enceintes, les embryons et les cellules souches, le remplacement de mitochondries (aussi appelé transfert du génome nucléaire humain) et la modification du génome. Ce travail, au croisement des politiques et de la pratique, génère de l’intérêt aux échelles nationale et internationale. Mon objectif général a toujours été le même : nourrir l’empathie des puissants.

Lire aussi :

23 octobre 2017


La synergie entre la recherche fondamentale et appliquée : un élément essentiel à l’avancement des connaissances

Tout simplement stupéfiant : le travail coordonné de milliards de molécules dans la fabrication de cellules, de tissus et d’organismes entiers

Dr Tony Harris
Université de Toronto

Le travail coordonné de milliards de molécules dans la fabrication de cellules, de tissus et d’organismes entiers est un phénomène stupéfiant. La compréhension de ces mécanismes permet de traiter des maladies et de faire avancer la bio/nanotechnologie. Mon équipe financée par les IRSC et le CRSNG, qui se compose d’étudiants diplômés et non diplômés et de personnel scientifique, étudie comment les molécules structurent la couche cellulaire superficielle des embryons de mouche à fruit, une couche semblable à la peau humaine et au contour de nos organes. La mouche à fruit est l’animal de laboratoire qui se prête le mieux à la manipulation moléculaire par la génétique et à l’observation des complexes moléculaires au microscope. Nous déterminons la fonction d’une molécule en la retirant et en observant la réaction des autres molécules, de cellules entières et de tissus. Il est remarquable que les mouches à fruit et les humains soient structurés par les mêmes molécules. Cet animal de laboratoire permet de faire des découvertes à un rythme plus accéléré que les études sur des humains seulement. La synergie entre la recherche fondamentale et appliquée est essentielle à l’avancement des connaissances et à leur utilisation dans la vie quotidienne.

Lire aussi :

23 octobre 2017


Les sciences de la vie, un domaine florissant

La recherche sur les interactions gènes-médicaments atteint de nouveaux sommets grâce à la levure de boulangerie

Dr Corey Nislow
Université de la Colombie-Britannique

Theo Dobhzhansky a déjà dit : « il n’y a rien à comprendre à la biologie sans l’éclairage apporté par l’évolution ». Ce credo a guidé mes recherches sur les oursins verts, les grenouilles, les algues, les mouches, les vers, les cochons miniatures et les êtres humains. L’évolution est notre fil conducteur. Nous descendons d’un ancêtre commun et avons tous relevé le défi de nous adapter à notre environnement. Notre laboratoire utilise de la levure de boulangerie pour comprendre les médicaments destinés à l’usage humain, car malgré le milliard d’années d’évolution qui sépare l’homme de la levure, nous partageons la moitié de nos gènes avec cette substance. Et malgré son absence de cerveau, la levure a contribué à la compréhension du fonctionnement des antidépresseurs. En fait, la levure est une experte dans l’utilisation des médicaments pour communiquer, de la même façon que nos neurones interagissent.

Plus récemment, nous avons exploré de nouveaux environnements. D’une part, nous avons expédié de la levure à la Station spatiale internationale afin de comprendre la microgravité et la radiation et, d’autre part, nous avons pris contact avec des pharmacies communautaires afin d’utiliser nos connaissances sur les interactions gènes-médicaments pour aider à surmonter les défis liés à la personnalisation des traitements pharmaceutiques.

L’espace et le milieu pharmaceutique sont des environnements qui exigent une logistique de précision pour mettre en pratique les résultats de la recherche en laboratoire. Mais cette transition est rendue possible par la combinaison des nouvelles technologies et des données massives.

Jamais période n’a été aussi emballante pour travailler dans les sciences de la vie.

Lire aussi :

23 octobre 2017


Une puissante technique de séquençage de cellule unique révèle des secrets de la génétique

Explorer des territoires inconnus en biologie des cellules souches, en réparation d’ADN et en diversité génomique humaine avec « Strand-seq »

Dr Peter M. Lansdorp
Université de la Colombie-Britannique

Ma recherche est axée sur le rôle de l’instabilité du génome dans le vieillissement et le cancer. Récemment, nous avons mis au point une puissante technique de séquençage de cellule unique, appelée Strand-seq, afin d’explorer des territoires inconnus en biologie des cellules souches, en réparation d’ADN et en diversité génomique humaine. Nous utilisons Strand-seq pour répondre à certaines questions fondamentales :

Lire aussi :

23 octobre 2017


Écouter les patients : une expérience instructive

Une passion pour l’amélioration des méthodes de recherche clinique qui motive une chercheuse à aider les gens

Dre Sunita Vohra
Université de l’Alberta

Je suis devenue médecin parce que je voulais aider les gens, et je suis devenue scientifique parce que je voulais améliorer notre façon de prodiguer les soins de santé.

Ce qui me passionne, c’est l’amélioration des méthodes de recherche clinique : existe-t-il de meilleures façons de vérifier si des traitements sont sécuritaires ou efficaces? La plupart du temps, ma recherche est basée sur des questions posées par des patients sur des sujets qui touchent leur santé. L’écoute des patients s’est révélée fort instructive. 

La plupart des Canadiens recourent à la fois aux médecines conventionnelle, complémentaire et traditionnelle pour s’occuper de leur santé; ils ont donc besoin d’information fiable pour guider leurs décisions. Ma recherche est axée sur la production de données probantes de haute qualité qui confirment si des traitements sont sécuritaires et efficaces, pour qui et pourquoi (ou pourquoi pas).

Les soins de santé doivent non seulement reposer sur des données probantes, mais aussi respecter les préférences, les valeurs et les buts des patients. Ma recherche contribue à concilier ces deux obligations, de façon à ce que les soins prodigués soient à la fois fondés sur des données probantes et centrés sur le patient. 

Lire aussi :

23 octobre 2017


Ma manière de contribuer à la recherche en santé au Canada

L’histoire personnelle d’une chercheuse qui voulait améliorer le sort des victimes de la dystrophie musculaire de Duchenne

Mme Shannon Thompson
Université d’Ottawa

Voici comment je contribue à la recherche en santé au Canada à titre d’étudiante à la maîtrise au Laboratoire de régénération neurale de l’Université d’Ottawa :

La dystrophie musculaire de Duchenne (DMD) est une maladie dévastatrice qui touche un homme sur 3500 et qui se caractérise par une atrophie musculaire progressive, une perte de mobilité et une réduction de l’espérance de vie. La DMD résulte d’une mutation génétique qui provoque la perte de la dystrophine pleine longueur, une protéine présente dans les muscles squelettiques ainsi que le cerveau.   

La dystrophine a un rôle à jouer dans l’établissement de la polarité des cellules satellites, les cellules souches des muscles, qui se divisent de façon asymétrique pour à la fois réapprovisionner le réservoir de cellules satellites et produire des cellules progénitrices qui iront réparer les tissus musculaires. En l’absence de dystrophine, la polarité cellulaire n’est pas établie, ce qui perturbe la division cellulaire asymétrique. Le tiers des victimes de la DMD souffrent de déficience cognitive non progressive, qui se manifeste principalement par des problèmes d’apprentissage et de mémoire.

Mon but consiste à déterminer si une perte de dystrophine dans le cerveau perturbe également la division cellulaire asymétrique des cellules souches neurales, et à déterminer si cela explique la déficience intellectuelle associée à la DMD.

Lire aussi :

23 octobre 2017


Étude des différences individuelles dans la perception de la douleur

Près de 25 % des Canadiens sont touchés par la douleur, qui arrive au premier rang des problèmes de santé humaine pour sa prévalence et son fardeau économique

Dr Jeffrey S. Mogil
Université McGill

La douleur arrive au premier rang des problèmes de santé humaine pour sa prévalence et son fardeau économique pour la société. Près d’un quart des Canadiens en souffrent, et c’est la principale raison qui pousse les gens à réclamer des soins médicaux. Mais la douleur est extrêmement variable. Dans certaines circonstances, certaines personnes ne signaleront pas les stimuli nuisibles comme des causes de douleur, tandis que d’autres pourront ressentir une douleur intolérable après un simple toucher.

Certaines personnes sont très réceptives à l’effet apaisant des placebos, tandis que d’autres ne réagissent pas aux opiacés, même à forte dose. La plupart des gens se remettent complètement des infections ou des traumatismes causés par des accidents, mais d’autres plus malchanceux développent des syndromes de douleur chronique qui peuvent durer des années.

Pour comprendre ces différences individuelles dans la perception de la douleur, nous examinons la douleur sous tous ses angles, depuis ses fondements génétiques jusqu’à sa modulation par des facteurs sociaux comme l’empathie. Nos études effectuées sur des souris et des humains révèlent des différences majeures entre les mécanismes de traitement de la douleur des sujets masculins et des sujets féminins.

Lire aussi :

23 octobre 2017


Une bouffée d’air frais!

Des progrès technologiques offrent une occasion unique de traiter des maladies pulmonaires génétiques comme la fibrose kystique

Dr Jim Hu
Hôpital pour enfants, Université de Toronto

Les technologies actuelles en biologie moléculaire et en génétique nous fournissent des moyens sans précédent de détecter les mutations génétiques qui causent des maladies, de concevoir des méthodes de diagnostic, et de comprendre les mécanismes pathologiques. Les progrès de la recherche ont aussi stimulé le développement de thérapies géniques pour des maladies pulmonaires génétiques comme la fibrose kystique.  

La thérapie génique, qui consiste à remplacer un gène porteur d’une mutation induisant une maladie par une copie saine et fonctionnelle du gène, comporte plusieurs avantages par rapport aux interventions chirurgicales ou aux traitements pharmacologiques traditionnels. Mais surtout, cela permet d’agir sur la cause d’une maladie, et non seulement sur ses symptômes. La thérapie génique est conçue comme une intervention non invasive pour usage non courant, ce qui réduit le fardeau pharmacologique et thérapeutique à supporter par les patients et rehausse leur qualité de vie.

La thérapie génique deviendra plus économique avec le temps, ce qui allègera le fardeau financier sur le système de santé. Par ailleurs, certains médicaments sont seulement efficaces pour certaines mutations génétiques. L’approche de la thérapie génique permettrait d’aider, en un seul traitement, tous les patients porteurs de différentes mutations du même gène associé à une maladie.

Notre groupe a déjà démontré que les gènes pouvaient être efficacement implantés dans les poumons de souris, de lapins et de porcs. Ces progrès technologiques offrent une occasion unique de traiter des maladies pulmonaires génétiques comme la fibrose kystique par le remplacement des gènes associés à ces maladies dans les cellules souches pulmonaires, lesquelles sont maintenant directement ciblées par notre groupe pour l’expression génique thérapeutique à long terme. Les découvertes découlant de nos recherches permettront de faire d’importants progrès dans le traitement efficace et rentable des patients atteints de maladies pulmonaires génétiques.

Lire aussi :

23 octobre 2017


Inspiré par la première souris transgénique, un ingénieur génétique se remémore ses débuts de carrière

De novice à concepteur de bioprocédés de pointe pour générer du tissu osseux, cartilagineux et cardiaque à partir de cellules souches

Dr Derrick Rancourt
Université de Calgary

Mon projet de devenir ingénieur génétique a été inspiré par la première souris transgénique. À l’instar des jeunes artistes dans la Florence de la Renaissance qui devaient faire leurs classes en ramassant des œufs ou en écrasant de la pierre pour fabriquer de la peinture, ma première corvée a consisté à préparer un extrait d’enzymes à partir de mes propres matières fécales. S’inscrivant dans le test de mutagénicité d’Ames, « fécalase » a simulé la conversion de pro-mutagènes dans l’intestin. Cette expérience m’a permis de vraiment lancer ma carrière. Je voulais ardemment faire mes classes comme novice, et dieu sait que j’ai trimé dur. Lorsqu’il était temps de produire une nouvelle mouture, mon patron avait l’habitude de me passer une boîte de biscuits à l’avoine pour stimuler mes enzymes. Sérieusement, mon premier mentor universitaire m’a initié à la recherche et m’a aidé à décrocher mon premier poste en génie génétique. C’est grâce à sa gentillesse et à mes sacrifices que je suis aujourd’hui ingénieur génétique.

Lire aussi :

23 octobre 2017


Concevoir, formuler et mettre au point la prochaine génération de systèmes d’administration de médicaments et de vaccins

Le ciblage localisé, la libération contrôlée et la résistance aux médicaments figurent parmi les nouvelles pistes de recherche prometteuses actuellement explorées

Dr Abdelwahab Omri
Université Laurentienne

Mon programme de recherche est axé sur la conception, la formulation, la mise au point et la caractérisation de systèmes d’administration de médicaments et de vaccins, en particulier ceux qui reposent sur les liposomes. Je m’intéresse particulièrement au ciblage localisé, à la libération contrôlée, à la résistance aux médicaments, à la pharmacocinétique, à la pharmacodynamique, au métabolisme et à la toxicité d’agents biologiques actifs libres et encapsulés dans des liposomes.  

Champs de recherche :

  1. Administration d’oligonucléotides antisens par liposomes. Effet sur la fonction de la glycoprotéine P dans des cellules multirésistantes aux médicaments dans des études in vitro et in vivo. Des agents cationiques en formulation liposomique sont utilisés pour favoriser la pénétration des oligonucléotides antisens dans la membrane cellulaire et pour les protéger contre la dégradation enzymatique (nucléases).
  2. Administration d’antimicrobiens par liposomes en réponse à des pathogènes bactériens résistants aux médicaments : infections pulmonaires et systémiques. Fabrication de liposomes hautement efficaces comme capsules, profil de libération d’antimicrobiens favorable et stimulation de l’activité bactéricide pour surmonter le problème de la résistance bactérienne causée par la faible perméabilité de l’enveloppe cellulaire bactérienne et la production d’enzymes neutralisant les antimicrobiens.
  3. Médicaments et vaccins en formulation liposomique pour administration par voie orale. Les liposomes sont utilisés pour protéger les agents encapsulés contre l’environnement gastrointestinal hostile (faible pH, phospholipases et sel biliaire) et pour stimuler leur intégration à la circulation systémique et accroître l’efficacité de ces agents tout en limitant la fréquence à laquelle ils doivent être administrés. Des formulations liposomiques spéciales seront préparées, caractérisées et soumises à des tests d’efficacité in vitro et dans des modèles animaux.

Lire aussi :

16 octobre 2017


La baisse des niveaux d’acide gras non saturés oméga-3, -6 et -9 : un point commun aux patients atteints de la maladie d’Alzheimer

Exploration de l’utilité possible de certains aliments pour prévenir le développement de cette maladie neurodégénérative

Mme Valerie Desjardins
Université d’Ottawa

En tant que membre du laboratoire Bennett, j’étudie l’abondance de lipides (gras) dans des souris génétiquement modifiées qui reproduisent les symptômes de la maladie d’Alzheimer. L’Alzheimer se caractérise par la détérioration des fonctions cognitives sous l’effet des plaques amyloïdes (substance cireuse et translucide), principalement composées de peptides bêta-amyloïdes. Je surveille la variation du niveau de lipides dans ces souris et je vérifie si un changement dans leur alimentation (riche ou pauvre en lipides) permettra de prévenir la progression de la neurodégénérescence et de ses effets dévastateurs dans le modèle animal.

Ma contribution à ce projet consiste à quantifier le niveau de lipides à l’aide de techniques in silico (simulation par ordinateur) afin de comparer les souris saines aux souris symptomatiques, et l’alimentation normale à l’alimentation enrichie.

Avez-vous déjà remarqué que certains aliments, comme les œufs ou la margarine, sont enrichis d’acides gras oméga-3? Puisque l’Alzheimer s’accompagne d’une baisse des niveaux d’oméga-3, -6 et -9, nous tentons de savoir si la consommation de tels aliments pourrait prévenir le développement de cette maladie neurodégénérative.

Lire aussi :

16 octobre 2017


L’évolution de la résistance aux antibiotiques chez les bactéries pathogènes

Concevoir des stratégies novatrices pour ralentir, ou même inverser, le développement de la résistance

Dr Alex Wong
Université Carleton

Mon laboratoire étudie l’évolution de la résistance aux antibiotiques chez les bactéries pathogènes. Je considère ce travail particulièrement intéressant, car il permet d’appliquer les riches connaissances acquises sur l’évolution au niveau moléculaire à la résolution d’un sérieux enjeu de santé publique. Nous appliquons diverses approches, dont le dépistage génétique, l’évolution expérimentale et la génomique comparative, pour comprendre comment la résistance survient et persiste, et cerner les nouvelles vulnérabilités dans les cellules résistantes.

En fin de compte, notre objectif consiste à concevoir des stratégies pour ralentir, ou même inverser, le développement de la résistance, soit par des mesures de santé publique, soit par la mise au point de nouveaux médicaments.

Lire aussi :

16 octobre 2017


Concevoir des stratégies de protection de la santé mentale axées sur la nutrition et guidées par la génétique

Comment le counseling psychogénétique peut fournir aux gens les outils nécessaires pour préserver leur santé mentale et celle de leur famille

Dre Jehannine Austin
Université de la Colombie-Britannique

Je n’avais jamais prévu devenir chercheuse, mais j’ai fini par travailler en recherche sur la santé mentale car je voulais trouver de nouvelles façons d’aider des familles comme la mienne.

J’ai fait un doctorat en génétique psychiatrique et j’ai suivi une formation de conseillère en génétique. Cela m’a procuré le bagage nécessaire pour embrasser toute la complexité des connaissances actuelles concernant l’incidence de la génétique sur les troubles psychiatriques afin de les appliquer d’une façon véritablement utile aux familles confrontées à ces troubles pour les aider à préserver leur propre santé mentale.

Mon équipe se sert des connaissances actuelles sur la génétique des troubles psychiatriques pour aider les personnes aux prises avec ces problèmes ainsi que leurs familles. Nous explorons différentes pistes de recherche. Nous nous employons à concevoir des stratégies de protection de la santé mentale axées sur la nutrition et guidées par la génétique, et nous produisons de nouvelles connaissances sur l’utilité potentielle du counseling psychogénétique pour donner aux gens les moyens de se prendre en main pour une meilleure santé mentale.

Lire aussi :

16 octobre 2017


En matière de nutrition et de médication, une approche uniformisée ne convient pas toujours

Étudier l’alimentation et la génétique pour traiter et prévenir les maladies cardiométaboliques et les maladies d’origine immunologique

Dre Leah Cahill
Université Dalhousie

Je suis nouvelle chercheuse principale d’une équipe de recherche récemment formée pour étudier l’incidence de la nutrition, de la génétique et de leurs interactions sur les maladies cardiométaboliques et les maladies d’origine immunologique. À cette fin, je recours à des méthodes de recherche épidémiologiques et cliniques axées sur le patient. Le coût des maladies cardiométaboliques (p. ex. maladies du cœur et diabète de type 2) et des maladies d’origine immunologique (p. ex. maladie de Crohn et troubles hématopoïétique) est exorbitant, à la fois pour le système de santé et la qualité de vie des patients.

Notre objectif consiste à déterminer, par des recherches à l’échelle des patients et des populations, les habitudes alimentaires optimales ainsi que les voies biologiques, les protéines et les microbiotes ayant un rôle important dans le traitement et la prévention de ces maladies. En matière de nutrition et de médication, une approche uniforme n’est pas toujours de mise; il est parfois nécessaire d’adopter une approche plus personnalisée et axée sur le patient.

Ultimement, j’aimerais que les résultats de nos recherches orientent les lignes directrices visant à réduire les risques de maladies cardiométaboliques et les maladies d’origine immunologique.

Lire aussi :

16 octobre 2017


Bien vivre sans dialyse

Des combinaisons personnalisées de structures, de processus et de techniques permettent de répondre aux besoins uniques des personnes atteintes d’une maladie du rein

Dre Sara Davison
Université de l’Alberta

La dialyse est le traitement par défaut employé pour la plupart des personnes atteintes d’une maladie du rein à un stade avancé. Cependant, les patients fragiles, en particulier ceux qui souffrent d’autres problèmes de santé, peuvent ne tirer aucun bienfait de la dialyse. En fait, la dialyse pourrait même réduire leur taux de survie et leur qualité de vie. En septembre 2016, la Dre Sara Davison et son équipe, le Kidney Supportive Care Research Group (KSCRG) (en anglais seulement), ont lancé un projet pilote novateur intitulé Conservative Kidney Management (CKM) Pathway (en anglais seulement) dans toute l’Alberta afin de fournir des soins intégrés aux patients ayant peu de chances de bénéficier de la dialyse et ayant opté pour une approche thérapeutique conservatrice.

Ce projet se concentre sur le ralentissement du déclin du fonctionnement des reins parallèlement à la prise en charge active des symptômes et à la préservation de la capacité fonctionnelle et de la qualité de vie. Il comporte des combinaisons personnalisées de structures, de processus et de techniques visant à répondre aux besoins uniques de chaque patient en s’adaptant au contexte (système, communauté). Le KSCRG évalue actuellement le projet Pathway, y compris un outil interactif d’aide à la décision en ligne pour les patients. Le KSCRG a pour vision de réduire la souffrance des personnes atteintes d’une maladie rénale chronique à un stade avancé et de les aider à profiter de la vie.

Lire aussi :

16 octobre 2017


Prévention des chutes chez les personnes âgées – l’équilibre trouvé en Saskatchewan

Un programme d’exercice à domicile simple et éprouvé aide les personnes âgées à éviter des chutes potentiellement catastrophiques

Dre Shanthi Johnson
Université de Regina

Les chutes ne sont pas une conséquence inévitable du vieillissement, mais elles représentent un problème commun, complexe et coûteux. Ma recherche, réalisée en partenariat avec les régions sanitaires de Regina Qu’Appelle et de Sun Country, a porté sur un programme d’exercice à domicile simple et éprouvé qui aide les aînés, y compris en région rurale, à demeurer autonomes chez eux. Des bénéficiaires de soins à domicile qui faisaient des exercices à domicile – enseignés par des experts et surveillés régulièrement par l’entremise du réseau de soins à domicile – ont vu leur capacité physique fonctionnelle s’améliorer considérablement avec la réduction des chutes. Le programme d’exercice à domicile, conçu par le Centre canadien de l’activité et du vieillissement (CCAA), comporte dix exercices simples d’intensité progressive, chacun soigneusement conçu pour augmenter la capacité fonctionnelle et prévenir les chutes chez les personnes âgées. Les exercices peuvent être faits à la maison et ne requièrent pas de grand espace ni d’équipement spécial. Les chutes, le manque d’équilibre et la peur de tomber peuvent avoir des effets dévastateurs chez les personnes âgées, et l’exercice constitue leur première ligne de défense.

Lire aussi :

16 octobre 2017


Des progrès dans le traitement des AVC prouvent qu’il existe plusieurs façons d’éliminer un caillot!

Amélioration spectaculaire de l’issue clinique des AVC grâce à la recherche sur le diagnostic et les choix thérapeutiques

Dr Michael D. Hill
Université de Calgary

Notre équipe à Calgary travaille à améliorer les soins offerts aux victimes de tous les types d’accidents vasculaires cérébraux (AVC). Nous sommes devenus cliniciens-chercheurs parce que le cycle de la qualité des soins cliniques, de l’amélioration de la qualité des soins et de la recherche clinique alimente l’amélioration constante des résultats sur la santé des patients. L’intégration de la recherche clinique aux soins cliniques stimule nos progrès et fait évoluer le domaine. Nous effectuons des essais cliniques consacrés au diagnostic (par imagerie) et au traitement des AVC. Nous avons complété l’essai ESCAPE (en anglais seulement), qui a démontré que le traitement des patients par thrombectomie endovasculaire (intervention intra-artérielle qui dépasse les plus hautes normes de qualité des soins médicaux) entraînait une amélioration spectaculaire de l’issue des accidents ischémiques cérébraux majeurs. 

Nous travaillons maintenant à la conception de traitements thrombolytiques novateurs pour les AVC mineurs (essai TEMPO-2 (en anglais seulement)) et d’un nouveau médicament appelé NA-1 à utiliser en association avec le traitement endovasculaire pour les AVC majeurs (essai ESCAPE-NA1 (en anglais seulement)).

Lire aussi :

16 octobre 2017


Médecine néonatale : modélisation 3D de la naissance des bébés

Utiliser la technologie d’impression 3D pour créer des robots malléables imitant le col de l’utérus durant l’accouchement

Dr James Andrew Smith
Université York

Je suis chercheur en robotique biomédicale à l’Université York. J’ai commencé à modéliser la naissance des bébés durant la première grossesse de ma femme. Plus nous rencontrions de sages-femmes, plus j’avais de questions sur la façon de mesurer la santé d’une grossesse et d’en prédire l’issue. Pour me permettre de comprendre le processus, j’ai fait équipe avec des sages-femmes de l’Université Ryerson et un chercheur en gynécologie et en obstétrique de l’Université McMaster afin de concevoir de nouveaux modèles de l’utérus et du col de l’utérus. À l’aide de mesures d’utérus prises posthystérectomie et de modèles informatiques, nous étudions comment le col de l’utérus s’assouplit pour ensuite s’effacer et se dilater durant l’accouchement afin de laisser sortir le bébé. Nous exploitons les plus récents progrès en matière d’impression 3D pour créer des robots malléables qui imitent le col de l’utérus durant l’accouchement. Nous prévoyons utiliser ce processus afin de créer d’autres modèles sur mesure destinés pour la formation en gestion des naissances à haut risque destinée aux obstétriciens et aux sages-femmes.

Lire aussi :

16 octobre 2017


Exploiter le pouvoir de guérison du corps humain

Des chercheurs découvrent une protéine aux propriétés curatives qui pourrait aider à vaincre des maladies comme la sclérose en plaques

Dre Shalina Ousman
Université de Calgary

C’est excitant d’être la première personne sur la planète à faire une découverte qui fait avancer les connaissances ou contribue à un nouveau traitement. Mon laboratoire étudie la sclérose en plaques (SEP) et les lésions des nerfs périphériques. Notre travail s’appuie sur la capacité du corps humain d’activer un mécanisme de guérison lorsque nous subissons une blessure comme une ecchymose. Comme cela se produit probablement pour toutes les maladies, nous cherchons à savoir quels sont ces mécanismes de protection endogènes (c.-à-d. qui se développent ou se manifestent de l’intérieur), pourquoi sont-ils incapables de guérir une maladie ou une blessure, et s’il est possible d’exploiter leurs propriétés curatives pour surmonter la maladie.

Nous sommes ravis qu’une de nos découvertes dans le domaine de la SEP – qui a révélé le rôle protecteur joué par une petite protéine de choc thermique appelée chaîne B de la cristalline alpha dans un modèle de la SEP – se soit avérée potentiellement efficace dans des essais de phase 1 et 2a chez des patients atteints de SEP.  

Lire aussi :

16 octobre 2017


Troubles génétiques actuellement incurables, le syndrome du X fragile et le syndrome de Dravet se manifestent par des troubles du spectre autistique et l’épilepsie

Les progrès de la recherche génétique canadienne pourraient s’appliquer à la mise au point de traitements pour d’autres troubles neurodéveloppementaux

Dr David R. Hampson
Université de Toronto

Le syndrome du X fragile et le syndrome de Dravet sont des troubles génétiques qui se manifestent par des troubles du spectre autistique et l’épilepsie, et pour lesquels il n’existe aucun remède. Le Dr David R. Hampson et son équipe à l’Université de Toronto se servent de la thérapie génique médiée par vecteur viral comme nouveau traitement biologique potentiel. L’évaluation de l’efficacité de ce traitement sur le comportement et la neurobiologie de souris utilisées comme modèles du syndrome du X fragile a révélé une réduction des symptômes. 

L’équipe tente d’améliorer davantage la conception du vecteur et le mécanisme de libération du médicament pour traiter le X fragile chez l’humain. Elle s’attend à ce que les connaissances acquises dans le cadre de ses travaux sur le X fragile soient applicables à la création et à la mise à l’essai de vecteurs pour utilisation contre le syndrome de Dravet. Un des principaux avantages de la thérapie génique médiée par vecteur viral est que l’administration d’une seule dose du médicament biologique pourrait se traduire par une amélioration ou une correction durable. L’équipe prévoit aussi que les progrès accomplis dans le cadre de cette recherche pourront s’appliquer à la mise au point de thérapies géniques pour d’autres troubles neurodéveloppementaux.

Lire aussi :

10 octobre 2017


Combattre la sepsie, une complication des infections pouvant provoquer la défaillance d’un organe et mener au décès

Des chercheurs se servent du mécanisme de clairance naturelle du corps humain pour accélérer l’élimination de toxines potentiellement mortelles

Dr Jim Russell
Centre for Heart Lung Innovation, Hôpital St. Paul’s

La sepsie tue plus de gens que les crises cardiaques. Imaginez un rhume ou une grippe, mais en dix fois pire. S’ensuit la défaillance des organes : le cœur, les poumons, les reins et, finalement, le cerveau. Même avec des antibiotiques, le tiers des patients atteints de sepsie perdent la vie.

Au Centre for Heart Lung Innovation, le Dr Jim Russell et son équipe tentent de comprendre comment la sepsie provoque la défaillance viscérale et comment améliorer les taux de survie.

Les membres de l’équipe ont été les premiers à découvrir que les inhibiteurs de PCSK9 – utilisés pour abaisser le taux de cholestérol dans les cas de maladie cardiovasculaire – sont efficaces pour combattre la sepsie. Ils travaillent maintenant à mettre au point un inhibiteur de PCSK9 à utiliser en association avec des antibiotiques pour améliorer les chances de succès des traitements, en se servant du mécanisme de clairance naturelle du corps pour accélérer l’excrétion des endotoxines bactériennes causant la défaillance des organes.

Le Dr Russell a reçu le Prix Aubrey J. Tingle 2017 en reconnaissance de sa contribution aux domaines des soins intensifs, du traitement des infections graves et de la conception d’essais cliniques en Colombie-Britannique et ailleurs dans le monde.

Lire aussi :

10 octobre 2017


Améliorer les stratégies pour les professionnels de la santé

De nouvelles études prospectives révèlent une amélioration des résultats des grossesses des femmes souffrant de maladies rhumatismales

Dre Evelyne Vinet
Université McGill

L’objectif général de ma recherche consiste à améliorer l’issue  des grossesses des femmes souffrant de maladies rhumatismales pour elles et leurs enfants. J’ai mis sur pied la plus grande cohorte d’enfants nés de femmes atteintes de lupus érythémateux systémique (LES) et, avec cette ressource unique, j’ai démontré que le risque de souffrir de troubles du spectre autistique et de cardiopathie congénitale était plus de deux fois plus élevé chez les enfants de femmes atteintes de LES que chez les enfants de la population générale, ce qui a repoussé les limites des futures études sur l’autoimmunité maternelle et les risques d’effet nuisible sur la santé.

J’effectue actuellement une étude par groupe de discussion évaluant les besoins cliniques et psychosociaux de femmes souffrant de polyarthrite rhumatoïde et de LES, ainsi que les facteurs qui entravent et ceux qui facilitent leur accès aux services de suivi de grossesse afin d’améliorer les stratégies à la disposition des professionnels de la santé qui accompagnent des femmes enceintes souffrant de maladies rhumatismales.

Je travaille aussi à mettre sur pied la cohorte LEGACY (Lupus pregnancy) pour une vaste étude prospective internationale multicentre sur des femmes enceintes atteintes de LES qui vise à évaluer les effets nuisibles sur la grossesse, leurs prédicteurs et les traitements préventifs potentiels. 

Lire aussi :

10 octobre 2017


La recherche en santé réussit un triplé!

Trois découvertes majeures dans trois champs de recherche sur la douleur

Dr Terence J. Coderre
Université McGill

Trois champs de recherche sur la douleur; trois découvertes majeures.

J’ai d’abord identifié la molécule responsable du maintien des traces mnésiques dans les nocicepteurs. J’ai démontré que la protéine kinase M-zeta (PKMζ) entraînait une hypersensibilité à la douleur par la potentialisation continue des nocicepteurs, et que l’inhibition de la PKMζ réduisait la douleur en effaçant ces traces mnésiques dans les neurones. Deuxièmement, j’ai établi que l’hypersensibilité à la douleur dépendait des actions d’un neurotransmetteur au site de récepteurs nouvellement découverts à l’intérieur du noyau des nocicepteurs.

J’ai révélé que la douleur persistante entraînait une augmentation d’un type de récepteur métabotropique nucléaire du glutamate-5, et que le blocage de ces récepteurs nucléaires réduisait plus efficacement la douleur que l’inhibition des récepteurs cellulaires en surface.

Troisièmement, j’ai déterminé que les lésions microvasculaires avaient un rôle essentiel à jouer dans la douleur neuropathique et le syndrome de douleur locale complexe (SDLC). J’ai révélé que les lésions à l’origine de la douleur neuropathique et du SDLC causaient des dommages microvasculaires qui réduisent l’alimentation en oxygène des muscles et des nerfs, et que la douleur produite pouvait être atténuée par l’amélioration de la fonction microvasculaire.

Lire aussi :

10 octobre 2017


La quête de meilleures méthodes d’évaluation et de traitement des personnes souffrant de maladie intestinale inflammatoire (MII)

Une équipe reconnue comme chef de file dans les études de populations mène des recherches translationnelles axées sur les causes, les résultats et les traitements de la MII

Dr Charles Bernstein
Université du Manitoba

Le Centre de traitement et d’étude de la maladie intestinale inflammatoire (MII) de l’Université du Manitoba, sous la direction du Dr Charles Bernstein, se spécialise en recherche translationnelle axée sur les causes, les résultats et les traitements de la MII, ainsi que sur les points communs entre cette maladie et d’autres maladies immunitaires chroniques.

S’intéressant particulièrement au stress, à l’anxiété et à la dépression dans leurs dimensions liées à la qualité de vie et l’évolution de la maladie, l’équipe est formée de divers professionnels de la santé qui ont à cœur d’améliorer la vie des personnes souffrant de maladies chroniques. Nous faisons figure de chef de file dans les études de populations visant à expliquer la forte incidence de la MII au Canada, et à se pencher sur les effets de la maladie au quotidien.

Le Manitoba offre des possibilités uniques d’évaluer le recours aux services de santé par les patients ayant reçu un diagnostic de MII, y compris leur utilisation des médicaments. Nous avons récemment déterminé que les problèmes d’anxiété et de dépression précèdent souvent de plusieurs années le diagnostic de MII, ce qui laisse supposer que des mécanismes biologiques communs pourraient être en cause dans ces affections.   

Notre recherche actuelle est axée sur un large éventail de sujets comme l’alimentation des personnes souffrant de MII, les conséquences d’autres problèmes de santé, et l’information dont les gens ont besoin pour prendre en main leur santé. On s’intéresse beaucoup dernièrement au microbiome, les microorganismes (comme des bactéries) qui peuplent le corps humain, et en particulier l’intestin, et qui peuvent avoir une incidence sur la santé. Nous espérons qu’une meilleure compréhension du fonctionnement du microbiome et du système immunitaire mènera à la découverte de moyens plus efficaces d’évaluer et de traiter les personnes souffrant de maladie intestinale inflammatoire.

Lire aussi :

10 octobre 2017


Les physiothérapeutes : des héros méconnus

Étudier l’exercice pour aider les patients à optimiser leurs capacités physiques

Dre Dina Brooks
Université de Toronto

Les physiothérapeutes sont des héros méconnus. Leur rôle consiste à aider les patients à fonctionner au maximum de leurs capacités physiques.  

Je suis fière d’être physiothérapeute. Ma recherche est axée sur les moyens les plus efficaces d’optimiser les capacités des gens, en me servant de l’exercice thérapeutique comme intervention de choix. Je m’intéresse particulièrement aux personnes souffrant de maladie pulmonaire chronique comme l’emphysème, ou de maladie cardiovasculaire comme la cardiopathie ou un accident vasculaire cérébral. 

Notre groupe étudie les types d’exercice (axé sur la capacité aérobique, la force ou l’équilibre), les appareils d’exercice (p. ex. vélo, tapis roulant) ainsi que le rythme (intermittent ou continu) et la fréquence (1, 2 ou 5 fois par semaine) de l’exercice qui permettent aux personnes souffrant d’une ou de plusieurs maladies de fonctionner au maximum de leurs capacités physiques et de plus facilement participer aux activités qui leur sont importantes.

Lire aussi :

10 octobre 2017


La carrière de chercheur en santé prend sa source à la maison

L’influence parentale sur les choix de carrière de leurs enfants façonne l’avenir de la prochaine génération de chercheurs en santé

Mme Ashley Ross
Université de Waterloo

Ma décision de consacrer ma carrière à la recherche en santé a été inspirée par ma mère. Quand j’étais enfant, elle m’a appris l’importance de prendre soin de sa santé ainsi que d’aider les autres, tandis que mon père insistait sur la valeur d’une formation de base en sciences et en mathématiques. Au mois de septembre, j’entamerai mes études doctorales au Collège de médecine vétérinaire de l’Ontario, rattaché à l’Université de Guelph. Mes confrères et moi combinerons l’utilisation de virus oncolytiques à un traitement photodynamique dans notre recherche d’un moyen de guérir les cancers situés dans les tissus profonds, comme les cancers du cerveau et du sein. Nous tenterons d’améliorer les résultats cliniques des patients atteints de tumeurs difficiles d’accès en activant leur système immunitaire comme arme contre le cancer. Notre système immunitaire est déjà programmé pour tuer les cellules cancéreuses; le but de mon projet consiste à stimuler la mort cellulaire immunogène de façon à ce que les tumeurs ne puissent plus échapper au système immunitaire. Nous commencerons nos recherches sur des souris dans l’espoir de découvrir un traitement curatif contre les cancers humains avec le moins possible d’effets secondaires.

Lire aussi :

10 octobre 2017


De patient à enseignant : un juste retour des choses

Un ancien patient de l’Hôpital pour enfants de Toronto se consacre à inculquer à ses étudiants une vision plus large de leur rôle dans la lutte contre les disparités en santé par une meilleure compréhension des déterminants sociaux de la santé

Dr. Kevin Willison
Université Lakehead

J’ai entrepris mon parcours officiel en recherche sur les soins de santé au terme de mes études doctorales à la Faculté des sciences de la santé publique de l’Université de Toronto. Durant mon enfance, j’ai dû faire de longs séjours à l’Hôpital pour enfants de Toronto, ce qui m’a initié au monde des soins de santé. Mon intérêt pour la santé et les sciences sociales demeure aussi vif aujourd’hui qu’à cette époque, stimulé par l’expérience que j’ai acquise en administration de la recherche à l’Hôpital Mt. Sinai (Toronto), en enseignement postsecondaire à des établissements comme l’Institut Michener des sciences de la santé appliquées et, plus récemment, à titre de professeur auxiliaire à l’Université Queen’s et à l’Université Lakehead. À travers les divers combats que j’ai eu à mener, j’ai acquis une richesse inestimable : un intérêt pour l’éducation et l’action sur les déterminants sociaux de la santé.

Lire aussi :

10 octobre 2017


Contribuer à l’amélioration de la fin de la vie au Canada

Dre Isabelle Marcoux
Université d’Ottawa

S’il y a bien une certitude, c’est que nous mourrons tous un jour ou l’autre. Pourtant, il existe encore un malaise à parler de la fin de vie, avec une conséquence possible : ne pas être bien préparé pour cette importante étape de vie. Quelles sont les volontés de la personne en matière de soins en fin de vie? A-t-elle accès aux soins et services auxquels elle a droit? Comment les décisions se prennent-elles? Elles sont prises par qui?

La Dre Isabelle Marcoux, en collaboration avec d’autres chercheurs et organismes nationaux, mène actuellement la première enquête pancanadienne sur les pratiques médicales de fin de vie. Cette étude permettra d’identifier la prévalence de certaines pratiques médicales avant le décès (abstention et arrêt de traitements, soulagement des douleurs et autres symptômes, sédation palliative, aide médicale à mourir) et de décrire le processus décisionnel sous-jacent. En ayant une meilleure idée de la réalité clinique en fin de vie au Canada, nous pourrons proposer des pistes d’amélioration des soins et services offerts aux personnes en fin de vie et à leurs proches.

Lire aussi :

10 octobre 2017


Infirmière 2.0 : TAVIEMC Traitement, Assistance Virtuelle Infirmière et Enseignement

La prochaine génération d’infirmières est virtuelle; tout est possible grâce à la plateforme informatique TAVIEMC

Mme José Côté
Université de Montréal

La profession d’infirmière tire ses origines dans la guérison et dans l’accompagnement des personnes  malades, démunies et  stigmatisées. 

Dans une ère d’avancées technologiques qui nous permet d’offrir des soins en temps réel, nous avons développé un concept d’interventions infirmières virtuelles et une plateforme informatique appelés TAVIEMC pour Traitement, Assistance Virtuelle Infirmière et Enseignement. Concrètement, il s’agit d’interventions Web animées par une infirmière virtuelle qui offre un soutien éducatif personnalisé. La première intervention, VIH-TAVIE, a été conçue pour aider les personnes atteintes du VIH à gérer leurs traitements.

Depuis, une dizaine d’autres interventions ont été conçues pour soutenir d’autres clientèles vivant avec une maladie chronique et aider ces dernières à relever leurs défis de santé. Les interventions infirmières virtuelles TAVIEMC permettent d’offrir une gamme de soins renouvelée et deviennent complémentaires aux services de santé et aux suivis cliniques actuels.

Lire aussi :

10 octobre 2017


Pratiques, politiques et principes prometteurs pour mieux soutenir le vieillissement et les soins aux aînés

Répondre aux besoins des populations variées du Canada par l’étude de modèles internationaux de travail de soignant et de vieillissement dans la communauté et en établissement de soins de longue durée

Dre Tamara Daly
Centre pour la recherche et l’éducation sur le vieillissement de l’Université York

Le vieillissement comporte des possibilités et des défis importants pour les individus, les familles et l’ensemble de la société. Dans sa recherche, la Dre Tamara Daly explore comment parvenir à l’équité en santé pour divers aînés et leurs soignants. En tant que professeure agrégée, titulaire d’une chaire de recherche des IRSC sur le genre, le travail et la santé et directrice de YU-CARE (en anglais seulement), la Dre Daly examine comment les rôles sociaux et économiques des femmes et des hommes, ainsi que leurs tâches dans la vie quotidienne, façonnent leur expérience du travail de soignant. À la tête d’équipes de recherche nationales et internationales, elle étudie l’influence des relations – et des conditions où elles se déroulent – sur la santé et les résultats cliniques. Mettant en contact des organismes de soins, des groupes communautaires et des responsables des politiques, sa recherche expose les résultats associés à différents modèles de travail de soignant et de vieillissement dans la communauté et en établissement de soins de longue durée. Ces études internationales révèlent des pratiques, des politiques et des principes prometteurs issus des quatre coins du monde pour soutenir le vieillissement et les soins aux aînés d’une façon qui réponde mieux aux besoins des populations variées du Canada.

Lire aussi :

26 septembre 2017


Le temps file quand on contribue au progrès

Trois décennies de recherche génératrice de connaissances mises en pratique au bénéfice de la santé des Canadiens

Dr Eduardo L. Franco
Université McGill

Au cours des trente dernières années, je n’ai pas vu le temps passer tellement j’ai travaillé pour découvrir si un virus pouvait causer le cancer, pour ensuite produire les données scientifiques nécessaires à la prévention des cancers associés au virus du papillome humain (VPH) à l’aide de vaccins, de microbicides ou d’approches de détection précoce améliorées par voie moléculaire. Et les IRSC sont en partie à blâmer. En effet, les IRSC (et leur ancêtre le Conseil de recherches médicales) sont des partenaires indispensables de notre unité d’épidémiologie du cancer depuis les trois dernières décennies. Nous nous sentons privilégiés d’avoir obtenu ce soutien des IRSC qui nous a permis de produire la plupart des connaissances aujourd’hui appliquées sous forme de retombées concrètes sur la santé des Canadiens, comme la vaccination contre le VPH et l’amélioration du dépistage du cancer du col de l’utérus. Par le financement direct de notre recherche ou par l’attribution de bourses aux plus de 100 étudiants diplômés et boursiers postdoctoraux qui ont travaillé avec nous depuis le début de nos recherches, les IRSC nous ont aidés à maintenir le cap sur notre objectif tout en formant la prochaine génération de chercheurs biomédicaux.  

Lire aussi :

26 septembre 2017


Exposer le rôle de l’endothéline-1 dans l’athérosclérose et les anévrismes de l’aorte

Contribuer à la compréhension de la biologie et des effets du traitement antihypertenseur

Dr Ernesto L. Schiffrin
Hôpital général juif Sir Mortimer B. Davis et Université McGill

En tant que médecin-chercheur explorant les mécanismes et le traitement de l’hypertension, affection qui contribue le plus au fardeau de la maladie dans le monde, j’ai étudié les vaisseaux sanguins de tissus sous-cutanés prélevés chez des personnes souffrant d’hypertension, de diabète et de maladie du rein chronique afin de comprendre leur biologie et les effets du traitement antihypertenseur. Mon équipe et moi avons démontré que l’endothéline-1 était en cause dans l’hypertension expérimentale et que son niveau augmentait dans les artères des patients sévèrement hypertendus. Notre souris productrice d’endothéline-1 humaine dans l’endothélium avait une lésion vasculaire. Son croisement avec des souris déficientes en ApoE a permis de démontrer le rôle de l’endothéline-1 dans l’athérosclérose et les anévrismes de l’aorte.

Nous avons aujourd’hui conçu une souris productrice d’endothéline-1 humaine inductible qui montre des signes d’hypertension et de lésion rénale, ce qui a mené à l’utilisation d’antagonistes de l’endothéline dans l’hypertension résistante. Après avoir démontré le rôle de l’immunité innée et des lymphocytes T régulateurs dans l’hypertension expérimentale, nous avons révélé l’effet hypertenseur des lymphocytes T gamma/delta et avons aussi étudié les micros ARN dans les artères et le sang de souris et d’humains hypertendus dans le but de découvrir de nouveaux marqueurs et traitements.

Lire aussi :

26 septembre 2017


Un chercheur en réadaptation psychiatrique fier de faire partie de la solution

Améliorer le soutien communautaire aux personnes vivant avec une maladie mentale grave comme la schizophrénie

Dr Abraham (Rami) Rudnick
Institut régional de recherche en santé de Thunder Bay

J’ai été initié à la réadaptation psychiatrique lors de ma résidence en psychiatrie, où j’ai pu constater le besoin de mieux soutenir les personnes vivant dans la communauté avec une maladie mentale grave et complexe comme la schizophrénie.

La réadaptation psychiatrique repose sur une série de pratiques éprouvées et orientées vers le rétablissement qui permettent aux personnes vivant avec une maladie mentale grave et complexe d’acquérir et de maintenir des capacités d’adaptation et un réseau de soutien de façon à pouvoir réussir et jouir d’une meilleure qualité de vie dans l’environnement de leur choix.

Depuis ma résidence, j’ai dirigé et soutenu plusieurs recherches en réadaptation psychiatrique, notamment :

J’ai récemment participé à des travaux de recherche et développement liés à l’utilisation d’appareils intelligents (fixes et mobiles) pour, par et avec des personnes souffrant d’une maladie mentale afin de favoriser l’autonomie fonctionnelle de ces personnes et le maintien en contact avec leurs soignants professionnels et naturels.

Nous avons besoin de plus de recherche en réadaptation psychiatrique, et j’espère continuer d’y contribuer pendant encore longtemps.

Lire aussi :

26 septembre 2017


Sortir des sentiers battus : réinventer les soins de longue durée en établissement

Nouveau regard et perspective nouvelle : réorienter les efforts sur ce qui fonctionne et cerner des pratiques prometteuses en matière de soins de longue durée en établissement

Dre Pat Armstrong
Université York

Frustrés par la mauvaise presse récoltée par les établissements de soins de longue durée et le manque d’attention portée aux moyens de rendre la vie agréable dans ces milieux, 25 chercheurs et 60 étudiants ont entrepris de réinventer les soins de longue durée en établissement. 

Notre équipe interdisciplinaire regroupe un économiste, un architecte, un spécialiste du culturalisme, un gérontologue, un épidémiologiste, un philosophe, un spécialiste des sciences politiques, des historiens, des travailleurs sociaux, des sociologues, des responsables des politiques de santé ainsi que quatre médecins, deux infirmières et des étudiants de nombreuses autres disciplines.

Certains membres de l’équipe travaillaient déjà dans ce domaine depuis longtemps, tandis que d’autres s’y sont amenés avec un nouveau regard. Par équipes de 12, nous avons étudié 27 maisons dans six pays. Dans notre réflexion collective constante sur ce que nous avons constaté et entendu dans le cadre de nos observations et entrevues, nous avons constaté à quel point notre formation avait été axée sur l’étude des problèmes au lieu des pratiques prometteuses. Mais aujourd’hui, nous avons produit une abondante littérature sur des idées pour réinventer les soins qui valent la peine d’être partagées.

Pat Armstrong est chercheuse principale pour le projet financé par le CRSH intitulé « Re-imagining Long-term Residential Care » [réinventer les soins de longue durée en établissement], étude internationale des pratiques prometteuses à cet égard. Elle reçoit aussi du financement des IRSC pour la portion canadienne du projet « Healthy Aging in Residential Places » [vieillissement en santé en établissement de soins de longue durée].

Lire aussi :

26 septembre 2017


Parler de santé et de bien-être sexuels

Dre Natalie Rosen
Université Dalhousie

Une relation sexuelle mutuellement satisfaisante contribue grandement à la santé, au bien-être et à l’épanouissement des personnes. Or, plus de 50 % des personnes se disent insatisfaites de leur vie sexuelle. Au Couples and Sexual Health Laboratory (en anglais seulement), notre objectif est de mieux comprendre comment les couples gèrent les problèmes de nature sexuelle, comme la douleur pendant les relations sexuelles et la baisse du désir sexuel après la naissance d’un enfant. Grâce à nos études financées par le gouvernement fédéral, nous avons cerné plusieurs aspects des interactions des partenaires au sein du couple (comme leur façon de communiquer et leur motivation à avoir des relations sexuelles) qui influent non seulement sur leurs habitudes sexuelles, mais aussi sur leur bien-être psychologique et leur relation de couple. Avec l’aide de collaborateurs de l’Université de Montréal, nous avons mis au point le premier traitement psychologique empirique pour les couples dont la femme ressent de la douleur lors des relations sexuelles. Nous avons l’intention de transposer les résultats liés à d’autres problèmes sexuels dans des interventions similaires, qui peuvent être appliquées à grande échelle pour favoriser le bien-être sexuel de la population canadienne et au-delà de nos frontières. 

26 septembre 2017


Cartographier le génome du cancer du sein pour mieux le comprendre

Dre Samah El Ghamrasni
Princess Margaret Cancer Centre (Toronto)

Le génome humain est constitué de régions (ou séquences) codant pour des protéines spécifiques et des régions non codantes. Boursière postdoctorale travaillant au laboratoire du Dr Trevor Pugh, j’étudie l’effet d’altérations dans les régions non codantes du génome sur l’expression des gènes. Le cancer du sein est considéré comme la deuxième cause de décès lié au cancer chez les Canadiennes. Plusieurs études ont mis en évidence des milliers de mutations dans le cancer du sein. Cependant, on ignore encore la pertinence fonctionnelle des mutations présentes en dehors des régions codantes pour des protéines. Il faut donc déterminer d’autres facteurs favorisant l’apparition du cancer. Je suis en train de cartographier les régions non codantes des tumeurs cancéreuses. J’analyse aussi les mutations, dans ces régions, qui influent sur l’expression génétique. Le repérage de telles mutations permettra de mieux comprendre le mécanisme moléculaire inhérent à l’apparition et à l’évolution du cancer du sein et, ainsi, d’élaborer de meilleures stratégies thérapeutiques pour les patientes atteintes de la maladie.

26 septembre 2017


Dépistage sécuritaire des allergies aux antibiotiques chez les enfants

Dr Moshe Ben-Shoshan
Hôpital de Montréal pour enfants, Centre universitaire de santé McGill

Jusqu’à 10 % des enfants qui suivent un traitement antibiotique présentent des éruptions cutanées. Dans la majorité des cas, ces enfants sont étiquetés comme étant « allergiques à la pénicilline » (ou au médicament en cause), sans évaluation plus poussée. L’étude LAACTAM (β-LActam and other Antibiotics allergy in Children: Tests, assessment and Management) visait à déterminer la prévalence des cas d’allergie aux antibiotiques chez les enfants adressés à la Division d’allergie et d’immunologie clinique de l’Hôpital de Montréal pour enfants. Les travaux que nous avons faits démontrent que, dans cette population, les antécédents et les tests cutanés normalisés actuels sont moins utiles pour prédire les allergies à l’amoxicilline. Nous avons illustré que l’administration progressive supervisée d’amoxicilline (épreuve orale) est un moyen utile et sécuritaire d’évaluer ces enfants. Les résultats de cette étude ont été publiés dans la revue JAMA Pediatrics en 2016. Le New England Journal of Medicine Journal Watch compte cette étude parmi les 10 plus importants articles en pédiatrie.

26 septembre 2017


Aider les travailleurs en santé de première ligne à évaluer les facteurs de vulnérabilité des patients

Dre Anne Andermann
Université McGill

Après avoir terminé ma formation en médecine familiale et en santé publique, j’ai travaillé à l’Organisation mondiale de la Santé, à Genève. Dans le cadre de mes fonctions, je me suis penchée sur le renforcement de la capacité en recherche. J’ai aussi été un des principaux auteurs du Rapport sur la santé dans le monde 2008, qui portait sur l’accroissement de l’accès universel aux soins de santé de première ligne. À mon retour au Canada, j’ai instauré une collaboration en recherche qui vise à aider les travailleurs en santé de première ligne à agir sur les causes sociales sous-jacentes d’un mauvais état de santé. La stratégie repose sur des soins directs aux patients, l’orientation des patients et l’appui d’importants changements sociaux. Notre recherche a permis d’établir des mesures concrètes que les travailleurs en santé de première ligne peuvent suivre pour s’attaquer aux déterminants sociaux en pratique clinique (en anglais seulement). Notre recherche (en anglais seulement) montre aussi que les travailleurs de la santé qui savent comment s’informer des enjeux sociaux sont plus portés à dire qu’ils ont aidé leurs patients à résoudre ces problèmes complexes. La trousse d’outils CLEAR (en anglais seulement) est une aide à la décision clinique offerte en ligne gratuitement dans une douzaine de langues.

26 septembre 2017


Le plaisir d’encadrer la prochaine génération de chefs de file de la recherche en santé

Dr David Rosenblatt (chercheur principal)
Mme Camilah Maria Arbabian (étudiante de premier cycle)
Dr David Watkins (associé de recherche)
Mme Lina Sobhi Abdrabo (étudiante des cycles supérieurs)
Université McGill

J’ai eu des professeurs brillants à l’Université McGill. Ils m’ont enseigné que l’étude de patients atteints de maladies génétiques rares permet de faire des découvertes scientifiques et d’acquérir des connaissances fort utiles pour diagnostiquer et traiter ces maladies. En plus de 40 ans de carrière, j’ai démontré, avec mes étudiants, comment les cellules humaines utilisent la vitamine B12 et comment le blocage des voies métaboliques cause des maladies génétiques. Grâce à notre travail, le Canada est reconnu comme un chef de file dans ce domaine de recherche. Ces maladies ne sont étudiées que dans deux laboratoires dans le monde : un à Zurich (Suisse) et l’autre à Montréal.  Un des avantages d’être chercheur dans une université est de côtoyer la crème de la crème des étudiants qui font carrière par la suite en sciences et en médecine.  Pour le Canada, l’encadrement de la prochaine génération de meneurs en recherche et le transfert des connaissances est aussi important que les découvertes scientifiques.

26 septembre 2017


Date de modification :