Dre Chantelle Bailey
Titulaire d’une bourse d’apprentissage en matière d’impact sur le système de santé – Profil

Nom :
Dre Chantelle Bailey
Organisme d’accueil partenaire :
Association des infirmières et infirmiers du Canada
Nom du superviseur à l’organisme d’accueil :
Dre Carolyn Pullen
Lieu (ville, province) :
Ottawa (Ontario)
Établissement d’enseignement :
Université de Toronto
Nom du superviseur à l’établissement d’enseignement :
Dre Lianne Jeffs
Durée de la bourse de recherche :
2 ans
Titre de la bourse de recherche ou du programme de travail :
Accroître le rôle des infirmières dans la gérance des opioïdes – implications pour la politique de la santé, la pratique (défense des intérêts) et la sécurité des patients

Biographie

Après avoir recensé les effets indésirables post-chirurgicaux et non chirurgicaux dans les hôpitaux du Royaume-Uni et en avoir rendu compte, j’ai voulu avoir une compréhension approfondie du pourquoi de ces effets, et donc concevoir des interventions pour en réduire l’incidence. C’est ce qui m’a amenée à m’inscrire au doctorat. Un résultat pertinent de mon programme de doctorat est la trousse d’outils nationale pour l’auto‑évaluation antibactérienne [Antimicrobial Self-Assessment Toolkit (ASAT)] pour les NHS Trusts, qui prend appui sur plusieurs politiques, dont le Code de pratique anglais en matière de santé publique. J’ai suivi ma formation universitaire au R.‑U., obtenant une maîtrise en médecine de laboratoire et un doctorat en pharmacie et sciences pharmaceutiques. Au Canada, j’ai obtenu une bourse des IRSC‑RIEM en médecine d’urgence, et plus récemment, un diplôme en médecine des dépendances du BCCSU (en ligne). La bourse ISS (Impact sur le système de santé) me permettra de mieux comprendre les facteurs qui contribuent ou nuisent à l’élaboration, à la mise en œuvre, à la surveillance et à l’évaluation de la politique de santé, particulièrement dans les crises de santé d’envergure nationale (p. ex. la crise des opioïdes qui sévit actuellement à la grandeur du Canada et qui exige une intervention stratégique rapide).

Programme de travail de la bourse de recherche

Les principaux buts d’impact de l’Association des infirmières et infirmiers du Canada (AIIC) pour cette bourse de recherche sont d’optimiser l’étendue de la pratique des infirmières autorisées et des infirmières auxiliaires dans tout le continuum des soins, pour répondre aux besoins en matière de santé des Canadiens et améliorer l’efficacité et l’efficience des systèmes de santé. Ainsi, le but global du programme de travail consiste à appuyer l’élaboration, l’adoption, la surveillance et l’évaluation de politiques et de programmes de sécurité des médicaments, ainsi qu’à étudier et donc à promouvoir le rôle des infirmières dans la gérance des opioïdes à l’intérieur de divers contextes de soins. Les livrables du programme incluent des priorités clés à mettre en œuvre pour la gérance des opioïdes et la production de recommandations adaptées au contexte et fondées sur des données probantes pour la gestion du  changement. Ce travail guidera les itérations futures des cadres de prescription pour les infirmières autorisées et les infirmières auxiliaires, et des énoncés de Choisir avec soin (concernant les opioïdes). Les conclusions du projet pourraient éclairer des modèles de soins interdisciplinaires pour les initiatives de gérance des opioïdes au Canada et à l’étranger.

Je suis très heureuse d’entreprendre ce programme de bourse parce que je suis motivée à améliorer les compétences de base enrichies de l’ARSPSC et à les incorporer efficacement dans mon approche de l’élaboration, de l’étude et de l’évaluation des politiques de santé. Reconnaissant l’écart entre les résultats de la recherche et la disponibilité, la mise en évidence et l’adoption de données probantes dans les cycles de politique, la bourse aidera à déterminer quelles sont les méthodes les plus efficaces et les plus efficientes de mobilisation des connaissances dans un cadre stratégique « réel ». De plus, elle m’aidera à comprendre en profondeur le système de santé, c’est‑à‑dire les facteurs au niveau du système, des services, des professionnels et des patients qui interviennent dans la triade « politique-pratique-expérience du patient » et vice versa.

Date de modification :