Membres du conseil consultatif de l'IALA – Biographies

Monique Gignac (présidente)
Directrice scientifique adjointe et chercheuse principale, Institut de recherche sur le travail et la santé
Professeure, École de santé publique Dalla Lana, Université de Toronto
Chercheuse affiliée, Institut de recherche Krembil

Monique Gignac est directrice scientifique adjointe et chercheuse principale à l'Institut de recherche sur le travail et la santé, professeure à l'École de santé publique Dalla Lana de l'Université de Toronto et chercheuse affiliée à la Division de recherche sur les produits et les soins de santé à l'Institut de recherche Krembil.

La Dre Gignac a obtenu une maitrise et un doctorat en psychologie sociale à l'Université de Waterloo, en Ontario, et a effectué un stage postdoctoral en gérontologie sociale à l'Université de Guelph. De 2008 à 2014, elle était codirectrice scientifique du Réseau canadien de l'arthrite, l'un des réseaux de centres d'excellence. Elle a présidé le conseil consultatif de l'Institut de l'appareil locomoteur et de l'arthrite des IRSC de 2011 à 2016. De plus, elle a siégé au comité d'évaluation des IRSC se penchant sur les dimensions sociales du vieillissement et à d'autres comités d'experts.

Les travaux de la chercheuse portent sur la santé et la psychologie sociale, notamment les modèles d'incapacité. La Dre Gignac étudie des facteurs psychosociaux comme le stress et l'adaptation, et leur importance pour comprendre l'incidence des maladies chroniques sur les adultes tout au long de leur vie. Elle s'intéresse particulièrement aux besoins des personnes atteintesd'une maladie chronique épisodique en matière de communication au travail, de confidentialité et de mesures d'adaptation . Le programme collaboratif de recherche de la Dre Gignac est solide. Elle travaille avec des cliniciens, y compris des physiothérapeutes, des ergothérapeutes, des rhumatologues et des chirurgiens orthopédiques, de même qu'avec des épidémiologistes, des économistes de la santé, des sociologues et des psychologues de la santé. La méthodologie de son programme de recherche comprend des enquêtes sur la santé des collectivités, des recherches qualitatives, des études d'intervention, des activités de conception et d'évaluation de mesures, ainsi que des analyses d'ensembles de données sur la population.

En reconnaissance de ses travaux, la Dre Gignac a obtenu une médaille du jubilé de diamant de la reine Elizabeth II et un prix de chercheur émérite de l'Association des professionnels de la santé en rhumatologie (ARHP) en 2013, ainsi que des prix de l'Alliance de l'arthrite du Canada et du Programme des réseaux de centres d'excellence.


Diane Lacaille (vice-présidente)
Chaire de recherche Mary Pack en rhumatologie
Professeure, Division de rhumatologie
Université de la Colombie Britannique

Diane Lacaille est professeure à la Division de rhumatologie et chef adjointe des Affaires universitaires au Département de médecine de l'Université de la Colombie Britannique, de même que chercheuse principale à Arthritis Research Canada, à Vancouver. Elle est affiliée à l'Hôpital et au Centre de sciences de la santé de Vancouver, et pratique la rhumatologie à Richmond (Colombie Britannique). Elle est titulaire de la chaire de recherche Mary-Pack en rhumatologie de l'Université de la Colombie Britannique et de la Société d'arthrite du Canada. Elle a fait sa médecine et sa médecine interne à l'Université McGill, à Montréal, avant d'étudier en rhumatologie et d'obtenir sa maîtrise en sciences de la santé (épidémiologie clinique) à l'Université de la Colombie Britannique. Ses deux thèmes de recherche sont : 1) l'étude de l'impact de l'arthrite sur l'emploi et la prévention de l'invalidité professionnelle; 2) l'évaluation de la qualité des services de soins de santé reçus par les personnes atteintes de polyarthrite rhumatoïde et la conduite d'études pharmaco épidémiologiques à l'aide de données administratives de santé pour une cohorte de personnes atteintes de polyarthrite rhumatoïde parmi la population de la Colombie Britannique. Elle bénéficie pour sa recherche de subventions des Instituts de recherche en santé du Canada, du Réseau canadien de l'arthrite, de la Société d'arthrite du Canada et de la Société canadienne de rhumatologie octroyées au terme d'une évaluation par les pairs. Ses contributions à la recherche lui ont valu la Médaille du jubilé de diamant de la reine Elizabeth II en 2013.


Cheryl Barnabe
Professeure agrégée, Département de médecine et des sciences de la santé communautaire de l'Université de Calgary
Rhumatologue, Alberta Health Services

La Dre Cheryl Barnabe est une rhumatologue métisse qui détient un diplôme d'études supérieures en épidémiologie clinique. Elle est professeure agrégée au Département de médecine et des sciences de la santé communautaire de l'École de médecine Cumming de l'Université de Calgary. Intitulé « Soins de l'arthrite pour les populations autochtones », son programme de recherche définit le fardeau des maladies rhumatismales qui afflige les Autochtones au pays, tout en élaborant en collaboration des interventions prometteuses en matière de services de santé qui visent à combler les lacunes au chapitre des soins. La Dre Barnabe réalise aussi des recherches épidémiologiques sur les résultats concernant la polyarthrite rhumatoïde. Elle est chercheuse principale de l'Alberta Indigenous Mentorship in Health Innovation (AIM-HI) Network, programme financé par les IRSC pour le recrutement et la conservation de chercheurs-boursiers autochtones dans le domaine de la recherche en santé.

La Dre Barnabe est récipiendaire de plusieurs bourses nationales, y compris une subvention Fondation (2015-2020) et une bourse de nouveau chercheur des IRSC, et est lauréate du prix du jeune chercheur de la Société canadienne de rhumatologie. Enfin, elle fait partie du palmarès 2015 des 40 personnalités de moins de 40 ans de la revue Avenue Magazine de Calgary.


Christine Chambers
Chaire de recherche du Canada sur la douleur chez les enfants
Professeure de la chaire Killam, départements de pédiatrie et de psychologie et neurosciences à l'Université Dalhousie.

La Dre Chambers est titulaire de la chaire de recherche du Canada sur la douleur chez les enfants (niveau 1) et professeure de la chaire Killam aux départements de pédiatrie et de psychologie et neurosciences à l'Université Dalhousie. Elle est aussi membre du Collège de nouveaux chercheurs et créateurs en art et en science de la Société royale du Canada. Ses travaux portent principalement sur l'influence des facteurs psychologiques et familiaux sur la douleur chez les enfants. La Dre Chambers est la chercheuse principale de l'initiative #ItDoesntHaveToHurt (en anglais seulement) sur les médias sociaux, un partenariat avec le YummyMummyClub.ca (en anglais seulement) d'Erica Ehm. La Dre Chambers est aussi récipiendaire de plusieurs prix, notamment le prix Jeffrey Lawson pour la promotion du soulagement de la douleur chez l'enfant de l'American Pain Society et le prix du leadership de l'Association canadienne des centres de santé pédiatriques. Elle est chef de rubrique pour le European Journal of Pain et rédacteur en chef adjointe pour PAIN et PAIN Reports. La Dre Chambers a également été titulaire de la bourse de recherche Pain and Society du MAYDAY Fund. Elle est une chef de file de l'exploitation des médias sociaux en application des connaissances et de l'engagement des patients. Elle a donné une conférence TEDx sur la douleur chez les enfants et créé une vidéo YouTube à l'intention des parents sur la gestion de la douleur associée aux injections. Elle collabore avec le magazine Parents Canada à titre d'experte et elle donne des présentations aux scientifiques, aux professionnels de la santé et aux parents partout dans le monde. Par ailleurs, la Dre Chambers se dévoue grandement à la formation. Elle est directrice adjointe de l'École Nord-Américaine de la Douleur et a reçu des prix d'excellence pour la supervision et le mentorat d'étudiants des cycles supérieurs. Le nom de la Dre Chambers figure sur la liste des 10 professeures de psychologie clinique les plus productives au Canada.


An-Wen Chan
chercheur Phelan
Hôpital Women’s College
Professeur agrégé de médecine (dermatologie)
Université de Toronto

Épidémiologiste clinique, le Dr Chan pratique la chirurgie de Mohs pour le traitement des cancers cutanés à l'Hôpital Women's College de Toronto. Il est chercheur Phelan à l'Institut de recherche du Women's College, professeur agrégé de médecine à l'Université de Toronto et directeur de l'unité de transplantation cutanée du Réseau universitaire de santé. Après avoir obtenu son doctorat en philosophie à l'Université d'Oxford grâce à une bourse de la Fondation Rhodes, le Dr Chan a fait sa résidence en dermatologie à l'Université de Toronto, suivie d'un stage de recherche en chirurgie de Mohs à la clinique Mayo à Rochester. Ses champs d'intérêt comprennent l'épidémiologie et la prise en charge du risque élevé de cancer de la peau chez les transplantés d'organes solides, ainsi que les questions relatives à la transparence et aux biais dans les essais cliniques. Le Dr Chan préside actuellement l'initiative internationale SPIRIT, qui vise à améliorer la qualité des protocoles des essais cliniques, et le groupe consultatif d'experts de l'Organisation mondiale de la santé pour la plateforme du Système d'enregistrement international des essais cliniques (ICTRP). Auparavant, il a agi à titre de conseiller particulier à l'Unité des essais contrôlés randomisés des IRSC. Depuis 2004, le Dr Chan publie chaque année dans au moins une des revues médicales générales les plus influentes du monde, dont The Lancet, JAMA, BMJ et PLoS Medicine.


Elham Emami
Doyenne et professeure
Faculté de dentisterie, Université McGill

La Dre Emami est clinicienne-chercheure, ayant une formation professionnelle postdoctorale en prosthodontie (M. Sc., Université de Montréal), une formation en recherche en sciences biomédicales (Ph. D., programme conjoint de l'Université McGill et de l'Université de Montréal), en santé publique dentaire (bourse postdoctorale, Université McGill) et en épidémiologie du cancer (bourse postdoctorale, groupe de recherche en épidémiologie environnementale et santé des populations, Université de Montréal).

La Dre Emami est professeure titulaire et doyenne de la Faculté de dentisterie à l'Université McGill. Elle siège à plusieurs comités de direction sur la recherche à l'échelle nationale et internationale. Elle a reçu divers prix prestigieux, comme la bourse clinicien-chercheur des IRSC. Son programme de recherche intitulé « Fostering Oral Health Through Interdisciplinary Research: Intervention, Access and Impact » a été reconnu par les Instituts de recherche en santé du Canada et est soutenu par des subventions gouvernementales canadiennes et québécoises ainsi que par l'industrie.


Edward Harvey
Professeur de chirurgie
Titulaire de la chaire Michal et Renata Hornstein d'excellence en chirurgie
Centre de santé universitaire McGill

Edward Harvey, MDCM, M.Sc., est professeur de chirurgie à l'Université McGill, où il a obtenu son diplôme en médecine en 1989. Il détient un baccalauréat ès sciences avec concentration en biophysique de l'Université Western (1985) et une maîtrise en chirurgie expérimentale de l'Université McGill (2002). Il a poursuivi sa formation à l'Université Duke et à l'Université du Washington.

Dans le cadre de ses recherches sur les aspects fondamentaux et cliniques de la guérison osseuse, il s'intéresse notamment à l'optimisation des implants et des fractures, aux cellules souches, à l'évaluation des résultats après la chirurgie, aux biocapteurs et à l'évaluation de méthodes et d'instruments chirurgicaux novateurs pour l'accélération de la réparation. Il collabore avec des spécialistes des sciences fondamentales et cliniques et des scientifiques en génie, tout en travaillant constamment de concert avec le secteur industriel, en particulier dans le domaine des systèmes microélectromécaniques (MEMS) et des capteurs. Il est chercheur principal du Programme de recherche : blessure, réparation et récupération du CUSM, qui compte une centaine de chercheurs. Il possède d'excellents antécédents au chapitre du financement en fonction de l'évaluation par les pairs, notamment de la part des IRSC et du CRSNG.

Le Dr Harvey a assumé de multiples responsabilités au sein des comités exécutifs et de recherche de l'Orthopaedic Trauma Association (OTA), de l'American Academy of Orthopaedic Surgeons (AAOS), de l'Orthopaedic Research Society (ORS) et de l'Association canadienne d'orthopédie (ACO). Il est ou a été rédacteur en chef du Journal canadien de chirurgie et du JBJS Trauma Newsletter; membre du comité de rédaction du Journal of Orthopaedic Trauma et d'OTA International; président du comité de la recherche et président du cours annuel de science fondamentale de l'OTA; membre du comité de la recherche du Board of Specialty Societies de l'AAOS; président de la section Traumatismes de l'ORS; président de l'ACO.


Dr Rashmi Kothary
Directeur scientifique adjoint et scientifique principal
Institut de recherche de l'Hôpital d'Ottawa (IRHO)

Le Dr Kothary est directeur scientifique adjoint et scientifique principal à l'Institut de recherche de l'Hôpital d'Ottawa (IRHO). Après ses études doctorales en biochimie à l'Université de la Colombie-Britannique, le Dr Kothary a suivi une formation en recherche postdoctorale aux laboratoires de la Dre Janet Rossant à Toronto et du Dr Azim Surani à Cambridge, au R.‑U. Durant ces années de formation, il a commencé à s'intéresser à l'utilisation de souris transgéniques pour modéliser la pathologie de certaines maladies. En 1990, il est revenu au Canada pour entreprendre sa carrière de chercheur indépendant à l'Institut du cancer de Montréal. Arrivé à l'IRHO en 1998, le Dr Kothary a été titulaire de la chaire universitaire de recherche en santé sur les troubles neuromusculaires, et il est actuellement professeur à l'Université d'Ottawa. Ses recherches actuelles se concentrent sur l'étude des facteurs extrinsèques et intrinsèques importants pour la myélinisation et la remyélinisation à médiation oligodentrocytique du SNC, ainsi que sur la compréhension de la pathogénèse de l'amyotrophie spinale et la recherche de nouveaux traitements pour cette maladie infantile aux effets dévastateurs. En particulier, son groupe a démontré que l'amyotrophie spinale est un trouble multi-systémique et a récemment révélé la contribution importante d'une dysfonction du système immunitaire au fardeau de cette maladie. Il a siégé au conseil consultatif scientifique de l'IALA (IRSC), de MDA et de Cure SMA, et il agit comme évaluateur pour les IRSC et les NIH.   


Alain Moreau
Professeur titulaire
Faculté de dentisterie (Département de stomatologie) et Faculté de médecine (Département de biochimie et médecine moléculaire)
Université de Montréal

Le Dr Alain Moreau est professeur titulaire à la Faculté de médecine dentaire (Département de stomatologie) et à la Faculté de médecine (Département de biochimie et médecine moléculaire) de l'Université de Montréal. Il a été directeur de la recherche et directeur scientifique du CHU Sainte-Justine (2013-2016) et membre et vice-président du conseil consultatif de l'Institut de l'appareil locomoteur et de l'arthrite des Instituts de recherche en santé du Canada (2010-2016). De 2009 à 2012, le Dr Moreau a été codirecteur du Département de médecine dentaire du CHU Sainte-Justine, une première pour un non-clinicien en plus de cent ans. Depuis le 1er octobre 2016, le Dr Alain Moreau a été nommé directeur du Réseau canadien de recherche en santé buccodentaire (CRSNG) financé par les IRSC (2017-2022). Le Dr Moreau a été membre du programme de formation MENTOR (http://www.programnearor.ca/) des IRSC et est un ancien membre du comité des sciences dentaires des IRSC. Il a été président de la Société québécoise de la scoliose et ex-président de la Conférence canadienne sur le tissu conjonctif en 2005. Il est actuellement membre du Collège des évaluateurs des IRSC et membres des comités d'évaluation par les pairs des IRSC pour le comité CIB-2 et celui des bourses postdoctorales.

Le Dr Moreau a obtenu un baccalauréat en biologie de l'Université de Montréal en 1986, une maîtrise en microbiologie appliquée de l'INRS-Institut-Armand-Frappier /Université du Québec en 1989, et un doctorat en microbiologie et en immunologie de l'Université de Montréal en 1993. Il a suivi une première formation postdoctorale au Centre d'ingénierie des protéines de l'Université de Liège en Belgique (1992-1993) et une seconde formation postdoctorale à l'hôpital Shriners pour enfants à Montréal, affilié à l'Université McGill (1997). Le Dr Moreau est un expert internationalement reconnu en génétique moléculaire des scolioses pédiatriques. Ses découvertes ont mené à de nombreux articles évalués par des pairs, à des conférences internationales en tant que conférencier invité, à plusieurs prix ainsi qu'à 48 brevets couvrant des tests diagnostiques innovants et des molécules thérapeutiques. Les principaux domaines de recherche du Dr Moreau ciblent également les maladies complexes des adultes telles que l'arthrose, l'ostéoporose et l'encéphalomyélite myalgique. Ses recherches ont été financées par des subventions des Instituts de recherche en santé du Canada, du Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie du Canada, de la Fondation Yves Cotrel, de Génome Québec et de contrats de recherche avec l'industrie (Paradigm Spine LLC, États-Unis).


Marc Pouliot
Professeur, Centre de recherche du CHU de Québec─Université Laval
Faculté de médecine, Université Laval, Québec

Le Dr Marc Pouliot est chercheur indépendant au Centre de recherche du CHU de Québec-Université Laval et professeur titulaire au Département de microbiologie-infectiologie et immunologie de la Faculté de médecine de l'Université Laval, à Québec. Il agit également comme délégué universitaire auprès des Instituts de recherche en santé du Canada. Ses recherches portent sur le neutrophile et ses rôles dans la protection de l'hôte.

Le Dr Pouliot obtient un doctorat en biologie cellulaire et moléculaire à l'Université Laval (1994). Il fait ensuite des études postdoctorales à l'Université d'Adelaïde en Australie (1994-1996), puis se spécialise dans le domaine de l'inflammation et de la douleur à l'École de médecine de Harvard (Brigham & Women's Hospital, Boston) grâce à une bourse du Centenaire du CRM (1997-1999).

Parmi ses activités hors faculté, le  Dr Pouliot devient coprésident du comité d'éducation et de formation et membre titulaire du Comité de gestion de recherche du Réseau canadien de l'arthrite (RCA), l'un des Réseaux de centres d'excellence du Canada. Jusqu'à tout récemment, il est coprésident du conseil consultatif de l'Institut de l'appareil locomoteur et de l'arthrite (IALA) des IRSC  Actuellement, il est membre du collège des évaluateurs aux IRSC et agit régulièrement comme évaluateur pour le Programme de subventions Projet.

Le Dr Pouliot a supervisé de nombreux étudiants de tous les cycles et des stagiaires postdoctoraux. Il a publié des articles dans le domaine de l'arthrite, de l'inflammation et de la douleur. Parmi ses intérêts de recherche actuels mentionnons : la caractérisation des biomarqueurs des affections chroniques et la description des propriétés de pro-résolution de l'adénosine. Par ailleurs, il siège au comité de rédaction de six revues scientifiques dans le domaine de l'immunologie.


Julie Richardson
Professeure et vice-doyenne (par intérim)
École des sciences de la réadaptation
Université McMaster

La Dre Richardson est professeure et vice-doyenne (par intérim) à l'École des sciences de la réadaptation de l'Université McMaster. Diplômée en physiothérapie, elle détient aussi une maitrise en psychologie de l'Université de l'Otago, en Nouvelle-Zélande, et un doctorat en épidémiologie de l'Université de Toronto. Elle offre un cours sur la santé communautaire/pratique communautaire dans le cadre du programme de physiothérapie, où elle aborde les approches de prévention et de gestion des maladies chroniques. Elle donne aussi un cours sur les méthodes de recherche et un cours sur les maladies chroniques dans le cadre du programme d'études supérieures en science de la réadaptation.

Les intérêts de recherche de la Dre Richardson couvrent les questions liées aux indicateurs et aux interventions pour stimuler la mobilité et le fonctionnement des membres inférieurs chez les personnes âgées, ainsi que l'évaluation des facteurs de risque de déclin de la mobilité et des différentes fonctions avec l'âge, et les changements que subissent les personnes âgées sur le plan de la santé à mesure que leurs capacités déclinent. Elle travaille aussi avec des médecins de famille à l'évaluation de l'incapacité préclinique, pour apprendre aux personnes âgées à éviter les chutes et à conserver leur mobilité. Elle s'est récemment livrée à des essais cliniques pour étudier des interventions de réadaptation complexes au niveau des soins de première ligne et communautaires, y compris des interventions comportementales, éducatives et d'auto-prise en charge pour optimiser le fonctionnement, l'état de santé et la qualité de vie des personnes souffrant de maladies chroniques.


Emma K. Stokes
Présidente
Confédération mondiale pour la thérapie physique

La Dre Emma Stokes est administratrice générale du département de physiothérapie et Fellow au Trinity College Dublin, où elle enseigne dans des programmes d'introduction à la pratique à Dublin et à Singapour. Ses recherches portent sur les enjeux de la pratique, entre autres sur le leadership professionnel. Elle est membre du conseil d'administration de la Confédération mondiale pour la thérapie physique depuis 2007, et en a été élue présidente en 2015.

Date de modification :