Réseau pancanadien de la SRAP sur les innovations en soins de santé de première ligne et intégrés



Aperçu

Le Réseau pancanadien de la SRAP sur les innovations en soins de santé de première ligne et intégrés est une initiative clé des IRSC dans le cadre de la Stratégie de recherche axée sur le patient et de l’initiative phare Soins de santé communautaires de première ligne.

Le Réseau pancanadien de la SRAP sur les innovations en soins de santé de première ligne et intégrés (ci-après nommé le Réseau pancanadien) est un réseau de réseaux qui met à profit les réseaux membres et les ressources nationales dans le domaine des soins de santé communautaires de première ligne et intégrés. Il favorisera une nouvelle alliance entre la recherche, la pratique et les politiques pour créer, au pays, des systèmes d'apprentissage dynamiques et réceptifs, qui permettront d'élaborer, d'évaluer et de porter à grande échelle de nouvelles approches pour la prestation de services intégrés horizontalement et verticalement au sein des secteurs des soins de santé et entre ces derniers (p. ex. santé publique, soins à domicile et soins communautaires, soins de première, de deuxième et de troisième lignes), ainsi que dans des secteurs autres que le domaine de la santé (p. ex. éducation, services sociaux, logement). Le Réseau pancanadien s'intéressera initialement aux personnes ayant des besoins complexes en matière de services de santé (un sous-groupe relativement petit de la population qui a des besoins élevés en matière de services de santé et qui représente une part importante de l'utilisation et des coûts des soins de santé), là où l'intégration des soins tout au long du continuum et où des approches de prévention en amont associées à des systèmes de prestation de soins intégrés sont essentielles pour améliorer l'expérience et la santé des patients, l'équité en matière de santé, et l'efficacité du système de santé.

Le Réseau pancanadien se fonde sur les soins de santé communautaires de première ligne (SSCPL), qui englobent une grande variété de services de prévention primaire et de soins de première ligne qui sont intégrés horizontalement dans la communauté (santé publique, pharmacies communautaires, services de réadaptation, soins à domicile, etc.) et qui sont reconnus comme essentiels pour relever les défis de santé du présent siècle. Compte tenu de l’importance de faciliter les transitions tout le long du continuum des soins, le mandat du Réseau pancanadien est notamment axé sur l’intégration horizontale des services de SSCPL et l’intégration verticale du système, par les soins de première, deuxième et troisième lignes, et sur l’intégration multisectorielle de stratégies de prévention en amont et de modèles de prestation de soins.

Le but global du Réseau pancanadien de la SRAP est d'appuyer la transformation fondée sur des données probantes et d'accroître l'efficience de la prestation de soins de santé de première ligne et intégrés pour améliorer l'expérience et la santé des patients, l'équité en matière de santé, et l'efficacité du système de santé pour les personnes qui ont ou risquent d'avoir des besoins complexes en matière de services de santé.

Les objectifs du Réseau pancanadien sont les suivants :

  1. Créer des possibilités intergouvernementales de réaliser des recherches sur l’efficacité comparative, le rapport coût-efficacité et la possibilité d’expansion de modèles novateurs et intégrés de soins qui prennent appui sur les soins de santé communautaires de première ligne et qui facilitent les transitions au sein et le long du continuum de soins.
  2. Favoriser la création, dans tout le pays, de systèmes d’apprentissage qui accélèrent la recherche en temps opportun sur de nouvelles interventions et approches dans le domaine des soins de santé de première ligne et intégrés entre divers secteurs et provinces et territoires.
  3. Catalyser la recherche sur les approches novatrices et efficientes pour les soins de santé de première ligne et intégrés et favoriser l’application à grande échelle de ces approches.
  4. Soutenir le développement des capacités chez les chercheurs, les cliniciens, les décideurs et les citoyens, patients et familles, pour la production et l’utilisation en temps opportun de connaissances sur les soins de santé de première ligne et intégrés.
  5. Favoriser l’échange d’information et de données probantes sur les interventions fructueuses, les interventions infructueuses et les modèles novateurs de soins de santé de première ligne et intégrés entre les provinces et territoires afin de guider l’élaboration de politiques.

Le Réseau pancanadien se concentrera d’abord sur les nouvelles approches de prestation de soins de santé de première ligne et intégrés (incluant les services de prévention primaire en amont) tant horizontalement que verticalement tout le long du continuum des soins, en réponse aux défis suivants :

  • personnes dont les besoins en soins sont complexes au cours de leur vie, incluant tous les groupes d’âge, de l’enfance à la vieillesse;
  • intégration multisectorielle des stratégies de prévention en amont et des modèles de prestation des soins. Un élément clé de cet effort sera l’évaluation des prédicteurs en amont de l’usage fréquent du système de santé, ainsi que la détermination et le ciblage subséquents de stratégies de prévention et d’interventions.

Dans ces secteurs prioritaires, le Réseau pancanadien soutiendra la recherche intergouvernementale qui cible des priorités en matière d'intégration horizontale et verticale des soins qui sont communes à plusieurs réseaux membres, et où une approche intergouvernementale apporte une valeur ajoutée, notamment :

  • connaissance de l’efficacité et de l’efficience comparatives des approches employées par divers gouvernements à l'égard du même défi en matière de santé ou de système de santé;
  • solution plus rapide et/ou généralisable dans un secteur prioritaire par l’emploi d'une approche intergouvernementale;
  • évaluation plus approfondie d'un secteur prioritaire par l’utilisation de l'expertise et des ressources de plusieurs gouvernements.

Exigences à remplir par les réseaux membres

Chaque réseau régional doit remplir dix exigences afin d’être reconnu comme membre officiel du Réseau pancanadien. Ces exigences se trouvent à la page web

Contexte

Réformer les soins de santé pour la prochaine génération

Même si le Canada consacre une part de plus en plus importante de ses revenus aux soins de santé — environ 190 milliards de dollars par année —, il arrive derrière d’autres pays industrialisés pour l’optimisation de ses investissements. En effet, lorsque l’on compare le Canada à six autres pays faisant des investissements similaires en soins de santé, il se classe au cinquième ou au dernier rang pour la mesure de son rendement en matière de sécurité, de qualité, d’équité et d’efficacité. La santé des nouveau-nés, des enfants et des adolescents est un indicateur critique de la santé de la population dans l’ensemble et de l’efficacité des soins de santé et des initiatives en santé publique. À de nombreux égards, le Canada fait piètre figure par rapport à d’autres pays du G-7 pour ces indicateurs Footnote 1.

On connaît les principaux problèmes. Au Canada, comme dans d’autres pays, la population est vieillissante, le fardeau des maladies chroniques continue de s’accroître, et l’accès au système de soins de santé est difficile pour des groupes de population dont les besoins sont grands et complexes. En outre, le système actuel est fragmenté et non coordonné, ce qui accroît le stress des Canadiens, leur confusion et le préjudice qu’ils peuvent subir lorsqu’ils sont le plus vulnérables, c’est-à-dire lorsqu’ils ont besoin de soins. Le modèle de prestation de soins centré sur l’hôpital, qui a vu le jour au siècle dernier, est maintenant désuet et ne permet plus de répondre aux urgents besoins d’aujourd’hui en matière de santé. De plus, les symptômes qui signalent le besoin de transformation et d’intégration sont évidents : de hauts taux de visites aux urgences pour des maladies et par des populations qui sont mieux prises en charge par une approche intégrée des soins de santé communautaires de première ligne (SSCPL); la difficulté d’accéder rapidement aux services de santé de première ligne; des trajectoires de soins fragmentées, non coordonnées et mal intégrées à l’intérieur des secteurs de soins et entre eux; des facteurs sociaux, culturels, économiques et environnementaux qui favorisent des modes de vie malsains; des taux élevés de morbidité et de mortalité chez les sous-groupes vulnérables de la population (p. ex. les Autochtones); une qualité de vie compromise, particulièrement pour les personnes fragiles sur le plan médical et/ou dépendantes de la technologie comme les enfants et les adultes aux prises avec une multimorbidité complexe associée à d’importantes limitations fonctionnelles. Tous ces symptômes signalent un urgent besoin de changement transformateur vers des modèles de prestation intégrée des soins de santé qui tirent parti de l’assise que les ministères provinciaux et territoriaux de la Santé ont mis en place par des réformes récentes et des investissements dans les SSCPL.

On s’entend pour dire qu’une solide base en SSCPL intégralement raccordée aux secteurs secondaire et tertiaire du système de soins de santé et aux autres secteurs pertinents (p. ex. services sociaux, éducation, transport) s’impose pour relever les défis de la santé et des soins de santé au 21e siècle. Toutefois, une nouvelle génération de modèles de soins est nécessaire, qui va au-delà de la pratique médicale de première ligne traditionnelle et qui intègre tout le continuum des soins (y compris la prévention, les soins actifs, les hôpitaux de soins tertiaires, les soins à domicile et les soins de longue durée). L’amélioration de la santé de groupes de population comme les enfants, la prévention et la prise en charge des maladies chroniques, la réduction des inégalités dans l’accès à la santé et aux soins pour les populations vulnérables, et l’accès amélioré aux soins de santé appropriés pour les personnes ayant des besoins complexes en matière de santé sont à notre portée si de nouvelles approches des soins de santé de première ligne et intégrés sont créées grâce à une collaboration interdisciplinaire et interprofessionnelle, et à des partenariats tant à l’intérieur qu’à l’extérieur du secteur de la santé.

Jusqu’ici, la poursuite de modèles de soins qui incorporent des interventions en santé des populations et en santé publique dans des modèles intégrés de prestation des soins de santé s’est révélée limitée. Il faut de nouvelles approches permettant d’incorporer l’évaluation de prédicteurs en amont des besoins et de l’utilisation avec la création et la mise en œuvre d’interventions préventives correspondantes. Pareille approche intégrée de la prévention pourrait contribuer dans une grande mesure à réduire des problèmes de plus en plus répandus comme l’obésité juvénile, de même que les troubles découlant du stress à l’école et au travail, qui se répercuteront sur le fardeau que représenteront les adultes de demain pour la santé publique. De nouvelles approches de prévention primaire pourraient aussi réduire l’utilisation évitable de soins de santé coûteux, particulièrement par les personnes qui ont des besoins complexes en matière de soins (p. ex. les personnes âgées qui présentent plusieurs maladies chroniques), qui sont souvent vulnérables du fait de leur statut socioéconomique et d’autres déterminants sociaux et structurels de la santé. Par exemple, mettre l’accent sur la santé de nos enfants aura des effets à long terme qui permettront à la population adulte canadienne de demain d’avoir le meilleur départ possible dans la vie.

Les populations vivant en milieu rural et dans les régions éloignées du Nord représentent un défi de taille pour le Canada et les autres pays circumpolaires. Dans un tel contexte, l’engagement communautaire est essentiel pour trouver les technologies appropriées et les autres innovations qui peuvent améliorer l’accès à des soins intégrés essentiels et adaptés à la culture de ces populations et réduire les inégalités en matière de santé. Un engagement significatif des citoyens, des patients et des familles est aussi crucial pour faire en sorte que des soins appropriés et adaptés à la culture soient fournis.

Tirer avantage des bases du Canada en soins de santé de première ligne : Les ministères provinciaux et territoriaux de la Santé ont fait d’importants investissements dans la réforme des soins de santé de première ligne au cours des dernières années pour améliorer l’accès, la qualité, la continuité, les coûts, la satisfaction et les résultats sur le plan de la santé. Des soins fournis par des équipes interdisciplinaires, des réseaux permettant des trajectoires de soins simplifiés, l’utilisation des technologies d’information en santé, de nouveaux modèles de financement et de rémunération, des initiatives d’engagement et d’habilitation des patients, des stratégies de prévention et de prise en charge des maladies chroniques, et de nouveaux rapports avec d’autres secteurs clés ne sont que quelques-uns des nombreux exemples de réformes provinciales et territoriales qui ont renforcé les bases du Canada en soins de santé de première ligne. De récents investissements par les IRSC et leurs partenaires dans des équipes d’innovation en soins de santé communautaires de première ligne catalyseront plus d’innovation fondée sur des données probantes. Il est maintenant l’heure de tirer parti de cette base en soins de santé de première ligne pour créer des systèmes de prestation des soins intégrés verticalement et horizontalement qui favorisent la continuité des soins, facilitent les transitions entre secteurs de soins, améliorent l’efficience du système de santé, et contribuent à une meilleure expérience et à de meilleurs résultats sur le plan de la santé pour les patients et les familles. Un changement aussi transformateur profitera beaucoup aux personnes ayant des besoins complexes en matière de soins de santé.

Les principaux usagers du système dont les besoins en soins sont complexes sont un sous-groupe relativement limité de la population, mais qui compte pour une part importante de l’utilisation et des coûts des services de santéFootnote 2. Par exemple, en Ontario en 2007, 5 % de la population représentait 66 % des dépenses de soins de santéFootnote 3. 3) Sa grande utilisation des services de santé est attribuable à un certain nombre de facteurs systémiques complexes et interdépendants, y compris un accès inadéquat aux soins de première ligne et de prévention, des services sociaux moins qu’optimaux (ou totalement absents), une prestation fragmentée des servicesFootnote 4, ainsi que des déterminants individuels, sociaux et structuraux de la santé qui conduisent à des conditions de vulnérabilité ou les renforcent (p. ex. stigmatisation, fragilité des personnes âgées). Les personnes dont les besoins en soins sont complexes sont définies dans la littérature comme les personnes médicalement et socialement vulnérables, entre autres les personnes âgées présentant des maladies chroniques multiples, les personnes âgées fragiles, les personnes aux prises avec une maladie mentale, les personnes présentant des comorbidités complexes, les personnes de condition socioéconomique précaire, les personnes dont l’état de santé autodéclaré laisse à désirer, les membres de minorités, les enfants et les adolescents qui demandent des soins complexes, les personnes sans famille ou soutien social, et d’autresFootnote 5Footnote 6Footnote 7. Ce sous-groupe de population visite souvent l’urgence pour des problèmes qui auraient pu être prévenus ou traités en milieu communautaire, et est plus susceptible d’aller à l’urgence et à l’hôpital et d’y retourner, ainsi que de recevoir des soins discontinus. Fournir des soins d’urgence à des personnes dont les besoins sont grands et complexes n’est pas la solution optimale et contribue à des soins fragmentés, à une utilisation inappropriée, à des coûts élevés des soins, ainsi qu’à de piètres résultats en matière de santé et d’équité en santé. Le succès de la restructuration des modèles de prestation des soins de santé pour ce sous-groupe de population passe impérativement par la capacité de comprendre les facteurs interdépendants et à multiples facettes – de l’ordre de la santé, des services sociaux et du système – qui sous-tendent des besoins de soins complexes et une utilisation fréquente, et d’établir des stratégies d’intervention correspondantes en amont qui sont axées sur la prévention. Des expériences comme les Medical Homes and Accountable Care Organizations aux États-Unis sont des exemples d’effort pour restructurer le système et les trajectoires de soins de manière à appuyer la prévention et la prise en charge les plus efficaces pour les patients qui ont des besoins complexes et élevés en matière de soins de santé.

Les enfants ont souvent accès aux services de santé par des voies différentes et sont souvent oubliés parce qu’ils sont en général considérés comme une population « en santé ». Toutefois, il est de plus en plus prouvé qu’une santé et des trajectoires de développement laissant à désirer au cours de l’enfance et de l’adolescence peuvent avoir des conséquences sur la santé pendant toute la vie adulte. Il est crucial que des stratégies de prévention multisectorielles en amont et des modèles de prestation de soins conduisent à l’optimisation des résultats cliniques et de la santé globale de l’enfant, car des enfants en santé deviendront des adultes en meilleure santé, ce qui se traduira par une réduction du fardeau et du coût qu’entraîne le traitement des maladies chez les adultes. La santé des enfants peut d’autant plus être menacée s’ils vivent dans des conditions de vulnérabilité influencées par des déterminants individuels et structurels de la santé (p. ex. âge, statut socioéconomique, sexe et genre, sexualité, développement/fonctionnement, invalidité, incapacité à communiquer efficacement, origine raciale/ethnique, milieu géographique, discrimination raciale, pauvreté, piètres conditions de logement et programmes d’aide sociale insuffisants). Tel peut être le lot, par exemple, des enfants autochtones et de leur famille et d’autres personnes dont les conditions de vie les rendent vulnérables. Ces conditions doivent être améliorées par des stratégies en amont auxquelles participent les secteurs de la santé et d’autres (p. ex. éducation, transport, logement). Les prévisions d’un « tsunami » de maladies chez une population canadienne vieillissante font de notre objectif d’amélioration des soins de santé pour nos « futurs adultes » une urgente priorité de santé nationale.

Le Réseau pancanadien accélérera l’innovation dans les solutions de soins intégrés pour les principaux usagers du système qui demandent des soins complexes (notamment les personnes âgées présentant des maladies chroniques multiples) et les enfants, en faisant connaître rapidement au-delà des frontières les caractéristiques fructueuses et infructueuses des solutions de prévention et de soins intégrés et en renforçant la capacité d’opérer un changement et de reproduire à grande échelle des innovations réussies.

Principes directeurs: Le Réseau pancanadien fonctionnera selon les principes suivants :

  • Inclusivité: le réseau accueillera tous les intervenants qui souhaitent y participer.
  • Co-investissement: le réseau maximisera les co-investissements provinciaux et territoriaux dans l’innovation en soins de santé intégrés.
  • Collaboration: le réseau établira un programme de recherche sur des questions qui présentent de l’intérêt pour une partie ou l’ensemble des provinces et territoires et qui sont le plus efficacement prises en charge par un réseau intergouvernemental.
  • Cohérence: le réseau favorisera la mise en place de conditions qui permettront aux provinces et aux territoires d’améliorer la cohérence relative au traitement des priorités de production de la recherche et de l’application des connaissances en soins de santé intégrés.
  • Impact: le réseau évaluera les résultats de sa recherche en soins de santé intégrés sur les plans des services cliniques, du rapport coût-efficacité, de la santé des populations, de l’équité en santé et du système de santé.
  • Innovation et amélioration continues: le réseau favorisera les conditions d’une innovation et d’une amélioration continues dans la prestation efficiente des soins de santé en exigeant que les secteurs de la recherche, de la pratique et des politiques fassent partie intégrante des réseaux afin de permettre un apprentissage continu au chapitre de la pratique et du système.

Intervenants

  • Cliniciens et professionnels de la santé
  • Responsables des politiques et gestionnaires du système de santé
  • Patients ou citoyens, familles, communautés
  • Chercheurs
  • Bailleurs de fonds de la recherche en santé
  • Associations professionnelles et organismes de réglementation

Priorités de recherche du réseau: Le Réseau pancanadien se concentrera au départ sur de nouvelles méthodes de prestation de soins de santé intégrés (y compris la prévention primaire et les soins de santé de première ligne), tant horizontalement que verticalement, dans tout le continuum de soins pour prendre en charge les personnes dont les besoins en soins sont complexes (notamment les personnes âgées présentant des maladies chroniques multiples et les enfants ayant des besoins complexes en matière de soins), ainsi que sur l’intégration multisectorielle de stratégies de prévention en amont et de modèles de prestation des soins pour les enfants. Un élément clé de cet objectif est l’évaluation des prédicteurs en amont d’utilisation intensive du système et la détermination et le ciblage subséquents de stratégies de prévention et d’interventions.

Dans ces domaines prioritaires, le Réseau pancanadien appuiera la recherche qui répond aux priorités de soins de première ligne et intégrés horizontalement et verticalement, communes à plusieurs provinces et territoires et au gouvernement fédéral, et là où une approche intergouvernementale représente une valeur ajoutée, par exemple :

  • Connaissance de l’efficacité et de l’efficience comparatives de différentes approches gouvernementales d’un même défi;
  • Réponse plus rapide et/ou généralisable à une question prioritaire par une approche intergouvernementale;
  • Évaluation plus complète d’une question prioritaire par l’emploi des ressources et de l’expertise de plusieurs provinces et territoires.

Les priorités de recherche pour le programme du Réseau pancanadien devraient correspondre à des défis communs à plusieurs réseaux membres, où les méthodes de prestation des services varient, et où l’investissement est considérable (y compris pour l’évaluation). Cette façon de procéder offre des possibilités d’évaluer plus en détail et plus utilement les attributs particuliers d’approches qui sont efficaces d’une province ou d’un territoire à l’autre, et comment ces approches sont influencées par le contexte (p. ex. contexte des politiques, du système de santé). L’utilisation de mesures et de résultats communs permettra des comparaisons plus directes d’approches prometteuses. Des exemples de questions prioritaires potentielles et d’expériences naturelles fondées sur la diversité des approches sont présentés dans le tableau.

Un processus de consultation auprès de réseaux membres et de partenaires est en cours pour définir les priorités intergouvernementales à court, moyen et long termes. Les réseaux membres qui sont intéressés par la priorité de recherche collaboreront à l’établissement d’un protocole comparatif intergouvernemental permettant d’évaluer le rapport coût-efficacité et les résultats d’approches différentes des soins intégrés, pour offrir une base sur laquelle décider de leurs mérites relatifs (p. ex. qualité de vie) et des coûts, de même que des changements d’orientation peut-être nécessaires pour une mise en oeuvre et une application à grande échelle. Les conclusions de la recherche seront communiquées à tous les membres du Réseau pancanadien par un certain nombre de canaux, dont la réunion annuelle du Réseau pancanadien.

Tableau 1. Exemples de défis communs et d’approches différentes entre les provinces et territoires

Remarque : Les cas ci-dessous sont hypothétiques et fournis à titre d’exemple seulement.

Modèles de soins

  • La Colombie-Britannique, l’Ontario, le Québec et la région de l’Atlantique ont reconnu comme priorité provinciale les nouveaux modèles de soins intégrés pour les personnes âgées présentant des maladies chroniques multiples. Les provinces respectives mettent en oeuvre des politiques et des modèles de soins différents pour donner suite à cette priorité, dans le but de réduire les hospitalisations évitables et d’améliorer les transitions dans les soins. Quels sont les impacts sur les plans de la santé et de l’économie de ces approches différentes des soins intégrés pour les personnes âgées présentant des maladies multiples?
  • L’Alberta, la Saskatchewan et le Manitoba ont chacun de leur côté reconnu comme priorité provinciale des stratégies de prévention en amont pour réduire le nombre futur de principaux usagers du système. Chaque province se concentre sur un sous-groupe différent d’usagers du système. Pour chaque sous-groupe, quelles sont les « économies » potentielles, pour le gouvernement et la société, à tirer de stratégies de prévention en amont?

Cybersanté

  • Des solutions de télésanté et de nouvelles stratégies de paiement pour les consultations électroniques ont été mises en œuvre dans certaines provinces pour améliorer l’accès aux soins en milieu rural et éloigné. Est-ce une formule d’un meilleur rapport coût-efficacité que le transport des patients vers des centres de soins urbains ou régionaux?

Affectation des ressources et désinvestissement

  • Quelles sont les conséquences d’éliminer les copaiements pour les médicaments d’ordonnance dans le cas des patients dont les besoins sont complexes afin d’améliorer la conformité à la médication et de réduire les visites à l’urgence et les hospitalisations?
  • Quelles sont les répercussions de l’abandon des bandelettes de test de glycémie sur les taux de complications et les admissions à l’hôpital dans le cas des patients diabétiques dont les besoins sont complexes?

Prévention

  • La mise en œuvre d’un programme de vaccination contre la grippe pour les enfants dans une province donnée réduit-elle les taux de visite à l’urgence et d’hospitalisation des patients dont les besoins sont complexes?

Soins aux enfants

  • L’Ontario, le Québec et la Nouvelle-Écosse ont établi comme priorité des modèles de soins intégrés pour les enfants obèses, y compris des stratégies de prévention. Chaque province adopte une approche différente et met à contribution différents secteurs de soins dans le but de réduire la prévalence future de l’obésité chez les enfants et d’accroître la satisfaction de la famille à l’égard des soins. Quels sont les impacts de ces diverses stratégies?

Soins aux enfants

  • L’Ontario, le Québec et la Nouvelle-Écosse ont établi comme priorité des modèles de soins intégrés pour les enfants obèses, y compris des stratégies de prévention. Chaque province adopte une approche différente et met à contribution différents secteurs de soins dans le but de réduire la prévalence future de l’obésité chez les enfants et d’accroître la satisfaction de la famille à l’égard des soins. Quels sont les impacts de ces diverses stratégies?

Direction Tripartite

Chaque réseau membre faisant partie du Réseau pancanadien de la SRAP sur les innovations en soins de santé de première ligne et intégrés est codirigé par des responsables des soins cliniques, de la recherche et des politiques qui, ensemble, couvriront le continuum des soins (prévention, soins de santé de première, de deuxième et de troisième lignes, et soins à domicile). Les noms des responsables sont énumérés dans le tableau 1.

Tableau 1: Direction Tripartite

Région du réseau Titre du projet Membre Fonction Établissement
Alberta Réseau de la SRAP sur les innovations en soins de santé de première ligne et intégrés de l’Alberta Neil Drummond Recherche Université de l’Alberta
Thomas Noseworthy Politiques Services de santé de l’Alberta et Université de Calgary
Maeve O’Beirne Soins cliniques Université de Calgary
Colombie-Britannique Réseau de recherche sur les soins de santé de première ligne de la C.-B. Sabrina Wong Recherche Université de la Colombie-Britannique
Anne Junker Soins cliniques Hôpital pour enfants de la C.-B./Université de la Colombie-Britannique
Garey Mazowita Soins cliniques Soins de santé Providence
Heather Davidson Politiques Ministère de la Santé de la C.-B.
Île-du-Prince-Édouard Réseau de la SRAP sur les innovations en soins de santé de première ligne et intégrés William Montelpare Recherche Université de l’Île-du-Prince-Édouard
Peter MacKean Soins cliniques Soins de santé primaires (Summerside)
Mark Spidel Politiques Santé Î.-P.-É.
Manitoba Réseau de la SRAP sur les innovations en soins de santé de première ligne et intégrés du Manitoba Annette Schultz Recherche Université du Manitoba
Tamara Buchel Soins cliniques Le Collège des médecins de famille du Manitoba
Marcia Thomson Politiques Gouvernement du Manitoba
Nouveau-Brunswick Réseau de la SRAP du Nouveau-Brunswick : Soins de santé communautaires de première ligne et intégrés Shelley Doucet Recherche Université du Nouveau-Brunswick
Nancy Roberts Politiques Gouvernement du Nouveau-Brunswick
Joan Kingston Soins cliniques Université du Nouveau-Brunswick
Nouvelle-Écosse Réseau sur les innovations en soins de santé de première ligne et intégrés de la Nouvelle-Écosse Frederick Burge Recherche Unité de recherche sur les soins primaires, Université Dalhousie
Richard Gibson Soins cliniques Zone centrale (Halifax, Eastern Shore, West Hants), autorité de la santé de la Nouvelle-Écosse
Lynn Edwards Politiques Ministère de la Santé et du Mieux-être, province de la Nouvelle-Écosse
Ontario Better Access and Care for Complex Needs (BEACCON) Geoffrey Anderson Recherche Université de Toronto
Onil Bhattacharyya Soins cliniques Hôpital Women’s College
Patrick Dicerni Politiques Ministère de la Santé et des Soins de longue durée
Quebec Réseau de connaissances en services et soins de santé intégrés de première ligne (Réseau-1 Québec) Jeannie Haggerty Recherche Université McGill
Denis Roy Politiques Institut national d'excellence en santé et en services sociaux (INESSS)
Michèle Aubin Soins cliniques Université Laval
Saskatchewan Réseau de la SRAP sur les innovations en soins de santé de première ligne et intégrés : LI de la Saskatchewan Nazeem Muhajarine Recherche Université de la Saskatchewan
Cory Neudorf Soins cliniques Régie régionale de la santé de Saskatoon
Margaret Baker Politiques Gouvernement de la Saskatchewan
Terre-Neuve-et-Labrador Primary Healthcare Research and Integration to Improve Health System Efficiency (PRIIME) Kris Aubrey-Bassler Recherche Université Memorial
Kevin Chan Soins cliniques Autorité régionale de la santé de l’Est
Beverly Clarke Politiques Gouvernement de T. N. L.
Territoires du Nord-Ouest Mise sur pied d’un réseau de la SRAP sur les innovations en soins de santé de première ligne et intégrés dans le Nord Susan Chatwood Recherche Institut de recherche en santé circumpolaire
Jim Martin Politiques Gouvernement tlicho
Nathalie Nadeau Soins cliniques Régie de la santé et des services sociaux de Yellowknife

Cohorte dynamique

Les Instituts de recherche en santé du Canada (IRSC) et l’Institut canadien d’information sur la santé (ICIS) ont fait équipe afin de créer une cohorte dynamique de grands utilisateurs du système de santé ayant des besoins complexes. La cohorte a été formée à partir des données internes de l’ICIS (hospitalisations, visites aux services d’urgence, coûts) dans le but de faciliter la recherche intergouvernementale. Les priorités de recherche établies pour le Réseau pancanadien sur les innovations en soins de santé de première ligne et intégrés (ISSPLI) de la Stratégie de recherche axée sur le patient (SRAP) ont été prises en compte dans la formation de la cohorte, ce qui a mené à la création de huit sous-cohortes pour englober diverses définitions de « grands utilisateurs du système de santé ayant des besoins complexes » ainsi que deux groupes d’âge, à savoir les enfants (moins de 18 ans) et les adultes (18 ans ou plus) :

  1. Coûts les plus élevés en soins de courte durée (p. ex. patients qui nécessitent des interventions et des examens à coût très élevé) : enfants
  2. Coûts les plus élevés en soins de courte durée (p. ex. patients qui nécessitent des interventions et des examens à coût très élevé) : adultes
  3. Durée de séjour la plus longue (p. ex. patients en attente de soins parallèles) : enfants
  4. Durée de séjour la plus longue (p. ex. patients en attente de soins parallèles) : adultes
  5. Nombre le plus élevé d'hospitalisations (p. ex. patients chez qui la maladie risque de s'exacerber ou de détériorer leur état) : enfants
  6. Nombre le plus élevé d'hospitalisations (p. ex. patients chez qui la maladie risque de s'exacerber ou de détériorer leur état) : adultes
  7. Nombre le plus élevé de visites à l'urgence (p. ex. patient qui n'ont pas accès à une équipe de soins de première ligne ou qui sont atteints d'une maladie non maîtrisée) : enfants
  8. Nombre le plus élevé de visites à l'urgence (p. ex. patient qui n'ont pas accès à une équipe de soins de première ligne ou qui sont atteints d'une maladie non maîtrisée) : adultes

Pour chaque sous-cohorte, l’ICIS a stratifié les dossiers d’hospitalisation et de visite à l’urgence par groupe d’âge (enfant ou adulte), par province et par année, puis a identifié les patients parmi les premiers 10 % dans les catégories suivantes : 1) coûts en soins de courte durée, 2) durée de séjour, 3) nombre d’hospitalisations et 4) nombre de visites à l’urgence. Un groupe témoin a été formé à partir d’un échantillon de 20 % choisi au hasard à partir des autres 90 %, c’est-à-dire les patients ne faisant pas partie du groupe des grands utilisateurs. La cohorte contient actuellement les données de 2011-2012 à 2014 2015, et elle sera mise à jour chaque année à mesure que les données seront disponibles. On assurera le suivi des patients sélectionnés, et leur dossier sera actualisé tous les ans. Ainsi, les chercheurs pourront étudier les grands utilisateurs qui ont recours au système de santé de façon sporadique, persistante ou ponctuelle.

L’ICIS offre l’accès à la cohorte dynamique pour toutes les possibilités de financement de la recherche, et nous invitons les candidats à s’en servir comme moyen de favoriser la réalisation rapide des projets de recherche intergouvernementaux. Pour de plus amples renseignements, y compris comment accéder a cohorte dynamique, la méthodologie et les statistiques descriptives, on peut consulter le document Cohorte dynamique de grands utilisateurs du système de santé ayant des besoins complexes – 2011-2015.

Foire aux questions

Cette foire aux questions (FAQ) sert à fournir des renseignements détaillés sur le Réseau et sur le lancement en étapes des possibilités de financement connexes.

Si vous ne trouvez pas de réponse à vos questions dans la FAQ, veuillez nous écrire à l'adresse spor-srap@irsc-cihr.gc.ca.

Coordonnées

Erica Dobson, associée, Grandes Initiatives
Téléphone : 613-946-7656
SPOR-SRAP@irsc-cihr.gc.ca

Date de modification :