Membres du conseil consultatif de l'INSMT – Biographies

Yves De Koninck (président)
Professeur titulaire de psychiatrie et neuroscience
Université Laval

Yves De Koninck est professeur titulaire de psychiatrie et neuroscience à l'Université Laval, professeur associé au Department of Pharmacology & Therapeutics de l'Université McGill, Directeur scientifique du centre de recherche CERVO et directeur de la recherche du CIUSSS de la Capitale Nationale. Il a fondé le Réseau québécois de recherche sur la douleur et a été président de l'Association canadienne des neurosciences. Il dirige le programme Sentinelle Nord, une initiative mettant à profit la puissance de la lumière au bénéfice de la santé, de l'environnement et du développement durable du Nord.

Il est titulaire de la Chaire de recherche du Canada sur la douleur chronique et les troubles cérébraux associés. Il a fondé le programme de formation en Neurophysique, le Centre de Neurophotonique et la Plateforme canadienne de neurophotonique, où physiciens et neurophysiologistes travaillent de concert à l'élaboration de nouvelles technologies pour manipuler et étudier le cerveau. Il a aussi fondé et dirige toujours l'école d'été « Aux frontières de la neurophotonique » et le symposium Frontiers in Neurophotonics.

Membre de l'Académie canadienne des sciences de la santé et de la Société royale du Canada, il est reconnu pour ses travaux de recherche portant sur les mécanismes sensoriels impliqués dans la douleur chronique et pour le développement de technologies novatrices pour l'étude du cerveau.

Il contribue à de nombreux conseils consultatifs pour plusieurs organismes à travers le monde tels que : FRQS, IRSC, CRSNG, Brain Canada, ANR & INSERM, Wellcome Trust, NSF, NIH et la Fondation Gairdner. Il a reçu de nombreux prix, incluant le prix Jacques-Rousseau de l'Acfas pour la multidisciplinarité, un doctorat honoris causa de l'Université de Montréal, le prix Barbara Turnbull et le prix de la carrière distinguée de la Société canadienne de la douleur.


Jaideep Bains, Ph.D.
Professeur titulaire
Département de physiologie et de pharmacologie
Hotchkiss Brain Institute
Université de Calgary

Jaideep Bains est professeur au Département de physiologie et de pharmacologie et membre du Hotchkiss Brain Institute à l'Université de Calgary. Il possède un doctorat en physiologie de l'Université Queen's. Il a aussi eu des bourses de l'organisation Human Frontiers Science Program et de l'American Epilepsy Society.

M. Bains cherche principalement à comprendre de quelle façon le cerveau interprète le stress, les réactions cérébrales au stress et les modifications neurologiques qui en découlent. Il utilise des modèles précliniques pour mieux comprendre les corrélats synaptiques et neuronaux du stress. Son équipe est de plus en plus engagée dans l'utilisation et le développement d'approches optiques et électrophysiologiques pour comprendre la base neuronale des comportements liés au stress et les mécanismes de la transmission du stress entre individus. M. Bains dirige l'équipe en neurologie sur le stress du programme de recherche sur le cerveau et le comportement à l'Université de Calgary.

Depuis 2014, M. Bains est rédacteur principal au Journal of Physiology. Il avait auparavant été rédacteur réviseur du Journal of Physiology (2011-2014) et fait partie du comité de rédaction du Journal of Neurophysiology (2008-2011). Il a été membre du CCI de l'INSMT (2008-2014). Il a été président, agent scientifique et évaluateur pour de nombreux comités d'évaluation par les pairs des IRSC. M. Bains est également actif dans le domaine de l'application des connaissances, étant à l'origine de « ThinkBig – a night out with your brain », activité communautaire trimestrielle qui est un partenariat entre le Hotchkiss Brain Institute et la bibliothèque publique de Calgary. Il a aussi été président en 2017 du comité du programme de la réunion annuelle canadienne en neurosciences et il est actuellement vice président de l'Association canadienne des neurosciences.


Jennifer A. Chandler
Chaire de recherche Bertram-Loeb, professeure titulaire
Centre de droit, politique et éthique de la santé, Faculté de droit
Université d'Ottawa

Jennifer A. Chandler est professeure titulaire à la Faculté de droit de l'Université d'Ottawa. Elle possède des diplômes en droit de l'Université Queen's et de l'École de droit de Harvard, et un baccalauréat en sciences de l'Université Western Ontario. Elle est titulaire de la chaire de recherche Bertram-Loeb de l'Université d'Ottawa.

Le principal thème de recherche de la professeure Chandler a trait aux questions d'éthique, de droit et de politique à la jonction des neurosciences, des soins de santé mentale et du droit. Elle a publié de nombreux articles dans des revues de droit, de bioéthique et de sciences de la santé, et corédigé le livre Law and Mind: Mental Health Law and Policy in Canada (2016).


Patricia Conrod
Professeure titulaire
Titulaire de la chaire Dr Julien/Fondation Marcelle et Jean Coutu en pédiatrie sociale en communauté, chercheure-boursière, Fonds de recherche du Québec – Santé
Département de psychiatrie
Université de Montréal

Patricia Conrod est psychologue clinicienne et professeure de psychiatrie à l'Université de Montréal. Son équipe de recherche est basée au Centre hospitalier universitaire mère-enfant Sainte-Justine à Montréal. Elle a aussi été chargée d'enseignement clinique principale au Département de toxicomanie du King's College de Londres (2003-2010). La Dr Conrod étudie les facteurs de risque d'ordre cognitif, biologique et personnel associés au développement et à la persistance de la toxicomanie ainsi que les facteurs liés à la simultanéité des comportements de dépendance et des problèmes de santé mentale. Les conclusions de ses travaux ont mené à la création de nouvelles approches thérapeutiques et préventives en toxicomanie ciblant les facteurs de risque personnels et les déterminants motivationnels sous-jacents à l'usage de produits toxicomanogènes chez certains sous-groupes de toxicomanes. Elle a créé le programme Preventure, qui est reconnu comme un programme de prévention de l'abus d'alcool et de drogues fondé sur des données probantes par nombre de registres nationaux de programmes fondés sur des données probantes, ainsi que par le Surgeon General des États-Unis dans son rapport sur les toxicomanies. La Dre Conrod a fait partie du comité d'éthique de la recherche du King's College de Londres (2005-2010) et a présidé le comité d'éthique de la recherche de l'Institute of Psychiatry (2008-2010). Elle est rédactrice associée de Current Reviews in Drug Abuse et conseillère auprès de l'ONU et de la Commission européenne pour ce qui est des lignes directrices sur la prévention de l'alcoolisme et de la toxicomanie, étant l'auteure de nombreuses publications sur la question. Sa recherche est financée par les Instituts de recherche en santé du Canada, la Fondation de recherche du Québec – Santé, la Commission européenne (Santé et Sciences humaines/sociales), le Medical Research Council (MRC) du Royaume-Uni, le National Health and Medical Research Council (NHMRC) de l'Australie et les National Institutes of Health (NIH) des États-Unis.


Karen D. Davis, Ph.D.
Professeure
Département de chirurgie et Institut des sciences médicales, Université de Toronto
Chef, Division du cerveau, de l'imagerie et du comportement – neurosciences des systèmes, Institut de recherche Krembil, Réseau universitaire de santé

La Dre Davis a obtenu son doctorat en physiologie de l'Université de Toronto (1988) et a suivi une formation postdoctorale à l'Université Johns-Hopkins (1988-1991). Elle cumule actuellement les postes de professeure titulaire au Département de chirurgie de l'Université de Toronto et de directrice associée de l'Institut des sciences médicales de la même université. Elle dirige la Division du cerveau, de l'imagerie et du comportement — neurosciences des systèmes, à l'Institut de recherche Krembil, et agit comme conseillère auprès de l'International Association for the Study of Pain (IASP). Elle a été coordonnatrice des études supérieures et directrice associée de l'Institut des sciences médicales pendant 10 ans, et a rempli un mandat de 10 ans comme chef de section sur l'imagerie et la mesure de la douleur de la revue Pain.

Le but premier des travaux de la Dre Davis est de comprendre les mécanismes neurophysiologiques et anatomiques fondamentaux qui sous-tendent les douleurs aiguës et chroniques, les interactions douleur-attention, la plasticité cérébrale, et l'effet des facteurs individuels par rapport à ceux axés sur la maladie, en combinant les approches de l'électrophysiologie, de la psychophysique et de l'imagerie cérébrale.

La Dre Davis s'intéresse fortement à la neuroéthique et à la formation en éthique. Elle a présidé le groupe de travail présidentiel de l'IASP sur l'utilisation de l'imagerie cérébrale, dont les recommandations ont été publiées dans Nature Reviews Neurology (2017). Elle a mis sur pied des programmes de formation en éthique, et a créé un serment de l'étudiant diplômé qui a été adopté en 2007 par l'Institut des sciences médicales et publié en 2008 dans la revue Science. Son souci d'excellence en mentorat a été reconnu par des prix de mentorat de la Société canadienne de la douleur et de l'Université de Toronto.

La Dre Davis a été membre élue du conseil des études de l'Université de Toronto (2010-2013) ainsi que membre et vice-présidente du CCI de l'INSMT des IRSC. Elle a siégé à des comités d'évaluation de demandes de subvention pour les IRSC, les NIH et le Programme des chaires de recherche du Canada, et a été admise en 2009 à la Society of Scholars de l'Université Johns-Hopkins. Elle a donné plus de 170 conférences et publié plus de 165 articles abondamment cités (plus de 15 000 citations, indice h=63), y compris dans des revues prestigieuses comme Nature, Nature Neuroscience etPNAS.


Deanna Groetzinger
Gestionnaire
Organismes caritatifs neurologiques du Canada

Deanna Groetzinger dirige Organismes caritatifs neurologiques du Canada (OCNC), une coalition d'organismes qui représentent les personnes atteintes de troubles, de déficiences et de traumatismes cérébraux au Canada. Les OCNC jouent un rôle directeur dans l'évaluation et la promotion de nouvelles possibilités de collaboration en matière de sensibilisation, d'éducation et de recherche pour améliorer la qualité de vie des personnes présentant une affection cérébrale.

Elle a été vice-présidente nationale, Relations gouvernementales et politique, à la Société canadienne de la sclérose en plaques, jusqu'à son départ de cette organisation en décembre 2013. Elle a ensuite été directrice exécutive par intérim et directrice de la Coalition canadienne des organismes de bienfaisance en santé, et a travaillé auprès d'autres coalitions, les aidant pour les questions de politique et de défense des intérêts.

Deanna a siégé au conseil consultatif de l'Institut des neurosciences, de la santé mentale et des toxicomanies des IRSC de 2007 à 2013. Elle a fait partie du comité de mise en œuvre de l'Étude nationale de la santé des populations relative aux maladies neurologiques, a présidé le comité des adhésions des OCNC et a été membre du comité des politiques de la Coalition canadienne des organismes de bienfaisance en santé.

Elle est titulaire d'une maîtrise ès arts en sciences politiques de l'Université de Waterloo, avec spécialisation en théorie de la communication. Elle a travaillé comme journaliste avant de se joindre à la Société canadienne de la sclérose en plaques. En septembre de chaque année, on peut la voir faire la queue au Festival international du film de Toronto, en train de nourrir sa passion pour le cinéma qui sort de l'ordinaire.


Henry Harder
Professeur et ancien président
École des sciences de la santé
Université du Nord de la Colombie-Britannique

Le Dr Henry G. Harder est chercheur-boursier autochtone ainsi que professeur à l'École des sciences de la santé – dont il a déjà été président – à l'Université du Nord de la Colombie-Britannique (C.-B.). Il est actuellement titulaire de la chaire de leadership Dr.-Donald-B.-Rix en santé environnementale autochtone. Psychologue agréé, le Dr Harder travaille depuis plus de 30 ans dans les domaines de la santé mentale, de la réadaptation et de la gestion de l'incapacité. Ses intérêts de recherche couvrent la santé autochtone, les enjeux liés à l'incapacité, la santé mentale au travail et la prévention du suicide. Chercheur-boursier financé par les IRSC et auteur d'articles publiés, il a prononcé des conférences et tenu des ateliers un peu partout au Canada, aux États-Unis, en Europe et en Australie. Il est membre du Collège des psychologues de la C.-B., des Environnements réseau pour la recherche autochtone en C.-B., de l'Association canadienne de psychologie, de l'Association canadienne pour la prévention du suicide, de l'International Society of Physical and Rehabilitation Medicine, et d'autres organismes professionnels.


Dre Judy Illes (Vice-présidente)
Professeure de neurologie et titulaire de la chaire de recherche du Canada en neuroéthique à l'Université de la Colombie-Britannique (UBC); directrice de Neuroéthique Canada (anciennement le National Core for Neuroethics) à l'UBC

La Dre Illes est professeure de neurologie et titulaire de la chaire de recherche du Canada en neuroéthique à l'UBC. Elle est aussi directrice de Neuroéthique Canada (anciennement le National Core for Neuroethics) à l'UBC et membre du corps professoral du Centre Djavad Mowafaghian de santé du cerveau à l'UBC et de l'Institut de recherche de Vancouver Coastal Health. De plus, elle détient des postes affiliés à l'École de santé publique et des populations et à l'École de journalisme de l'UBC, ainsi qu'au Département d'informatique et de génie de l'Université de Washington à Seattle, aux États-Unis. Enfin, elle est membre à vie de Clare Hall, à l'Université de Cambridge. Dre Illes est membre de l'Ordre du Canada depuis décembre 2017.

La recherche de la Dre Illes porte essentiellement sur les enjeux éthiques, juridiques, sociaux et stratégiques à la jonction des neurosciences et de l'éthique biomédicale. Elle mène des études dans les domaines des découvertes fortuites et de la neuro-imagerie fonctionnelle en recherche fondamentale, en recherche clinique, en neuroéthique liée aux dépendances et en médecine régénératrice, ainsi que des études sur les cellules souches, la démence, les troubles neurodéveloppementaux et la commercialisation des neurosciences cognitives. De plus, la Dre Illes dirige un solide programme de recherche et de sensibilisation destiné à améliorer la littératie en neurosciences et à susciter la participation des intervenants à l'échelle mondiale.

La Dre Illes est une auteure, conférencière et mentore de renommée internationale. Son plus récent ouvrage s'intitule Neuroethics: Anticipating the Future (Oxford University Press, 2017). Elle est membre fondatrice, membre du conseil d'administration et prédécesseure immédiate du président actuel de la Société internationale de neuroéthique. Elle est également membre de la Dana Alliance for Brain Initiatives et ex-membre du Forum on Neuroscience and Neurological Disorders de l'Institute of Medicine (IoM) et du conseil consultatif de l'Institut des neurosciences, de la santé mentale et des toxicomanies (INSMT) des IRSC (2002-2009). Elle fait partie de l'Académie canadienne des sciences de la santé (2011), de la Société royale du Canada (2012) et de l'American Academy for the Advancement of Science (2013). Elle est vice-présidente à la fois du CCI nouvellement remanié de l'INSMT et du comité permanent de l'éthique des IRSC.


Marco Antonio Maximo Prado
Institut de recherche Robarts
Département de physiologie et de pharmacologie
Département d'anatomie et de biologie cellulaire
Brain and Mind Institute
Université Western Ontario

Marco Prado, neuroscientifique canadien né au Brésil, porte un fort intérêt aux changements moléculaires et cellulaires dans les maladies neurodégénératives et cherche à comprendre comment ils contribuent au mauvais repliement des protéines et à la défaillance cognitive. Il utilise une nouvelle souris modifiée génétiquement pour modéliser les déficits neurochimiques dans la démence et également manipuler la protéostasie dans des modèles souris de maladies neurodégénératives. Il s'applique en particulier à étudier comment des changements à long terme dans la signalisation neuronale modulent l'expression des gènes, la cognition et les mécanismes qui régulent la résilience neuronale. Son groupe a découvert que la protéine prion interagit avec différents récepteurs, dont mGluR5, qui est apparu comme une importante cible dans la maladie d'Alzheimer. Marco Prado a reçu la prestigieuse bourse de recherche Guggenheim (Fondation Guggenheim), une bourse de chercheur du corps professoral (Université Western Ontario), le Prix d'excellence en recherche du doyen (Université Western Ontario) et une bourse de chercheur invité du Brésil. Son laboratoire a constamment été financé au cours des 24 dernières années par le gouvernement et des organismes privés dans trois pays différents (Brésil, États Unis et Canada). Il est l'auteur de plus de 160 articles publiés dans des revues savantes.


Antonio P. Strafella
Chercheur principal
Institut de recherche Krembil
Réseau universitaire de santé

Le Dr Antonio P. Strafella est titulaire d'une chaire de recherche du Canada en troubles du mouvement et professeur au Département de médecine (Division de neurologie) à l'Hôpital Toronto Western, Réseau universitaire de santé, Université de Toronto. Il est chercheur principal à l'Institut de recherche Krembil du Réseau de santé universitaire, et chercheur au Centre d'imagerie de recherche du Centre de toxicomanie et de santé mentale (CAMH). Le Dr Strafella fait également partie du corps professoral de l'Institut des sciences médicales de l'Université de Toronto. À l'aide de technologies de neuro imagerie évoluées et de nouveaux radioligands TEP, le Dr Strafella étudie la maladie de Parkinson et les troubles neurodégénératifs connexes. Un certain nombre de traceurs TEP et nouveaux radioligands sont utilisés en combinaison avec des techniques d'IRM pour étudier la pathophysiologie des symptômes moteurs, cognitifs et comportementaux dans la maladie de Parkinson et les parkinsonismes atypiques. Au cours de sa carrière, le Dr Strafella a bénéficié pour sa recherche de l'aide financière de plusieurs organismes subventionnaires, dont les IRSC, la FCI, la Société Parkinson Canada, la National Parkinson Foundation (États Unis), la Parkinson Disease Foundation (États Unis), la Tourette Syndrome Association (États Unis), la Fondation E. J. Safra, le Centre ontarien de recherche sur le jeu problématique et le Programme de chaires de recherche du Canada. Le Dr Strafella a été invité à faire partie de divers comités scientifiques et comités de rédaction. Il est membre de comités d'évaluation par les pairs au niveau national (IRSC, Société Parkinson Canada) et international (Michael J. Fox Foundation, National Parkinson Foundation (États Unis)), NIH (États Unis), entre autres).


Helen-Maria Vasiliadis
Chercheuse-boursière principale
Fonds de recherche du Québec – Santé
Professeure et chercheuse
Université de Sherbrooke

La Dre Vasiliadis est chercheuse-boursière principale au Fonds de Recherche du Québec – Santé, de même que professeure au département des sciences de la santé communautaire de la Faculté de médecine et des sciences de la santé de l'Université de Sherbrooke et chercheuse au Centre de recherche de l'Hôpital Charles-LeMoyne.

Elle détient un doctorat en épidémiologie et biostatistique de l'Université McGill, une maitrise en pharmacologie de l'Université de Montréal et un postdoctorat en épidémiologie psychiatrique de l'École de santé publique de l'Université Harvard.

Son programme de recherche vise à définir les contours d'un système de santé équilibré en évaluant la santé mentale globale et individuelle de la population à l'aide d'indicateurs de rendement, en vue d'obtenir un système de santé mentale efficace, apte à répondre adéquatement aux besoins de la population. Elle dirige actuellement une étude de cohorte visant une vaste population de personnes âgées vivant en communauté, portant sur les maladies chroniques, physiques ou mentales, et l'éthique de la recherche sur les populations vulnérables, de même que sur les aspects économiques du financement des soins de santé et l'iniquité des soins de santé mentale offerts au Canada.


Simone Vigod
Chef, Département de psychiatrie, Hôpital Women’s College
Titulaire de la chaire commémorative Shirley A. Brown de recherche en santé mentale des femmes, Institut de recherche du Women’s College
Professeure agrégée et directrice de la Division de recherche sur l’équité, le genre et les populations, Département de psychiatrie, Université de Toronto
Chercheuse associée, IRSS, Toronto (Ontario

La Dre Simone Vigod est professeure agrégée au Département de psychiatrie de l’Université de Toronto, et chef du Département de psychiatrie de l’Hôpital Women’s College. Elle a fait un baccalauréat avec spécialisation en psychologie à l’Université McGill (1999), un doctorat en médecine à l’Université de Toronto (2003), une résidence en psychiatrie à l’Université de Toronto (FRCPC, 2009), et une maîtrise en épidémiologie clinique à l’Institut des politiques, de la gestion et de l’évaluation de la santé (IHPME) de l’Université de Toronto (2011). Les travaux de la Dre Vigod portent sur les disparités en santé et en soins pour les personnes atteintes d’un trouble psychiatrique, notamment les femmes de tous âges, et sur l’équité dans l’accès au traitement pour les populations diversifiées. Elle est chercheuse associée à l’IRSS, à Toronto, où elle mène des recherches épidémiologiques fondées sur la population et axées sur la santé des femmes atteintes d’une maladie mentale et la santé de leurs enfants. En 2018, elle a obtenu la chaire commémorative Shirley A. Brown de recherche en santé mentale des femmes à l’Institut de recherche du Women’s College de l’hôpital du même nom, où elle dirige un programme de recherche clinique qui se concentre sur les interventions novatrices dans le système de santé visant à améliorer l’accès aux soins pour les femmes atteintes d’une maladie mentale, et leur utilisation par celles-ci.

Date de modification :