Membres du conseil consultatif de l'INMD – Biographies

Chris Kennedy (président)
Scientifique principal
Institut de recherche de l'Hôpital d'Ottawa et Centre de recherche sur les maladies du rein
Professeur
Départements de médecine et de médecine cellulaire et moléculaire, Université d'Ottawa

Christopher Kennedy a reçu son baccalauréat ès sciences (avec distinction) en 1992 et son doctorat en 1997 alors qu'il était chercheur boursier du CRSNG sous la supervision des Drs Pierre R. Proulx et Richard L. Hébert à l'Université d'Ottawa. Le Dr Kennedy a poursuivi sa formation, se concentrant sur le rôle des prostaglandines dans la progression des maladies rénales, en tant que boursier de recherche de la National Kidney Foundation à la Division de néphrologie de l'Université Vanderbilt, sous le mentorat du Dr Richard Breyer. De retour au Canada depuis l'an 2000, le Dr Kennedy est scientifique principal au Programme des maladies chroniques et au Centre de recherche sur les maladies du rein de l'Institut de recherche de l'Hôpital d'Ottawa, ainsi que professeur agrégé à la Faculté de médecine de l'Université d'Ottawa.

Le programme de recherche du Dr Kennedy jouit du financement des Instituts de recherche en santé du Canada (IRSC), de la Fondation canadienne du rein (FCR) et de la Fondation canadienne pour l'innovation. Le Dr Kennedy a reçu une bourse de nouveau chercheur des IRSC. Depuis 2001, les IRSC luis versent des subventions de fonctionnement pour ses travaux visant à cerner des facteurs tels que les prostaglandines et les dérivés réactifs de l'oxygène qui contribuent à l'endommagement de cellules appelées podocytes dans la barrière de filtration glomérulaire. De telles lésions provoquent des fuites anormales de protéines dans l'urine. Trouver les facteurs précisément responsables des lésions aux reins pourrait ouvrir une nouvelle piste thérapeutique à explorer afin de prévenir les maladies glomérulaires. Plus récemment, les travaux du chercheur ont permis de définir le rôle crucial d'une nouvelle protéine isoforme de la NADPH oxydase (Nox5) dans la maladie rénale d'origine diabétique. La recherche du Dr Kennedy financée par la FCR a permis de mieux comprendre la façon dont les mutations du gène codant pour l'alpha-actinine-4 conduisent à un type héréditaire de maladie commune du rein : l'hyalinose segmentaire et focale avec syndrome néphrotique. Le présent projet de recherche s'appuie sur des techniques de transgénèse afin de reproduire cette maladie chez des souris pour mieux en étudier la progression et pour mettre au point de nouvelles thérapies.

Le Dr Kennedy a siégé au comité d'évaluation par les pairs Hématologie, maladies digestives et rein (HDK) des IRSC pour des concours ouverts de subventions de fonctionnement. Il joue maintenant le rôle d'agent scientifique à ce comité. Enfin, il est membre du conseil d'administration du Conseil canadien de protection des animaux.


Gillian Booth
Professeure agrégée, Université de Toronto
Institut du savoir Li Ka Shing, Hôpital St. Michael

La Dre Gillian Booth est scientifique au Centre for Urban Health Solutions (C-UHS) de l'Institut du savoir Li Ka Shing de l'Hôpital St. Michael, à Toronto. Elle est aussi scientifique auxiliaire à l'Institut de recherche en services de santé (IRSS), professeure agrégée au Département de médecine et à l'Institut des politiques, de la gestion et de l'évaluation de la santé de l'Université de Toronto, et endocrinologue praticienne. La Dre Booth s'intéresse principalement aux résultats en santé liés au diabète, et plus précisément à l'incidence des facteurs relatifs à la situation socioéconomique, à l'environnement et aux soins de santé sur le risque de diabète et de complications du diabète. Elle a une vaste expérience de l'utilisation des grandes bases de données provinciales sur les soins de santé et des enquêtes connexes, ainsi que de la méthodologie des systèmes d'information géographique (SIG) permettant d'étudier les facteurs contextuels influant sur l'apparition du diabète. Dans ses recherches, elle s'intéresse particulièrement à l'environnement bâti et à son rôle dans les épidémies d'obésité et de diabète. La Dre Booth a largement contribué aux politiques et à la pratique dans le domaine du diabète à l'échelle nationale et provinciale. Elle a siégé à plusieurs comités consultatifs du Système national de surveillance des maladies chroniques de l'Agence de santé publique du Canada et a présidé le comité indépendant des méthodes des Lignes directrices de pratique clinique 2013 de l'Association canadienne du diabète.


Sukhinder Cheema
Professeure, Département de biochimie, Université Memorial de Terre-Neuve
Nomination conjointe au Département de sciences biomédicales, Faculté de médecine,
Université Memorial de Terre-Neuve

La Dre Sukhinder Cheema est professeure au Département de biochimie de l'Université Memorial de Terre-Neuve, où elle enseigne aussi à la Faculté de médecine. De 2011 à 2015, elle a occupé le poste d'administratrice générale des cycles supérieurs au Département de biochimie. Elle s'est jointe à l'équipe de l'Université Memorial après son postdoctorat à l'Université de l'Alberta. La Dre Cheema a plus de 30 ans d'expérience en biochimie nutritionnelle. Durant sa carrière, ses travaux se sont concentrés sur l'importance de la nutrition maternelle dans un contexte de santé intergénérationnelle. Elle s'intéresse particulièrement à l'étude de la « programmation in-utero » des lipides et des lipoprotéines et à la métabolisation du cholestérol, son but étant d'élaborer des stratégies thérapeutiques basées sur l'alimentation. La Dre Cheema a reçu la bourse de nouveau chercheur des IRSC lorsqu'elle a intégré l'équipe de l'Université Memorial. Aux IRSC, elle a siégé aux comités d'évaluation pour les subventions accordées à la recherche sur les maladies du cœur et les AVC et au CRSNG. Parmi ses plus grands accomplissements, citons son travail pour améliorer les résultats cliniques des populations vulnérables, en particulier celles à Terre-Neuve et en Inde. La Dre Cheema travaille activement auprès d'industries locales pour développer de nouveaux nutraceutiques pour traiter l'obésité, le diabète et les cardiopathies.


Catherine Jane Field
Professeure de nutrition
Département des sciences agricoles, alimentaires et nutritionnelles
Université de l'Alberta

Catherine Field détient un baccalauréat en nutrition humaine appliquée de l'Université de Guelph, une maîtrise en nutrition de l'Université de Toronto et un doctorat en nutrition et métabolisme de l'Université de l'Alberta. Elle enseigne au Département des sciences agricoles, alimentaires et nutritionnelles de la Faculté des sciences de l'agriculture, de la vie et de l'environnement à l'Université de l'Alberta, et travaille comme professeure auxiliaire au Département de médecine. En tant que chercheuse, elle s'intéresse notamment à l'utilisation de lipides bioactifs dans le traitement du cancer du sein et le rôle des gras polyinsaturés dans le développement immunitaire. Elle agit également comme cochercheuse principale pour une étude de cohorte en Alberta, menée auprès de nourrissons et de leurs mères, qui explore les effets de l'état nutritionnel sur la santé mentale des mères et le développement cognitif des bébés. Elle est corédactrice des revues Advances in Nutrition et Annals of Nutrition and Metabolism, et vice-présidente de l'American Nutrition Society, dont elle s'apprête à devenir présidente. La Dre Field est membre du Comité consultatif canadien de la division nord-américaine de l'Institut international des sciences de la vie (ILSI) et agente scientifique pour les comités d'évaluation des demandes de subvention des IRSC pour la nutrition et l'alimentation et pour les producteurs laitiers du Canada. L'auteure de plus de 230 articles publiés dans des revues à comité de lecture a également obtenu un prix de reconnaissance pour bénévolat des Diététistes du Canada, la bourse McCalla et la chaire Killam de l'Université de l'Alberta, la bourse des futurs leaders de l'ILSI, et, en 2009, le prix Earl-Willard-McHenry de la Société canadienne de nutrition pour son leadership et ses services en nutrition.


Julie Ho
Professeure adjointe
Départements de médecine interne et d'immunologie
Sections de néphrologie et de protéomique biomédicale
Collège de médecine, Faculté des sciences de la santé
Université du Manitoba

La Dre Ho est néphrologue transplantologue et clinicienne chercheuse à l'Université du Manitoba. Elle est chercheuse principale au Centre manitobain de protéomique et de biologie des systèmes et directrice médicale du programme Qualité et Innovation du Programme de transplantation rénale adulte de Transplant Manitoba. Sa recherche translationnelle porte sur le recours à différentes approches protéomiques visant à améliorer la compréhension des réponses humaines à la maladie rénale précoce, et l'utilisation de ces données pour développer de nouvelles cibles diagnostiques ou thérapeutiques permettant d'améliorer la transplantation rénale et ses résultats pour les patients. Une attention particulière est accordée à trois états inflammatoires clés qui ont une incidence négative sur ces résultats et peuvent survenir à n'importe quel moment après une transplantation rénale : lésion d'ischémie reperfusion, rejet subclinique à médiation cellulaire T et rejet chronique actif à médiation cellulaire T. La Dre Ho dirige actuellement un essai clinique multicentres international financé par les IRSC pour évaluer l'efficacité du traitement précoce du rejet, révélé par des chimiokines urinaires, et ainsi améliorer les résultats de l'allogreffe rénale.

La Dre Ho a reçu le Prix de professeur de recherche clinique Dr FW DuVal de la Manitoba Medical Service Foundation (2014), le Prix de perfectionnement professionnel en sciences cliniques de l'American Society of Transplantation (2014), le Prix de jeune chercheur conférencier de la Société canadienne de néphrologie (2014) et le Prix de nouveau chercheur des IRSC (2015).


Erica Samms-Hurley
Infirmière enseignante
École de soins infirmiers régionale de l'Ouest
Campus Grenfell – Université Memorial de Terre Neuve à Corner Brook

Erica Samms-Hurley est une Micmac de Terre Neuve qui fait partie de la Première Nation Qalipu. Elle a obtenu un baccalauréat en sciences infirmières de l'Université Memorial en 2004 et une maitrise en sciences infirmières de l'Université Athabasca en 2014. Au fil des ans, elle a travaillé comme infirmière dans différents milieux, notamment en cardiologie, en pédiatrie, en soins de longue durée, en médecine d'urgence et en soins intensifs à l'hôpital régional Western Memorial de Corner Brook (Terre Neuve). Au cours de sa carrière en éducation sanitaire, Erica a travaillé comme éducatrice sur le diabète, enseignante en soins infirmiers et, plus récemment, comme infirmière enseignante au campus Grenfell de l'Université Memorial. En 2014, elle a fait une thèse de maitrise en soins infirmiers, dont le thème principal était la recherche quantitative et où l'accent était mis sur les soins infirmiers pédiatriques et la simulation avec des étudiantes et étudiants en soins infirmiers. Pendant nombre d'années, Erica a été bénévole auprès de divers comités au niveau local, provincial et national, comme le conseil jeunesse et le conseil d'administration de l'Association des femmes autochtones du Canada, le comité consultatif sur la santé de cette dernière, et l'Indigenous Women's Fund of Canada. Elle a également été reconnue pour ses réalisations et contributions, recevant le Prix du gouverneur général en commémoration de l'affaire « personne » (catégorie jeunesse) et la Médaille du jubilé de diamant de la reine Elizabeth II. Les principaux intérêts d'Erica sont l'éducation, la santé et le bien-être des jeunes et des femmes autochtones. Elle croit que la recherche représente un aspect important des soins infirmiers, particulièrement en lien avec l'avancement de la santé.


Stephen James
Directeur, Division of Digestive Diseases, NIDDK
National Institute of Health (Rockville)
Bethesda, Maryland USA

Le Dr Stephen James est l'actuel directeur de la Division des maladies digestives et de la nutrition, au National Institute of Diabetes & Digestive & Kidney Diseases (NIDDK) des NIH. Il occupe ce poste depuis 2004.

Le Dr James a obtenu son diplôme de premier cycle à l'Université Cornell et son doctorat en médecine à l'Université Johns-Hopkins. À la suite de sa formation postdoctorale en médecine interne, en gastroentérologie et en hépatologie, il a effectué de la recherche intra-muros au National Institute of Allergy and Infectious Diseases (NIAID). Il a par la suite été professeur de médecine et chef de la Division de gastroentérologie de l'Université du Maryland, de 1991 à 2001, avant de réintégrer ses fonctions aux NIH.


Tony K. T. Lam
Chercheur principal
Institut de recherche de l'Hôpital général de Toronto
Professeur de physiologie et de médecine
Université de Toronto

Tony Lam est chercheur principal à l'Institut de recherche de l'Hôpital général de Toronto, au Canada, professeur de physiologie et de médecine à l'Université de Toronto, en Ontario (Canada) et directeur de recherche adjoint au Banting and Best Diabetes Centre, au Canada. Il est titulaire d'une chaire de recherche du Canada sur l'obésité et de la chaire de recherche fondée sur le diabète John-Kitson-McIvor (1915-1942). Le personnel du laboratoire de Tony Lam cherche à comprendre les mécanismes de l'homéostasie métabolique et leur pertinence dans le traitement des maladies métaboliques chroniques.


Wally MacNaughton
Professeur et chef du Département de physiologie et de pharmacologie
École de médecine Cumming
Université de Calgary

Le Dr Wally MacNaughton est professeur et chef du Département de physiologie et de pharmacologie à l'École de médecine Cumming de l'Université de Calgary. Il est membre fondateur du Réseau de recherche sur l'inflammation et membre du Groupe de recherche gastro-intestinale à l'Institut pour les maladies chroniques Snyder de l'Université de Calgary. En outre, il a été membre du conseil d'administration de l'Association canadienne de gastroentérologie et de la Fondation canadienne de la santé digestive.

Le Dr MacNaughton a obtenu son doctorat en physiologie de l'Université Queen's en 1989. Il a été chercheur postdoctoral à l'Université de Calgary, avant de se joindre en 1991 à Recherche et développement pour la défense Canada, à Ottawa. Il a intégré le corps professoral de l'Université de Calgary en 1996, pour devenir chef de département en 2013.

Le Dr MacNaughton est chercheur de laboratoire en gastroentérologie, étudiant la fonction de la barrière intestinale dans les maladies intestinales inflammatoires. Ses travaux sont financés par les IRSC, le CRSNG et Crohn et Colite Canada. Son laboratoire suit diverses approches expérimentales, allant de la biologie moléculaire à la recherche translationnelle, dans le but de comprendre comment des protéases dans le milieu inflammatoire peuvent réguler le comportement des cellules épithéliales et servir de cibles pour des interventions thérapeutiques. Le chercheur est l'auteur de plus d'une centaine d'articles publiés dans des revues savantes, et le lauréat du Prix d'excellence en recherche de l'Association canadienne de gastroentérologie en 2014 et du Prix de leadership en recherche de Crohn et Colite Canada en 2016. Le Dr MacNaughton a beaucoup à cœur la formation de la prochaine génération de chercheurs sur les maladies intestinales inflammatoires. Il a conduit au diplôme nombre de jeunes scientifiques et cliniciens chercheurs qui œuvrent également dans les domaines de la santé digestive et des soins aux patients partout en Amérique du Nord.


Douglas Manuel
Scientifique principal, Institut de recherche de l'Hôpital d'Ottawa
Conseiller médical principal, Statistique Canada
Professeur, Département de médecine familiale et École d'épidémiologie et de santé publique, Université d'Ottawa
Scientifique principal chevronné, Institut de recherche en services de santé

Doug Manuel est scientifique principal à l'Institut de recherche de l'Hôpital d'Ottawa et conseiller médical principal à Statistique Canada. Il est clinicien-chercheur au Centre de recherche C.T. Lamont sur les soins de santé primaires et à l'Institut de recherche Élisabeth-Bruyère, ainsi que professeur agrégé au Département de médecine familiale et à l'École d'épidémiologie et de santé publique de l'Université d'Ottawa. Le Dr Manuel est scientifique principal chevronné à l'Institut de recherche en services de santé, où il a travaillé pendant 10 ans avant de déménager à Ottawa en 2008. Il est médecin et possède une maîtrise en épidémiologie et une spécialisation du Collège royal en santé publique et en médecine préventive. Depuis plus de 25 ans, il œuvre comme clinicien en soins de première ligne dans des collectivités rurales, éloignées et négligées du Canada. Les travaux de recherche du Dr Manuel consistent à évaluer l'impact des interventions sur la santé des populations ainsi que l'état de santé des populations. Le Dr Manuel a mis au point des mesures de rendement et des outils pour la planification de la santé, et il a écrit des articles sur la façon dont les sociétés qui sont les mieux cotées en matière de santé des populations réussissent.


Marc Prentki
Professeur de nutrition, Université de Montréal
Directeur, Centre de recherche du diabète de Montréal (CRDM)

Marc Prentki, Ph.D., est professeur de nutrition à l’Université de Montréal et a été titulaire d’une chaire de recherche du Canada de niveau 1 sur le diabète et le métabolisme pour deux mandats, jusqu’en juillet 2019. Il est le directeur du Centre de recherche du diabète de Montréal (CRDM), qu’il a fondé en 2004. Ce centre comprend 58 équipes à l’échelle du Québec. Ses travaux de recherche portent sur la régulation de la sécrétion d’insuline dans l’organisme normal et l’organisme diabétique, les systèmes de transduction métabolique et le rôle du glucose et du métabolisme lipidique dans l’homéostasie énergétique. Ses récents travaux ont permis de repérer deux cibles thérapeutiques pour les maladies cardiométaboliques. Il collabore actuellement avec le secteur industriel à la mise au point de médicaments visant ces deux cibles (ABHD6 et PGP-G3PP). Il a publié plus de 170 articles dans des publications avec comité de lecture, collectivement cités plus de 28 000 fois (indice h=88). Il a été chercheur principal pour trois demandes retenues par la FCI dans le domaine des troubles cardiométaboliques depuis 2004, pour lesquelles il a reçu un total de 38 millions de dollars. Il a codirigé la première étude d’association pangénomique sur un trouble complexe, qui a mené à l’identification de nouveaux gènes associés au diabète de type 2 (Nature, 2007; Génome Québec/Canada 2006, 16 millions de dollars). Il a reçu le prix de jeune chercheur de la Fédération des sociétés européennes d’endocrinologie en 1994, le prix Albert Renold de l’Association européenne pour l’étude du diabète en 2011, un prix d’excellence du CRCHUM en 2017, une subvention Fondation de sept ans des Instituts de recherche en santé du Canada en 2015, et le prix des Fondateurs du CMDO en 2018.


George Tolomiczenko
Directeur administratif
Programme de santé, de technologie et d'ingénierie
Université de la Californie du Sud (HTE@USC)

L'expérience du Dr Tolomiczenko en tant que clinicien, chercheur, professeur et administrateur l'a aidé à s'acquitter de son rôle de directeur administratif, ainsi qu'à guider et à gérer le programme de santé, de technologie et d'ingénierie de l'Université de la Californie du Sud (HTE@USC). Après avoir décroché un diplôme de premier cycle d'un programme interdisciplinaire à Caltech, il a obtenu un doctorat en psychologie clinique à l'Université de Boston. C'est alors qu'il travaillait comme chercheur et clinicien dans des établissements médicaux affiliés à l'Université Harvard qu'il a centré ses efforts sur la santé publique et les questions politiques touchant l'itinérance et les maladies mentales. Pendant sa maîtrise en santé publique à l'Université Harvard, il a entre autres étudié la gestion et l'amélioration des soins de santé. Le Dr Tolomiczenko s'est ensuite installé à Toronto, où il a obtenu une maîtrise en administration des affaires afin d'orienter ses efforts de création et de financement de programmes et de partenariats voués à la recherche fondamentale axée sur les maladies et à l'application des connaissances dans le but de favoriser l'adoption de ces programmes et d'améliorer les retombées de la recherche à l'extérieur du milieu universitaire. Depuis son retour en Californie, en 2010, il agit à titre d'évaluateur et de membre de comités des IRSC sur l'application des connaissances et la commercialisation. Il poursuit ses efforts pour améliorer les capacités de l'USC en matière de collaboration interdisciplinaire appliquée aux dispositifs médicaux et à l'innovation de processus. Il donne des cours qui visent à créer et à former des équipes alliant l'ingénierie et la médecine pour concevoir des technologies innovatrices et brevetées et pour mettre sur pied de jeunes entreprises. Outre ses travaux à HTE@USC, il est membre auxiliaire du corps professoral du NSF I-Corps de l'USC.


C. Bruce Verchere
Professeur, Département de chirurgie et Département de pathologie et de médecine de laboratoire, Université de la Colombie-Britannique; directeur, Canucks for Kids Fund Childhood Diabetes Laboratories, Institut de recherche de l'Hôpital pour enfants de la C. B.; titulaire de la chaire de recherche Irving K. Barber sur le diabète

Professeur au Département de chirurgie et au Département de pathologie et de médecine de laboratoire de l'Université de la Colombie-Britannique (UBC), Bruce Verchere est aussi directeur du Canucks for Kids Fund Childhood Diabetes Laboratories à l'Hôpital pour enfants de la C.-B. et titulaire de la chaire de recherche Irving K. Barber sur le diabète. Sa recherche vise à comprendre comment fonctionnent les cellules bêta de l'îlot pancréatique dans le but de mettre au point des thérapies cellulaires et des pharmacothérapies pour améliorer la survie et la fonction des cellules bêta dans le diabète de type 1 et le diabète de type 2. Le Dr Verchere a reçu le Prix du jeune scientifique de Diabète Canada en 2006, et la Médaille du jubilé de diamant de la reine Elizabeth II en 2012 pour ses recherches et ses années de service dans le domaine du diabète. Au cours des dernières années, il a siégé à plusieurs comités consultatifs et de rédaction, y compris au conseil d'administration national et au conseil national de recherche de Diabète Canada; au conseil d'administration de Partenaires en recherche; et aux comités de rédaction des revues Diabetes, Endocrinology, Diabetologia et Islets. Il a également agi comme pair évaluateur pour Diabète Canada, les IRSC, FRDJ et les NIH, et il a présidé le groupe Diabète, obésité, troubles lipidiques et lipoprotéiques (DOL) des IRSC de 2009 à 2015.


Date de modification :